Le livre, un ami

Les vacances sont là et chacun d’entre nous aime à profiter de ce temps de repos pour feuilleter et même « dévorer » un bon livre ! Parfois il est mis de côté depuis de longues semaines et on rêve de pouvoir enfin l’ouvrir ; mais il arrive souvent (et les libraires le savent bien), que les lecteurs se précipitent en famille en librairie ou sur leur site libraire préféré pour effectuer les achats de l’été…

Les plus prudents se seront laissés conseiller par des amis dont ils connaissent les goûts et les convictions ou par une revue qu’ils aiment ; d’autres s’aventureront, se laissant guider par une publicité ou par une couverture alléchante… Il arrive parfois que l’on fasse de bonnes découvertes et que ce livre soit effectivement ce que l’on espérait… Mais que de déceptions aussi, que de temps perdu et que de mauvais moments en perspective… sans parler de ce que vous aurez laissé lire à vos enfants ! N’oubliez jamais qu’un mauvais livre ou un livre lu au mauvais moment peut faire autant de mal qu’un mauvais ami !

C’est souvent aux mamans qu’il revient la tâche de sélectionner les livres familiaux alors, laissez-moi vous donner quelques conseils pour être sûres de vos choix et surtout pour que vous donniez à vos enfants le bon livre au bon moment !

Que recherchons-nous?

Nous ne parlerons pas ici des livres spirituels qui sont là pour nous faire progresser dans notre union à Dieu et dont le choix, particulièrement délicat, peut être facilement guidé par notre confesseur ou directeur spirituel.

l’instruction, la formation, la réflexion

N’oublions pas que nombreux sont les hommes qui ont perdu la foi à la lecture de livres écrits avec talent et persuasion par des ennemis de Dieu. Certains penseront que la science, la géologie ou l’astrologie n’ont rien à voir avec la foi… Hé bien détrompez-vous, les adversaires l’ont bien compris et voudraient par ces moyens nous faire croire que Dieu a son domaine privilégié et ne règne pas sur toutes choses… Aussi faut-il bien vérifier ou faire vérifier par les personnes compétentes que ces auteurs ne veulent pas nous faire adhérer à de fausses croyances par des raisonnements adroits qui nous perturberaient (évolution, lois de la vie, etc…).

Enfants comme adultes ont bien besoin de se détendre et parfois de s’évader bien loin des réalités présentes.-l’évasion, la détente, une leçon de vie.

Comme pour tout il faut avoir de sérieuses références ; en effet, n’oubliez jamais que le lecteur et en particulier l’enfant s’assimile au héros. On « entre » dans le livre, on « vit avec » ; le lecteur n’est pas sur ses gardes (surtout si c’est Maman qui a choisi) il s’ouvre et devient vulnérable… Le héros sert d’outil au lecteur pour grandir, se confronter à son idéal, se rassurer ; il aide à passer les différentes étapes de la maturité. Chacun d’entre nous se souvient d’un livre de son enfance qui l’a particulièrement marqué, et pour cause !

Il faut donc avoir conscience de leur puissance et se méfier des anti-héros :

-ceux que l’on voit tout de suite : les fantasy (même si certains rares titres sont aujourd’hui conseillés, l’extrême rareté de ce genre me fait les déconseiller tous, de peur que le lecteur y prenne goût et ne veuille plus lire que cela alors que la plupart sont illisibles par un chrétien), le monde irréel des vampires et autres.

Attention aussi aujourd’hui de veiller à ce que l’histoire évolue dans une famille équilibrée où les mœurs chrétiennes sont respectées.

-ceux auxquels on n’avait pas pensé : les héros négatifs qui vont enfermer le lecteur dans la peur de vivre.

Attention aussi aux bibliothèques familiales ouvertes à tous (certains livres étudiés en classe avec un bon professeur à partir de la seconde ne sont pas à laisser entre les mains des bons lecteurs trop jeunes, d’autres lisibles à 15 ans ne seront pas profitables en 6ème). Les séries, lues à la file, font aussi perdre le fil du réel, établissez une alternance, sinon vous faites rentrer un « intrus » dans l’esprit encore malléable de votre enfant ; il peut y prendre une place trop importante.

Attention aux :  – « livres à la mode » prêtés par le voisin (charmant au demeurant),

– « romans historiques » qui trompent le lecteur. En effet soit c’est un roman et le lecteur admet que c’est une histoire romancée, soit c’est historique donc réel… Il faut aussi prendre garde aux anachronismes qui ne sauteront pas aux yeux des enfants et les induiront en erreur.

Evitons aussi tous les livres « fleur bleue » qui cachent la réalité et font « rêver » sans retenue en maintenant les jeunes filles dans un rêve dont la chute sera peut-être brutale…

L’anti-héros peut être subtil et présenter comme bon ce qui ne l’est pas et comme vrai ce qui est faux… Le loup devient gentil…, le petit livre d’occupations diverses apprend à faire tourner les tables…

Alors comment faire ?

– Ne vous laissez pas influencer par une couverture chatoyante, un titre alléchant, un auteur connu (chaque auteur a ses époques et ses travers), ou les conseils des amis des enfants… lisez vous-même les livres que vous donnez à vos enfants et inscrivez en première page les remarques que vous aurez faites (cela vous servira pour l’enfant suivant et rafraîchira votre mémoire quand vous voudrez en parler avec lui)

-Vos enfants doivent voir leurs parents lire dès le plus jeune âge; c’est le meilleur moyen de leur donner envie d’en faire autant !

– Discutez avec eux de leurs lectures ; apprenez-leur à conserver les côtés positifs en épurant le héros de ses scories d’imprudence, d’orgueil et de romantisme. Placez le personnage rêvé en phase avec la réalité sans pour cela démolir la figure admirée : ce serait trop douloureux. Faites découvrir aux enfants les qualités du héros dont ils ont besoin pour grandir et aidez-les à extraire la moelle qui sera constructrice.

-Variez les lectures : hagiographie, documentaire, roman, livre historique pour structurer leur pensée. N’oubliez pas de rendre garde au style et aux illustrations qui doivent mener vers le beau.

-Choisissez vous-même avec grand soin tous les livres (et les revues) qui rentrent chez vous ; vous avez les grâces d’état pour cela, il vous suffit de les demander et elles ne vous feront jamais défaut ! Ecoutez les conseils mais uniquement des personnes en qui vous avez une entière confiance !

Ne vous découragez jamais ! Il y a encore d’excellents livres, où le héros est positif, courageux, généreux… mais il faut reconnaître que c’est un domaine extrêmement attaqué en ce moment, et ce n’est sans doute pas sans raison. A nous donc d’en prendre conscience et de réagir. Un bon livre doit porter vers une meilleure vie personnelle, familiale et sociale.

Un dernier secret : profitez des lectures de vos enfants pour créer un lien privilégié avec eux et vous récolterez l’ouverture de leur cœur ; vous apprendrez à mieux les connaître et vous bénirez ce rapport précieux quand ils arriveront à l’adolescence et à l’âge adulte ! Vous les aurez armés pour qu’ils entrent dans la vie, formés et structurés, assez mûrs pour affronter les difficultés !

La culture catholique est comme une cathédrale où chaque artisan a sa place et chaque objet a son utilité ; il faut donc simplement prendre conscience de ces réalités et faire son devoir. « Un livre doit être un agent de progrès et une force pour soulever les âmes ou bien il n’est  qu’un danger… »

Marguerite-Marie