Liberté et addictions

Chers amis,

           Depuis la faute d’Adam et Eve, l’homme traîne à sa suite un éventail d’addictions au péché. Pour certains il a pris une ampleur et une visibilité plus importante que pour d’autres mais n’est-ce pas là la base de tout examen de conscience rigoureux ? Comment en traitant des addictions qui touchent chacun d’entre nous, ne pas parler de cette liberté des enfants de Dieu qui nous permet de monter sur la montagne et de considérer tous les évènements actuels à l’aune de notre amour personnel pour notre créateur et de notre capacité à engager une véritable proximité d’âme avec Lui ?

  Nombreux sont ceux aujourd’hui qui ont compris que ce grand mot : « liberté », symbole de la république, était en fait un piège qui se rétrécissait chaque jour. On se lamente, impuissant devant l’étau qui se resserre…

  Dans ce numéro, nous traitons de cette notion pour aider chacun à mieux la comprendre et à en tirer les conclusions nécessaires ; mais nous sommes-nous posés, en toute honnêteté, la bonne question… ?

  Ne faut-il pas reprendre la parole de saint Pierre : « Comportez-vous en hommes libres, non certes en hommes qui font de la liberté un voile jeté sur leur malice, mais en serviteurs de Dieu. » ? N’est-ce pas là le secret de la liberté ? Et plutôt que de s’attarder sur les maux des temps actuels, ne faut-il pas plutôt se pencher sur ce qui est en notre pouvoir : nous comporter en hommes libres : serviteurs de Dieu ?

  La vraie liberté n’est-elle pas celle qui nous permet d’user des outils qui nous sont proposés et des progrès qui nous sont offerts en les dominant par une indifférence de l’âme qui n’adore que son seul Dieu et qui est comblée par son amour ? Quelle responsabilité portent les parents qui chargent les écrans de nourrir l’âme et l’esprit de leurs enfants…! Comment pourront-ils parler ensuite de pureté, des lois du mariage sans rougir, surtout quand ils ont montré un mauvais exemple ?… Otons tout de suite l’inquiétude des parents qui craignent que leurs enfants ne réussissent pas leurs études s’ils n’ont pas la pratique des écrans dès le plus jeune âge ; la preuve du contraire a maintenant été faite dans de nombreuses familles !

  L’homme n’aura vraiment acquis la liberté que quand il saura maîtriser ses passions, dominer ses instincts en orientant ses actes vers le bien suprême. « L’homme n’échappe à l’obéissance des choses d’en haut qui le nourrissent que pour choir dans la servitude des choses d’en bas qui le dévorent1. »

  Depuis Adam et Eve, nous sommes condamnés à une lutte sans merci entre le bien et le mal, mais ce monde « libertaire » n’aurait-il pas réussi ce stratagème savant de nous faire prendre nos esclavages pour des libertés ?

  La vraie liberté ne s’obtient pas en ayant accès à toutes les connaissances en quelques clics, en ayant à la portée de main tout ce qui flatte notre orgueil, notre paresse et nos sensualités, elle s’obtient par le renoncement. Redisons avec saint Augustin : « Aie au fond du cœur la racine de l’amour : de cette racine il ne peut rien sortir que de bon2. »

  Pour lutter contre nos addictions, il faut déjà les reconnaître ! Si parfois elles sont évidentes, elles se sont aussi souvent insérées de façon très subtile dans les vies de chacun en s’installant au cœur de nos foyers…

  Nous ne sommes pas ici pour faire un catalogue de toutes les addictions qui existent, nous en évoquons quelques-unes aujourd’hui : la gourmandise, le monde virtuel et toutes ses dérives, l’alcool, le travail…; nous avons déjà parlé de la drogue3, nous aurions aussi pu élargir encore notre champ de vision en citant, les jeux d’argents, les courses hippiques -source de tant de drames-, le sport à outrance et toutes les passions qui ruinent les âmes de ceux qui s’y adonnent, leur foyer et leurs familles ; il suffit de reprendre les péchés capitaux de notre examen de conscience pour en comprendre la racine.

  Mais nous voulons aider chacun à se poser les bonnes questions, à prendre ses responsabilités en comprenant combien elles ont de retentissement sur son entourage. L’article des pères de famille, ceux du coin des jeunes seront de bons guides pour cet examen de conscience approfondi.

  En second lieu, il faut les combattre ! Le moyen souverain est de recourir à la prière ; nous en avons fait notre thème de notre FA n°26 mais nous vous en parlons encore aujourd’hui. Il faut demander à Dieu, sans jamais se lasser : « Car quiconque demande, reçoit ; et qui cherche, trouve, et l’on ouvrira à celui qui frappe. Si donc vous, tout méchants que vous êtes, vous savez donner à vos enfants de bonnes choses, combien plus votre Père céleste donnera-t-il l’Esprit-Saint à ceux qui le lui demandent4 ? »

  Dieu écoutera notre prière et nous donnera alors les moyens, nous fera rencontrer les bonnes personnes, nous proposera des opportunités qu’il faudra savoir saisir et qui nous aideront à abandonner ces addictions de toutes sortes et à retrouver notre liberté d’enfant de Dieu : la seule que personne ne peut nous ôter !

  Courage ! Soyons virils avec notre âme et n’en faisons pas une loque informe, molle et affadie. « C’est en résistant aux passions, et non en leur cédant, qu’on trouve la véritable paix du cœur.1»

  Que Notre-Dame des Foyers Ardents nous aide, en ces temps si périlleux pour notre salut, à redevenir comme ces petits enfants que Notre-Seigneur aimait tant !

Marie du Tertre

 

La prière

Chers amis,

           « Mais priez mes enfants, Dieu se laisse toucher… »

           Quelle consolation en ces temps difficiles et quelle délicatesse du Bon Dieu que de nous offrir le cent cinquantième anniversaire des apparitions de Notre-Dame de Pontmain cette année où nous avons tant besoin d’un message d’espérance !

Nous ne pouvions laisser passer cet évènement sans vous offrir un numéro spécial sur la prière !

Non pas que nous imaginons que nos lecteurs ne prient pas, mais bien plutôt pour raviver les ardeurs qui, au fil du temps, pourraient s’affadir : « Vous êtes le sel de la terre ; mais si le sel s’affadit, avec quoi le salera-t-on ?1 »

  Comment montrer à nos contemporains que la prière n’est pas une recette pour se consoler dans la détresse, pour demander le bonheur sur cette terre ou pour obtenir une liaison avec des puissances plus ou moins occultes. Elle est vraiment la respiration de l’âme de tout catholique ! Et si nous sommes tenus de brider l’oxygénation de nos poumons par un masque, personne ne pourra empêcher notre âme de respirer librement et d’être en union avec son créateur. Si le gouvernement a fait mine de nous empêcher de nous mettre à genoux physiquement dans la rue, personne n’a pu nous empêcher de faire voler nos prières vers le ciel, à tire d’aile !

  Dieu utilise souvent les épreuves pour nous aider à retrouver le chemin du ciel. L’homme l’oublie si vite quand tout va bien… Mais souvenons-nous que notre prière ne doit pas seulement être une supplication, elle doit surtout parvenir à une véritable union d’âme avec Notre-Seigneur. Et quand le ciel se fait muet, ne nous décourageons pas, implorons Notre-Dame afin qu’elle nous apprenne à prier comme une maman l’apprend à ses petits.

  « L’amour avec lequel nous devons aller à Dieu, ne consiste pas dans le sentiment : c’est un acte de la volonté. Mon Dieu, apprenez-moi à vous chercher dans la prière, à mettre mon cœur en contact avec le vôtre, à savoir me retirer, non seulement matériellement mais aussi spirituellement de tous les attraits de cette terre. Que de fois je suis à genoux, tandis que mon esprit erre sur les routes du monde2 ! » N’hésitons pas à demander à Dieu lui-même d’augmenter notre foi ; sans Lui nous ne parviendrons à rien.

  Dans notre époque tumultueuse où nous sommes manipulés comme des pions sur un échiquier sans connaître la règle du jeu, notre curiosité ne sert qu’à nous faire perdre du temps, à mettre notre sensibilité à fleur de peau, à augmenter notre inquiétude d’homme impuissant jusqu’à son paroxysme… Ne mettons pas notre espoir dans l’homme, nous serions inévitablement déçus, mettons plutôt notre espérance en Dieu et pour cela augmentons notre foi et notre amour par ce moyen infaillible qu’est la prière. Il nous aidera à garder la sérénité et la joie chrétienne des enfants de Dieu qui sont sous sa protection jusqu’à la dernière heure. Nous savons qu’Il ne nous abandonnera jamais ! Alors, « Ne crains point, petit troupeau3 ».

  Que Notre-Dame des Foyers Ardents nous guide sur le chemin qui mène à Dieu !

Marie du Tertre

 

 

Le pardon

Nous avons tous quelque chose à pardonner : de toutes petites offenses mais parfois de plus grandes, des incompréhensions, des malentendus ou des injures graves ; elles ont pu blesser notre amour-propre mais elles ont même quelques fois atteint le sens de la justice. Notre âme peut avoir été blessée profondément et les séquelles sont peut-être profondes. La plaie s’est-elle logée très loin au fond de notre cœur ? Et même si les personnes auxquelles « on en veut » sont déjà décédées, toujours Dieu veut que nous parvenions à pardonner.

  Nous tenions à aborder ce thème parce que nous avons remarqué combien il est important pour le progrès spirituel. En effet toute âme qui garde une rancune ou même une rancœur contre son prochain ne peut s’élever librement vers Dieu. Non seulement elle est mal à l’aise pour réciter le Notre Père avec tout son cœur, mais ce manque de grandeur d’âme l’enlise et la paralyse jusqu’à la rendre aigrie et amère sur tous les points de vue. Ce n’est pas pour rien que Notre-Seigneur a dit : « Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande1. » Donnons dès le plus jeune âge à nos enfants cette habitude de pardonner et de demander pardon et surtout montrons-leur l’exemple ; c’est l’un des chemins du paradis.

  Pourquoi ne pas prendre comme résolution en ce début d’année de nettoyer sans tarder notre âme de toutes ces rancœurs ? N’hésitons pas à demander de l’aide à nos prêtres : ils sont là pour nous aider et ils savent combien c’est un souci qui revient souvent dans la dernière confession à l’article de la mort. Mais qui sait si nous aurons le temps et la possibilité de rencontrer un prêtre ce jour-là ? Alors ne tardons plus, et profitons d’une bonne retraite en cette année 2021 pour éradiquer ce mal qui nous ronge.

     En ce début d’année, je tiens à vous souhaiter au nom de toute l’équipe une bonne et sainte année sous le manteau de Notre Dame des Foyers Ardents ! Qu’avec son époux Saint Joseph et son Divin Fils, elle nous aide à garder la sérénité et la paix de l’âme afin que rien ne nous trouble et ne nous empêche de rayonner toujours davantage ! Vive le Christ-Roi !

Marie du Tertre

 

 

Le chef de famille

Chers amis,

           Au milieu d’une société qui ne connaît plus ni Dieu, ni l’ordre qu’Il a établi, Satan a beau jeu de troubler les esprits. En inversant les rôles ou en uniformisant les peuples afin qu’on distingue de moins en moins l’homme de la femme, en instaurant la parité à tous les niveaux, il a troublé les esprits et cette tendance s’est insérée insidieusement même dans nos familles.

Nous aimons à dire que nos fils sont « gentils », nous entendons même souvent que « leur femme fera d’eux tout ce qu’elle voudra »… Mais est-ce bien là les qualités que nous devons attendre d’un chef de famille ?

Prenons garde à ne pas laisser entrer cette « parité » chez nous, ce partage des tâches qui brise la paix des ménages ! Relisons les codes donnés par l’Eglise, les écrits des papes :

  – Le prêtre, le jour du mariage a remis à l’époux l’anneau béni afin que « celui-ci le mette lui-même au doigt annulaire de la main gauche de son épouse ». C’est « le mari qui lui passe parce que c’est en lui que réside principalement l’autorité dans la famille1. »

  – « Jésus-Christ règne dans la famille lorsque, ayant à sa base le sacrement du mariage chrétien, elle conserve inviolablement son caractère d’institution sacrée, où l’autorité paternelle reflète la paternité divine qui en est la source et lui donne son nom, où les enfants imitent l’obéissance de Jésus adolescent, et dont toute la vie respire la sainteté de la Famille de Nazareth2. »

  Prions pour que nos hommes soient de véritables chefs de famille, qu’ils ne reculent pas devant leur mission ; elle leur a été confiée par Dieu lui-même ! Que les épouses aiment et pratiquent avec joie et grandeur d’âme le rôle qui leur revient ; pour être différent il n’en est pas moins essentiel !

En tant qu’enfant, en tant qu’épouse, en tant que membres d’une même société nous devons tout à nos chefs de famille. Nous attendons beaucoup d’eux et nous sommes surpris quand l’un d’entre eux ne semble pas être à la hauteur de sa tâche. N’hésitons pas à leur montrer notre reconnaissance3 et sachons accepter leur autorité. La société n’aide pas les hommes à prendre leurs responsabilités, elle préfère les assister et pourtant… qui répondra devant Dieu du salut de chacun des membres de leur famille, si ce n’est eux ?

  Ce numéro n’est pas écrit uniquement pour les chefs de famille « en poste » ; il l’est aussi pour nos jeunes afin qu’ils sachent ce que Dieu attend d’eux s’ils décident de se marier; pour nos jeunes filles qui pourront ainsi faire un choix en considérant objectivement les qualités requises de celui à qui elles donneront ce rôle ; pour les épouses qui approfondiront leur vision de celui auquel elles ont un jour tout donné ; pour les mamans qui dès le plus jeune âge de leurs fils penseront à l’homme qu’elles en feront. Enfin, elle permettra aux chefs de famille de faire le point et de réfléchir sur le rôle qui est le leur aujourd’hui. Inutile de se décourager, Dieu donne la grâce à ceux qui la leur demandent. Il la donne même en surabondance.

  Prenons l’habitude dès maintenant de prier tout particulièrement saint Joseph pour nos hommes : ceux d’aujourd’hui et ceux de demain. Redécouvrons ce saint qui sans bruit, fut le chef de la Sainte Famille. Dieu lui-même passe par Saint Joseph, pour donner ses ordres : « Lève-toi, prends l’Enfant et sa mère, fuis en Egypte et restes-y jusqu’à ce que je t’avertisse4. ». De même, Notre-Dame, dans une des rares paroles qui nous a été transmise, nous indique comment une épouse doit inclure son époux dans sa vie en parlant à la première personne du pluriel : « Votre père et moi, nous vous cherchions tout affligés5. »

  Que saint Joseph et Notre-Dame des Foyers Ardents bénissent nos foyers et guident nos chefs de famille afin que l’ordre voulu par Dieu et retrouvé, permette à tous de parvenir aux joies éternelles.

Marie du Tertre

1 Encyclopédie de la Foi – Le dogme – Edition Clovis

2 Pie XI – Urbi Arcano 23 décembre 1922

3 Merci ! Foyers Ardents N°5

4 Saint Matthieu Chap. 2 :13

5 Saint Luc Chap. 2

 

 

La vertu de force

          

Chers amis,

           Vertu morale surnaturelle mais aussi don du Saint-Esprit, la force est indispensable au catholique aujourd’hui autant qu’hier et peut-être même davantage. En effet, c’est la ruse du démon d’être parvenu à nous faire croire que nous sommes forts par la technique, les moyens de communication et d’information… tous ces procédés actuels qui nous donnent cette impression de tout connaître, de tout savoir et donc par là de posséder une certaine puissance : « Vous serez comme des dieux ! »  N’est-ce pas ce qu’avait promis le serpent à Adam et Eve ?

Ce péché d’orgueil – toujours le même – ne nous atteint-il pas tous ?

Mais ne sommes-nous pas plutôt devenus immensément faibles ? Incapables de poser des actes de volonté, très influençables, laissant libre cours à nos émotions, impuissants à brider notre imagination, ignorants, sensuels et sentimentaux ?

N’est-ce pas la vertu de force qui seule pourra affermir notre âme, nous faire rechercher le bien, combattre le mal, lutter contre nos peurs, garder la tête froide en ces temps de panique générale et même au besoin voir venir la mort sans la craindre ?

De quelle vertu avons-nous besoin quand la tentation « de faire comme tout le monde » nous guette ?

Quand nous sommes lassés du combat et que nous aimerions relâcher un peu la tension ? Quand ce serait si facile de fermer les yeux sur tel ou tel acte et de « laisser faire » ?

N’est-ce pas elle qui nous donnera la générosité et la grandeur d’âme nécessaire pour nous dépasser toujours plus ? Par la crainte, ne veut-on pas paralyser nos efforts, et essayer de nous faire rentrer dans un moule uniforme ? 

La force est là pour nous aider à surmonter les obstacles qui barrent notre chemin vers le ciel ; elle nous aide à supporter toutes les épreuves qui émaillent notre vie : maladies, épreuves multiples, humiliations… Elle nous donne aussi la capacité de fuir… car c’est parfois la seule solution pour ne pas tomber ! Elle est là aussi pour nous aider à entreprendre car il ne s’agit pas de rester cachés la tête sous l’aile en attendant que les moments difficiles passent. « Le royaume des cieux est emporté de force, et les violents s’en emparent1. »

Nous avons besoin de cette vertu qui modère en nous la peur, en même temps qu’elle tempère la confiance que nous serions portés à mettre en nous-mêmes. Elle nous soutient dans notre lutte contre le respect humain qui fait tant de ravages et essaie de nous mettre dans les filets des considérations mondaines et vaines.

Demandons chaque jour à Dieu qu’il répande cette vertu sur les hommes ! Que Notre-Seigneur qui le Vendredi Saint, plus que tout autre, fut le modèle des forts, nous nourrisse de son Eucharistie, pain des forts et que Notre-Dame, image parfaite de la femme forte au pied de la Croix, soit notre modèle.

Marie du Tertre

1 Evangile selon Saint Matthieu, chap.11- Verset12