Air de la calomnie

Notre citation pour mars et avril :  

« Le chant allège les sombres soucis » Horace

 

          A partir de ces deux œuvres profanes qui vous sont proposées, voici une méditation sur le commandement de la charité, recommandé sans cesse par Notre-Seigneur. Une bonne résolution pour que toute parole soit bien pesée, pour l’éternité.

 

Air de la Calomnie

Le Barbier de Séville, donné la première fois en 1819 (version italienne), et en 1884 (version française)

Gioachino Rossini

 (1792 Pesaro – 1868 Paris)

 

Opéra, considéré comme le chef-d’œuvre de Rossini, tiré de l’œuvre de Beaumarchais, le Barbier de Séville a été composé en 1816, en deux semaines, Rossini n’étant âgé que de vingt-quatre ans.

Bartolo veut épouser sa pupille Rosina, contre son gré, car elle aime le Comte Almaviva. Basileo, maître de musique de Bartolo, lui conseille d’utiliser le moyen de la calomnie pour lutter contre son rival…

« C’est d’abord rumeur légère
Un petit vent rasant la Terre
Puis doucement, vous voyez calomnie
Se dresser, s’enfler, s’enfler en grandissant


Fiez-vous à la maligne envie
Ses traits lancés adroitement
Piano, piano, piano, piano
Piano par un léger murmure
D’absurdes fictions
Font plus d’une blessure

Et portent dans les cœurs

Le feu, le feu de leurs poisons
Et portent dans les cœurs
Le feu, le feu de leurs poisons


Le mal est fait, il chemine, il s’avance
De bouche en bouche il est porté
Puis riforzando, il s’élance
C’est un prodige en vérité

 

 

Mais enfin rien ne l’arrête

C’est la foudre, la tempête

Mais enfin rien ne l’arrête

C’est la foudre, la tempête

Un crescendo public

Un vacarme infernal

Un vacarme infernal

Elle s’élance, tourbillonne

Etend son vol, éclate et tonne

Et de haine aussitôt un chorus général

De la proscription a donné le signal
Et de haine aussitôt un chorus général
De la proscription a donné le signal

Et l’on voit le pauvre diable
Menacé comme un coupable
Sous cette arme redoutable
Tomber, tomber, terrassé »

https://open.spotify.com/search/l’air%20de%20la%20calomnie

 

L’Enfance du Christ Berlioz

Notre citation pour janvier et février :  

« Le pain que l’on gagne en chantant est le meilleur » Alain

 

 L’Enfance du Christ

Oratorio (10 décembre 1854)

Hector Berlioz (1803-1869)

Trilogie sacrée pour soliste, chœur, orchestre et orgue

 

Le succès de cette œuvre fut phénoménal, il en étonna même Berlioz qui est aussi l’auteur du texte.

 

Deuxième partie : La Fuite en Egypte

Le repos de la Sainte Famille (extrait n° 9)

Le récitant :

Les pèlerins étant venus
En un lieu de belle apparence
Où se trouvaient arbres touffus
Et de l’eau pure en abondance,
Saint Joseph dit : « Arrêtez-vous
Près de cette claire fontaine.
Après si longue peine
Ici reposons-nous. »


L’enfant Jésus dormait.

Pour lors Sainte Marie,

Arrêtant l’âne, répondit :

« Voyez ce beau tapis d’herbe douce et fleurie,

Le Seigneur pour mon fils

Au désert l’étendit (bis)

 

Puis, s’étant assis sous l’ombrage

De trois palmiers au vert feuillage,

L’âne paissant, l’Enfant dormant,

Les sacrés voyageurs

Quelque temps sommeillèrent,

Bercés par des songes heureux,

Et les anges du ciel, à genoux autour d’eux,
Le divin enfant adorèrent.

 

Choeur d’Anges :

Alleluia !

 

https://open.spotify.com/album/1dhpkJuM8tBLXfYnMz0hcB

 

Fête de Sainte Cécile

Notre citation pour novembre et décembre :  

« Il n’y a de grand parmi les hommes que le poète, le prêtre et le soldat, l’homme qui chante, l’homme qui bénit, l’homme qui sacrifie et se sacrifie », Charles Baudelaire.  

 Sanctus

Messe Solennelle de sainte Cécile

Charles Gounod (1818, Paris – 1893, Saint-Cloud)

 

 

 

 

 

 

 


Le 22 novembre prochain, honneur à la patronne de cette rubrique puisqu’elle est la patronne des musiciens, honneur à sainte Cécile dont le nom est inscrit au Canon de la Messe.

 

Cette Messe solennelle en l’honneur de sainte Cécile, composition musicale de Charles Gounod, son œuvre la plus connue (hormis ses opéras), fut donnée pour la première fois le 22 (ou le 29) novembre 1855 à l’église Saint-Eustache de Paris, pour la sainte Cécile.

 

Née en l’an 200, Cécile est mariée contre son gré au païen Valérien. Le soir de son mariage, Cécile révèle à son mari qu’elle a fait vœu de virginité et le convertit ainsi qu’un peu plus tard, son beau-frère Tiburce. Elle subit le martyre par trois fois jusqu’à sa décapitation, en chantant des hymnes à Notre-Seigneur. Pour cette raison sainte Cécile est devenue patronne des musiciens.

En octobre 1599, lorsqu’à la demande du cardinal Sfondate, on ouvrit le sarcophage de la sainte, son corps était encore intact. Le sculpteur romain, Maderno exécuta la réplique fidèle du corps supplicié, œuvre que l’on peut toujours contempler dans l’Eglise Sainte Cécile du Trastevere, à Rome.

 

Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth


Pleni sunt caeli et terra glória tua


Hosánna in excélsis


Benedíctus qui venit in nómine Dómini

 

Hosánna in excélsis.

 

 

https://open.spotify.com/search/Sanctus%20Gounod%20Kiri%20T

 

L’air des clochettes

Notre citation pour septembre et octobre : « La cigale ayant chanté tout l’été, se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue… »  Jean de la Fontaine, La Cigale et la Fourmi.

 « L’air des clochettes (aria) »

Acte II – Lakmé (1883) – Léo Delibes (1836-1891)

« L’air des clochettes », morceau de bravoure des soprano coloratur  (soprano dont la voix est la plus aigüe, la plus pure et la plus agile) est l’air le plus célèbre de l’opéra  « Lakmé ». L’héroïne, Lakmé, fille de prêtre brahmane fanatique, chante dans un bazar indien. « La légende de la fille du paria » raconte le  sauvetage d’un étranger par une enfant paria qui fait sonner des clochettes pour détourner les bêtes sauvages du promeneur.

Où va la jeune Indoue,
Fille des Parias,
Quand la lune se joue
Dans les grands mimosas ?
Quand la lune se joue
Dans les grands mimosas ?

Elle court sur la mousse
Et ne se souvient pas
Que partout on repousse
L’enfant des parias.
Elle court sur la mousse,
L’enfant des parias ;
Le long des lauriers roses,
Rêvant de douces choses,
Ah !

Elle passe sans bruit
Et riant à la nuit, à la nuit !


Là-bas dans la forêt plus sombre,
Quel est ce voyageur perdu ?
Autour de lui des yeux brillent dans l’ombre,
Il marche encore au hasard éperdu !
Les fauves rugissent de joie,
Ils vont se jeter sur leur proie
La jeune fille accourt et brave leurs fureurs,
Elle a dans sa main la baguette
Où tinte la clochette, Où tinte la clochette
Des charmeurs.
Ah ! Ah ! Ah !

L’étranger la regarde,
Elle reste éblouie,
Il est plus beau que les Rajahs !
Il rougira s’il sait qu’il doit la vie
A la fille des parias.
Mais lui, l’endormant dans un rêve,
Jusque dans le ciel, il l’enlève,
En lui disant : ta place est là !
C’était Vishnou, fils de Brahma !


Depuis ce jour, au fond des bois,
Le voyageur entend parfois
Le bruit léger de la baguette
Où tinte la clochette,
Où tinte la clochette
Des charmeurs.
Ah ! Ah ! Ah !

Interprétation : Nathalie Dessay

 

 

 

Le choeur des elfes

Notre citation pour juillet et août  : « Le pèlerin qui va gaiement et chante en son voyage

se désennuie et s’allège de la peine du chemin. »  Saint François de Sales

 

« Le Chœur des Elfes »

Le songe d’une nuit d’été – 14 octobre 1843  – Postdam

Félix Mendelssohn

(1809 à Hambourg – 1847 à Leipzig)

 

« Le songe d’une nuit d’été » de Shakespeare est tout d’abord une comédie de cinq actes (écrite entre 1594 et 1595).

Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV, souhaitant faire représenter cette œuvre au nouveau Palais de Postdam, demanda à Mendelsshon, alors directeur de la musique à la Cour de Prusse, de composer une musique de scène pour accompagner la représentation. Cette composition de 1843 comportera onze pièces musicales destinées à être intercalées entre les différentes scènes de la comédie. Mendelssohn y adjoindra  « l’Ouverture » composée en 1826 alors qu’il n’avait que dix-sept ans.

Vous est proposée ici la quatrième pièce de la musique de scène, « Le Chœur des Elfes » (« Bunte Shlangen »), un duo pour sopranes avec chœur qui ouvre l’acte II.

Shakespeare a mis en scène un songe, et le génie de Mendelssohn conforte cette impression avec une musique féérique, aérienne. La légèreté et la fantaisie sont de mise dans cette œuvre qui ne ménage ni la logique ni la simple cohérence.

Place au rêve ! Mais au rêve traité magistralement.

 

Première fée

Vous, serpents tachetés au double dard,

Épineux porcs-épics, ne vous montrez pas.

Lézards, aveugles reptiles, gardez-vous d’être malfaisants,

N’approchez pas de notre reine.

 

Chœur des fées

Philomèle, avec mélodie,

Chante-nous une douce berceuse

Que nul trouble, nul charme, nul maléfice

N’approche de notre aimable reine.

Et bonne nuit dormez bien.

 

Seconde fée

Araignées filandières, n’approchez pas :

Loin d’ici fileuses aux longues jambes,

loin d’ici.

Éloignez-vous, noirs escargots.

Ver, ou limaçon, n’offensez pas notre reine.

 

 https://open.spotify.com/album/0BlBHcj4XYdsExqKLx6Wzg?