Le chapelet avec les enfants

           La belle Dame est là, qui regarde Lucie… En la voyant si belle et si douce, la voyante hésite à lui parler. Enfin, la voilà qui se décide à demander à la Dame ce qu’elle désire.

Je désire que vous veniez ici le 13 du mois prochain, que vous récitiez le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre Dame du Rosaire pour obtenir la paix du monde et la fin de la guerre, parce qu’elle seule pourra l’obtenir.

Lucie s’enhardit ensuite à transmettre à la Dame plusieurs demandes de grâces. La vision répond maternellement à chacune, en recommandant toujours le chapelet comme moyen de les obtenir.

Le 13 octobre 1917, la belle Dame annonce qui elle est : 

Je suis Notre-Dame du Rosaire. Je veux que l’on continue toujours à réciter le chapelet tous les jours !

On peut vraiment dire que la Sainte Vierge a encouragé ces trois jeunes enfants de dix, neuf et sept ans à prier le chapelet ! Beaucoup de parents sont réticents, n’osant pas imposer à leurs enfants une « récitation » fastidieuse… Mais le chapelet n’est pas une « récitation ». C’est une contemplation, un voyage que l’on fait au pays de Jésus, à l’époque de Jésus. C’est sérieux parce que c’est vrai. Qui n’aurait pas envie de partir en Terre Sainte auprès de Jésus ? Qui ne préfèrerait être invité dans la crèche de Bethléem le jour de la naissance de Jésus plutôt qu’assister à un banal goûter de Noël ?

Il n’est jamais trop tôt pour faire l’expérience de la joie surnaturelle, et les enfants n’attendent que cela ! Ils sont mystiques par nature. Même votre petit bonhomme, qui vous paraît toujours si distrait et agité dans la prière, n’attend que cela !

Organisez la récitation du chapelet avec vos enfants, prenez le temps de leur expliquer cette prière, dans un langage adapté à leur âge, mais sérieusement (pas comme à des bébés), donnez à chacun un chapelet et expliquez simplement chaque mystère en feuilletant une Bible joliment illustrée. Les mystères joyeux, pour commencer, et vous les verrez impatients de prier !

Dites ce chapelet tous ensemble, calmement, en alternant (garçons et filles, par exemple) la première et la deuxième partie des Ave Maria, et, c’est important, en demandant à chacun de s’imaginer pour chaque dizaine, dans la maison de Marie à Nazareth, le jour de l’Annonciation, ou dans la grotte de Bethléem, ou dans le Temple de Jérusalem, afin d’entrer vraiment dans le grand mystère auquel vous avez la grâce d’être invités et de pouvoir le contempler de près.

Certains parents diront peut-être : une ou deux dizaines, oui, mais peut-on vraiment dire avec les enfants les cinq dizaines d’un chapelet ? Le jour où on leur explique le chapelet, oui certainement, en ayant soin, bien sûr, de faire de bonnes interruptions entre chaque dizaine pour expliquer le mystère suivant, et de chanter (les mystères joyeux doivent être joyeux !). Mais ils sont portés par la prière collective, et c’est facile de le réciter ensuite entièrement.

Après cela, on peut les encourager à réciter librement une dizaine de chapelet dans la cour de récréation, sur le chemin de l’école ou dans leur chambre…dès qu’ils ont un petit moment qu’ils peuvent donner à Jésus et à la Sainte Vierge.

On pourra aussi organiser des « processions », à l’occasion d’une promenade ou d’un petit pèlerinage en famille, pour que les enfants voient qu’on peut aussi continuer à prier en marchant avec les bannières (que l’on aura fabriquées avec eux !) et en chantant.

Les enfants sont très sensibles à la proximité du monde surnaturel : la Sainte Vierge, quand on la prie, est là au milieu de nous et elle nous écoute ; de plus, elle ne vient jamais seule, elle est entourée de milliers d’anges qui nous encouragent et prient avec nous. Eux voient la Sainte Vierge pendant que nous prions, alors demandons-leur de nous aider s’il nous arrive d’avoir des distractions…

Si les enfants disent 9 ou 11 « je vous salue Marie », ils doivent comprendre que ce n’est pas grave…ce qui est important, c’est de les aider à entrer dans cette contemplation du chapelet, de laisser ce monde et ses préoccupations, de faire silence et de se transporter là où sont Jésus et Marie.

Il est parfois étonnant (et très satisfaisant !) de voir certains enfants prier les mains jointes et les yeux fermés, dans un si profond recueillement qu’on a l’impression que les anges du Paradis se sont rendus visibles le temps d’un chapelet… Mais gardons-nous de dire qu’un enfant ne prie pas parce qu’il ne prononce pas les prières. On peut voir l’un ou l’autre fixer une image, sans rien dire, il ne « récite » pas son chapelet…mais qui oserait dire qu’il n’est pas de tout son cœur dans la grande cour de la maison de sainte Elisabeth, tressaillant peut-être lui aussi d’allégresse à la visite de Notre Dame… ?!

Tout ce que l’on reçoit dans l’enfance, et particulièrement sur le plan spirituel, marque beaucoup et pour toujours. Chers parents, aimez le chapelet, faites-le aimer à vos enfants, profitez de ces vacances qui commencent pour prendre l’habitude de le réciter tous ensemble chaque jour, et pourquoi pas avec les grands-parents, oncles et tantes, cousins de tous âges ? Répondez aux demandes instantes de Notre-Dame, il est nécessaire de le prier, il est même urgent de le faire dire aux enfants dont la prière plaît tant à Dieu ! Le chapelet est loin d’être une dévotion secondaire ou facultative, la Vierge de Fatima est venue révéler qu’il est la condition pour obtenir toutes les grâces que nous lui demandons. Oui, elle est Médiatrice de toutes grâces, mais « ce torrent de faveurs qu’elle retient dans son Cœur Immaculé, elle ne veut le déverser sur chacune de nos âmes, de nos familles, de nos patries et sur le monde, qu’en réponse à l’imploration humble et suppliante de nos innombrables chapelets ». Si, comme à Lourdes, elle s’est montrée tenant à la main un chapelet, c’était pour nous montrer qu’il est le meilleur moyen pour gagner son Cœur et obtenir ses grâces. Vous verrez comme elle bénira vos familles où la foi s’affermira jusque dans le cœur de vos enfants.

               S. de Lédinghen

 

 

Lorsque l’enfant s’en va…

           Des enfants sont venus. Un, plusieurs… Vous les avez élevés, soignés, servis comme si vous n’aviez que cet intérêt au monde. Ils ont occupé toutes vos pensées, chacune de vos heures du jour, et souvent même celles de la nuit. Ils vous ont fait rire…mais parfois aussi pleurer. Pour eux, vous avez été prêts à tous les sacrifices, à toutes les fatigues…Puis ils partent, l’un après l’autre…qui en études supérieures ou en apprentissage, qui au séminaire ou au couvent. Ils doivent vous quitter et vous rappellent que vous ne les avez pas eus pour vous…que leur chemin doit continuer hors de votre présence pour « grandir » autrement et construire leur propre vie.

  Cette étape de la séparation est aussi grande qu’éprouvante tant pour vous parents, que pour vos enfants qui quittent le nid familial si confortable et organisé, pour une vie plus précaire et encore pleine d’inconnu ! Cette étape douloureuse, il faut bien le dire, sera moins pénible si vous avez su d’abord y préparer vos cœurs et vos âmes…les vôtres, mais aussi ceux de vos enfants.

  Une vie de pension, des camps d’été ou gardes d’enfants vous auront déjà quelque peu « endurcis » à la séparation. Longtemps avant son départ, par vos conversations, vous aurez pris le temps de répondre aux mille questions que votre enfant se pose sur son avenir, ses choix, son futur mode de vie, les habitudes qu’il devra précieusement conserver et les nouvelles qu’il lui faudra adopter. L’air de rien, vous aurez semé des petits cailloux de recommandations et conseils qui, petit à petit, auront imprégné son jeune esprit.

  Nous avons déjà insisté, chers parents, sur l’importance de l’éducation des apprentissages tant dans le quotidien d’une maison que dans celui de la tempérance (confort, écrans, dépenses…), d’une vie spirituelle nourrie et quotidienne, tout cela sera source de tranquillité pour vous comme pour lui !

  Dans sa recherche de logements plusieurs choix s’offrent à vous : chambre chez l’habitant, colocation en appartement…à vous de voir quelles seront les meilleures conditions pour votre enfant et pour son travail. Il est préférable de ne pas le laisser habiter seul la première année, qui est celle où se prennent les habitudes de cette nouvelle vie, ni dans une ville trop éloignée, si possible, pour un retour chaque week-end à la maison. Il vaut mieux proscrire les foyers pour étudiants, sauf cas exceptionnels, car les jeunes d’aujourd’hui (issus de tous milieux) mènent souvent des vies de débauche sans horaires ni restrictions (les fameux jeudi soir…) ! Vous aurez vérifié avec le centre d’études et votre CAF, la possibilité de bourses et d’allocation logement. Notez que le bénéfice de ces allocations avant les 21 ans de l’enfant (ou 20 ans selon les cas), peut réduire les allocations familiales de la famille. Faites le calcul pour connaître la formule la meilleure. Si vous ne connaissez pas la ville où étudiera votre enfant, renseignez-vous sur la localisation des quartiers tranquilles et de ceux qui sont dangereux. L’idéal serait un endroit pratique pour aller en cours, pas trop loin d’une chapelle où il puisse aller à la messe (au moins une fois par semaine en plus du dimanche) et rejoindre quelques jeunes de son âge.

           Vous aurez discuté d’un budget, même s’il a droit à une bourse, pour l’aider à être économe. Apprenez-lui à bien noter ses dépenses sur un carnet ou un fichier Excel, afin de mieux évaluer ses besoins mensuels ou hebdomadaires (loyer, transports, nourriture, fournitures scolaires…). En l’emmenant faire des courses montrez-lui comment lire les prix, les promotions, comparer les prix au kilo, les quantités, et apprenez-lui à n’acheter que l’indispensable…

  Si vous n’êtes pas allés visiter son futur logement avec votre étudiant, allez au moins l’aider à s’y installer. C’est important que vous puissiez l’imaginer ensuite, et en discuter avec lui ; et lui sera ravi que vous connaissiez son nouveau « chez lui » ! Ne l’abreuvez pas d’une liste sans fin de précautions et conseils en tous genres ! Montrez-lui plutôt qu’il a votre confiance et que vous êtes fiers de pouvoir la lui accorder. Les conseils de dernières minutes ne valent rien !  Vous aurez depuis longtemps fait vos recommandations pour sa vie temporelle comme spirituelle…

  Ensuite, gardez le contact ! Téléphonez-vous régulièrement, pas forcément longtemps mais restez bien présents, bien au courant, surtout la première année. Ecoutez les mots qu’il vous dit…mais écoutez aussi ce que vous dit sa voix : est-elle paisible, posée, joyeuse ? ou plutôt inquiète, tendue, nerveuse, agacée ?

  Il y a un tel fossé entre chez vous et sa vie d’étudiant, dans laquelle il doit prendre souvent sur lui pour faire face, qu’il a vraiment besoin de rentrer souvent pour se ressourcer « à la maison » ! Avec les années il prendra davantage d’indépendance et son propre rythme. Lorsqu’il rentre, laissez-le un peu respirer et se détendre…avant de pouvoir trouver un petit moment de conversation seul à seul. Observez-le : est-il amaigri ? Pâle ? Défiguré par un teint qui trahit une mauvaise alimentation ? Ses ongles sont-ils soignés…ou particulièrement rongés ? Vous regarde-t-il dans les yeux ? Son rire est-il franc et joyeux ? Au premier coup d’œil une mère voit toutes ces choses-là !

  Lorsque votre enfant est au loin, il reste pourtant près de vous. Sa chambre à la maison est vide, mais il est bien présent dans chacune de vos pensées. Votre prière ne faiblit pas pour lui…comme pour chacun de ceux de vos « petits » déjà partis ! Priez, chers parents, priez sans cesse ! Vous êtes leur garde-fou, leur paratonnerre…dans l’ombre et le secret. Et grandissez avec eux en offrant votre sacrifice de détachement, tout en partageant avec eux la joie de cette nouvelle « promotion sociale » !

               

S. de Lédinghen

 

 

 

Alerte aux écrans (suite et fin)

La télévision n’aide pas non plus à l’acquisition du langage :

Tout d’abord puisqu’il est inutile de nommer ce que l’on voit, ensuite parce que le langage demande le passage du concret à l’abstrait. Les images données toutes faites par l’écran risquent de « fossiliser » les possibilités d’abstraction de l’enfant. De plus le langage télévisuel est un langage direct, il n’y a jamais de phrases en style indirect ; les temps sont simples, on n’emploie presque jamais le subjonctif : l’enfant se bloque dans un langage très simple qui lui permet tout juste de dire à peu près ce qu’il a à dire.

Le problème est grave car il semble bien que l’enfant doive acquérir les formes complexes, la structure de son expression future avant l’âge de six ans. On rencontre en effet fréquemment des adultes dont le vocabulaire est extrêmement limité, réduit à environ deux cents mots et quelques onomatopées. De plus leur langage est hésitant, abrégé (sympa, ado, sécu…), maladroit. La mémoire bourrée de représentations devient inapte à retenir les articulations des plus simples raisonnements. Les enfants ont une très grande difficulté à écrire quelques lignes de leur composition, à comprendre un texte extrêmement court, à passer du concret à l’abstrait. On aboutit donc à un analphabétisme fonctionnel : les enfants savent lire et écrire, mais ne savent pas utiliser leurs facultés.

« La télévision entrave tant qu’elle peut le jeu normal de la conceptualisation et du jugement, qui empêche « l’homo sapiens » de se former dans l’enfant et qui ne fait succéder à l’enfance que l’infantilisme. Nos contemporains n’ont pas le sens du vrai, parce que, au fond, ils ne sont jamais devenus des hommes. Ce sont des avortons intellectuels. » (Abbé Berto, ND de Joie)

C’est peut-être là que réside l’effet le plus pervers de la télévision : les images qu’elle accumule avec force paralysent l’exercice normal de l’intelligence et empêche de trouver-ou même de chercher- la lumière de la vérité.

Cette analyse très succincte peut paraître sévère et susciter doutes ou même refus. Que chacun fasse le bilan des centaines d’heures passées devant un récepteur et réfléchisse à ce qu’il a acquis dans tel ou tel domaine…Il y a loin de la coupe aux lèvres !

Alors que faire ?

Considérer l’écran comme un spectacle. Or l’être humain n’est pas fait pour aller au spectacle tous les jours. On peut donc le regarder très occasionnellement. Et pour le jeune enfant cela doit rester très exceptionnel. Il faut alors toujours lui préciser s’il s’agit de fiction ou de réalité.

Vivre en famille sans télévision ? (Témoignage d’une mère de famille)

Mais oui, cela existe ! Peut-être même plus souvent qu’on ne pourrait le croire.

Pourquoi se passer de télévision ? Il faut bien répondre à cette question quand on voit l’étonnement que cela suscite autour de nous. Même si nous rencontrons la compréhension d’un nombre croissant de personnes, reconnaissons que, dans l’esprit du plus grand nombre, la télévision est devenue « obligatoire ». N’est-ce pas plutôt un luxe, un loisir parmi d’autres ? Je n’ai jamais vu personne blâmé parce qu’il ne va pas au cinéma, au théâtre, au concert, dans les musées ou parce qu’il ne lit pas, n’écoute pas de musique, etc. Pourquoi, la télévision connaît-elle ce traitement à part ? N’est-ce pas un étrange esclavage que nous subissons en famille ? Pourquoi ne pas comprendre que d’autres désirent faire un choix différent ? Si juste après notre mariage, nous n’avons pas jugé nécessaire d’acquérir un poste de télévision, avant le réfrigérateur ou le lave-linge, comme on peut le constater dans nombre de familles* (dont le budget ne permet pas de tout acheter en même temps) c’est bien parce que, nous sentant faibles, nous voulions nous préserver. Et si, aujourd’hui, nous n’avons toujours pas franchi le pas, c’est pour préserver également nos enfants.

Aurions-nous peur ? Notre sentiment est que si la télévision trônait au milieu du salon, le ver serait dans le fruit. Même si on pense savoir maîtriser le temps d’écoute et le type d’émission, la tentation demeure. Lorsque les enfants sont intenables, ce qui arrive quelquefois, quelle mère de famille à bout de patience n’allume pas la télévision pour obtenir un peu de calme ?

Et, que fait-on du temps gagné ?

Nous avons le temps de nous parler, les repas peuvent se prolonger sans devoir s’aligner sur l’heure d’un programme. En rentrant de classe les enfants trouvent le temps de jouer, de préférence avec leur mère ou leur père les jours où ils ne vont pas en classe. A la campagne, tout est plus facile, car il suffit d’ouvrir la porte donnant sur le jardin pour découvrir mille sujets d’intérêt. En ville cela demande plus d’organisation et donc plus de disponibilité de la part des parents. Les plus grands peuvent lire ou découvrir des jeux de société.

Déplorons qu’en France aujourd’hui, beaucoup de tout petits enfants grandissent devant un récepteur allumé en permanence !

 

  Que dire aujourd’hui de tous ces jeunes mariés qui démarrent leur vie de ménage avec chacun leur propre ordinateur portable (et téléphone !) ?! Ils ont, bien souvent, déjà pris de mauvaises habitudes de « dépendance » et d’indépendance… Quelle volonté et quel courage énergique il leur faut alors pour faire le choix de s’en détacher le plus possible pour le bien de leurs âmes et celui de leur famille !

SL

 

 

 

Alerte aux écrans (suite)!

Rappel des différentes parties vues lors de la première partie de cette étude (FA n°18) : L’imagination, saturation de l’imagination par l’écran, un effet destructeur sur la perception du réel.

 L’écran remplace le propre rêve de l’enfant par le rêve organisé

Par l’écran, l’imaginaire de l’enfant subit une invasion de sons et d’images qui le submerge et l’empêche de créer ses propres images. Quand il joue ou qu’il lit, l’enfant crée lui-même son propre « film », ce qui est indispensable à son développement psychologique. L’écran lui enlève cette possibilité. De plus, l’ambiance émotionnelle lui est imposée, alors que dans la lecture, elle est seulement proposée par l’auteur et recréée par l’enfant.

 L’enfant croit davantage à la réalité d’une image mobile que dans ses rêveries provoquées par le récit d’un conte. Il vit intensément le conte véhiculé par l’écran car les messages sont transmis par un triple langage : visuel, verbal, non verbal sonore. L’enfant, naturellement très impressionnable, intègre facilement le message que lui apporte l’écran et s’identifie plus aisément au héros qu’il lui propose. L’identification à des héros multiples peut d’ailleurs être source de perturbations. L’enfant héros est avant tout une création d’adultes dont l’imaginaire diffère totalement de celui de l’enfant à qui il s’adresse.

Le modèle mythique n’aide pas l’enfant, sinon à projeter ses propres frustrations : il forme alors une image dévalorisée de lui-même, de son milieu familial, de sa condition sociale et culturelle. Les véritables joies de l’enfance innocente sont ainsi étouffées par les écrans.

  • L’écran contribue au modelage de l’enfant

Dès son plus jeune âge l’enfant cherche à imiter, il reproduit tout :

-Les modèles sont d’abord ses parents puis le reste de son entourage.

-Au fur et à mesure qu’il grandit, il découvre de nouveaux modèles dans son voisinage, à l’école et dans la société en général.

-A l’âge de raison il sera à même de juger ce qu’il y a de bon et de mauvais dans ces modèles.

Mais l’influence reçue pendant ses toutes premières années pèsera d’une manière décisive. Le rôle primordial dans ce processus revient bien sûr aux parents. Or les écrans se substituent aux parents. C’est un véritable bouleversement des rôles. Bien avant l’école les enfants disposent d’une autre source qui leur permet d’assimiler des ambiances et des conceptions, de se familiariser avec des adultes différents, d’éprouver des émotions nouvelles. Ils sont pris dans de puissants faisceaux d’influences aux âges sensibles de la formation de la personne. Au cours de ce processus de formation se constitue un champ de représentations sociales qui vont permettre à l’enfant de comprendre son environnement, de l’interpréter, de communiquer avec ses semblables et de situer lui-même dans la société.

La constitution de ce champ est un mécanisme évolutif dans lequel les premières représentations résultant de l’identification aux parents et la formation de l’image de soi sont des structurations fondamentales. Dans l’intimité du foyer les écrans influencent considérablement cette structuration en imposant une vision du monde et un mode de vie qui façonnent uniformément adultes et enfants. Aujourd’hui la standardisation de l’homme est évidente et l’humanité y perd beaucoup.

  • Influence de l’écran sur l’intelligence

Parce qu’elles saturent, qu’elles gavent l’imagination, les images fournies par l’écran perturbent le travail naturel de l’intelligence. Il est incontestable que dans un premier temps il y a un élargissement des connaissances mais qui devient stagnation par la suite.

La passivité qui consiste à recevoir une information déjà façonnée ne permet pas le développement ultérieur d’un esprit critique et de recherche personnelle de la connaissance que donne la lecture des livres.

L’écran peut-il donc être un bon outil d’apprentissage ?

L’expérience montre que non. Ceci pour plusieurs raisons :

-Parce qu’elle va vite, qu’à l’image succède l’image, elle ne laisse pas le temps de réfléchir ; les idées ne s’impriment pas durablement car elle ne permet pas de revenir longuement sur un sujet comme on le fait sur les phrases d’un livre.

Les réponses viennent sans que l’enfant n’ait eu le loisir de se poser les questions ; or l’émergence d’une question est le fruit d’une maturation qui est plus utile que la connaissance de la réponse. L’émission ou le jeu sur écran ne tient compte ni du degré de connaissance, ni de la maturité, ni du langage ni de l’expérience individuelle. Elle s’adresse donc soit à la moyenne présumée, soit au niveau le plus bas de l’audience ciblée.

L’écran spectacularise les événements et les idées : c’est le côté spectaculaire ou sympathique qui frappe, plus que la profondeur des idées. Il s’adresse plus aux sentiments qu’à l’esprit.

A ce sujet, voici ce qu’écrit le professeur Rufo* dans la revue « vie et santé » de mars 1991 : « L’obstacle le plus important est la rupture qui existe entre deux mondes :

-d’une part celui de l’étude, de la réflexion, de la recherche, de la concentration ;

-d’autre part celui des écrans.

Tout est opposé d’une manière remarquable. Et l’étudiant connaît, consciemment ou pas, un mal fou à s’adapter au passage d’un univers à l’autre.

Pire, l’écran exerçant sur lui le pouvoir que l’on sait, va le conduire à attendre une vie « télévisuelle » partout où il vivra son quotidien. L’écran est capable de créer de nouveaux réflexes chez un individu, notamment chez un jeune (…) Le système télévisuel s’articule autour du show, du spectacle (…) L’enfant va attendre qu’autour de lui tout soit présenté en terme de spectacle, faute de quoi rien ne l’accrochera, même s’il s’agit de l’essentiel dans sa vie (…) Le travail de l’examen scolaire se vit sur la base d’un tout autre système, celui de la répétition, celui de la concentration, de l’attention sur un même sujet.

C’est d’ailleurs un fait très actuel : les gens d’aujourd’hui changent de conversation d’une manière étonnante, incapables qu’ils sont devenus de discuter en profondeur sur un sujet, ce qui reste le privilège -pourtant accessible à tous- de peu de personnes. La pensée part dans tous les sens, se ballade, n’arrive pas à se fixer… »

La mentalité contemporaine est ainsi devenue une mentalité inversée : les concepts sont devenus contingents et accessoires.

La voie est ainsi ouverte pour toutes les séductions que le filtre familial aura bien du mal à assumer.

 

 

Fin dans le prochain numéro :

-Comment les écrans nuisent à l’acquisition du langage.

-Vivre en famille sans télévision.

*Pr Rufo, pédopsychiatre, prof. d’université

 

 

Alerte aux écrans !!!

                     Chers amis lecteurs, vous savez comme j’aime conserver les choses belles ou intéressantes dans mes petits trésors…En fouillant un peu dedans récemment, j’y ai retrouvé cette étude que je voudrais partager avec vous. Elle date des années 1990, et n’a pas pris une ride !

                                                                                    Sophie de Lédinghen

 

            Lorsqu’on aborde le problème des écrans, la première réaction des familles est de considérer d’emblée le temps que leurs enfants passent devant un écran, et la moralité de ce qu’ils y regardent. Chers parents, vous avez conscience de ces difficultés de nocivité pour la santé morale et physique de l’usage hors contrôle des écrans, nous traiterons ici d’un aspect beaucoup plus fondamental, celui des effets des écrans sur notre psychisme. Je vous parlerai plutôt du danger de perversion de l’esprit et de l’imagination, moins spectaculaire que la corruption du sens moral, mais beaucoup plus profond.

 L’imagination

 Ce qui passe sur l’écran s’adresse d’abord à l’imagination : elle remplit la tête d’images. Pour mieux comprendre : L’imagination est un sens interne, dont l’organe est le cerveau cognitif, qui conserve les sensations reçues par les sens et les rappelle par les phantasmes. Elle fait partie de notre sensibilité intérieure comme le sens commun, le sens du discernement et la mémoire auxquels elle est étroitement liée. Elle est située entre les sens externes (vue, ouïe, odorat, tact et goût) et l’intelligence. De cette sensibilité intérieure dépendent la vie affective, la vie intellectuelle, l’inspiration créatrice et la construction de notre « moi psychologique ». Disons que l’imagination nourrit notre affectivité, meut nos passions ; elle est pour notre intelligence la source féconde d’objets de connaissance à partir de laquelle vont se former par abstraction les idées, les concepts et contribue ainsi à façonner notre personnalité, notre comportement, notre style… Enfin, l’imagination conserve la sensation en fonction de la mesure où elle est marquée par elle.

Trois facteurs vont conditionner cette mesure : la répétition de la sensation, l’émotion qui l’accompagne et la disposition du cerveau. Le premier conditionnement de ce cerveau, c’est l’âge : plus l’imagination est jeune, plus elle est indéterminée et donc malléable. La vue a bien sûr une grande importance pour l’imagination, elle l’enrichit constamment. L’ouïe influence l’imagination par l’intermédiaire des « passions sonores » (bruitages, mots ou musiques).

On comprend pourquoi les passions sont indispensables à la formation des jeunes imaginations- les belles, bonnes et vraies images- puisque c’est grâce à ces images que va se former la réserve mentale des idées, des informations, des références.

  • Saturation de l’imagination par l’écran

Les images produites par l’écran (même si elles étaient toujours belles, bonnes et vraies) ne peuvent parvenir à la formation des jeunes imaginations pour plusieurs raisons. Tout d’abord il s’agit d’images artificielles caractérisées par un manque de stabilité, une variation rapide de brillance, des images sautillantes, spécialement dans les dessins animés.

La structure des images lumineuses intermittentes provoque une hyperstimulation de l’œil et du cerveau qui entraîne une « fascination » des enfants qui les amène à regarder fixement l’écran. Ainsi la télévision ne suscite pas l’attention : elle hypnotise ! (Ce qui entraîne fatigue physique, fatigue visuelle, agitation, altération du sommeil). Ces stimulations finissent par perturber la vigilance diurne et altérer ainsi les capacités d’attention de l’enfant. Cette hyperstimulation est vraiment comparable à une drogue qui entraîne une dépendance.

En second lieu ces images se succèdent si rapidement et en telle abondance qu’elles provoquent une sorte d’indigestion ne permettant pas une véritable assimilation des connaissances. Il y a trop de choses, trop vite.  

Cette indigestion d’images endort l’attention trop sollicitée, si bien que l’attitude ordinaire du téléspectateur est la passivité. Cette passivité a une conséquence redoutable chez l’enfant : elle amollit la volonté ! On a constaté chez les enfants consommateurs de télévision une diminution sévère des capacités de mémorisation et une difficulté pour associer images, idées et paroles…

 L’écran a, pour l’enfant, un effet destructeur sur la perception du réel

Rappelons que la limite entre le réel et l’imaginaire se constitue peu à peu au cours de l’enfance et qu’elle reste floue jusqu’à l’adolescence. Les jeux et films sur écran effacent progressivement la frontière entre le réel et l’irréel et provoquent chez l’enfant un décollement par rapport au monde réel. Même sans violence, la télévision détache l’enfant de la réalité et le rend inapte à mesurer la conséquence de ses actes. Chez l’enfant de moins de six ans en particulier, il existe une difficulté naturelle à distinguer l’actuel du passé, la fiction de la réalité. Pour l’enfant, l’image projetée est vivante et actuelle et il a beaucoup de mal à se situer à une époque passée ou fictive.

C’était sans doute le cas des contes de notre enfance, mais ils commençaient toujours par cette phrase magique : « Il était une fois… ». D’autre part il existait une relation privilégiée entre le parent-conteur et l’enfant, qui n’existe plus avec le film.

Ce flou entre le réel et l’irréel peut favoriser une instabilité émotionnelle et des difficultés relationnelles. Fascinés, les enfants négligent de plus en plus leur cadre de vie réel au profit du cadre imaginaire des écrans. La vie excitante et sensationnelle proposée par les écrans est une tentation permanente d’échapper à la réalité quotidienne.

                                                                                     

La suite dans le prochain numéro :

– L’écran remplace leur propre rêve par le rêve organisé.

– L’écran contribue au modelage de l’enfant.

– Influence de l’écran sur l’intelligence.