Quatrième Mystère Joyeux

La Présentation de Jésus au temple.

Fruit de ce mystère : l’obéissance, la pureté.

Quarante jours après la naissance de Jésus, Marie et Joseph se rendent à Jérusalem. La loi de Moïse réclamait deux actes aux couples modestes : la purification légale de la mère et la présentation de l’enfant car il était écrit : « Tout mâle premier né sera consacré au Seigneur ».

De grand matin, par une belle journée de février où la nature sourit déjà, le couple saint s’élance vers Jérusalem. Marie serre dans ses bras cet enfant qu’elle va offrir à Dieu comme toutes les mamans et Joseph tient dans sa bourse les cinq pièces d’argent qui vont le racheter. Sans doute, Marie a dû le faire bien beau, son petit Jésus, et les bonnes femmes de Bethléem, sur le pas des portes du village, au moment du départ sont venues l’admirer pendant que Joseph fermait son atelier pour tout le jour. Et maintenant les voilà, au milieu des autres, des jeunes mamans toutes fières d’avoir mis au monde pour la première fois un fils ! Joseph, modestement, achète dans leur cage, les deux tourterelles des pauvres…

Mais au milieu des autres qui sans doute bavardent en attendant leur tour, Marie se recueille. Elle apporte un tel sérieux à tous les actes de sa vie religieuse. Elle, toute pure, obéissante comme toujours, elle se soumet à la purification légale, faisant de tous les actes de toute sa vie un acte d’obéissance filiale.

Et voici qu’un vieillard est entré dans le temple. Il a pris l’Enfant entre ses bras ; Marie lui laisse prendre son enfant ; elle écoute la prophétie qui ne l’étonne pas… elle sait mieux que personne les prodiges qui ont déjà entouré cette naissance. C’est une joie toujours très douce pour une maman d’entendre prédire les grandeurs de son petit ; mais quand Siméon les eut bénis, ce furent d’autres paroles qui tombèrent de ses lèvres : « Un glaive transpercera votre âme ! »

Avez-vous pâli, Mère chérie, quand ces mots sont tombés sur votre cœur ? … Les attendiez-vous ?

Il me semble que vos deux mains ont dû bien vite reprendre votre petit enfant et le serrer passionnément. Mais, la prophétie est tombée sur votre cœur et jamais plus vous n’oublierez ce « glaive de douleur » qui vous menace… Tous les petits enfants appartiennent à leur maman, mais le vôtre encore plus… pourtant ce trésor, voici qu’on vous rappelle que vous devez l’abandonner pour le salut du monde et vous associer généreusement à la rédemption… « C’est le sacrifice du matin qui deviendra plus tard, dit Saint Thomas, entre les bras de sa croix, le sacrifice du soir… »

L’Evangile tait ce qui se passa en vous, ô Marie, mais nous savons bien que votre cœur ne fut qu’un acquiescement généreux…

Mon chapelet aux doigts, je vous regarde, Vierge Marie… je sais que vous êtes l’Unique et que seule, parmi toutes les femmes, vous avez pu monter un matin au temple pour offrir à Dieu le Fils de Dieu Lui-même. Et là, Dieu vous a demandé votre Fils… votre tout petit, la tendresse pure et chaude de votre cœur…Ce n’était pas la Mère de Dieu qui montait ce matin là les escaliers du temple, c’était une maman, une femme comme toutes les autres, soumise comme toutes les autres à la grande loi chrétienne de toutes les tendresses. Apprenez-moi, ô Vous dont le cœur était semblable à nos pauvres cœurs de femme, comment je dois reconnaître les droits de Dieu sur mes tendresses pour les sanctifier…

Moi aussi, aussi fort que vous serriez le petit Jésus sur votre cœur, je serre sur le mien les tendresses que la vie m’a données. Peut-être suis-je somptueusement servie à cette table royale de l’amour. Peut-être ma part est-elle toute petite, mais non moins précieuse… Un mari, des enfants, des amis, ce tout petit si semblable au vôtre qui rit dans son berceau… cet homme qui est ma part pour porter avec moi tout au long « la bonne et la mauvaise fortune »…, tous ces visages, jeunes ou vieux qui m’entourent et sans lesquels la vie pour moi n’aurait pas de lumière, tant il me semble que ce sont leurs yeux qui me la dispensent… Moi aussi j’ai mes trésors, et vous savez que je les serre contre mon cœur bien fort, en vous regardant monter les marches du temple.

Il ne m’a pas été demandé par la loi de venir « racheter » mes tendresses et mes joies avec cinq pièces d’argent et deux tourterelles roucoulantes… non ! mais il m’est demandé de reconnaître les droits absolus de Dieu sur mon cœur et de bien savoir que tout lui appartient à Lui avant de m’appartenir à moi… Ce cœur que vous me demandez, mon Dieu, ce n’est pas une abstraction, c’est ce cœur vibrant… Ce cœur, avec tout ce qu’il renferme, mes enfants, mon mari, mes parents, mes amis… car tous ceux-là sont à vous avant d’être à moi, n’est ce pas ô Mon Dieu ! C’est facile de le dire, ce n’est pas facile de le réaliser ! Vierge Marie comme j’ai besoin que vous m’appreniez à comprendre ces choses pour que mon cœur devienne un cœur chrétien ; que la tendresse, en moi, ne soit pas une prise de possession païenne et farouche où mes droits passeraient avant ceux des autres… mais cette chose aérienne et ailée qui entraînera mon cœur vers le ciel le purifiant de tout égoïsme ! Vierge Marie, je veux avoir le courage de regarder sincèrement au fond de mon cœur… Est-ce que je sais aimer chrétiennement, comme vous le souhaitez ? Est-ce que j’ai l’habitude de lever en offrande mes deux mains pleines comme une coupe ? N’ai-je pas plutôt envie de refermer jalousement mes deux bras en regardant Dieu avec méfiance, comme un voleur ?…

Oh Vierge Marie aidez-moi ! Cet homme qui a mis un jour sa grande main dans la mienne et qui sera mon « compagnon d’éternité », il est à vous avant d’être à moi et mon amour doit le fortifier et non pas l’amollir. Tous ceux que j’aime doivent marcher virilement vers vous. Vous avez laissé partir votre Jésus vers les hommes et vers la mort, apprenez-moi à laisser partir sans égoïsme ceux que j’aime vers le beau destin qui les appelle.

Aimer c’est s’engager à fond dans le mystère d’une autre vie. O Mère, donnez-moi un cœur fort qui accepte, qui ne soit pas un pauvre cœur tremblant de femme ne désirant que le confort mais un cœur prêt à marcher courageusement vers Dieu en portant le poids de l’amour aussi bien que celui des douleurs. Faites que je regarde avec confiance, mon Dieu, l’ombre de votre main sur mes tendresses, non pas une main de voleur, mais une tendre main de père. Faites que ce soit ma sécurité de les sentir à vous avant que d’être à moi. Donnez-leur ce que je suis si impuissante à leur donner ! Gardez l’âme de mon petit, veillez sur l’absent, ramenez-moi l’oublieux… Il n’y a que ce que vous gardez qui est bien à moi, je le sais, car vous êtes le lien suave et fort entre les cœurs.

En récitant ces Ave, j’accepte à l’avance tout ce qui sera la volonté de Dieu sur mon cœur de femme. Je tends vers lui mes mains pleines avec confiance. Qu’il me rende ce qui m’est bon en ce monde… je sais qu’il me garde tout pour l’éternité !

D’après Paula Hoesl

 

Troisième Mystère Joyeux: La Nativité

Fruit du Mystère : l’esprit de pauvreté

« Elle enfanta son fils premier né, l’enveloppa de langes et le coucha dans une mangeoire parce que dans l’hôtellerie il n’y avait pas de place pour eux . »[1]

Ces mots évoquent avec une grande simplicité tous les Noëls de toutes les crèches du monde ; mais dépouillons-nous de tout le retentissement de tendresse qui nous touche et contemplons sa réalité : « Il n’y avait pas de place pour eux !… Ainsi donc, Ô Marie dans ce soir où vous arriviez à Bethléem pour exécuter l’ordre d’Hérode, fatiguée par cette route, personne n’a voulu de vous ! Saint Luc ne dit pas qu’il n’y avait plus de place « nulle part » mais bien qu’il n’y en avait plus « pour vous ». On connaît l’importance de chacun des mots de l’Evangile ! Cela aurait pu vous révolter, mais non, vous, Ô Marie vous ne pensiez pas ainsi, vous alliez le cœur en paix, car vous sentiez au-dessus de vous cette main paternelle de Dieu qui n’abandonne jamais !

Je suis sûre que vous avez tout de même pensé au petit berceau que Joseph, avait fabriqué avec tant d’amour de ses propres mains. Il y avait ces toutes petites choses avec lesquelles les mamans occupent les longs mois de l’attente : les couvertures de laine, les petits bonnets de dentelle brodés avec tant d’amour…  Vous aussi, vous aviez tout préparé, et voici que tout est inutile ! Vous n’avez pu emporter que quelques langes pour l’envelopper le plus chaudement possible, mais cette crèche, en plein vent… ni feu, ni eau ni rien de ce qui est nécessaire quand un enfant vient au monde ! Et lui qui avait une maison modeste mais si accueillante, c’est comme le plus dénué de tout qu’il veut faire son entrée dans ce monde.

Pourtant l’Eglise n’a pas choisi de mettre cet événement dans les mystères douloureux, mais dans les heures de joie. Oui, parce que vous serrez contre vous cet adorable Enfant-Dieu et dans la tendresse et l’adoration, vous écoutez les anges chanter autour de vous, vous êtes la plus comblée des créatures, parce que Dieu est là pour vous emplir de ses richesses !

Vierge Marie, faites que je regarde sans cesse vers vous et qu’une telle douceur pénètre en moi rien qu’à vous regarder si paisible et si rayonnante au sein de votre abandon ! Maintenant, pendant cette méditation, tout me semble facile, mais c’est tout à l’heure qu’il me faudra emporter cette dure et émouvante et féconde conviction du bienfait de la pauvreté, c’est quand je ferai la vaisselle, que je reprendrai ces poches déchirées et que je ferai mes comptes…

Vous qui avez compris, faites que je comprenne ce « Bienheureux les pauvres » que Jésus prêche déjà tout petit entre vos bras.

C’est que les biens que je crois posséder, ce sont souvent eux qui me possèdent et si je n’y prends pas garde, ils m’enserreront et m’étoufferont comme le lierre finit par étouffer l’arbre qu’il entoure ! C’est que ces biens risquent de me faire oublier ma vraie situation de voyageur en route vers son éternité, libre de marcher en chantant, sans retourner sans cesse la tête en arrière. Certes mon Dieu vous avez donné à l’homme des biens qu’il ne doit pas mépriser : ce coin de terre, cette maison au toit rouge qui évoque tant de souvenirs et qui semble même enrichir notre personnalité… mais comme vite ces biens là, si on n’y prend pas garde, deviennent des tentacules qui nous étouffent. Cette terrible passion de la possession dont on ne sait plus qui est le possesseur et le possédé et qui nous masque le merveilleux visage de la création, de nos frères et de Dieu. « Donne tout ce que tu as » conseille Jésus au jeune homme riche ; et lui qui préfère garder pour lui renonce à la joie : « Il devient triste » nous dit deux fois l’Evangile.

Cette joie de la pauvreté, je n’ai pas encore su la découvrir. Dans mes privations d’aujourd’hui, je ne vois pas luire le rayon de soleil des béatitudes. C’est que l’on peut avoir la pauvreté sans en avoir l’esprit. Manquer de tout n’est pas une vertu, sinon il y aurait beaucoup de gens vertueux dans le monde ! Le simple fait de désirer les biens dont je suis privée me ligote aussi bien que si je les avais. Comment pourrais-je vivre dans l’allégresse et la légèreté en allant tout droit vers Dieu si je suis lourde de toutes mes envies et que je vis dans l’amertume de tout ce que je n’ai pas ?

Vierge Marie obtenez-moi de me libérer de ce poids qui m’attache à la terre. Si je suis riche, que la richesse ne me retienne pas, et si je suis pauvre, que ce désir de richesse ne me soit pas un poids !

Je veux mettre mon cœur au-dessus de ces biens matériels, si périssables et si vite arrachés. Je veux avoir pour trésor l’amour de mes frères et l’amour de Dieu et y trouver la vraie joie que rien ne pourra me prendre : Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » ;

Vierge Marie donnez moi cette joie de Saint François d’Assise qui s’en allait par les routes, vêtu de bure si heureux qu’il était obligé de chanter pour soulager son cœur !

Dieu ne me demande pas de tout quitter effectivement. Je suis prise dans ma vie temporelle et je dois bien m’occuper de subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille mais sans me préoccuper de ce qui peut manquer. Je dois faire comme les passereaux qui cherchent de quoi manger sans s’arrêter de chanter. Ce que j’ai aujourd’hui, mon Dieu, je vous en remercie. J’en userai pour soulager mes frères. J’aurai déjà cette première joie, celle de donner. Oh ! ces « pauvres » riches qui ont tant de choses et ne connaissent pas les plus précieuses joies de la vie !

Vous n’avez rien, Vierge Marie, dans cette étable, mais vous avez Jésus entre vos bras : n’est ce pas la plus émouvante des leçons ! Si mon cœur est rempli d’amertumes de ce que je n’ai pas, comment Dieu trouvera-t-il sa place ? « Dès que nous serons vides de nous-mêmes, Dieu nous remplira de Lui »[2]

C’est Dieu seul qui est la vraie richesse ! Vierge Marie aidez-moi à ne pas faire passer l’accessoire pour l’essentiel. Faites que chaque méditation de ce mystère fasse pénétrer en moi le sens de cette « pauvreté en esprit » qui me libérera de toute attache et me donnera le goût de Dieu qui est la seule richesse. Faites que je montre le visage joyeux d’un de vos enfants qui n’a peur de rien, et surtout pas de l’avenir, car « ceux qui cherchent le Seigneur ne seront privés d’aucun bien »[3].

D’après Paula Hoesl

[1][1] Saint Luc

[2] Saint Vincent de Paul

[3] Psaume 33

Deuxième mystère Joyeux

Fruit du Mystère : La charité

La joie remplit nos cœurs lors de la contemplation de ce mystère !
A peine Marie a-t-elle reçu la visite de l’Ange Gabriel qu’elle « s’en va en hâte » entourer sa cousine. Celle que l’on appelait stérile sera bientôt mère malgré son grand âge car rien n’est impossible à Dieu. Il faut partir pour aider, pour soutenir, pour écouter, n’est ce pas là l’une des actions produites par la charité ? Il y a aussi cette joie merveilleuse dans le cœur de Marie qui commence à chanter le Magnificat…
Vous voilà partie, Mère chérie, cheminant par les routes difficiles de ces trente lieues (environ 144 km) ; il vous a bien fallu cinq journées de marche : Esdrelon, Sichem, le puits de Jacob et sans cesse les allégresses du Magnificat montent sur vos lèvres de 15 ans ; vous connaissez parfaitement l’Ecriture Sainte et vous savez ce que tout cela signifie…
J’aime imaginer Elisabeth, rajeunie par sa maternité, bouleversée de sentir son enfant tressaillir en son sein, accourir en voyant sa jeune cousine arriver. Je l’imagine prononçant les mots que nous aimons tant : « Vous êtes bénie entre toutes les femmes et le fruit de vos entrailles est béni ». Merci chère Sainte Elisabeth pour ces mots dont la douceur sur nos lèvres ne sera jamais épuisée !
Les voici toutes les deux… Et Marie laisse déborder le trop plein de son cœur : elle chante le plus beau chant de la joie chrétienne : Mon âme glorifie le Seigneur et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur. Contemplons la plus grande marque de bonté de puissance et d’amour de Dieu !
Toute la joie de l’Annonciation, il faut la semer à travers le monde, il faut au besoin courir vers les hommes pour la leur dire ! La Vierge a une autre mission mais ce cœur tout pur a besoin, lui aussi, de rompre le silence et de chanter sa joie pour emplir la maison de Zacharie !
La Visitation ! Quelle grande leçon pour notre égoïsme humain, pour nos vies resserrées sur elles-mêmes où nous nous enfermons, toutes absorbées dans notre propre moi, engluées dans nos joies, murées dans nos soucis au lieu de nous ouvrir en pensant aux peines de nos frères.
En vous regardant, ô Marie, courir sur les routes, enflammée par votre bonté joyeuse, je veux faire mon examen de conscience… Est-ce que pour moi, les autres existent vraiment ? Est-ce que je ne me considère pas comme le centre du monde ? Je m’enferme dans ma maison avec mes tendresses personnelles… j’oublie si souvent les autres, ceux que je n’appelle pas mes amis et qui sont pourtant « mes frères ». N’ai-je pas moi aussi une vieille cousine, une voisine (qui n’habite pas à 140 km…), quelqu’un qui attend de moi un regard de bonté ?
O Marie, apprenez moi à sortir de moi-même et de ma propre vie pour regarder dans la direction de mes frères, pour voir la vieille femme solitaire que je croise dans la rue, la petite fille si seule et qui retient une larme, le vieux monsieur croisé à la messe et qui avait l’air si mal en point, le jeune à l’air un peu perdu avec ses écouteurs sur les oreilles mais qui cherchait un regard bienveillant, toutes et tous, mes frères et sœurs que la vie m’a donnés pour compagnons de route.
Et ceux là ont besoin de moi. Ils m’attendent, ils m’appellent de ces appels muets que la vie jette dans le silence… Si je reste lointaine, comme absente, quelque chose leur manquera toujours, il manquera un rouage, petit mais essentiel dans le plan que Dieu avait prévu de toute éternité. « Portez les fardeaux les uns des autres » nous dit Saint Paul… D’autres diront que cela ne nous regarde pas… mais où commence ce qui ne nous regarde pas quand on fait la volonté de Dieu ? Est-ce que cela vous regardait vraiment Marie s’il restait ou non du vin dans les jarres aux noces de Cana ? O divine charité qui pense à tout, même aux plus petites choses ! Vous n’êtes pas seulement allée chez Sainte Elisabeth pour chanter le Magnificat mais vous y êtes restée trois mois pour soulager l’attente de votre cousine âgée. O Marie qui avez si souvent travaillé sans bruit pour le prochain, obtenez moi la grâce de dire avec la ferveur de Jacques Rivière : « Je veux servir, je veux être bon à quelque chose !… », n’attendons pas pour cela les grandes occasions : chaque jour Dieu nous donne une mission, même seule dans notre maison : paix, joie, rosaire égrené au fil de la journée pour les uns et pour les autres… Car c’est de mon cœur surtout que les autres ont besoin. Le monde manquant d’amour est devenu si triste ! Tant de choses auraient pu changer si l’égoïsme n’avait pas régné !
O Marie, qui avez tant aimé les hommes puisque vous étiez remplie de l’amour de Dieu, aidez-moi à donner mon cœur ! Faites que quand les épreuves m’accablent, je les trouve moins lourdes en ouvrant mon cœur aux douleurs des autres. Faites que quand la joie me soulève j’ai le besoin le plus ardent encore de la partager avec les autres, et si mon nid est préservé aidez-moi à donner aux autres la joie de Dieu ! C’est Lui la joie du monde. Il faut d’abord que Jésus vive en moi par sa grâce mais il ne faut pas que je me referme sur mon trésor !

O Marie, Mère du grand amour, Reine des apôtres faites fructifier en moi la vie de la grâce pour que tout en moi rayonne la joie de Dieu ! Je ne suis pas grand-chose, moi, dans ma simple maison au milieu de ma vie monotone quotidienne, avec les soucis de chaque jour : faire les courses, le ménage, élever mes enfants, petits ou grands, mais partout où je vais il faudrait que ceux qui me croisent sentent la paix et la joie de Dieu !
Aidez-moi à « me lever et partir à la hâte » au devant des petites tâches de l’amour chrétien, au milieu de mon devoir quotidien en chantant avec vous le Magnificat pour toutes les grâces que j’ai reçues !

D’après Paula Hoesl

Premier Mystère Joyeux: L’Annonciation – Fruit du Mystère: L’humilité

Que faisiez-vous, Vierge Marie quand l’Ange vous apparut ? Saint Luc rapporte que l’Ange entra « où vous étiez ». Nombreux sont les peintres qui vous ont représentée en prière, mais je préfère vous imaginer, occupée à vos besognes journalières. Vous aussi vous cousiez, vous faisiez les repas, vous laviez le linge car « les âmes pures portent en elle-même leur sanctuaire où la voix de Dieu peut se faire entendre. »
Dans votre humilité vous avez été troublée par les paroles de l’Ange Gabriel (quelle leçon pour nous qui aimons tant les compliments et qu’aucun ange ne vient rassurer !) ; et c’est alors que le grand message, celui que nous attendions « depuis plus de 4000 ans » vous fut révélé. « Voici que vous concevrez en votre sein, et vous enfanterez un fils, et vous lui donnerez le nom de Jésus. » Continuer la lecture de « Premier Mystère Joyeux: L’Annonciation – Fruit du Mystère: L’humilité »

La liturgie du Rosaire

« Si tu veux être ma fille, je serai ta Mère, dit un jour la Vierge à sainte Elisabeth de Hongrie ; si tu veux te confier à moi, je t’apprendrai à aimer » Et Notre-Dame de venir régulièrement s’entretenir avec elle, lui donnant en exemple ses joies et ses peines.

Oh comme nous aimerions avoir, nous aussi, cette grâce d’avoir Notre-Dame pour nous prendre par la main… Mais, mais… sommes-nous bien sûres de ne pas l’avoir à notre disposition cette main tendue ? Avons-nous déjà considéré avec attention que ce chapelet, dit le plus souvent bien machinalement, est en fait une chaîne qui nous raccroche au Ciel, une corde solidement nouée qui nous aide dans notre rude escalade !

Tous ces mystères que nous égrenons en méditant chaque étape, ne faut-il pas les considérer comme les étapes de la vie, les pages joyeuses ou même douloureuses, dont nous évoquons les souvenirs, les soirs en famille ? Continuer la lecture de « La liturgie du Rosaire »