Rencontrer Dieu

« L’âme de foi ne rencontre pas seulement Dieu dans l’oraison, mais, Le voyant en toutes les créatures, elle Le trouve en toutes choses et peut ainsi maintenir son contact avec Lui, même au milieu des affaires. L’esprit de foi lui fait pénétrer l’opacité des créatures et des évènements, au-delà desquelles elle voit toujours Dieu. (…) Savoir reconnaître et rencontrer le Seigneur en chaque créature -même en celles qui nous heurtent, nous offensent, nous font souffrir – en chaque évènement – jusqu’aux plus désagréables, pénibles, déconcertants – est un grand secret de vie intérieure. Alors le monde devient un livre ouvert qui porte à chaque page, écrit en grands caractères, un nom unique : Dieu. En face de Dieu, de sa volonté, de sa permission, de ses plans, tout devient secondaire et l’on comprend combien il est sot de fixer le regard sur les créatures, alors que celles-ci ne sont, pour ainsi dire, que le voile qui nous cache le Créateur. (…) Dans mes rencontres avec le prochain, je puis m’habituer à saluer le Seigneur présent en chaque créature ; dans mes devoirs d’état, les ordres de mes supérieurs, je puis voir l’expression de la volonté de Dieu ; dans toutes les circonstances, grandes, petites ou même minuscules, qui me causent de l’ennui, de la gêne, de la souffrance, un redoublement de travail ou le changement de mes plans, il faut que j’apprenne à voir autant de moyens dont Dieu se sert pour me faire exercer la vertu : patience, générosité, charité. »

Intimité divine – Père Gabriel de Sainte Marie-Madeleine.

 

Le veuvage

           « Pierre a été mis hors du temps ; il ne saurait donc plus être question de vieillesse, et, puisqu’il est uni à mon âme, la vie terrestre eut été moins féconde en tendresse, en confiance, que cette vie présente, toute spirituelle, infiniment nourrie et active. T’aimer toute la vie, est-ce la mort qui m’en empêchera ? Quand elle a été posée comme un sceau divin, une consécration définitive sur notre amour, quand elle m’a révélé une nouvelle vie de fervente et constante union dans le domaine mystique, sous le regard de Dieu ? Est-ce ton absence apparente à mon amour, quand je te sens si près de moi, vivant en moi, rayonnant à travers moi ?

Vais-je regretter de ne plus prier à tes côtés quand nous sommes incessamment unis dans la louange ? Quand après avoir rêvé l’union parfaite, nous sommes consommés dans l’unité par le Christ-Jésus ?

Vais-je regretter l’appui de ton bras et l’étreinte de ta main bénie quand je suis toute environnée de ton esprit, de tes conseils intérieurs, du soutien que me donne l’assurance de ton bonheur ; soutien et force contre lesquels rien ne prévaut, bouclier de lumière, rempart de joie, citadelle de paix, capable d’essuyer tous les assauts du monde, parce que ta béatitude est une réalité vivante, infinie, éternelle et qu’elle est la réalité de ma vie.

O mon amour, mon très doux ami, toi que j’aimais avec un cœur de vingt ans, voici que maintenant – et parce que tu as été transporté dans le Paradis éternel – mon cœur aura toujours vingt ans, l’amour en renouvellera la jeunesse, l’amour qui hait le temps, le rejette et le méprise. »

Mireille Dupouey (Cahiers)

 

Le père

Je te bénis, mon Père qui es dans les cieux, parce que Tu m’as donné un père sur la terre.
Lui dont je tiens mon nom, et mon honneur, et tout exemple de droiture.

Qu’il soit le premier dans ma louange, lui qui est le maître dans la maison, et le chef dans la famille, et le modèle dans mon cœur.

Celui qui est mon guide à mes côtés, et qu’on ne peut pas surpasser en dévouement et en bonté et en noblesse.

Celui que tout le jour on désire revoir quand son labeur le tient absent, et qui partage avec les siens l’intimité des douces veilles !

Lorsque le père a dit : c’est vrai, on sait qu’il est loyal, et notre cœur s’épanouit dans la croyance en notre père de la terre et dans la foi en notre Père qui est aux cieux.

Lorsque son bras soutient la démarche vacillante de son fils, on sait que son appui est sûr, et notre cœur se raffermit dans la confiance en notre père de la terre et l’espérance en notre Père qui est aux cieux.

Et lorsque sa tendresse nous embrasse, et nous châtie, et nous soutient, tout notre cœur reçoit la grande chaleur virile de l’amour qui est aux cieux et sur la terre.

Et moi, je te bénis, mon Dieu, lorsque j’étais adolescent et que la crainte était en moi de n’adorer qu’un Dieu pour les enfants et pour les femmes.

Je te bénis pour ce père qui mêlait sa prière à ma prière, et dont le cœur te recevait avec le mien, et qui n’avait pas honte de son Dieu crucifié sous les sarcasmes de la terre !

Un prêtre – 1944

 

Le but de la politique – L’inquiétude – l’harmonie

Tant qu’on parlera d’utilité, d’intérêts, on se trompera. Le vrai but de la politique doit être de rendre les hommes meilleurs ; car les rendre meilleurs, c’est le vrai moyen, le seul, de les rendre heureux. 

Ampère

Seigneur, le soin que vous prenez de moi est plus grand que celui que je pourrais moi-même en prendre. Dieu est mon Père… En faut-il davantage pour calmer toutes mes inquiétudes, et n’est-ce-pas assez de penser qu’Il est la bonté même pour être sûr de lui et pour compter sur ses soins !

Imitation de Jésus-Christ

Le monde entier n’est qu’un grand concert où chaque être marque sa note, exécute sa partie et où chacun de nous doit se montrer fier de contribuer à l’harmonie générale et non pas s’occuper de maudire ou de haïr ceux qui travaillent dans d’autres conditions et avec des aptitudes différentes. La nature elle-même n’a rien fait d’égal. 

Mgr Darboy

 

Le mal – La tolérance – le compromis

Vous tous mes frères, si vous êtes condamnés à voir le triomphe du mal, ne l’acclamez jamais, ne dites jamais au mal : tu es le bien ; à la décadence : tu es le progrès ; à la nuit : tu es la lumière ; à la mort : tu es la vie… Opposez-y l’énergie de vos œuvres et de vos efforts. 

Cardinal Pie

Que chacun évite toute liaison avec ceux qui se déguisent sous le masque de la tolérance universelle, du respect pour toutes les religions, de la manie de concilier les maximes de l’Evangile avec celles de la révolution, le Christ avec Bélial, l’Eglise de Dieu avec l’Etat sans Dieu. 

Léon XIII Encyclique Inimica vis du 8 décembre 1892

On a donné récemment au christianisme le conseil, dit Pie XII1, s’il veut encore conserver quelque importance et dépasser le point mort, de s’adapter à la vie et à la pensée modernes, aux découvertes scientifiques, à l’extraordinaire puissance de la technique devant lesquels les vieux dogmes ne seraient plus qu’une lueur d’un passé presque éteint. Quelle erreur et qui cache bien la vaine illusion d’esprits superficiels ! Tout au contraire, la pensée et la vie modernes doivent être reconduites au Christ. Telle est l’unique source de salut : la foi catholique ; non pas une foi mutilée, anémique, édulcorée, mais une foi dans toute son intégrité, sa pureté et sa vigueur…

Vouloir tirer une ligne nette de séparation entre la religion et la vie, entre le surnaturel et le naturel, entre l’Eglise et le monde, comme s’ils n’avaient rien de commun, comme si les droits de Dieu ne s’étendaient pas sur toute la vie quotidienne, humaine et sociale, c’est là une attitude incompatible avec la doctrine catholique, une position ouvertement anti-chrétienne. (…)

Il y a chez nous une chose que les catholiques ont complètement oubliée. C’est que le compromis, qui est la reconnaissance d’un état de fait qu’on ne peut pas brusquer, ne doit jamais porter atteinte au droit et à l’idéal proposé par la doctrine. A certaines époques, nous devons reconnaître que les esprits ne sont pas mûrs, mais nous ne devons jamais renoncer à l’action pour les faire mûrir. Autrement dit, le compromis ne portera jamais sur l’affirmation, sur le droit à la propagande, à l’apostolat, et ne devra jamais marquer, à ce point de vue, un temps d’arrêt dans l’esprit des catholiques.

Or c’est là malheureusement, le grand mal de l’heure actuelle. 

Abbé Richard dans l’Homme Nouveau, in Pour qu’Il règne de Jean Ousset.

1 Discours aux membres de la Renaissance chrétienne du 22 janvier 1949