L’oraison – Le silence – La prière – Prier sans relâche

L’oraison

L’oraison est une école où l’âme apprend des choses que ni les livres ni les hommes ne savent dire ; […] c’est le port où elle se réfugie pour échapper aux tempêtes ; c’est la tour où elle monte pour embrasser l’horizon et juger de toutes choses sur le plan de l’éternité ; c’est la table où elle refait ses forces ; c’est le rendez-vous où l’attend Celui qu’elle désire et qu’elle aime ; c’est sa sauvegarde pour atteindre la vie éternelle. L’oraison est à la vie chrétienne ce que la racine est à l’arbre. […] De même l’âme tire de Dieu, par l’oraison, la grâce dont elle a besoin pour croître dans la vertu, résister aux tentations, accomplir les bonnes œuvres. Coupez la racine, et l’arbre meurt. Ôtez l’oraison, il n’y a plus de vie religieuse, mais seulement des gestes extérieurs et de vaines apparences, que n’anime aucun zèle véritable, aucune charité, aucun désir de plaire à Dieu.           

Dom J. de Monléon

Le silence

Le silence… c’est le plus grand plaisir,

le chant le plus parfait, la plus haute prière…

Silence, ami profond qu’on écoute se taire…

Arrêt des boniments. Trêve des éloquences.

Evasion d’entre les paroles. Vacances.

Délassement délicieux. Cerveau guéri

de tous les coups dont il était endolori

par tous les bruits que font les gens qu’on rencontre,

et qui ne cessent de parler pour ou contre… »

Edmond Rostand

La prière

Vous viserez donc à conserver votre foi en faisant acte. Il faut pour cela vous tenir au contact de votre Dieu par un esprit de prière et un esprit sacramentel qui le complète. […] Prière du matin, prière du soir : deux bornes milliaires pour la route accidentée de la vie. Prière d’élan au départ ; prière de repli, de contrôle, d’apaisement et de reprise éventuelle au moment de l’étape.

Ce monde est comme un voile tendu sur l’autre monde : la prière écarte le voile. Ce monde est comme une île loin des rives éternelles : la prière jette le pont. Tandis que le troupeau humain trotte sur la route poudreuse, ne regardant rien au-delà de son nuage lourd […], et le ruban de la route à deux pas, et l’herbe, l’homme de prière respire l’air des hauteurs ; il regarde vers l’horizon ; il songe aux buts derniers où l’action trouve sa raison d’être […], uni au Christ qui nous relie en la sainte société du divin, il rend ses devoirs et attend les divines réponses.

A.D. Sertillanges « Jeunes de France »

Prier sans relâche

L’âme qui a sans cesse en vue la gloire de Dieu et l’honneur de son nom ; qui, dans tout ce qu’elle fait, s’attache à lui plaire ; qui s’efforce d’aimer ce qu’Il aime et de détester ce qu’Il déteste, celle-là accomplit sans aucun doute le précepte de Notre-Seigneur et prie sans relâche.

             Dom J. de Monléon

 

Le pardon vu par les saints

Même si votre prochain commet un acte que vous réprouvez, ne le jugez pas, cherchez-lui une excuse. Pardonnez-lui au moins l’intention si l’acte vous paraît inexcusable.

Saint Bernard

 

Mon Seigneur Jésus, faites-moi la grâce de partager vos humiliations, vos abaissements, avec amour et bonheur. Moi, je les mérite ; vous les avez soufferts sans les mériter, et dans quel excès pour l’amour de moi !

Charles de Foucauld

 

C’est la chose la plus révoltante du monde que, quand Dieu, notre Créateur, souffre tant d’injures de la part de ses créatures au-dedans de lui-même, nous soyons nous-mêmes sensibles parfois à une parole dite en notre absence, et peut-être sans mauvaise intention.

C’est vraiment une grande humilité de se taire, lorsqu’on se voit condamné sans motif ; car on marche bien alors sur les traces de Notre-Seigneur.

Vous cherchez, dites-vous, à vous unir étroitement à Dieu ; vous désirez suivre les conseils du Christ qui a été chargé d’injures et faux témoignages, et vous voulez ne souffrir aucune atteinte dans votre honneur ou votre réputation ! Vous n’arriverez pas à vous rencontrer, car les chemins sont différents.

Sainte Thérèse d’Avila 

 

 

 

Le pardon et l’humilité

Nous ne sommes pas vrais chrétiens si nous n’embrassons et chérissons tendrement les moqueries dont on nous chargera.

Saint Vincent de Paul

**********************************************

Jésus bafoué, humilité

Jésus souffre en silence.

Le silence et l’humilité proviennent de l’amour.

Seule une personne humble est sereine.

Père Kolbe

**************************************************

Ne cesse pas, cependant, de respecter et d’aimer ceux qui te contrarient, réponds-leur et traite-les avec douceur.

Saint Jean Bosco

 

Le chef de famille – La femme – Saint Joseph

Le chef de famille

            Le chef doit être un exemple vivant de charité et de justice, de prévoyance et de loyauté. Il lui appartient de pressentir les difficultés qui s’avancent, les problèmes qu’il faudra résoudre, de consulter et de trancher à temps, en informant de la décision, et autant que possible, de ses motifs. Lorsque celui qui exerce l’autorité est aux écoutes des besoins de ceux qui l’entourent, qu’il sait avec douceur leur donner place et rang, c’est presque spontanément que la paix se développe dans la communauté, car la prudence ordonnée à la charité y règne comme une évidence. Cela devient occasion d’entente, ou plutôt de communion entre les membres d’un corps qui sont vitalement unis à la tête de ce corps.

Gustave Thibon

 

La femme

            « La femme, amie des silences de sa maison, donne au monde une leçon d’ordre. Elle se tient à la place qui est sienne. Elle proclame aussi fortement qu’il est humainement possible la réussite expérimentée depuis des milliers d’années et qui ne s’inscrit pas seulement dans l’ordre d’une époque, mais dans celui d’une nature. Comme une pierre anonyme dans un édifice, s’appuyant sur ce qui est en bas, elle soutient ce qui est en haut. Elle légitime et unit l’un et l’autre de tout son être. Elle est, pour l’édifice, totale bénédiction. Son action muette figure la paix de l’efficience, la splendeur du service intégral. »

Marie-Paule Vinay, Académie française

 

Saint Joseph, modèle des chefs de famille 

           Si les chefs de famille doivent, comme tels, exiger la respectueuse obéissance et désirer l’amour de leurs enfants, qu’ils sachent être dignes de ce qu’ils souhaitent, en restant intimement unis eux-mêmes, comme saint Joseph, au Père qui est dans les cieux.

Qu’avec saint Joseph, ils apprennent à connaître par la prière filiale, les bons plaisirs divins sur ceux dont ils ont la charge. Qu’ils sachent aussi écouter les réponses du Père et sans attendre de révélations, qu’ils se déterminent à agir d’après les circonstances et les personnes au mieux de la volonté divine.

O saint Joseph, donnez-nous la force de vous imiter, chacun à notre place providentielle.

Chef énergique de la Sainte Famille, priez pour qu’avec vous, tous les chefs, tous les supérieurs, les plus élevés comme les plus humbles, sachent prendre comme vous, sous le regard de Dieu, leurs responsabilités.

Père R. de la Chevasnerie

 

La foi –  Le bon plaisir de Dieu – La voie étroite – Les mille occasions quotidiennes

La foi donne la sérénité

« La foi doit être la lumière qui enveloppe non seulement nos heures de prières, mais toute notre vie. Dans la prière, tu dis : « Je crois en Dieu, le Père Tout-Puissant », mais à peine quelques instants se sont-ils écoulés que, devant un devoir difficile, une personne importune, une circonstance qui trouble tes plans, tu oublies que tout cela est voulu, disposé par Dieu pour ton bien. Tu oublies que Dieu est Père et, comme tel, se soucie plus que toi-même de ton bien. Tu oublies que Dieu est Tout-Puissant et en cette qualité, peut t’aider dans chaque difficulté.

Celui qui vit de foi peut répéter les belles paroles d’Elisabeth de la Trinité : « Tout ce qui arrive est pour moi un message du trop grand amour de Dieu pour mon âme ». Puisque tu sais et crois que Celui qui guide tout est ton Père, tu te confieras à son gouvernement avec une confiance absolue et tu demeureras serein, même dans les adversités, bien convaincu qu’Il peut se servir même du mal, des erreurs des hommes, de leurs péchés et de leur malice pour le bien des élus. »

P. Gabriel de Sainte Marie-Madeleine – Intimité divine

 

« Le bon plaisir de Dieu ; l’intérêt du prochain, au détriment du mien ; pour moi, le plus pénible, pour faire plaisir à Dieu. »

B.M.Th. de Soubiran

 

« Aidez-moi Seigneur Jésus en me répétant : Ne te lasse pas sur la voie étroite : j’y suis passé avant toi. Je suis la voie même et le guide. Je prends sur moi celui que Je conduis, et Je le mène à Moi. »

Saint Augustin

 

« Il n’y a rien à négliger dans notre vie ; chaque battement du cœur, chaque éclair de la pensée, chaque acte ou démarche, quelques petits qu’ils soient, ont des suites éternelles. »

Bossuet

 

« O Seigneur, nous cherchons souvent la sainteté où on ne la trouve pas. Nous attendons les occasions exceptionnelles de Vous plaire, et nous laissons passer les mille petites occasions quotidiennes. Les grandes pénitences nous attirent, et nous méprisons les centaines de petites mortifications qui demandent la fidélité. Seigneur, donnez-moi aujourd’hui de nombreuses occasions de Vous plaire, et la grâce de les bien voir. Sans votre grâce je ne puis rien ; avec votre grâce je puis tout. »

Abbé Edouard Poppe – Sous le regard de Dieu