VACCINATIONS : EFFETS SECONDAIRES

    Après avoir présenté le mécanisme de la vaccination ainsi que le calendrier vaccinal,  il est à présent utile d’évoquer l’un des aspects de cette question qui ne laissera personne indifférent : les effets secondaires ou indésirables des vaccins.

Avant d’aborder ce point précis, il convient de rappeler que tout médicament, avant d’être commercialisé, doit subir des tests qui ont pour but d’en vérifier l’efficacité au plan thérapeutique  et d’établir l’innocuité du produit sur le plan des effets secondaires.  En effet le vaccin est un médicament particulier par 4 aspects principaux :

  • Son mécanisme d’action (mise en jeu du système immunitaire) ;
  • Son processus de fabrication (médicament biologique) ;
  • Ses indications d’utilisation (prévention, enfants ou personnes fragiles) ;
  • L’impact de son utilisation sur la population.

Ces tests sont appelés des essais cliniques qui évoluent en quatre phases :

Phase I : c’est la première administration chez l’homme après les études menées chez l’animal ; elle permet de tester la tolérance et l’immunogénicité ; elle porte sur quelques dizaines de volontaires sains.

Phase II : elle permet de connaître la tolérance du vaccin sur une population plus étendue et de définir la dose à utiliser ainsi que le calendrier vaccinal ; l’étude porte sur quelques centaines de volontaires sains.

Phase III : elle conduit à établir l’efficacité et la sécurité du vaccin  et constitue l’élément «pivot» pour les données d’enregistrement et permet d’obtenir l’AMM[1] ; le nombre de volontaires sains qui y participe est de l’ordre de 1 000 à 10 000.

Phase IV : c’est la phase de la pharmaco-épidémiologie qui est une étude à grande échelle ;  elle ne peut donc se faire qu’après la commercialisation du vaccin ; le nombre de personnes qui y participe est supérieur à 10 000.  Donc tous les effets secondaires apparaissant lors de l’utilisation publique d’un vaccin, rentrent dans cette phase. C’est cette surveillance post-AMM qui est indispensable pour l’évaluation du rapport bénéfice-risque.

Au bout de cette série de tests, il est donc possible de définir un certain nombre d’effets secondaires :

  • Le premier effet qui suit une vaccination est la réaction inflammatoire : elle n’est pas obligatoire mais elle est fréquente ; il s’agit d’une réaction locale au point d’injection avec rougeur, douleur, chaleur et tuméfaction, qui correspond à la mise en jeu de la réponse immunitaire innée.  Ces symptômes bénins s’estompent  en quelques jours.
  • Sur le plan général, on peut noter la survenue de douleurs articulaires, musculaires, de fièvre, de céphalées. Là encore, ces effets restent bénins même s’ils sont plus gênants et s’estompent en quelques jours aidés par la prise d’antalgiques classiques comme le Paracétamol.
  • Plus graves sont les réactions allergiques à la vaccination ; elles sont exceptionnellement graves mais heureusement rares : il s’agit du choc anaphylactique qui met en jeu le pronostic vital et peut se présenter comme un état de malaise, associé à une tachycardie précédant une hypotension brutale pouvant entraîner une perte de connaissance.

            Nous verrons dans le prochain numéro les maladies auto-immunes et autres conséquences ainsi que les conclusions de l’OMS et de la Cour de justice de l’Union Européenne de 2017.

Dr. N. Rémy

[1] Autorisation de Mise sur le Marché.

Les Vaccinations : Mécanismes.

 Calendrier vaccinal.

             Après un rappel historique des  origines de la vaccination et de l’intérêt que celle-ci a pu présenter dans la limitation des épidémies voire dans l’éradication  transitoire de certaines maladies, il pourrait être intéressant d’évaluer la part que la vaccination a pris dans notre existence et de mesurer s’il y a lieu de lui donner autant d’importance que la société moderne voudrait lui accorder.

Mais pour cela, il faut auparavant tenter de comprendre le mécanisme de la vaccination  et  de s’intéresser également à un problème central qui est celui de l’immunité.

La résistance à une agression par des agents microbiens suppose que l’organisme possède différents facteurs dont les principaux sont des anticorps ou immuno globulines sécrétés par de gros lymphocytes, les mastocytes, après un premier contact avec un antigène ou agent infectieux.

Lors de la vaccination, il y a injection de virus ou de bactéries atténués ou inactivés : c’est ce premier contact avec l’agent toujours pathogène, mais qui a perdu sa virulence, qui permet de fabriquer les anticorps spécifiques.

Cette première réponse de l’organisme prend un certain temps, environ trois semaines, mais l’information est stockée dans des lymphocytes dits « mémoire » qui agiront  très rapidement lors d’un second contact avec le même antigène c’est-à-dire quand les virus ou bactéries vivants, vecteurs effectifs de la maladie, pénétreront dans l’organisme. Celui-ci, déjà « prévenu » par le contact antérieur avec l’antigène, n’aura aucune difficulté à réenclencher la cascade événements capable d’aboutir à la fabrication des anticorps neutralisant virus et bactéries.

Ainsi si une maladie n’apparaît pas dans un organisme, ce n’est pas par état de quiescence intérieure  mais parce qu’il existe, à l’échelon cellulaire, une véritable guerre immunologique rendue possible parce que l’organisme possède les moyens de cette défense.

Ces moyens ne sont pas apportés par la vaccination comme quelque chose d’extérieur ; ils existent déjà de manière naturelle dans tous les organismes normalement constitués,  indépendamment de toute vaccination.

 L’intérêt de la vaccination – dans son  principe  –  est d’activer cette machinerie de défense pour la rendre rapidement opérationnelle sur les terrains d’agression ; elle n’invente rien de nouveau mais elle se sert des moyens dont l’organisme dispose déjà, en lui-même,  pour les mobiliser à bon escient  et surtout rapidement, en cas de besoin.

Donc rien que de très intéressant et bénéfique pour le corps humain, a priori, si l’on s’en tient aux principes énoncés.

Maintenant si l’on regarde ce qui se passe en réalité dans notre société, on se rend compte que la vaccination a pris une importance considérable ; il ne s’agit plus de vacciner certains sujets exposés à des conditions particulièrement pathogènes, mais on vaccine tout le monde, même ceux qui ne sont pas exposés aux agents infectieux et on les vaccine pour le cas où ils se trouveraient un jour en contact avec eux…C’est, me dira-t-on, un principe de précaution…Mais la prévention doit-elle s’étendre à ce point-là… ?

De plus on vaccine de plus en plus jeune, à partir de deux mois, alors que le système immunitaire n’est pas mature puisqu’il faut attendre trois mois de vie pour cela. Dans les trois premiers mois de la vie, il est bien connu que c’est la mère qui apporte des anticorps à l’enfant qu’il ne peut fabriquer lui-même, par le moyen de l’allaitement maternel.

Pour avoir une idée de cette pléthore de vaccinations, il m’a paru intéressant de faire un tour d’horizon du panorama des vaccins et de regarder le calendrier vaccinal :                                  

  2 mois 4 mois 5 mois 11 mois 12 mois 16-18 mois 6 ans 11-13 ans 25 ans
DTP + +   +     + + +
ROR         + +      
Coqueluche + +   +     + + +
Haemophilus Influenzae B + +   +          
Pneumocoque + +   +          
Méningocoque C     +   +        
Hépatite B + +   +          

Le seul vaccin  obligatoire jusqu’à présent est  le DTP : Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite : 1er vaccin à deux mois, rappel à 4 mois, à 11 mois puis  à 6 ans, à 11-13 ans, à 25 ans puis tous les 10 ans.

Sont facultatifs les vaccins contre :

  • Rougeole-Oreillons-Varicelle (ROR) : vaccination à 12 mois ; rappel à 16-18 mois.
  • La Coqueluche : vaccin à 2 mois, rappel à 4 mois, à 11 mois, à 6 ans, à 11-13 ans, à 25 ans.
  • L’Haemophilus Influenzae : vaccin à 2 mois ; rappel à 4 mois et à 11 ans.
  • Le Pneumocoque : vaccin à 2 mois, rappel à 4 et 11 mois.
  • Le Méningocoque C : vaccin à 5 mois et à 12 mois.
  • L’Hépatite B : vaccin à 2 mois, rappel à 4 et à 11 mois.
  • La tuberculose (BCG) : vaccin à 1 mois
  • Le Papillomavirus : vaccin à 11 et 13 ans ; rappel à 14 ans.
  • La Grippe : vaccin sup à 65 ans
  • Le Zona : vaccin sup à 65 ans

Sur le tableau du calendrier vaccinal, si l’on additionne les vaccins facultatifs mentionnés aux vaccins déjà obligatoires, on parvient au nombre de 11 vaccins entre 2 mois et 15 ans.

Si l’on tenait  compte des rappels il y aurait 23 injections différentes, ce qui poserait  des problèmes pratiques, d’où le regroupement en plusieurs vaccins associés dans une seule injection.

Pour les vaccinations facultatives qui vont devenir obligatoires comme l’hépatite B et le Méningocoque C, un rattrapage de vaccin peut être envisagé jusqu’aux âges de 15 et de 24 ans.

Le ministère a fait savoir que les vaccinations n’entraînaient pas de coût supplémentaire pour les familles ; actuellement tous les vaccins obligatoires sont remboursés à 100% ; les autres sont pris en charge par les complémentaires et pour ceux qui n’ont pas de mutuelle, des centres de vaccination gratuite restent accessibles.

Quant aux  réfractaires, le ministre de la Santé, Agnès Buzyn a fait savoir que son objectif n’était pas de sanctionner mais les sanctions pourront exister et elles seront fortes : les parents récalcitrants risqueront jusqu’à six mois de prison et 3750 euros d’amende. La clause d’exception un temps évoquée par le ministre ne semble plus d’actualité. (BFM TV 1er/09/2017).

Pour en terminer et conclure pour le moment sur cette question, la multiplicité des vaccinations que l’on veut  imposer à nos familles et son caractère obligatoire, sera-t-elle bénéfique à notre santé ou bien ne sera-t-elle pas la cause d’un dérèglement complet de notre immunité ? La question est posée et aucune étude sérieuse ne permet pour le moment d’y répondre, le problème étant difficile à aborder sereinement car trop d’intérêts financiers sont en jeu pour remettre en cause le bien-fondé de ces vaccinations de masse.

Par contre, il est dès à présent possible de constater l’émergence d’effets indésirables ou secondaires liés à l’utilisation des vaccins et cette question sera envisagée dans le prochain bulletin.

Dr. N. Rémy

La vaccination (1)

    Lors de la rentrée scolaire, c’est pour certains parents, un casse-tête d’essayer de se souvenir quelles sont les vaccinations qui ont été faites à leurs enfants, qui sont toujours actives et quelles sont celles qu’il va falloir renouveler.

Les vaccinations sont intégrées à la vie scolaire de nos enfants, puisque depuis l’apparition de la vaccination rendue publique, ce sont les enfants qui en bénéficient les premiers ; elles ont laissé à certains quelques souvenirs douloureux ou désagréables ; elles sont aussi l’objet actuellement de controverses en raison de la composition des vaccins et de l’association d’adjuvants toxiques.

Aussi l’occasion m’est-elle donnée de faire un retour sur ce qu’est la vaccination et quel est son intérêt.

La vaccination est basée sur le déclenchement d’une immunité dans le corps humain à la suite de l’injection dans le corps de substances potentiellement pathogènes : ce sont des bactéries ou des virus dont l’activité a été atténuée pour permettre l’apparition de l’immunité sans entraîner de maladie.

Ces virus et bactéries, à l’état « libre »,  sont naturellement responsables de troubles laissant de graves séquelles ou pouvant provoquer la mort: diphtérie, tétanos, poliomyélite, rougeole, rubéole… En l’absence de vaccination, dans les siècles passés, les gens  présentaient ces maladies soit de façon isolée soit lors d’épidémies. Ce fut le cas d’une maladie particulièrement grave appelée la Variole.

La variole ou petite vérole est une maladie connue depuis l’Antiquité, qui a refait surface au XVIIième siècle sous forme d’épidémies qui ont fait à chaque fois des milliers de victimes. C’est une maladie infectieuse très contagieuse, due à un virus, caractérisée par une éruption de taches rouges devenant des vésicules puis des pustules. Il en existe plusieurs formes et l’on distingue :

  • la variole majeure : qui est une variole typique provoquant chez des sujets non vaccinés un taux de létalité d’environ 20 à 50 % ;
  • la variole hémorragique ou noire entraînant des lésions hémorragiques de la peau et des muqueuses ; Émile Zola a pu écrire à son sujet : «  Beaucoup avaient la variole noire. Ils se remuaient, criaient dans un délire incessant, se dressaient sur leur lit, debout comme des spectres[1] » ;
  • la variole maligne : forme très grave de variole hémorragique responsable des décès précoces.

Lors de la guerre de 1870-1871, l’armée française a compté en 6 mois, 125 000 cas de variole avec 24 000 morts, alors que l’armée prussienne (qui était vaccinée) n’a compté que quelques dizaines de cas[2].

      Dès le XVIIième siècle, différentes techniques ont été utilisées pour essayer de protéger la population  dans différents endroits du  monde :

  • dépôt de pus ou de squames varioliques sur la muqueuse nasale des enfants en Chine ;
  • administration sous-cutanée d’un exsudat de plaie (liquide suintant) prélevé chez un patient présentant une forme bénigne de variole, en Perse, dans le Caucase et dans certaines régions d’Afrique ;
  • inoculation intra-dermique de pus variolique desséché dans l’empire Ottoman puis en Europe.

L’objectif poursuivi à l’époque était de provoquer le développement d’une infection bénigne chez l’individu « inoculé » afin de lui provoquer une protection contre la variole.

Au XVIIIième siècle, un médecin anglais Edward Jenner (1749 – 1823) constata que le contact régulier de fermières avec le virus de la variole bovine ou « vaccine », entraînait qu’elles ne contractaient jamais la variole. Se basant sur cette observation, il poursuivit ses expérimentations et prouva en 1796, que le pus de la vaccine introduit par scarification (incision superficielle de la peau) dans l’organisme humain, le protège de la variole.

 Jenner énonce le principe de l’atténuation des germes par passage d’une espèce animale à une autre. La vaccination est née, avec le sens que nous lui connaissons.

Au XIXième siècle, Louis Pasteur (1822 – 1895), Docteur en Sciences,  fait porter ses travaux sur le rôle des microbes dans la survenue de maladies infectieuses et démontre que le choléra de la poule est bien une maladie contagieuse provoquée par une bactérie. Il fabrique le premier vaccin atténué artificiel.

En 1881, il énonce le principe de la vaccination : «  Des virus affaiblis, ayant le caractère de ne jamais tuer, donnent une maladie bénigne qui préserve de la maladie mortelle. »

En 1881, il parvient à isoler, purifier et inactiver la souche de l’agent contagieux de la rage, à partir de cerveaux d’animaux morts de cette maladie. En 1885, il prépare avec succès le premier vaccin humain à virulence atténuée contre la rage. Une commission d’enquête internationale confirme l’efficacité du vaccin antirabique. Autour de lui, une véritable école de pensée scientifique est fondée et l’Institut Pasteur apparaît en 1888, avec une vingtaine d’implantations en Europe et Outre-Mer.

L’œuvre de Pasteur est poursuivie dans le monde :

1921 : vaccin BCG contre la Tuberculose ;

1923-24 : contre la Diphtérie et le Tétanos ;

1927 : contre la Fièvre Jaune ;

1954 : contre la Poliomyélite.

En 1958, l’Organisation Mondiale de la Santé, l’OMS, décide de vacciner contre la variole toutes les populations vivant en pays d’endémie et annonce l’éradication mondiale de la variole en 1976.

Après ces quelques mots sur l’origine des vaccins, nous verrons dans un prochain numéro ce qu’il en est du calendrier vaccinal, son intérêt mais aussi ce qu’il faut savoir des vaccins proposés aujourd’hui.

Dr N. Rémy

[1]Zola, Débâcle, 1892, p.501.

[2]Enc. Sc. Techn.,t. 101 973, p.786.

PLANTES ALLERGISANTES

Pour ceux des vacanciers qui ont choisi de passer leur temps de repos à la campagne ou à la montagne, la période estivale est propice à des rencontres inattendues : il s’agit des plantes allergisantes qu’il est intéressant d’identifier sur le bord des chemins ou dans les champs.

La première est le Panais, dont il existe plusieurs variétés ; l’une se consomme comme les plantes à tubercules de nos  jardins. Il pousse sur sol calcaire, dans les prés ou au bord des chemins ; il fleurit en juillet-août avec des inflorescences en ombrelles et pour cela, appartient à la famille des Apiacées dénommées autrefois Ombellifères, comme le fenouil ou la carotte.

La variété qui nous intéresse est le Panais urticant dont le  contact  peut provoquer, chez des sujets sensibles, des brûlures douloureuses. Il s’agit d’une dermite de contact qui prend l’aspect de brûlure au second degré, avec apparition de phlyctènes dues à la présence de substances de type coumarines, agissant par photosensibilisation sous l’action des rayons solaires.

L’apparition des lésions cutanées de ce type est désignée sous le nom de « Pestanade » et les gens habitués à vivre à la campagne ont appris à l’éviter comme la peste, en travaillant bras et jambes couverts.

Cette éruption cutanée douloureuse peut durer environ trois semaines ; elle est à traiter par une désinfection locale (Biseptine ou Chlorhexidine)  associée à la prise d’antihistaminiques par voie orale.

La deuxième plante, tout aussi intéressante, est l’Ambroisie. C’est une plante invasive provenant d’Amérique du Nord, introduite en France au XIXième siècle et  particulièrement fréquente dans la région Rhône-Alpes.

C’est une plante dressée de 20 à 120 cm, adoptant un port de buisson lorsqu’elle dispose de place. Les feuilles légèrement poilues à contour ovale-triangulaire sont divisées jusqu’à la nervure en lobes dentés. Lorsqu’elle fleurit, elle se couvre de petites fleurs verdâtres ; les fruits sont ovoïdes, lisses, de 3,5 millimètres environ et indéhiscents à une seule graine.

Cette plante peut être confondue avec l’Armoise vulgaire, aux vertus thérapeutiques. Pour les différencier, lorsque l’on froisse une feuille d’Armoise, il se dégage une odeur marquée tandis que l’Ambroisie reste inodore.

Le pollen de l’Ambroisie provoque chez de nombreuses personnes des réactions allergiques : 6 à 12% de la population est sensible à l’Ambroisie. Il suffit de 5 graines de pollen par mètre cube d’air pour que les symptômes apparaissent.

Les Symptômes sont :

-la rhinite : écoulement nasal, éternuements ;

-la conjonctivite : rougeur oculaire, larmoiement, œdème ;

-la trachéite : toux sèche ;

-l’asthme : gêne respiratoire ;

-l’urticaire, l’eczéma : lésions cutanées plus ou moins étendues, avec démangeaisons.

Alors que le classique rhume des foins apparaît en mai-juin, les allergies provoquées par le pollen d’Ambroisie sont plus tardives ; elles commencent en général vers la mi-août et peuvent se prolonger jusqu’en octobre avec un maximum d’intensité en septembre. Le diagnostic est donc facile à poser dans les régions où la plante est présente, ainsi que dans les régions où le vent est capable d’apporter des pollens, ce qui permet d’énoncer que lorsque l’Ambroisie est en fleurs, les allergiques sont en pleurs…

                                                                                                        Dr N. Rémy

ALLERGIES

Quoi de plus opportun que la saison où nous nous trouvons pour traiter cette question d’allergie ?

Le printemps est en effet la mauvaise période pour tous ceux qui souffrent d’allergie aux pollens (un Français sur 3) et qui voient régulièrement la survenue d’un certain nombre de symptômes : rougeurs et brûlures oculaires, écoulement nasal, gêne respiratoire.

Le réseau national de surveillance aérobiologique a listé 25 végétaux producteurs de pollens susceptibles de déclencher des allergies : cyprès et bouleau arrivent en tête devant l’aulne, le frêne, le chêne, puis le noisetier, le saule, le platane, le charme, le tilleul et l’olivier.

Difficile donc d’éviter ces pollens qui se disséminent facilement et très loin. Ils sont apportés  par les arbres de nos jardins et la solution d’abattre les arbres en question n’en est pas une puisque l’on ne peut échapper aux pollens des voisins…

On peut donc diminuer la concentration des pollens à l’intérieur des maisons en pensant à fermer les fenêtres lorsque l’on tond le gazon mais il vaut mieux également éviter de les ouvrir en fin de journée ou le soir quand la concentration de pollens est maximale dans l’air. La pluie a par contre un rôle bénéfique puisqu’elle permet de scotcher ces indésirables au sol…

Les symptômes de l’allergie aux pollens sont la conjonctivite et la rhinite.

A titre préventif, on peut appliquer pour la conjonctivite des compresses de camomille chaque soir avant de se coucher et pour la rhinite, il est conseillé de rincer les fosses nasales avec un spray de sérum physiologique ou d’eau de mer enrichi en manganèse.

Si les signes sont trop gênants, une prescription d’antihistaminiques sera initiée par le médecin traitant.

Mais il faut savoir que la même protéine qui rend allergique aux pollens se retrouve dans certains fruits et c’est pourquoi quelques personnes finissent par ne plus supporter cerises, pêches, brugnons, kiwis et surtout les pommes qui peuvent entraîner des démangeaisons du palais, des éternuements, un œdème des lèvres attestant d’une « allergie croisée ».

La deuxième allergie dont nous parlerons est l’urticaire ; elle n’est pas spécifique au printemps et se rencontre en toute saison.

L’urticaire est une éruption cutanée qui se caractérise par des démangeaisons et l’apparition de plaques rouges (papules) en relief qui ressemblent à des piqures d’ortie. Ces papules peuvent être localisées en un endroit du corps ou bien généralisées ; elles sont associées à une réaction cutanée diffuse inflammatoire, avec des démangeaisons intenses qui sont accentuées lorsque l’on se gratte.

Ces symptômes sont valables aussi bien pour la forme aigüe de l’urticaire que pour la forme chronique qui peut durer plus de 6 semaines.

L’urticaire aigüe se développe rapidement et ne dure que quelques heures ou quelques jours ; sa cause en est souvent une allergie à un aliment, à une piqûre d’insecte (Hyménoptères) ou à un médicament (anti-inflammatoire…) mais il peut aussi être un signe d’infection.

Quant à l’urticaire chronique, les causes sont plus difficiles à déterminer, pouvant être provoquées par un effort physique intense ou prolongé, par un stress important ; parfois aussi ce sont des irritations mécaniques ou physiques qui jouent le rôle de facteur déclenchant.

Quoi qu’il en soit, l’urticaire est un symptôme à ne pas négliger qui  nécessite une consultation médicale rapide dans le cas de l’urticaire aigüe et  la prise d’antihistaminiques et de corticoïdes pour éviter certaines complications graves.

Dr N. Rémy

Témoignage: L’expérience d’un médecin urgentiste

Quelques exemples concrets sur les conséquences de la prise de drogue.

L’expérience d’un médecin urgentiste :

 Plutôt que d’expliciter les effets des drogues sur le plan clinique c’est-à-dire montrer les conséquences que la toxicomanie a sur le corps humain, comme les effets stimulants, dépresseurs, le pouvoir intoxicant ou hallucinogène, il m’a paru préférable de parler aujourd’hui dans cette chronique, de cas pratiques, constatés et vécus lors de mon exercice hospitalier aux urgences.

En 2003, une Rave Party a été organisée à l’aérodrome de la Montagne noire, habituellement centre de Vol à Voile, près de Revel. C’était nouveau, elle faisait partie des toutes premières Rave et drainait une partie de la jeunesse, non seulement de la région Midi Pyrénées mais aussi du reste de la France. C’est pourquoi les secours étaient assurés  par les pompiers mais les secours médicaux n’avaient pas été prévus sur place, comme cela fut le cas, les années suivantes.

Etant de garde aux urgences de l’hôpital de Castelnaudary, le plus proche  du lieu de la Rave, l’équipe médicale a vu arriver tout au long de la nuit suivant le début de la manifestation, un défilé de camions de pompiers, nous amenant des jeunes gens présentant tous des troubles du comportement liés soit à une intoxication aigüe par l’alcool, soit à la consommation de drogue, soit  les deux.

La plus utilisée dans cette tranche d’âge est le Cannabis : états confusionnels, lenteur de l’idéation, difficulté à se repérer dans le temps, incapacité à répondre aux questions simples,  avec déambulation  dans les couloirs et la salle d’attente, les pupilles particulièrement dilatées ; pour certains des épisodes d’agitation, pour d’autres d’hyper somnolence : l’un d’eux avait choisi de passer la nuit dans un arbre, sur une branche, dont il est d’ailleurs tombé… Ce sont tous des patients qu’il a fallu garder et surveiller en attendant que les effets des drogues consommées se dissipent  pour qu’ils puissent repartir chez eux.

Quelques années plus tard, en 2010,  un jeune homme d’une trentaine d’années,  se présente aux urgences dans un état d’agitation extrême après avoir absorbé un demi-comprimé d’ecstasy au cours d’une fête entre amis ; il n’en avait pas l’habitude et faisait visiblement un « Bad Trip[1] » avec une sensation de mort imminente. Tous ses propos reflétaient cette angoisse de mort. Il n’y avait pas grand-chose à faire qu’à essayer de le rassurer mais c’était peine perdue. Progressivement les effets se sont estompés (mais il a bien dû patienter deux ou trois heures) et il a pu quitter le service en se jurant qu’il ne renouvellerait pas l’expérience…

Beaucoup plus grave, en 2013 : le Centre 15 nous informe de l’arrivée de deux VSAB[2] nous adressant deux jeunes de 24-25 ans, agités, ayant consommé probablement des substances dont ils taisaient le nom. Je me posais la question de la nécessité de deux camions de pompiers, ce qui veut dire deux équipages de quatre hommes, mais j’ai vite compris : le premier était dans un tel état d’agitation et de délire complet qu’il n’avait pas fallu moins que six hommes pour le maintenir et l’amener aux urgences ; l’autre était plus calme mais dans un état de malaise ; il est entré accompagné mais en marchant. Il y avait donc deux urgences à gérer en même temps, dont l’une particulièrement préoccupante puisqu’il fallait maintenir à plusieurs cet homme agité sur un brancard.

Le premier problème était de savoir quelle drogue avait été ingérée ; celui qui était interrogeable m’a parlé de drogue de l’amour (MDMA [3,4 méthyldioxyméthamphétamine], encore connue sous sa forme d’ecstasy)

Ensuite il fallait gérer la situation pour le premier patient, délirant, avec des hallucinations qui le terrifiaient ; heureusement un de ses camarades était présent et lui parlait, le rassurait : c’était le seul qu’il arrivait à comprendre. Il présentait une tachycardie[3] à 200/minute, une poussée hypertensive dont la systolique[4] approchait de 30, une hypersudation telle qu’il se liquéfiait littéralement sous nos yeux, rendant impossible la pose de voie veineuse périphérique dont le pansement se décollait sans cesse ; il se débattait sur son brancard maintenu par six hommes. Sa température approchait des 42°. Cette hyperthermie maligne était une urgence vitale.

Pendant que je passais un message au Samu pour demander un renfort médical, puisque nous étions en nombre restreint sur Castel, deux personnes se trouvaient dans le couloir et m’ont abordée. Ils voulaient savoir quand ces deux jeunes allaient pouvoir sortir, ils  étaient passibles de sanctions. Je les ai regardés abasourdie parce qu’ils n’avaient pas l’air de réaliser la gravité de la situation et je leur ai répondu que je n’étais pas certaine qu’ils puissent s’en sortir, en tout cas pour le premier. Donc envisager des sanctions était à mon avis hors de propos puisque le pronostic vital de l’un d’eux était en jeu…

Finalement la situation d’urgence a pu être maîtrisée ; le patient qui était en état très grave a été endormi et plongé dans un coma artificiel pour pouvoir être transporté en service de réanimation sur Toulouse. Deux ou trois semaines plus tard, nous apprenions qu’il était en vie et avait pu quitter la réanimation. J’ignore ce que ces deux jeunes sont devenus mais les plus grands doutes demeurent sur leur perspective de carrière.

Dr N. Rémy

[1]  Le bad trip se caractérise par une angoisse intense, des tremblements, des sueurs froides, des difficultés à respirer, des palpitations, des hallucinations, de la confusion, parfois une perte de connaissance.

[2] Véhicules de secours aux asphyxiés et  aux blessés

[3] Le rythme cardiaque normal oscille normalement autour de 60 battements par minute pour un adulte.

[4] La tension artérielle comprend deux chiffres, l’un pour la maxima et l’autre pour la minima : la maxima varie de 11 à 15. Au delà de 15 on parle d hyper tension. C est un signe de gravité car l’hypertension​ peut entraîner une hémorragie cérébrale ou autre effets graves.

Les infections hivernales

La saison d’hiver apporte chez tous son lot de désagréments : qui ne connaît de rhume, de  pharyngite, de bronchite ou de grippe pour ne citer que les plus courantes de ces affections saisonnières ?

            Les enfants sont particulièrement touchés mais aussi les personnes âgées ; les adultes, plus résistants peuvent y échapper à condition de ne pas traîner avec soi de fatigue chronique. Les mères de famille nombreuse ont l’habitude de traiter au domicile ces ennuis de l’hiver : inhalations, frictions, homéopathie, phytothérapie ou Paracétamol tout simplement ; mais il existe des situations où il est nécessaire de consulter son généraliste et d’utiliser l’allopathie avec son arsenal d’antibiotiques et anti-inflammatoires. Continuer la lecture de « Les infections hivernales »