Que votre règne arrive

           « Bien vivre n’est rien d’autre qu’aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de tout son esprit », et comment aimer Dieu si nous ne le connaissons pas ? Aimer Dieu ! Vaste programme ! Et l’aimerons-nous jamais assez ?

La maman pourra ainsi lire ou simplement s’inspirer de ces pensées pour entretenir un dialogue avec ses enfants ; elle l’adaptera à l’âge de chacun mais y trouvera l’inspiration nécessaire pour rendre la présence de Dieu réelle dans le quotidien matériel et froid qui nous entoure. Elle apprendra ainsi à ses enfants, petit à petit, à méditer ; point n’est besoin pour cela de développer tous les points de ce texte si un seul nourrit l’âme de l’enfant lors de ce moment privilégié.

Ainsi, quand les difficultés surgiront, que les épreuves inévitables surviendront, chacun aura acquis l’habitude de retrouver au fond de son cœur Celui qui ne déçoit jamais !

  **********

  « Nous n’avons d’autre roi que César », crièrent les Juifs à Pilate le vendredi saint ! Depuis le péché originel, notre orgueil veut nous mettre au même niveau que le Bon Dieu ; hier comme aujourd’hui, c’est la même tentation soufflée par Satan, celle qui fit chuter Adam et Eve : « vous serez comme des dieux ».

Or, je le sais, Dieu est Roi, Notre-Seigneur nous le fait bien comprendre en parlant du Royaume des Cieux. C’est lui le divin maître de toute la Création qui devrait lui être soumise. Mais par le péché nous avons donné notre âme à un autre roi, celui de la révolte, de l’orgueil, et du mensonge. Et depuis ce jour, le monde semble lui appartenir. Comment est-ce possible ? Quand le Bon Dieu m’a créé, il m’a donné une âme libre de choisir les bons moyens pour l’aimer de tout mon cœur, et moi, je choisis de prendre un tout autre chemin quand je désobéis à sa Loi. C’est difficile de régner quand le peuple ne respecte pas la loi, l’ordre n’existe plus. Heureusement que la nature et les animaux ne se rebellent pas de leur côté ! Si les forêts décidaient de ne plus rester à leur place mais d’aller se promener, et que les poissons commençaient à monter aux arbres… ce serait la cacophonie !

 

C’est hélas ce qui se passe chez les hommes ! Le Roi du Ciel nous a donné la vie, et avec elle quelques commandements… pas tant que ça ! 10 en tout ! Ce n’est pas pour nous contraindre, mais pour nous permettre de vivre harmonieusement en attendant de parvenir un jour au royaume céleste où nous chanterons sa gloire avec les Anges.

Que votre règne arrive : c’est une demande que Jésus m’encourage à vous faire, ô mon Dieu, même si je sais bien que ,quoi que je fasse, votre règne arrivera tout de même. Vous voulez que je participe à votre règne en me soumettant volontiers à votre loi, et en amenant ceux qui m’entourent à se ranger eux aussi sous votre bannière, en combattant nos défauts chaque jour. Il faut chasser le grand Ennemi de notre cœur et de notre pays, comme un soldat, pied à pied. Je ne dois pas chercher les victoires éclatantes mais l’héroïsme du devoir d’état quotidien, c’est le plus difficile mais aussi le plus efficace. Si je trouve dans mon cœur la moindre parcelle qui appartienne à un autre qu’au Bon Dieu, je dois la regagner par mes efforts et mes sacrifices, afin qu’il règne à nouveau. C’est ce que le Bon Dieu veut de moi, que je participe comme un soldat, surtout si je suis confirmé, et que j’ai donc reçu en plénitude les sept dons du Saint-Esprit.

 

Les dons du Saint-Esprit, la Sagesse, l’Intelligence, la Science, Le Conseil, la Force, la Pitié et la Crainte de Dieu, m’ont été donnés dans ce but : devenir parfait chrétien, témoin et apôtre de Jésus-Christ. En résumé, quelle meilleure aide puis-je trouver afin de combattre le mal pour que règne le Bon Dieu ? Les Apôtres ont reçu ces dons le jour de la Pentecôte, et de faibles et peureux qu’ils étaient ils sont devenus courageux et forts, et n’ont plus craint de se montrer chrétiens et de risquer la mort pour permettre au monde entier de connaître et d’atteindre le Royaume du Ciel.

 

Que votre règne arrive sur cette terre qui vous appartient, sur les peuples du monde entier, et tout particulièrement dans mon cœur qui vous appartient depuis le jour du baptême. Sainte Vierge Marie, reine du Ciel et des Saints Anges, obtenez de moi une entière soumission à celui que je veux reconnaître pour toujours comme mon Roi !

 

Germaine Thionville

 

 

Exercice musical

             

S’il n’est pas toujours facile d’aller au concert, surtout avec des enfants en bas âge, il est toujours possible d’organiser chez soi un petit moment d’écoute musicale. Quoi de plus simple que de familiariser les enfants à la musique classique, tout d’abord en sélectionnant ce que la famille entend quotidiennement à la radio ou dans des disques, ou en faisant une pause musicale familiale le dimanche après-midi, quand il ne fait pas assez beau pour aller se promener.

 

Vous n’aurez pas de mal à retrouver des airs connus ou que vous appréciez particulièrement, et à les faire écouter en expliquant ou en faisant deviner, selon les âges : quel est le sentiment qui se dégage de l’œuvre, quels sont les instruments que l’on y retrouve, quelle est la forme du morceau (sonate, symphonie, valse, opéra…), à quel temps est la mesure, si le passage est en mode majeur ou mineur, de quelle époque il date, quel est son compositeur, à quels autres airs il fait penser…

Ce petit exercice peut également se faire en voiture, de façon impromptue, si bien que petit à petit, la sensibilité et le goût musical de nos auditeurs en herbe se développera en leur permettant de discerner ce qui est beau et harmonieux.

 

La morphine (suite)

           Après avoir vu précédemment que la Morphine était le principal composé de l’Opium, substance sécrétée par le Pavot somnifère, nous allons présenter maintenant quelques effets de cette substance au niveau du corps humain.

L’action principale de la Morphine est de calmer la douleur ; elle est antalgique. Son action se fait sur le système nerveux central en priorité. En effet, la sensation de douleur est conduite au cerveau par des fibres nerveuses dites nociceptives et la Morphine agit sur les mécanismes de cette transmission nerveuse, entraînant une sédation ou disparition de la douleur.

Cette sédation entraîne la récupération du sommeil que la douleur avait altéré ; on dit que la Morphine fait dormir. En réalité, c’est par la sédation de la douleur que la Morphine favorise le sommeil.

Son utilisation prolongée peut également provoquer une dépendance physique et psychique, d’où l’importance de ne pas arrêter brutalement un traitement par Morphine surtout si celui-ci est de longue durée au risque de voir apparaître un syndrome de sevrage ou de manque. A des doses élevées, elle peut entraîner des hallucinations visuelles.

Elle agit aussi sur les centres respiratoires et entraîne une dépression respiratoire : c’est la perte de ce mécanisme qui provoque la respiration, à la fois en diminuant la sensibilité des centres respiratoires au stimulus qu’est le CO2, et en diminuant la douleur qui est elle-même stimulante pour la respiration. Bien sûr, cet effet ne se manifeste que pour des doses très élevées.

La Morphine a également une action sur la toux et un effet antitussif, mais ne peut pas être utilisée de façon courante pour calmer des toux banales. Lors de l’installation du traitement, à des doses faibles, elle peut favoriser la survenue de vomissements qui  peuvent être traités par des antiémétiques.

L’action de la Morphine se fait également au niveau des muscles lisses du tube digestif ; en renforçant le tonus du sphincter anal, elle peut avoir un effet de constipation, qui peut être facilement traité par des laxatifs.

Au niveau des voies biliaires, elle renforce aussi le tonus du sphincter d’Oddi donc ralentit l’excrétion de la bile dans les canaux biliaires et peut entraîner des douleurs, surtout chez des personnes à qui l’on a enlevé la vésicule.

Sur les voies excrétrices urinaires, elle a une action de renforcement du tonus des fibres donc favorise la rétention d’urine et en cas de colique néphrétique, elle pourrait donc ralentir l’évacuation des calculs ; cet effet aurait pour conséquence d’augmenter les douleurs de  la crise si l’on ne l’utilisait pas avec un antispasmodique.

Les principaux effets indésirables sont les nausées, les vomissements, la constipation, la dépression respiratoire, la rétention urinaire.

 

   Malgré ces effets, la Morphine reste l’un des principaux médicaments dans le traitement de la douleur, soit pour les douleurs chroniques des cancers mais aussi aigües, comme pour l’infarctus du myocarde, les hémorragies internes. Pour une meilleure efficacité, il est nécessaire de l’utiliser de façon préventive plutôt que curative.

   Il ne faut pas être obnubilé par la crainte de la dépression respiratoire, de la rétention urinaire ou d’autres effets indésirables ;  il faut plutôt trouver la bonne posologie qui permettra la meilleure efficacité de ce médicament et savoir que cette posologie est variable d’un sujet à l’autre parce que la perception de la douleur  n’est pas la même pour toutes les personnes.

 

Dr. N. Rémy

 

Le portable: un art de vivre

Pourquoi le portable est-il si indigeste ?

           Beaucoup de personnes gardent leur portable dans leur poche en tous temps, soit qu’elles en aient besoin pour des raisons professionnelles, soit que l’idée même de s’en séparer 5 minutes leur soit insupportable. Mais à table, ne pourrait-il pas y avoir une petite pause technologique, une trêve des ondes, un moment privilégié où la famille passe avant tout le reste ?

Le mieux serait de laisser cet objet envahissant sur la table de l’entrée, plutôt que de le poser de façon ostensible devant son assiette et d’engager, à la première sonnerie, une conversation téléphonique devant un public captif, sommé de ne pas bouger afin de ne pas perturber cette conversation d’importance. Le mépris pour les autres convives, qui serait passé autrefois pour de la goujaterie, et l’impolitesse du procédé, ne doivent pas nous faire oublier qu’il n’est pas si loin le temps où l’on ne téléphonait pas pendant les repas, au risque de passer pour un mufle. Autres temps, mais pas autres mœurs. Restons fiers de préserver l’art de vivre à la Française et ces moments de convivialité que sont les repas en famille.

 

Force et patience dans les petites choses

 Bien chère Bertille,

 Ça y est la rentrée approche à grands pas, et j’ai senti dans ta dernière lettre une certaine lassitude, et un peu de découragement à l’idée de reprendre les études.

 Je voudrais donc t’encourager à la patience, à la persévérance, à la pratique de la vertu de Force. La jeune fille chrétienne en a bien besoin. Le monde extérieur attire avec ses plaisirs, ses réjouissances, ses facilités. Il sait susciter nos sens, pour nous détourner de cette intériorité qui nous rapproche de Dieu. Mais tu le sais tout ce qui s’acquière facilement ne procure pas une joie durable. La vie chrétienne est un combat. Certains auteurs parlent du combat spirituel. Il y a une part de lutte et une part de défense. Soit tu attaques les puissances extérieures, soit tu essaies de ne pas te laisser vaincre par elles. Les deux font partie de la vie chrétienne. Mais il peut être bon, parfois, de commencer par se fortifier avant de se lancer dans la bataille.

 

  Une âme munie de la vertu de Force supporte ou « enjoint à la sensibilité d’endurer les peines de la vie ». Elle doit se caractériser par la fermeté sereine et par son calme imperturbable. Tu as des convictions que tes parents t’ont transmises. La vertu de Force va t’aider à les mettre en pratique. Par exemple, tenir en toutes circonstances la modestie dans le vêtement, malgré les réflexions que l’on peut te faire à la Fac. Ne pas avoir peur de montrer ou de dire que tu es chrétienne parce que tu ne manges pas de viande le vendredi. Refuser une soirée avec des personnes de ta promo, car tu sais qu’elle va se terminer en débauche. Je pense que tu as de multiples exemples en tête à mettre en pratique pour affirmer tes convictions de jeune fille chrétienne. Au fur et à mesure que tu poseras les actes, la vertu de Force va grandir en toi et viendra le moment où partir à la bataille ne te fera plus peur. Ton âme se sera fortifiée dans la répétition persévérante des petites choses.

 Comme on ne corrige pas un enfant en cinq minutes, de même il faut être patient avec soi-même. « La patience est la gardienne de toutes les vertus » dit saint Grégoire. Saint Jacques ajoute même « qu’elle achève la perfection ». La vertu de patience qui est une vertu annexe à celle de la Force, accompagne souvent les plus grandes vertus et se fait souvent le signe tangible de leur vitalité. « Savoir attendre sans fièvre le bien auquel on aspire n’exige pas un moindre effort que d’endurer le mal dont on est frappé1 ». La patience n’est pas que dans l’épreuve ou la souffrance. Elle peut être aussi dans l’attente d’un bien.

La vie de la femme est faite de beaucoup d’attente : attente de sa vocation. Dans le mariage, attente durant 9 mois de l’enfant, attente de son mari le soir, attente auprès de l’enfant malade, attente de l’enfant qui rentre de pension… La femme doit donc savoir faire preuve de patience, une patience purificatrice, sainte, afin que ces attentes soient riches et fructueuses en grâces pour elles et ceux qui l’entourent.

 

Ma chère Bertille, je t’invite à t’exercer à cette belle vertu de la patience, si nécessaire pour toute ta vie. Va puiser au pied de l’autel, au Sacrifice de la Croix à la Messe, les forces pour pratiquer cette belle vertu. Seul Notre-Seigneur, qui a été doux comme un agneau, pourra te combler de grâces. Répétons chaque jour cet exercice de patience dans les petites actions, afin que le moment venu, elle te soit facile à pratiquer. Sois assurée de mes plus vifs encouragements.

 A très bientôt,    

Anne

1 P. Sineux, Initiation à la théologie de Saint Thomas d’Aquin