Les nuits d’été de Villanelle

Notre citation pour mai et juin :

« Juge l’oiseau à la plume et au chant, et au parler l’homme bon ou méchant. »

 

Villanelle

Les nuits d’été – Opus 7 – 1843 

Hector Berlioz  1803-1869

Au sens premier, une villanelle est un genre de poésie pastorale dont la musique est inspirée de danses anciennes. Ici, Berlioz compose un ensemble de six mélodies dont la Villanelle est la première, sur des textes de Théophile Gauthier (parus en 1838). Ces mélodies furent d’abord accompagnées seulement par le piano, Berlioz en fera plus tard, en 1856, une version orchestrale. L’interprétation choisie ici est celle de la mezzo-soprano suédoise, Anne Sofie von Otter.

    Quand viendra la saison nouvelle,
Quand auront disparu les froids,
Tous les deux nous irons, ma belle,
Pour cueillir le muguet aux bois.
Sous nos pieds égrenant les perles
Que l’on voit, au matin trembler,
Nous irons écouter les merles
Siffler.

Le printemps est venu, ma belle ;
C’est le mois des amants, béni ;
Et l’oiseau, satinant son aile,
Dit ses vers au rebord du nid.
Oh ! Viens donc sur ce banc de mousse,
Pour parler de nos beaux amours,
Et dis-moi de ta voix si douce :
Toujours !

Loin, bien loin égarant nos courses,
Faisons fuir le lapin caché,
Et le daim, au miroir des sources
Admirant son grand bois penché ;
Puis chez nous, tout heureux, tout aises,
En paniers, enlaçant nos doigts,
Revenons, rapportant des fraises
Des bois.

https://open.spotify.com/album/1j9Bz11PL2MAOCFYI4w6hZ

 

Chant pour le départ des missionnaires

« L’oiseau qui chante ne sait pas si on l’entendra » (proverbe polynésien)

Charles Gounod (Paris 1818 – Saint-Cloud 1893), paroles de l’Abbé Charles Dallet

En ce temps de l’Epiphanie, pourquoi cette évocation de Charles Gounod ? 

En 1843, en début de carrière, Charles Gounod accepte le poste d’organiste et de maître de chapelle de l’église des Missions étrangères de Paris. En 1851, il compose la musique du «Chant pour le départ des missionnaires ». Ce départ en mission était accompagné de la cérémonie suivante : « les partant se tenaient alignés face au public devant le maître autel. Le public pénétrait alors dans le chœur, et chacun venait baiser les pieds des nouveaux missionnaires, puis les embrassait, tandis qu’éclatait le « chant pour le départ des missionnaires », composé par Gounod, organiste de la chapelle. »  Cette cérémonie se tenait dans la chapelle de l’Epiphanie et ce vocable avait été choisi pour sa signification, l’Epiphanie étant la première manifestation de Jésus aux Gentils, ainsi les missionnaires partaient-ils « manifester » Jésus-Christ aux païens.

Charles Gounod prendra l’habit ecclésiastique, s’inscrira au cours de théologie de Saint-Sulpice et écoutera les sermons de Lacordaire à Notre-Dame. Mais après la révolution de 1848, il renonce à sa vocation sacerdotale et quitte son poste des Missions étrangères. La vie de Charles Gounod sera alors un perpétuel tiraillement entre une Foi profonde (animée par une grande connaissance liturgique) et les passions qu’agitera sa sensibilité d’artiste.

Partez hérauts de la bonne nouvelle

Voici le jour appelé par vos vœux

Rien désormais n’enchaîne votre zèle

Partez amis que vous êtes heureux

Oh ! qu’ils sont beaux vos pieds missionnaires

Nous les baisons avec un saint transport

Oh ! qu’ils sont beaux sur ces lointaines terres

Où règne l’erreur et la mort

Refrain

Partes amis, adieu pour cette vie

Portez au loin le nom de notre Dieu

Nous nous retrouverons un jour dans la patrie

Adieu frère adieu.

En nous quittant vous demeurez nos frères

Pensez à nous devant Dieu chaque jour

Restons unis dans la sainte prière

Restons unis dans son Divin amour.

Ô Dieu Jésus, notre roi notre maître

Protégez-nous, veillez sur notre sort

A Vous nos cœurs, notre sang, tout notre être

A vous à la vie, à la mort.

https://open.spotify.com/search/Gounod%20Seun

VENI, VENI EMMANUEL

« La maison est à l’envers lorsque la poule chante aussi haut que le coq »

(Noël du Fail (1520-1591), Contes et discours d’Eutrapel (1585)

« VENI, VENI EMMANUEL »

 

       Zoltan Kodaly – (1882 à Kecskemet – 1967 à Budapest)

Hymne de l’Avent qui énumère les sept noms divins chantés par les grandes « Antiennes O » : (« Emmanuel », « Rex Gentium », « Oriens », « Clavis Davidica », « Jesse virgula », « Adonai », « Sapientia »). Les Antiennes O sont ainsi dénommées car elles débutent par l’interjection « ô » adressée à Notre-Seigneur Jésus-Christ.

 

  1. Veni, veni Emmanuel, Viens, viens Emmanuel

Captivum solve Israël,                                          Libère Israël captif

Qui gemit in exilio,                                                    Qui gémit en exil

Privatus Dei Filio.                                                 Privé du Fils de Dieu

 

R/. Gaude ! Gaude !                                                  Réjouis-toi, réjouis-toi,

      Emmanuel nascetur pro te Israël.                                  l’Emmanuel naît pour toi Israël.

 

  1. Veni, veni, Rex gentium, Viens, viens, Roi des Nations,

Veni, redemptor hominum,       Viens, Rédempteur des hommes

Ut salves tuos famulos                  Afin de sauver tes serviteurs

Peccati sibi conscios.                    Qui ont la connaissance de leurs péchés.

 

  1. Veni, veni, o Oriens, Viens, viens ô Orient

Solare nos adveniens ;       Réconforte-nous par ton avènement ;

Noctis depelle nebulas         Repousse les brouillards de la nuit

Dirasque mortis tenebras.     Et les ténèbres sinistres de la mort.

 

  1. Veni, Clavis Davidica, Viens, clef de David,

Regna reclude cælica;                    Ouvre le Royaume des Cieux ;

Fac iter tutum superum   Fraye-nous un chemin sûr vers le Ciel

Et claude vias inferum.               Et ferme les routes de l’Enfer.

 

  1. Veni, o Jesse virgula, Viens, ô racine de Jessé,

Ex hostis tuos ungula,                           Conduis ceux qui sont à toi

De specu tuos tartari                         Hors de la caverne du Tartare

Educ et antro barathri.                       Et de l’antre des Enfers.

 

  1. Veni, veni, Adonai, Viens, viens, Adonaï,

Qui populo in Sinai,      Qui au Sinaï dans la majesté de ta gloire

Legem dedisti vertice,                     As donné au peuple

In majestate gloriæ.                           La loi venue d’en-haut.

 

  1. Veni, o Sapientia, Viens, ô Sagesse,

Quæ hic disponis omnia,        Qui dispose toutes choses ici-bas,

Veni, viam prudentiæ    Viens, afin de nous enseigner le chemin

Ut doceas et gloriæ.                   De la prudence et de la gloire

 

https://open.spotify.com/search/veni%20veni%20emmanuel%20zoltan

Les Saisons (Die Jahreszeiten) – L’automne – Oratorio profane (1799-1801) – Joseph Haydn

Notre citation pour septembre et octobre :

Le plus bel instrument, le plus vieux, le plus vrai, la seule origine à laquelle notre musique doit son existence, c’est la voix humaine ». Richard Wagner (1813 – 1883).

 Les Saisons (Die Jahreszeiten) – L’automne – Oratorio profane (1799-1801) – Joseph Haydn

Trio (Simon, Hanne et Lukas) avec chœur

(Texte tiré d’un poème de Thomson, c’est une vision « déiste » de la nature et du travail qui peut néanmoins nous inciter à bénir nos occupations et à rendre grâce à Dieu d’être propre à les accomplir).

Simon :

So lohnet die Natur den Fleiß;

ihn ruft, ihn lacht sie an,

ihn muntert sie durch Hoffnung auf,

ihm steht sie willig bei;

ihm wirket sie mit voller Kraft.

Ainsi la nature récompense le labeur ;

elle le sollicite, elle lui sourit,

elle l’encourage par l’espérance,

elle l’assiste de bonne grâce,

elle agit en sa faveur de toutes ses forces.

 

Hanne, Lukas :

Von dir, o Fleiß, kommt alles Heil.

Die Hütte, die uns schirmt,

die Wolle, die uns deckt,

die Speise, die uns nährt,

ist deine Gab’, ist dein Geschenk.

De toi, ô ! labeur, vient tout salut.

La chaumière qui nous abrite,

la laine qui nous habille,

les aliments qui nous nourrissent,

sont ton don, sont ton cadeau.

 

Hanne, Lukas, Simon :

O Fleiß, o edler Fleiß!

 Von dir kommt alles Heil.

O ! labeur, ô ! noble labeur !

De toi vient tout salut.

 Hanne :

Du flößest Tugend ein,

und rohe Sitten milderst du.

Tu inspires la vertu

et tu adoucis les mœurs grossières.

Lukas :

Du wehrest Laster ab

und reinigest der Menschen Herz.

Tu préserves du vice

et purifies le cœur de l’homme.

 Simon :

Du stärkest Mut und Sinn

zum Guten und zu jeder Pflicht.

Tu renforces le courage

et le sens du bien et du devoir.

  Hanne, Lukas, Simon avec Chœur :

 O Fleiß, o edler Fleiß,…    

O labeur, ô ! noble labeur…

https://www.youtube.com/watch?v=Il7QFtUYXBo

 

 

Inviolata

Notre citation pour juillet et août :

« Je chanterai, même lorsqu’il me faudra cueillir mes fleurs au milieu des épines et mon chant sera d’autant plus mélodieux que les épines seront longues et piquantes. »

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus

Manuscrits autobiographiques, Pensées 1

 Inviolata

Hymne à la Très Sainte Vierge

Pour cette fête de l’Assomption, je vous propose cette fois-ci la simplicité si pure et si grande du grégorien. Cet hymne date du XIème siècle. Si certains d’entre vous en souhaitent d’autres versions, vous pouvez écouter celui de Josquin des Près ou de Marc-Antoine Charpentier. Pour ma part, je n’ai rien trouvé de supérieur à celui que je vous livre.

  1. Inviolata, integra, et casta es Maria,

quæ es effecta fulgida cæli porta. 
Vous êtes sans tache, chaste et virginale, ô Marie.

Vous êtes devenue la porte éclatante du Ciel.

  1. O Mater alma Christi carissima,

suscipe pia laudum præconia.
O Sainte Mère du Christ, qui nous êtes si chère,

recevez la pieuse louange de nos chants.

  1. Te nunc flagitant devota corda et ora,

nostra ut pura pectora sint et corpora. 
Nos cœurs et nos lèvres vous prient avec dévotion 
pour que soient purs nos corps et nos âmes.

  1. Tua per precata dulcisona,

nobis concedas veniam per sæcula. 
Par vos prières si douces,
obtenez-nous le pardon pour l’éternité.

 

  1. O benigna ! O Regina !O Maria,

quæ sola inviolata permansisti. 
O très bonne ! ô Reine ! ô Marie,
qui, seule, êtes demeurée sans tache !

 

 https://www.jubilate-deo.com/2018/05/13/le-chant-a-marie-29-inviolata