Saint Ambroise et Théodose

           Saint Ambroise (340-397) osait affirmer : « L’empereur est dans l’Eglise et non au-dessus d’elle1. » Il mit toute son âme à convaincre l’empereur Théodose le Grand de demander pardon à Dieu pour sa faute. En effet, en 390, ce dernier massacra des milliers d’innocents à Thessalonique. Ambroise l’excommunia et lui indiqua qu’il ne pourrait entrer dans la basilique, ni communier qu’après avoir fait pénitence pour son péché : « en vous humiliant par la pénitence, vous imiterez la conduite des saints2. » Après un mois de débats intérieurs, ayant eu affaire à toutes les supplications contraires de ses courtisans, le jour de Noël, le chef de l’empire romain revêtit les habits du pénitent et parcourut à pied les rues de Milan jusqu’à la cathédrale où l’accueillit Ambroise. Il y pleura publiquement son péché. « Ce que des citoyens ordinaires n’osent faire, l’empereur osa le faire : il fit publiquement pénitence ; après quoi pas un jour ne passa sans qu’il regrettât sa faute3.

  C’était le renversement complet de la pyramide sociale antique. Un siècle plus tôt, les évêques étaient encore exécutés dans les amphithéâtres par des empereurs.

« La soumission de Théodose fut un des moments les plus frappants et les plus chargés symboliquement de la civilisation occidentale. (…) Ambroise, fidèle à ses devoirs de prêtre – devoirs d’enseignement, de sanctification et de gouvernement-, transforma ainsi la conscience des Occidentaux de manière unique pour près de 2000 ans4. »

1 Saint Ambroise de Milan, Sermon contre Auxence dans Patrologia latina, vol.217

2 Saint Ambroise de Milan, première lettre à Théodose

3 Saint Ambroise de Milan, oraison funèbre de Théodose Ier.

4 W.J. Slattery – Comment les catholiques ont bâti une civilisation.

 

 

Les devoirs du père de famille

L’Eglise, par la voix de ses pasteurs et en mère prudente, a défini les devoirs du chef de famille :

– Le premier devoir, au sanctuaire du foyer chrétien, est de pourvoir – dans le respect et toute la perfection humainement possible de son intégrité, de son unité, de la hiérarchie naturelle qui unit entre eux ses membres- à la conservation, à la santé corporelle, intellectuelle, morale et religieuse de la famille. Et ce devoir comporte évidemment celui de défendre et de promouvoir ses droits sacrés, celui, en particulier, de remplir ses obligations envers Dieu, de constituer, dans toute la force du terme, une société chrétienne :

– Défendre ses droits contre toutes les violences ou influences extérieures capables de porter atteinte à la pureté, à la foi, à la stabilité sacro-sainte de la famille ;

– Promouvoir ces mêmes droits, en réclamant de la société civile, politique, culturelle tout au moins les moyens indispensables à leur libre exercice.

 

Pie XII, Allocution aux pères de famille, le 18 septembre 1951

 

L’invention de la Sainte Croix

L’Invention de la Sainte Croix (du verbe latin : INVENIO, IS, IRE, VENI, VENTUM, tr : trouver) est fêtée le 3 mai ; c’est Sainte Hélène, mère de l’empereur Constantin qui retrouva la Sainte Croix sous le temple consacré à Vénus. Les païens avaient construit ce temple au-dessus pour que les chrétiens venus en prière en ce lieu paraissent adorer Vénus.

L’église catholique célèbre le 14 septembre la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix. Quand les Perses restituèrent en 628 la sainte Croix à l’empereur Héraclius, celui-ci voulait transporter lui-même la Sainte relique, mais une force invincible l’empêchait d’avancer. C’est seulement quand il se fut dépouillé de ses vêtements précieux qu’il put porter la Croix jusqu’au calvaire.

La liturgie de la fête de la Sainte Croix nous fait considérer le Christ, divin roi glorifié mais aussi le Christ comme homme avec les cruelles souffrances de la Passion.

Rome se glorifie encore aujourd’hui de conserver le plus grand fragment de la Croix dans la basilique Sainte Croix de Jérusalem, élevée par Constantin sur l’emplacement du palais de sa mère, sainte Hélène.

« Ave Crux, spes unica. Oui, saluons la Croix qui est notre unique espoir. C’est par la Croix que les apôtres ont sauvé l’Église, qu’ils ont planté l’Église. C’est par la Croix que Constantin a vue apparaître dans les cieux avec cette phrase : In hoc signo vinces : Par ce signe tu vaincras. Et c’est par le signe de la Croix que Constantin a vaincu et que l’Église est devenue triomphante. C’est par ce signe de la Croix que les armées catholiques ont vaincu les musulmans à Lépante. Le pape avait demandé que l’on mette la Croix sur toutes les voiles des bateaux, partout, et que l’on prie avant de combattre. Et ils ont eu la victoire. Ils ont empêché l’Europe de devenir musulmane.

C’est par la Croix que Jeanne d’Arc a sauvé la France et si elle n’avait pas sauvé la France, la France serait aujourd’hui protestante, sous la domination anglaise.

C’est donc par la Croix que Dieu veut que les âmes se sauvent ; que Dieu veut que l’erreur soit condamnée. C’est par le Croix qu’il a vaincu le démon, qu’il a vaincu le monde ; qu’il a vaincu le péché. Nous sommes à un temps où nous devons combattre, pas seulement nous lamenter, pas seulement nous plaindre du malheur des temps, du malheur de l’Église, de la destruction de l’Église, mais que nous devons combattre contre l’ennemi, contre l’ennemi traditionnel qui est Satan. Et qui avec tous les scandales du monde, cherche à nous faire tomber dans le péché et à nous entraîner avec lui en enfer. Nous devons donc combattre. Avec quels moyens ? Mais précisément avec les moyens traditionnels de toujours. L’Église a vaincu par sa foi. Elle a vaincu par le signe de la Croix. Et le signe de la Croix, c’est précisément notre Sainte Messe, qui est la Croix vivante que Notre Seigneur nous a laissée.

Alors, avec Notre Seigneur, nous vaincrons. Nous ne savons pas comment, ni quand, ni de quelle manière, mais si nous nous confions à Notre Seigneur Jésus-Christ, nous pouvons être certains d’avoir la victoire1

 

Les exorcismes du baptême

De nos jours, de nombreux baptêmes sont conférés sans que soient réalisés les exorcismes. Ce mot fait peur car il est mal compris. On sait pourtant que, depuis le péché originel, le démon a toute puissance sur l’enfant tant qu’il n’est pas baptisé. C’est pourquoi l’Eglise recommande aux parents de baptiser les enfants « aussitôt que possible». Renseignez-vous auprès de vos parrain et marraine pour savoir si vous les avez reçus ou s’ils ont bien été administrés à vos enfants et n’hésitez pas à vous rapprocher d’un prêtre qui peut, quel que soit l’âge et dans l’intimité faire les « compléments du baptême ».

« Le rite de baptême des enfants a lui aussi été abîmé. Il a été bouleversé au point qu’en a presque été éliminé l’exorcisme contre Satan, qui a toujours eu une très grande importance pour l’Église, une importance telle qu’on l’appelait l’exorcisme mineur » expliquait l’exorciste officiel du Vatican, Don Gabriele Amorth. En effet, le nouveau rituel du baptême supprime, entre autres, plusieurs rites préparatoires au baptême, notamment le triple exorcisme qui arrache avec autorité l’enfant à l’influence de Satan. Ces exorcismes ont une efficacité propre, distincte de celle du baptême proprement dit.  « Il faut donc, dit saint Thomas, les administrer après coup à ceux qui, baptisés dans l’urgence, n’ont pu les recevoir2».

« Le rite du souffle (avec l’injonction : Sors de cet enfant, esprit impur, et cède la place à l’Esprit-Saint Paraclet) et les deux exorcismes solennels – qui ordonnent au démon non seulement de sortir, mais de s’éloigner du futur baptisé- écartent efficacement les mauvais esprits. Les rites du sel, de la salive, de l’imposition des mains et des signes de croix contribuent à rendre réceptif aux mystères du salut3».

 

Les rogations

Lundi, mardi et mercredi des Rogations

 Au Vème siècle, des calamités de tout genre étaient venues désoler l’Eglise de Vienne récemment conquise par les Burgondes. Des tremblements de terre, des incendies, des phénomènes effrayants agitaient les populations, comme autant de signes de la colère divine. Saint Mamert, évêque du lieu, désirant relever le courage de son peuple, en le portant à s’adresser à Dieu dont la justice avait besoin d’être apaisée, prescrivit trois jours d’expiation durant lesquels les fidèles se livreraient aux œuvres de la pénitence, et marcheraient en procession en chantant des psaumes. Les trois jours qui précèdent l’Ascension furent choisis pour l’accomplissement de cette pieuse résolution. Sans s’en douter, le saint évêque de Vienne jetait ainsi les fondements d’une institution que l’Église entière allait adopter en 811 sous le pape Léon III.

La Procession était alors formée du clergé et du peuple de plusieurs églises d’un rang secondaire, qui marchaient sous la croix d’une église principale dont le clergé présidait la fonction. Tout le monde, clercs et laïcs, marchait nu-pieds. On chantait les Litanies, des Psaumes, des Antiennes, et l’on se rendait à quelque basilique désignée pour la Station, où l’on célébrait le saint Sacrifice. Tels étaient à l’origine, et tels ont été longtemps les rites observés pour les Rogations.

Ces prières (rogare signifie prier) ont pour but d’éloigner de nous les fléaux qui sont les conséquences du péché et d’attirer les bénédictions de la miséricorde divine sur les champs et les cultures, mais aussi sur toutes les entreprises des hommes, sur leur vie matérielle et spirituelle. Elles sont complétées par une Messe spéciale, prière confiante qui s’appuie sur la promesse du Seigneur : « Demandez et vous recevrez ».

On ne saurait trop estimer les Litanies des Saints, à cause de leur puissance et de leur efficacité. L’Église y a recours dans toutes les grandes occasions, comme à un moyen de se rendre Dieu propice, en faisant un appel à la cour céleste tout entière.

Si l’on ne peut prendre part aux Processions des Rogations, que l’on récite du moins ces Litanies en union avec la sainte Église : on aura ainsi part aux avantages d’une si sainte institution, et on contribuera à obtenir les grâces que la chrétienté sollicite de toutes parts en ces trois jours ; enfin on aura fait acte de catholique.