Dimanche soir en fin d’après-midi, ou plutôt samedi soir!

« Sachons nous détendre pour éviter le surmenage, mais dans le choix de nos détentes, évitons énergiquement ce qui s’oppose à notre qualité d’enfants de Dieu » Abbé P. Troadec

Si nous emmenions les enfants écouter le brame du cerf ? Pour ceux qui ont la chance d’avoir une grande forêt à proximité de leur domicile, c’est l’occasion en ce début d’automne, de faire découvrir à vos plus grands un des spectacles les plus étonnants que nous offre la nature. En forêt de Compiègne, par exemple, à la tombée de la nuit, dans le silence majestueux d’une clairière ou en haut d’un mirador, vous guetterez le moindre souffle ou bruissement de feuillage. Quand tout à coup, s’élevant parfois à quelques centaines de pas, un son rauque et guttural surgira de l’obscurité, vous pourrez vous approcher sans bruit pour apercevoir l’animal. Soyez prudents et n’avancez toutefois pas trop près afin d’éviter de le perturber et de provoquer des réactions agressives. Ce son typique manifeste bien la puissance et la majesté de ce roi de la forêt, ainsi que l’instinct vital qui régit la création, ordre voulu par le Créateur lui-même.

Avant d’aller dormir, sous les étoiles…

Rien de tel qu’une claire et chaude nuit de juillet pour faire découvrir à toute la famille les beautés du ciel. Ceci demande une petite étude préalable à partir de livres sur l’astronomie, ou une carte détaillée des astres qui permettra à chacun de retrouver l’étoile du Berger, la Grande Ourse, ou, selon votre situation, les constellations du Bouvier, du Lion, du Cygne, du Taureau, Cassiopée, Pégase, Orion…

Si vous avez une lunette astronomique, elle peut être très utile pour observer en détail les reliefs de la lune, ou essayer de compter précisément les étoiles : on peut en distinguer jusqu’à 2000 ! Si vous pensez poursuivre plus longtemps votre exploration des mystères insondables du système solaire, munissez-vous de tapis de sol sur lesquels vous serez plus confortablement installés pour regarder le ciel sans risquer de torticolis. Vous aurez ainsi tout loisir de vous abîmer dans une contemplation qui deviendra vite méditation.

Comment concevoir une telle immensité, qui n’est elle-même qu’une infime partie de l’infinité céleste, comment expliquer cette organisation si complexe, sans la main de Dieu ? Qui d’autre que Lui pourrait calculer la trajectoire et le mouvement des planètes, des météorites, des galaxies ? Comment ne pas se sentir tout petit face à cette majestueuse démonstration de sa toute-puissance ?

Et quelle gratitude nous devons avoir envers notre Créateur d’avoir agencé ce spectacle permanent à notre seule intention, de nous manifester ainsi quotidiennement l’étendue infinie de ses pouvoirs créateurs et de son amour pour nous !

Ce serait dommage de ne pas profiter pour un soir, de ce spectacle céleste auquel nous ne prêtons habituellement pas attention, et de le faire admirer aux enfants. Et si d’aventure une étoile filante passait, le vœu, ou plutôt la prière que nous pourrions former, serait de toujours garder un peu de l’admiration et de la plénitude de cette nuit étoilée au fond des yeux et de l’âme.

 

Eveil à la nature

Le printemps est arrivé, et nos jeunes citadins n’observent que de très loin les métamorphoses quotidiennes de la nature. C’est vrai que les arbres sont loin, les pelouses parfaitement tondues et les fleurs des massifs déjà épanouies avant d’être repiquées.

Comment s’émerveiller des dons du Bon Dieu si l’on ne les voit pas ?

Vous pouvez toujours faire une sortie au jardin public en montrant les différentes étapes de maturité des arbres, des tulipes ou des roses, mais le meilleur moyen est de faire jardiner vos enfants eux-mêmes, les mains dans la terre de leur parcelle de jardinet, si vous avez la chance d’en avoir un. Sarcler, bêcher, arroser avec constance jusqu’à ce que leurs efforts fructifient, leur apprendra la patience et la science de la nature.

Si ce n’est pas le cas et que vous vivez dans un appartement, je vous conseille d’investir dans quelques balconnières que vous garderez d’une année sur l’autre, et qui leur permettront tout aussi bien de faire leurs expériences de semis de laitues pour les uns, de plantes aromatiques pour les autres, de fleurs, plants de tomates ou arbustes à transplanter ou bouturer, si vous avez de la place sur une terrasse. Pour les fleurs à bulbe (narcisses, crocus, jonquilles, tulipes), il faudra que vous prévoyiez de les approvisionner et de les planter à l’automne prochain.

Ce qui lève rapidement et donne des résultats encourageants et si agréables à croquer, ce sont les radis. C’est bien meilleur quand on les a soi-même surveillés et arrosés régulièrement. De même, les lentilles germent rapidement, ainsi que le blé dont on peut consommer les germes pour agrémenter les salades.

Vous trouverez toutes les fournitures en grande surface ou jardinerie, ou directement à la campagne, chez des amis ou grands-parents jardiniers qui vous confieront avec plaisir le surplus de leurs semis ou quelques pieds de fraisiers.

Au prochain long trajet en voiture, n’hésitez pas à faire rechercher par vos enfants le nom des différentes cultures rencontrées et à susciter l’envie de remercier le Bon Dieu pour l’infinie variété des beautés et couleurs de la nature !

ET SI NOUS ORGANISIONS UN CONCOURS DE DESSIN ?

  « Sachons nous détendre pour éviter le surmenage, mais dans le choix de nos détentes, évitons énergiquement ce qui s’oppose à notre qualité d’enfants de Dieu » Abbé P. Troadec

Peu importe le lieu : à l’intérieur, sur la table de la salle à manger, ou dehors assis au milieu de la pelouse ; devant la maison, ou en face d’un paysage que l’on aime. Tous les membres de la famille se munissent d’une feuille blanche, d’un crayon et d’une gomme. C’est d’autant plus amusant que tout le monde participe (y compris Papa et Maman, ainsi que le petit dernier), et joue le jeu ! Nous avons 10 minutes pour copier avec le plus d’exactitude possible l’objet désigné.
La première fois, Continuer la lecture de « ET SI NOUS ORGANISIONS UN CONCOURS DE DESSIN ? »

Lecture en famille

« Sachons nous détendre pour éviter le surmenage, mais dans le choix de nos détentes, évitons énergiquement ce qui s’oppose à notre qualité d’enfants de Dieu » Abbé P. Troadec

 Il pleut ; les enfants tournent en rond à la maison. Voici le moment tout indiqué pour une bonne heure de lecture en famille : petits et grands sont confortablement assis autour de Papa ou Maman, qui leur ont sélectionné un « morceau choisi ». C’est souvent Papa qui a  le plus de talent pour raconter les histoires, avec mimiques et bruitage requis.

Au début, mieux vaut commencer par des contes (ceux de Pourrat représentent une source quasi inépuisable) ou par de courtes nouvelles qui plaisent à tous les âges. Si vous avez décidé de prendre l’habitude de ce moment de lecture en famille à jour ou date fixes, vous pourrez vous attaquer à un bon roman d’aventure, dont on attend les rebondissements semaine après semaine, d’autant plus si le lecteur a le soin de suspendre la séance au moment le plus captivant ! N’oubliez pas de faire réagir les enfants et de tirer vous-même, une petite conclusion personnelle.

Cette distraction a l’avantage de familiariser les plus petits avec la lecture, d’augmenter leur capacité d’attention orale, d’enrichir leur vocabulaire et de les faire participer à une activité de « grands ». N’hésitez pas à solliciter les aînés pour le choix des textes en leur demandant de sélectionner eux-mêmes des passages de leurs lectures préférées. N’omettez pas, à votre tour, de vous munir de « post-it » pour repérer au cours de vos lectures, les passages que vous aimeriez partager avec vos enfants, ou qui permettraient de varier les discussions et de leur faire goûter la beauté littéraire des auteurs que vous appréciez. Quel beau moyen pour redonner à tous l’envie de lire !