« Gâter nos enfants »

Il arrive que nous souhaitions ne pas avoir à utiliser tel ou tel mot pour exprimer notre pensée. Mais la recherche des synonymes s’étant révélée infructueuse, nous nous apercevons que nous n’avons en réalité pas le choix. N’incriminons pas la pauvreté du vocabulaire mais cherchons plutôt à comprendre pour quelle raison nous nous serions bien passés de ce terme.
Ainsi chers parents, n’êtes vous désireux de « gâter » vos enfants à Noël ? Ne pensez-vous pas déjà à la joie de les voir ouvrir les cadeaux que vous leur aurez préparés ?
Oui… Mais n’y-a-t-il vraiment pas un autre mot que ce verbe « gâter » ? Son autre sens si négatif finirait presque par gâter notre plaisir !
Et savez-vous que cet autre sens est en réalité le sens propre de ce mot qui nous vient du latin « vastare » qui signifie « ravager » ?
Pourquoi donc ce mot a-t-il deux sens qui paraissent si différents et
qui se chevauchent en grinçant dans notre esprit quand nous l’utilisons ?
Est-ce une simple malice du langage dépourvue de signification ?
Mais nous savons bien que le sens des mots n’est pas l’effet du hasard, et que
les mots ne sont pas arbitrairement choisis par les conventions humaines.
Si donc le verbe « gâter » a deux sens, ce n’est pas sans quelque mystérieuse raison et nous nous en doutions confusément…
Nous ne serions pas mal à l’aise si nous ne pressentions les liens entre les deux sens de « gâter ».
Car nous comprenons très bien que trop de cadeaux ou que certains cadeaux peuvent être néfastes.
Nous ne voudrions pas, à Noël surtout, matérialiser l’âme de nos enfants
et les rendre très riches en présence de l’Enfant-Jésus très pauvre.
Voilà donc, chers parents, un tout petit conseil en vue de Noël.
Vous allez vous donner bien du mal pour choisir les cadeaux de vos enfants.
Et vous vous promettez d’être plus avisés encore que l’an dernier.
Mais outre leur nombre et leur choix, laissez-moi vous parler aussi
de l’esprit avec lequel on fait un cadeau et de l’esprit avec lequel on le reçoit,
car toujours l’esprit est plus important que la matière.
Ne perdez pas de vue que vous devez en tout chercher à rendre vos enfants meilleurs,
et que ce serait bien triste que la fête de Noël n’eût pas chez eux ce retentissement.
Qu’ils jouent, qu’ils s’amusent, qu’ils chahutent pourvu que leurs âmes ne s’abaissent pas !
Priez donc pour choisir les cadeaux et qui rendent heureux et qui favorisent l’élévation de vos petits !
Ne choisissez pas ceux qui flatteront peut-être leurs goûts mais ne hisseront pas leur âme, leur intelligence, leur volonté vers ce qui est vrai, bon et beau.
Mais il me semble ne pas avoir encore dit le plus important.
Avez-vous déjà vu comme votre petit garçon serre sur son cœur ses nouveaux trésors ?
Et file prestement dans sa chambre pour les mettre à l’abri ?
Comme on devient vite propriétaire et nanti, à six ans accomplis !
Comme on a l’instinct de remplir ses coffres et d’accumuler ses biens !
Le « c’est à moi » a retenti menaçant contre l’envahisseur potentiel.
Prêter est un acte difficile et donner un acte encore plus héroïque.
Ne vous réjouissez pas trop si vos enfants sont plus « fourmi » que « cigale »
Certes ordonnés, soigneux de leurs affaires bien rangées dans leurs chambres
Mais déjà un tantinet soupçonneux et regardants.
                        « La fourmi n’est pas prêteuse
                        C’est là son moindre défaut »
Vos enfants sont nés pour être et devenir des imitateurs de l’Enfant de la Crèche,
qui n’est pas seulement né dans la pauvreté mais dans le dénuement,
qui n’eut pas même une pierre pour reposer sa tête
et qui fut dépouillé jusque de ses vêtements sur l’autel du Calvaire.
Ne donnez pas à vos enfants l’esprit du jeune homme riche
qui ne réussit pas à suivre Jésus car il était attaché à ses biens.
Ne rendez pas vos enfants tristes comme le jeune homme riche
qui n’eut pas le courage de suivre le Divin Maître.
Ne rejetez pas la pensée des cadeaux destinés à toute la famille au motif qu’ils feront l’objet de moins de soin que les autres. Outre qu’ils peuvent être plus beaux, voilà une bonne manière de responsabiliser l’un ou l’autre !
N’est-ce pas aussi une bien meilleure fête de Noël que celle où chacun n’est pas seulement receveur mais se fait également donneur ?
Comme il est bon que chacun se casse la tête et s’ingénie avec son cœur
à donner à tous les autres un petit signe de son amour.
Si chacun pense à gâter chacun, gageons que nul ne sera « gâté » et que tous vivront un Noël bien catholique !

Père Joseph

Les 50 ans d’Humanae Vitae

            Le 25 mars 1347 naquit le vingt-troisième enfant de Jacques et Lapa Benincasa. Ils l’appelèrent Catherine. Elle devait devenir sainte Catherine de Sienne. Deux autres enfants devaient porter à vingt-cinq le nombre total des enfants de l’humble teinturier de Sienne. Aujourd’hui, dans ce que l’on a pris l’habitude de nommer « La Tradition » pour désigner la population catholique qui se reconnaît dans le combat mené par Monseigneur Lefebvre, il existe une famille de 19 enfants qui, à ce que je sache, est la plus nombreuse de notre bassin de population. L’évocation de ces nombres suscite en général plus facilement la critique que l’admiration. Les raisons paraissent péremptoires pour blâmer des parents dont la fécondité paraît irréfléchie. En tous les cas, pense-t-on, si les conditions de vie du XIVe siècle italien permettaient peut-être l’existence de telles fratries, la vie moderne les exclut radicalement. En rappelant que des familles avec autant d’enfants ont existé ou existent encore, mon intention n’est nullement que les parents se fixent comme objectif d’avoir le plus grand nombre d’enfants possible ! Une telle recherche serait absurde et nullement conforme à l’esprit de l’Eglise. Il s’agit plutôt de montrer que la question du nombre d’enfants est d’autant plus délicate que l’éventail de ce nombre peut être plus largement ouvert que nous l’estimons souvent. Si tous s’accordent sur la pensée qu’ils doivent avoir le nombre d’enfants que Dieu veut qu’ils aient, comment connaître ce nombre ? Plutôt que de risquer des jugements téméraires sur les uns ou sur les autres, ne faudrait-il pas plutôt postuler que des circonstances extrêmement diverses, d’une famille à l’autre, peuvent, d’une façon parfaitement légitime, expliquer la grande variabilité du nombre d’enfants ? Il me semble utile d’exposer dans notre petite revue à quels principes se référer pour que la fécondité des époux catholiques soit bien ce qu’elle doit être : généreuse et raisonnable.

Commençons par exclure les théories et les pratiques immorales de régulation du nombre d’enfants avant de rappeler la doctrine traditionnelle de l’Eglise qui magnifie la famille nombreuse mais reconnaît l’existence de motifs qui permettent en toute conscience aux époux d’espacer les naissances, voire de décider de ne plus avoir de nouvel enfant.

I  Théories et pratiques immorales

            Dans le précédent numéro de « Foyers Ardents[1] », j’ai montré comment, du Concile Vatican II au Code de Droit Canonique de 1983, s’est imposée une perversion dans la doctrine des fins du mariage. L’escamotage de la traditionnelle distinction entre la fin première et les fins secondaires du mariage a été décidé pour réussir en douceur cette révolution qui consiste à les mettre sur pied d’égalité et en réalité à inverser les fins du mariage. Le sacrement de mariage ne serait désormais plus d’abord en vue de la procréation et de l’éducation des enfants mais au profit d’un « épanouissement des époux ». Mais quel est cet épanouissement qui a curieusement conduit à la relégation de la transmission de la vie ? C’est le plus souvent un égoïsme qui ne dit pas son nom, le refus des astreintes et des sacrifices, évidemment nombreux, qui sont exigés par une fécondité généreuse. Voilà pourquoi il n’est nullement surprenant que la promotion de cet épanouissement du couple ait été accompagnée d’abord dans l’aula conciliaire, puis, d’une façon très violente, à l’occasion de la parution de la célèbre encyclique « Humanae Vitae » du 25 juillet 1968, par la revendication de la modification de la morale de l’Eglise sur l’usage des moyens anti conceptionnels. Des centaines de théologiens, des conférences épiscopales entières ont publiquement contesté le rappel des conclusions morales traditionnelles que le Pape Paul VI donnait dans son encyclique. Le pape du Concile fut censuré, désavoué, conspué et perdit son prestige et sa popularité dans le camp progressiste pour avoir en particulier réaffirmé l’exclusion de « toute action qui, soit en prévision de l’acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans les développements de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation[2] .»

Il n’entre pas dans l’objet du présent article de discuter de la pertinence de l’argumentation philosophique utilisée par Paul VI dans son encyclique. Il faut malheureusement admettre que la netteté de ses conclusions se trouve fragilisée par des justifications personnalistes. Cependant s’il y avait un anniversaire du pontificat de Paul VI à signaler, c’était bien celui du cinquantenaire de cette encyclique.

« Humanae Vitae » ne s’est d’ailleurs pas seulement contentée de condamner « comme toujours illicite l’usage des moyens directement contraires à la fécondation, même inspiré par des raisons qui peuvent paraître honnêtes et sérieuses[3] » mais a par ailleurs réaffirmé que, pour « de sérieux motifs », « il est alors permis de tenir compte des rythmes naturels, internes aux fonctions de la génération, pour user du mariage dans les seules périodes infécondes[4] ». En cela, l’encyclique de Paul VI s’inscrivait également dans la perspective traditionnelle qui admet l’existence des motifs graves pour que les époux, provisoirement ou même définitivement, limitent leurs rapports aux périodes agénésiques. En agissant de la sorte, « ils usent légitimement d’une disposition naturelle » alors qu’en recourant aux moyens directement contraires à la fécondation « ils empêchent le déroulement des processus naturels[5].» Mais il faut cependant ces motifs sérieux pour que les époux limitent provisoirement ou définitivement leurs rapports à la seule période d’infécondité du cycle. Et il est nécessaire d’insister sur la nécessité de l’un de ces motifs précisément énumérés par Pie XII pour que les époux agissent ainsi. Si aucun de ces motifs n’existe, cette pratique des époux deviendrait alors illégitime et peccamineuse. D’où l’importance de rappeler maintenant quels sont les motifs que l’Eglise reconnaît comme valables.

II  Les motifs qui fondent la légitimité d’une certaine régulation des naissances.

             Rapportons-nous aux enseignements de Pie XII, notamment dans son « Discours aux participants du Congrès de l’Union Catholique italienne des sages-femmes » du 29 octobre 1959. En voilà deux extraits dont l’importance est capitale. Dans le premier, Pie XII démontre pourquoi les époux ne pourraient  licitement restreindre l’usage du mariage aux périodes stériles sans motifs graves : « Le contrat matrimonial qui accorde aux époux le droit de satisfaire l’inclination de la nature, les établit en un état de vie, l’état conjugal. Or, aux époux qui en font usage, avec l’acte spécifique de leur état, la nature et le Créateur imposent la fonction de pourvoir à la conservation du genre humain. Telle est la prestation caractéristique qui fait la valeur propre de leur état, le bonum prolis. L’individu et la société, le peuple et l’Etat, l’Eglise elle-même, dépendent pour leur existence, dans l’ordre établi par Dieu, du mariage fécond. Par suite, embrasser l’état du mariage, user constamment de la faculté qui lui est propre et qui n’est licite que dans ses limites et, d’autre part, se soustraire toujours et délibérément, sans un motif grave, à son devoir principal, sera un péché contre le sens même de la vie conjugale[6]. »

Quels sont donc les motifs sérieux ? C’est ce qu’exprime maintenant le pape : « On peut être dispensé de cette prestation positive obligatoire même pour longtemps, pour la durée entière du mariage, par des motifs sérieux, comme ceux qu’il n’est pas rare de trouver dans ce qu’on appelle l’«indication» médicale, eugénique, économique et sociale. D’où il suit que l’observance des époques infécondes peut être licite sous l’aspect moral et, dans les conditions indiquées, l’est réellement. Cependant, s’il n’y a pas d’après un jugement raisonnable et juste, de semblables raisons, soit personnelles, soit découlant des circonstances extérieures, la volonté d’éviter habituellement la fécondité de leur union, tout en continuant à satisfaire pleinement leur sensualité, ne peut venir que d’une fausse appréciation de la vie et de motifs étrangers aux règles de la saine morale[7]. »

Il importe maintenant de donner quelques précisions sur les quatre catégories de motifs cités par Pie XII qui peuvent donc être d’ordre médical, d’ordre eugénique, d’ordre économique et d’ordre social.

– Les sérieuses raisons d’ordre médical sont : « certaines déficiences de santé qui pourraient entraîner, en cas de maternité, de graves inconvénients soit pour la mère, soit pour l’enfant à naître[8]. » Il est inenvisageable, dans un simple article, de rendre compte de toutes les considérations et nuances, d’ordre essentiellement médical, qui interviennent ici. Que l’on n’hésite pas à consulter ici de bons ouvrages comme ceux qui sont proposés dans la petite bibliographie qui se trouve à la fin de l’article. Je me contente d’indiquer ici que « du côté de la mère, les raisons de santé peuvent signifier soit d’exceptionnelles et périlleuses difficultés d’accouchement, soit le risque d’aggravation de maladies pré existantes à la grossesse et compliquant gravement celle-ci, soit encore un état de grave fatigue ou d’épuisement provenant d’une précédente maternité ou d’un accouchement particulièrement difficile.[9] »

Du côté de l’enfant à naître, si « une nouvelle maternité risquait d’avoir de graves répercussions sur la santé de l’enfant, ce serait encore là, de légitimes motifs de régulation des naissances[10] » et il faut ajouter « qu’une sérieuse maladie ou une grave dépression du côté paternel peuvent être également considérées comme des motifs valables.[11] » A ces raisons il faut encore ajouter celui de « la présence de tares graves et probablement héréditaires chez l’un et surtout chez l’un et l’autre des conjoints[12]. » Il est évidemment très précieux de pouvoir consulter un médecin qualifié, consciencieux, parfaitement au fait de la morale catholique. Précisons enfin que ce que Pie XII nomme l’indication eugénique correspond en réalité aux motifs médicaux précisément considérés du côté de l’enfant à naître.

– Les raisons d’ordre économique sont « les difficultés matérielles si douloureuses parfois, si tragiques, où se débattent de si nombreux foyers[13]. » Elles existent bien et il serait ici nécessaire d’entrer dans des développements importants sur une situation qui devient de plus en plus difficile pour des familles nombreuses désavantagées par la législation et la fiscalité. Comment favoriser au maximum le fait que les mamans puissent rester au foyer pour accomplir sereinement leur mission essentielle auprès de leurs enfants ? L’appréhension de ne pouvoir assurer le paiement des scolarités dans des écoles hors contrat justifie-t-elle la recherche d’un deuxième salaire ? Mais une maman qui travaille hors de son domicile est-elle alors à même d’assurer convenablement son rôle, notamment auprès des plus petits ? Bien d’autres questions se posent, difficiles, enchevêtrées les unes les autres et les réponses que l’on tente doivent être ensuite personnalisées à chaque cas.

Où est la prudence ? Il ne s’agit ni de verser dans la pusillanimité ni de confondre la confiance en Dieu avec un providentialisme aveugle. Il faut demeurer persuadé que les hommes ne sont jamais livrés à eux-mêmes et confrontés à des situations sans réponse. Mais, pour rester sur les bons chemins ils doivent sans cesse « faire preuve d’une confiance inébranlable en Dieu tout en faisant appel aux lumières de la sagesse chrétienne [14]». Prendre conseil auprès d’un ménage plus ancien et d’un prêtre se révèle souvent bien utile.

– Les motifs d’ordre social, d’après l’abbé Dantec, seraient extrêmement rares. Il s’agirait d’un engagement tout à fait exceptionnel par lequel des époux se placeraient au service « de la communauté temporelle ou religieuse. [15] » Il ne semble pas nécessaire d’insister car des époux ne pourraient avancer sur une telle voie avec leurs seules lumières mais seraient forcément amenés à s’entretenir de leur projet avec des prêtres.

            Comme on le voit, des motifs pour limiter les rapports conjugaux aux périodes agénésiques existent donc bien. L’Eglise les reconnaît et les époux concernés par l’un de ces motifs peuvent donc en toute sûreté de conscience, n’user du mariage pour un temps ou même définitivement que pendant ces périodes. Une remarque du chanoine Leclercq pourra cependant être utile pour manifester dans quel état d’esprit les époux doivent être pour que leur jugement soit clair : « Un jugement pondéré en cette matière dépend des dispositions générales. Celui qui est imprégné de la terreur de l’enfant trouvera toujours des prétextes pour en limiter le nombre de façon excessive.[16] » Il n’appartient ni aux prêtres ni aux époux de fonder leur jugement sur d’autres critères que ceux qui ont été donnés par la Sainte Eglise. Il nous faut enfin souligner avec Pie XII que lorsque l’observance des périodes agénésiques ou bien ne procure pas de sécurité suffisante ou doit être écartée pour d’autres motifs, l’abstention absolue est alors la seule réponse et Pie XII insiste pour que l’on ne répute pas cette solution héroïque impossible car Dieu ne demande jamais l’impossible.

Laissons à Pie XII le mot de la fin :

« Dieu visite les familles nombreuses avec les gestes de sa Providence, à laquelle les parents, spécialement ceux qui sont pauvres, rendent un témoignage évident, du fait qu’ils mettent en Elle toute leur confiance, au cas où les possibilités humaines ne suffiraient pas. Confiance bien fondée et nullement vaine ! La Providence –pour Nous exprimer avec des concepts et des paroles humaines- n’est pas proprement l’ensemble d’actes exceptionnels de la clémence divine, mais les résultats ordinaires de l’harmonieuse action de la sagesse du créateur, de sa bonté et de sa toute puissance infinie.

Dieu ne refuse pas les moyens de vivre à celui qu’Il appelle à la vie. Le Divin Maître a explicitement enseigné que « la vie vaut plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement.[17]« » [18]

Père Joseph

 

Bibliographie :

– « Le mariage » in « Les Enseignements Pontificaux » par les Moines de Solesmes – Desclée – 1956

– « Humanae Vitae » encyclique de Paul VI du 25/07/1968

– « Catéchèse catholique du Mariage » – Père Barbara – Editions Forts dans la Foi – 1951

– « Guide moral de l’Amour chrétien » Abbé François Dantec  (certains points de vue de ce livre nous paraissent cependant discutables.)

[1] Foyers Ardents n°10 de Juillet-Août 2018 – P. 4 et 5

[2] Paul VI in « Humanae vitae » du 25 juillet 1968, N° 14

[3] Ibidem N° 16

[4] Ibidem N° 16

[5] Ibidem N° 16

[6] Documents Pontificaux de Sa Sainteté Pie XII. Ed. Labergerie. 1951 ; p. 485

[7] Ibidem – p. 486

[8] Abbé François Dantec « Guide moral de l’Amour chrétien »

[9] Ibidem p. 53

[10] Ibidem p. 54

[11] Ibidem p. 54

[12] Ibidem p. 54

[13] Ibidem p. 55

[14] Ibidem p. 50

[15] Ibidem p. 56

[16] Le prêtre et la famille – mai juin 1954 – p.28

[17] Matthieu 6,25

[18] Pie XII – Allocution au Congrès des familles nombreuses, 20 janvier 1958

Les fins du mariage

Pour accéder à la demande de certains de nos lecteurs qui aimeraient trouver dans Foyers Ardents des réponses claires à leurs questions, nous commençons aujourd’hui une série d’articles concernant les lois de l’Eglise sur le mariage.

 Nous vous proposons de lire attentivement les deux canons sur la question des fins du mariage que voici.

Le premier est celui que l’on trouvait dans le Code de Droit Canonique de 1917, et le  second est celui qui l’a remplacé dans le Code de 1983.

La comparaison de ces deux canons nous permettra de noter trois des changements importants qui se sont produits. Il nous restera alors à rechercher les motifs qui expliquent une telle mutation.

  • – Deux codes et deux pensées.

Le Code de 1917 disait : « la fin première du mariage est la procréation et l’éducation des enfants ; la fin secondaire est le soutien mutuel et le remède à la concupiscence 1

Le canon correspondant du Code de 1983 englobe sa pensée sur le même sujet dans une définition du mariage : « l’alliance matrimoniale, par laquelle un homme et une femme constituent entre eux une communauté de toute la vie ordonnée par son caractère naturel au bien des conjoints ainsi qu’à la génération des enfants a été élevée entre baptisés par le Christ Seigneur à la dignité du sacrement 2

  • – L’inversion des fins du mariage

Relevons trois des principales modifications que l’on peut tirer de ce rapprochement des deux canons :

  • Le Code de 1917 nommait, distinguait et hiérarchisait deux fins, la fin première et la fin secondaire. Le Code de 1983 ne recourt plus à cette terminologie
  • Le Code de 1917 donnait « la procréation et l’éducation des enfants » comme la fin première du mariage alors que celui de 1983 cite d’abord « le bien des conjoints » comme étant ce à quoi se trouve ordonnée « l’alliance matrimoniale ».
  • Enfin le code de 1983 a purement et simplement éliminé « le remède à la concupiscence » comme étant une fin du
  • – Une nouvelle conception hédoniste du mariage

Il nous reste maintenant à bien saisir le sens de ces changements.

La nette distinction entre fin primaire et fin secondaire permettait de connaître aisément la doctrine de l’Église sur les fins du mariage. Le rejet de cette dénomination par le Code de 1983 est générateur de flou non point sur l’existence elle-même de ces deux fins qui sont toujours évoquées mais sur leur hiérarchisation. Il accrédite les thèses fermement combattues par Pie XII : ou que les deux fins seraient à mettre sur un même pied d’égalité ou même qu’elles doivent être inversées.

Et l’inversion des fins du mariage paraît bien être l’idée retenue par le Code de 1983 qui  fait passer dans son canon « le bien des conjoints » avant « la procréation et l’éducation des enfants ».

On comprend que le Code nouveau ait abandonné la terminologie de « fin première «  et  de « fin secondaire » qui aurait manifesté d’une manière frontale son opposition au Code précédent. Il n’en demeure pas moins que la citation en premier lieu du « bien des conjoints » a été justement comprise par les canonistes, soit pour s’en satisfaire, soit pour le déplorer, comme le ralliement à cette nouvelle doctrine.

C’est ainsi que Roger Paralieu, dans son très autorisé « Guide pratique du Code de Droit Canonique » » préfacé par le Cardinal Etchegaray, n’hésite pas à écrire :

« Ceci suppose un changement radical avec la doctrine enseignée jusqu’à Vatican II, où l’on établissait une hiérarchie des fins du mariage (cf. décret du Saint-Office « De finibus matrimonii » du 1er avril 1944 ; discours de Pie XII aux sages-femmes du 29 octobre 1959). Le Concile s’est refusé à établir cette hiérarchie ; le texte du Code est la conséquence de cette proposition conciliaire 3 ».

Le Chanoine Paralieu ne paraît visiblement pas alarmé du « changement radical » qu’il observe.

En revanche, Monsieur l’abbé Coache ne s’y trompe pas :

« … la fin première du mariage, qui a toujours été doctrinalement la génération et l’éducation des enfants, se trouve supplantée par le bien des conjoints, c’est-à-dire l’aide mutuelle qui avait toujours été placée au deuxième plan. C’est très grave et bien significatif de la tendance actuelle  (l’amour avant tout) dont le Concile s’est fait l’écho malheureux.  Ce canon s’oppose donc de front au canon 1013 du Code précédent 4 ».

Enfin, la suppression de la pensée que le mariage constituait « un remède à la concupiscence » n’est pas très étonnante. Il s’agit en réalité d’exalter d’abord en lui-même l’amour des époux comme une valeur autonome. En cette perspective, l’évocation de la concupiscence, et donc de la nature blessée par le pêché originel, ne trouve plus sa place.

Cette bataille de mots n’est pas une querelle de théologiens et de canonistes qui  importerait peu aux catholiques. Ce sont deux perspectives opposées qui s’affrontent.

La seconde, personnaliste, révolutionnaire, âprement repoussée jusqu’à Vatican II, malheureusement l’emporte. La nouvelle définition du mariage donnée par le Code Canonique de 1983 ouvre la porte à un égoïsme qui se drape hypocritement des livrées de l’amour.

Au nom de leur bien propre, de leur épanouissement, les époux disposent d’un nouveau motif pour décider d’espacer, voire de refuser les naissances.

Laissons pour conclure la parole à Pie XII :

« La vérité est que le mariage, comme institution naturelle, en vertu de la volonté du Créateur, a pour fin première et intime, non le perfectionnement personnel des époux, mais la procréation et l’éducation de la nouvelle vie. Les autres fins, tout en étant également voulues par la nature, ne se trouvent pas au même degré que la première, et encore moins, lui sont-elles supérieures, mais elles lui sont essentiellement  subordonnées 5. »

Père Joseph

1 Canon 1013 ; § 1 du code de 1917

2 Canon 1055, § 1 du Code de 1983

3 Roger Paralieu : « Guide pratique du Code de Droit Canonique » Editions Tardy – 1985, p. 316

4 Abbé Louis Coache : « le droit canonique est-il aimable ? » Bondot 1986, p. 283

5 Pie XII, Discours aux sages-femmes du 29 août 1951

Vive flamme

Seigneur Jésus-Christ, nous venons vous demander pardon

Parce que encore une fois, nous nous sommes laissés distraire de Vous.

Soyez béni de nous ramener de toutes nos griseries

Et de l’inconsistance de ces heures passées hors de Vous.

Nous avons beau connaître ces tentations : toujours nous retombons.

A peine commencé, ce travail nous engloutit et vous disparaissez

Au lieu d’être votre reflet, notre prochain nous est un écran.

Et un seul instant suffit pour que nos pensées vous détrônent.

Sans cesse nous nous éloignons et sans cesse vous nous rattrapez.

Notre existence ne sera-t-elle faite que de ce va-et-vient ?

L’humaine faiblesse et l’obscurité de la Foi les rendent-ils fatales ?

Rester en votre présence, n’est-ce là qu’une pieuse chimère ?

Oui, Seigneur, nous sommes faibles et infirmes, légers et inquiets.

Mais n’êtes-vous pas plus fort que toutes nos faiblesses ?

C’est votre amour que vous donnez à nos cœurs

Et votre amour doit l’emporter sur nos résistances.

Seigneur, nous croyons en une dévotion plus forte que nos distractions

En une charité qui s’embrase et ne peut plus s’éteindre.

Nous croyons que vous seul pourrez captiver nos cœurs

Et les tenir immobiles en cette admiration.

Mais Seigneur, qui veut la flamme vive cherche le combustible.

Tout ce que nous avons, tout ce que nous faisons ; tout ce que nous voulons et tout ce que nous sommes…

Seigneur, faites feu de tout bois ; que tout en nous vous soit livré

Afin que nos âtres intérieurs incendient tous nos instants.

Père Joseph

La Femme Forte

Lorsque les maîtresses de maison entendent la lecture du Livre de la Sagesse qui fait l’éloge de « la Femme Forte », elles suivent avec attention la description minutieuse de ses faits et gestes. Elles sont désireuses de suivre ce modèle scripturaire qui leur est proposé et elles aimeraient bien comprendre toute la portée spirituelle de ce portrait dont elles soupçonnent la valeur.

Nous ne pouvons ici nous lancer dans l’explication spirituelle de ce poème splendide qui enchante les quelques privilégiées qui ont eu le bonheur de la découvrir, par exemple sous la plume de Monseigneur Gay. Nous nous contenterons ici d’en relever une petite phrase qui vaut tout un programme de vie. « Elle » (c’est-à-dire la femme forte) « sourit au jour à venir » ou, selon de meilleures traductions, « Elle sourit à l’avenir » ou même « Elle se rit de l’avenir » ! Voilà un compliment un peu inattendu que le Saint-Esprit prononce : Il la loue de « rire de l’avenir ». Mais n’est-ce point de l’inconscience ou de la présomption ?

Nous ne le croyons pas. Ce trait révélé de la physionomie spirituelle de « la Femme Forte » indique en réalité une élévation d’âme peu commune mais que  l’on souhaiterait comme un trésor pour chacune. Non, ce n’est nullement l’insouciance qui est promue par ces mots mais le repos réfléchi, volontaire et surnaturel de celle qui a fidèlement accompli son devoir d’état et qui a prévu ce qui devait l’être. Elle remet alors avec confiance tout son travail et ses préoccupations à son Père des Cieux et elle abandonne résolument demain, après demain et ce qu’on appelle l’avenir entre ses mains.

Toute sa force se trahit en cet instant plus qu’en nul autre. Elle a vaincu l’inquiétude ; elle ne se ronge plus d’angoisse. Elle ne retourne plus pendant des heures ses soucis. Ce n’est pas qu’elle ne soit pas encore tentée de le faire ! Mais, dans un bel acte théologal, elle s’y refuse désormais car elle y voit maintenant un manque d’abandon filial à l’égard de Dieu. C’est vraiment l’œuvre de la grâce qui a puissamment agi en elle pour la rendre si maîtresse d’elle-même et si forte.

« Ses fils se sont levés pour la proclamer bienheureuse ; son mari s’est levé pour faire son éloge » car ils comprennent les bienfaits d’équilibre, de modération et de paix surnaturelle qui émanent de la présence de leur mère ou de leur épouse. Sa force passe de son âme dans les leurs et ils réalisent le somptueux cadeau qu’ils reçoivent ainsi de son héroïsme caché. Sa vie est une devise vécue chaque jour  qui consiste tout simplement à leur répéter : « Fais aujourd’hui ce que tu dois et confie à Dieu ton lendemain. »

Exercez-vous, chères mamans catholiques, à sourire au jour à venir et à vous rire de l’avenir en toutes circonstances. Vous qui aimez vos enfants, accordez-leur ce suprême présent. Votre empire sur vous-même est « un trésor de loin plus précieux que ceux qui nous viennent des contrées lointaines ». Peu importe que votre sourire soit d’abord un peu artificiel, il deviendra tout naturel, se fortifiera avec le temps et dilatera votre âme.

Père Joseph

L’Espérance

            Si l’acte d’espérance nous parle du bonheur du ciel, il ne nous dit rien de l’existence d’un bonheur dès cette terre. Il nous assure simplement des secours divins qui ne nous manqueront pas pour atteindre notre destinée éternelle. Que signifie ce silence ? L’Eglise le garde-t-elle parce que dans la réalité, Elle ne peut nous garantir aucune perspective de félicité terrestre ? Ce qui expliquerait le mot de Saint Paul aux Romains : « Réjouissez-vous dans l’espérance »[1] parce qu’il n’y aurait finalement d’autres motifs de se réjouir que l’attente de la vision béatifique ?

Non seulement l’Eglise ne mentionne pas l’espoir d’un bonheur pour cette terre mais elle nous dit même que nous devons vivre dans une « vallée de larmes » et Elle ne cesse de placer devant nos yeux, l’exemple de notre Divin Sauveur qui a souffert sa Passion et qui est mort pour nous dans les plus atroces souffrances. Elle nous rappelle qu’Il nous a souvent prévenus : nous aussi nous avons à porter notre croix : « Vous aurez à souffrir dans le monde ; mais ayez confiance, j’ai vaincu le monde »[2]. Les tribulations pèsent même davantage sur ceux qui suivent Notre-Seigneur de plus près car la haine du monde est dirigée contre ceux qui vivent le plus intensément de son esprit.

Et pourtant, l’Eglise Catholique, si Elle se montre toujours maternelle pour consoler les affligés, n’admet nullement que ses enfants soient moroses. Les épreuves qu’ils subissent ne doivent pas faire disparaître toute joie de leur cœur. On doit dire avec les yeux de la Foi que les motifs de se réjouir sont tels que les plus grandes épreuves de la terre demeurent toujours impuissantes à les déraciner. Même lorsque la tristesse est présente, la joie doit toujours l’emporter. Ce qui amène Saint Paul à s’écrier : « Je surabonde de joie au milieu de toutes nos tribulations ! »[3] Ne sous-estimons pas la valeur apologétique de cette joie. Elle est si mystérieuse pour les païens qu’elle constitue pour eux un sujet de bienfaisantes interrogations sur la religion catholique.

Cette joie n’est pas celle du monde. Elle jaillit du cœur qui réalise de mieux en mieux la grandeur et la beauté de la vie chrétienne, des promesses divines, de l’indéfectible bonté de Dieu pour ses enfants. Chaque journée bien comprise offre son cortège de nouvelles raisons de se réjouir, de rendre grâces car « tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu »[4]. Que sont les épreuves de la vie au regard du bonheur de vivre dans l’intimité de Dieu et de nous dépenser pour sa gloire ?

A l’aube de cette nouvelle année, nous espérons que cette revue au service des familles catholiques et de tous ceux qui sont en quête de ces racines qui firent la chrétienté, produise ce regain d’espérance et de joie.

Nous vous souhaitons une sainte année en vous confiant au Cœur Douloureux et Immaculé de Marie.

Père Joseph

[1] Rom.12.12

[2] Jn. 16.33

[3] 2 Cor.7.4

[4] Rom, 8.28

Comment voir clair ?

En une période normale de la vie de l’Eglise, les catholiques, s’ils ne sont jamais dispensés de réfléchir, doivent docilement s’en remettre à l’enseignement qu’ils reçoivent de la hiérarchie de l’Eglise. Mais il n’en va plus de même en temps de crise. Dans celle qui sévit depuis le Concile Vatican II, nos anciens, nos parents eurent à prendre des décisions difficiles et à faire des choix douloureux. Devant le constat des contradictions qui existaient entre le magistère de toujours et celui des derniers papes, ils restèrent fidèles à une Doctrine révélée qui ne peut changer. Etant donné que cette crise de l’Eglise se poursuit toujours, nous ne devons pas être trop surpris de nous trouver confrontés à notre tour à devoir répondre à de graves interrogations nouvelles qui peuvent se poser. Or, comme il nous semble que beaucoup font fausse route, à chaque nouveau carrefour, faute de se placer dans les dispositions spirituelles, intellectuelles et morales nécessaires, nous avons essayé de les énumérer. Afin de savoir comment faire des choix dans les périodes difficiles, voici quelques principes de base qui doivent régir chacune des décisions que nous pouvons avoir à prendre :

1) Si une nouvelle question grave semble se poser, ne rejetons pas le devoir de l’examiner parce que cela nous ennuie ou nous agace, parce que nous n’avons pas de temps à perdre ou parce que nous ne savons pas comment l’aborder.

2) Si manifestement, cette question est grave, nous devons accepter avec abnégation et esprit surnaturel de l’examiner avec le soin qu’elle requiert. Notre devoir est d’autant plus impératif que nous avons charge d’âmes.

3) Ranimons tout d’abord notre conviction surnaturelle que Dieu veut, infiniment plus que nous, que nous demeurions sur le chemin de la vérité. Dans ce but, Il veut nous communiquer ses grâces surnaturelles pour que nous soyons éclairés et que nous ayons la force de suivre la route qu’Il nous aura montrée.

4) Mais notre soif de vérité doit nous amener à demander quotidiennement ces grâces nécessaires pour penser clair et marcher droit.

5) Cependant, ces grâces étant demandées avec ferveur, ne nous disons pas que notre prière nous dispense de procéder à l’examen de la question qui se pose selon les lumières de la raison éclairée par la Foi.

6) Notre esprit sera en mesure de mener ce travail convenablement s’il est bien disposé, serein, prêt à embrasser la vérité comme elle se manifestera.

7) Pour qu’il en soit ainsi, il importe d’évacuer de notre cœur tous les mouvements passionnels qui risquent de fausser notre réflexion. Voilà quelques exemples : peur de certaines conclusions auxquelles on pourrait aboutir ou d’être isolé dans le choix que l’on fait. Colère d’être dans la nécessité de faire un choix que l’on n’a pas envie de faire, lassitude des difficultés qu’occasionne la crise de l’Eglise, etc…

8) Dans le même ordre d’idées, il s’agit aussi d’exclure de notre esprit des critères de jugement faux qui peuvent plus ou moins consciemment nous influencer : critère du nombre, du regard que les autres poseront sur nous, du parti qui nous créera le moins d’ennui(en apparence) pour la suite, etc…

9) Nous avons intérêt à considérer le jugement de ceux qui, normalement, savent mieux et en qui nous avons confiance. Mais nous ne pouvons nullement nous dispenser d’examiner la question qui se pose pour nous remettre uniquement à leur jugement.

10) Nous devons nous inspirer des principes du magistère de l’Eglise de toujours, des écrits des saints et des avis si lumineux de Monseigneur Lefebvre pour évaluer comme il le faut les opinions qui se sont manifestées autour de cette question.

11) Nous ne sommes pas tenus de tout lire et de nous perdre dans des considérations subtiles mais mener notre examen sérieusement, le temps qu’il faut, en interrogeant autant que nécessaire sur ce que nous ne comprenons pas, avant d’arrêter notre jugement.

Père Joseph

Le quinze août 

 Que le souvenir de la plus belle fête de l’été ne nous quitte pas en ce temps de rentrée,

Qu’il nous aide à confier l’année qui s’ouvre à notre Mère du Ciel !

 

Comme nous aimons à célébrer l’Assomption de Notre-Dame !

Nous ne croyons pas seulement que son âme est montée au ciel,

Mais nous confessons aussi qu’elle s’y est élevée avec son corps.

Et ce dogme de notre Foi nous donne de salutaires leçons.

 

Nous y voyons d’abord la délicatesse de Dieu trois fois saint,

Qui accomplit toutes choses avec poids, nombre et mesure.

Il n’a pas accepté de laisser un temps, hors de son Paradis,

Cette chair immaculée qui fut le tabernacle vivant de son Verbe.

 

Mais l’Assomption de la Vierge Marie nous est aussi le précieux signe

De cette autre vérité à laquelle nous adhérons fermement :

Le jour adviendra aussi de la résurrection de notre propre chair.

Notre âme et notre corps seront réunis pour l’éternité.

 

Le Dieu qui a voulu que les hommes soient corps et âme

N’anéantira pas la moitié de ce que nous sommes.

Selon que le corps aura été l’instrument du bien ou du mal

Il sera récompensé ou châtié avec son âme à jamais.

 

Considérons donc que les corps des saints se trouveront admis,

Comme celui de la Très Sainte Vierge Marie, en présence de la Sainte Trinité.

Cette unique pensée ne devrait elle pas nous suffire

A nous garder désormais de tout péché et de toute impureté ?

 

Oserons-nous encore utiliser à des fins peccamineuses

Nos membres, destinés un jour à paraitre devant Dieu ?

Tremblons de devoir brûler dans le feu purificateur

Parce que nous n’aurons pas vécu comme nous l’aurions dû.

 

Quelle folie de risquer l’Enfer ou même seulement le Purgatoire

Pour des futilités et des folies qui ne nous servent de rien.

Quel scandale surtout de préférer le péché au Dieu de toutes bontés

Et d’outrager Celui qui nous convie dans sa royale demeure !

 

Ô Notre Mère si douce, qui êtes parvenue dans le Paradis,

Que tous nos désirs soient seulement de vous y rejoindre !

Nos corps et nos âmes prosternés au jour de votre Fête

N’attendent leur Salut que de votre auguste Médiation.

 

Père Joseph

 

L’incomparable promesse de la Très sainte Vierge Marie

 C’est le 10 décembre 1925 que sœur Lucie de Fatima reçut la visite de l’Enfant-Jésus et de Notre-Dame.

  La très sainte Vierge Marie lui dit en montrant son cœur entouré d’épines :

 « Vois ma fille, mon cœur entouré d’épines que les hommes ingrats m’enfoncent à chaque instant par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes.

 Toi du moins, tâche de me consoler et dis à tous ceux qui,

 Pendant cinq mois, le premier samedi,

Se confessent,

 Recevront la sainte communion,

 Réciteront un chapelet,

Et me tiendront compagnie pendant quinze minutes en méditant sur les 15 mystères du Rosaire,

En esprit de réparation,

Je promets de les assister à l’heure de leur mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme».

♦ Pour faire court, Notre-Dame, ici, fait la promesse du salut éternel à celui qui exécutera cette pratique comme elle l’a demandé.

 « Quiconque aura rempli toutes les conditions voulues peut être sûr d’obtenir, au moins à l’instant de la mort, et fût-ce même après des misérables rechutes dans un état de péché grave, les grâces nécessaires de contrition parfaite pour obtenir le pardon de Dieu et être préservé du châtiment éternel »

commente le frère Michel de la Trinité.

♦ Ne doutons pas dans nos cœurs en pensant à la disproportion qui existe entre l’humilité de cette petite dévotion et la grandeur de la promesse qui y est attachée. Nous avons affaire à un don inouï de la miséricorde divine pour nous venir en aide dans ces temps d’apostasie. Malheureusement, la Foi est devenue si faible partout, la fausse idée que tout le monde sera sauvé est si répandue, que rares et même très rares, sont les catholiques qui accomplissent la pratique des cinq samedis du mois comme la Sainte Vierge l’a demandé.

♦ Qu’il n’en soit pas ainsi de nous ! Si nous voulons ardemment nous retrouver tous au ciel, ayons à cœur d’accomplir vraiment la pratique des 5 premiers samedis.

♦ Et, par reconnaissance et par amour pour Notre-Dame, que chacun, sans respect humain, et sans craintes des moqueries, s’en fasse l’ardent propagateur à l’extérieur de son cercle familial.

II Les six conditions à remplir pour accomplir la dévotion

1) Les actes à accomplir doivent être exécutés pendant cinq premiers samedis du mois consécutifs.

2) La confession. Sœur Lucie a expliqué que, pour une nécessité quelconque, elle peut être anticipée même de plus de huit jours. Il faut au moins, à  la limite, la confession mensuelle. Mais il est préférable de la faire un jour proche du samedi si l’on peut.

3) La communion. Sœur Lucie a précisé que la communion pourrait être acceptée le dimanche qui suit le premier samedi du mois si les prêtres pour de justes motifs,  en ont donné la permission à ceux qui leur en auront fait la demande. Et les prêtres peuvent même donner la permission de reporter au dimanche la récitation du chapelet et la méditation d’un quart d’heure.

4) La récitation du chapelet. On récite les mystères que l’on veut.

5) Les quinze minutes de méditation sur les quinze mystères du Rosaire. Il n’est pas nécessaire en quinze minutes de méditer sur les quinze mystères du Rosaire. Ce qui est demandé, c’est de méditer un quart d’heure sur les mystères du Rosaire  (que l’on choisit). Les enfants peuvent demander à leurs parents de les aider dans cette méditation.

6) « Dans une intention réparatrice » Attention ! Il faut vraiment accomplir tous ces actes dans une intention générale de réparer les outrages et les ingratitudes commis contre Notre-Dame et de la consoler aussi.

Voilà. C’est bien peu de choses et ce serait folie que de passer à côté ou d’attendre indéfiniment d’accomplir comme il le faut cette pratique. Il s’agit tout simplement de sauver son âme et d’en aider le plus possible à échapper certainement au feu de l’enfer. Nul doute que ceux qui se font les ardents propagateurs de cette pratique n’en soient récompensés au centuple dans le ciel et même sur cette terre.

                                                                                                                            Père Joseph

Le mariage et la famille

Chers foyers ardents,

Les plus petits détails qui ont préludé à votre première rencontre vous demeurent des souvenirs très aimés.

La Sainte Providence avait si bien disposé toutes choses pour que vous vous rencontriez.

Vos cœurs s’ouvrirent l’un à l’autre au cours de ces heures toujours trop courtes où vous vous revîtes.

Vous découvriez avec émotion ces mystérieuses affinités qui unissaient vos âmes.

La personne qui était devant vous n’était-elle pas celle à laquelle vous deviez vous unir pour la vie ?

Vint alors l’instant d’un ineffaçable bonheur où vous vous êtes déclarés l’un à l’autre.

Depuis lors les années ont passé avec leur lot inévitable de joies et de peines vécues ensembles.

Quel acte de foi que cet engagement de fidélité entre un homme et une femme à la vie à la mort !

Mais n’est-il pas naïf de penser qu’un amour saura résister aux vicissitudes de l’existence ?

N’est-ce pas oublier que le plus pur des amours n’unit jamais que des enfants d’Adam et Eve !

Prendraient-ils le dessus sur l’immanquable dévoilement des limites et des faiblesses de chacun ?

Non, vous n’avez pas été présomptueux. Votre amour est encore là et il s’est renforcé.

Vous ne vous êtes pas illusionnés en vous donnant l’un à l’autre pour le meilleur comme pour le pire.

Conscients de votre faiblesse, vous ne vous étiez pas seulement confiés à la force de votre attachement naturel.

Vous avez été l’un pour l’autre ministre du sacrement par l’expression de votre consentement mutuel.

Et vous vous êtes confiés sans réserve à cette grâce reçue au pied de l’autel.

Vous êtes aujourd’hui les porteurs d’un précieux témoignage pour tous ceux qui vous entourent.

Car votre vie commune démontre au monde que l’amour rehaussé par la grâce triomphe de tout.

Que brille la lumière et que se répande la chaleur de votre foyer ardent auprès de ceux qui doutent.

Et que Dieu soit béni pour toutes les victoires remportées par l’amour et la fidélité.

Père Joseph