Les nappes de l’autel

L’autel est vêtu, comme une table, comme un tombeau, par souci de protection, par souci de beauté et parce qu’il représente le Christ.

Pour la célébration de la messe, trois nappes sont requises. Trois nappes et non une seule, pour parer au grave inconvénient qui pourrait résulter de la chute du calice et de l’effusion du précieux sang. Les nappes suggèrent celles dont la table de la Cène a dû être couverte. Elles figurent le saint suaire dont le corps du Christ fut entouré lors de sa sépulture.

Extraits de « La messe expliquée aux fidèles » M. l’abbé Joly – Ed. Clovis

Faire célébrer des messes

Chaque prêtre célèbre chaque jour une Messe. On peut (moyennant une obole) leur demander de l’offrir à une intention spéciale ; celle-ci peut être générale : Messe d’action de grâces, messe pour les âmes du Purgatoire, pour la France, pour l’Eglise ; elle peut aussi être très précise : pour telle âme défunte, pour obtenir une guérison, pour demander des grâces particulières, pour un anniversaire de mariage, pour un de ses enfants, pour l’entente dans son foyer, sa famille, pour obtenir la grâce d’une bonne mort, etc…

Saint François de Sales s’écriait : « Hélas ! Nous ne nous souvenons pas assez de nos chers trépassés… En dire du bien pour s’exciter à les imiter est chose louable ; mais les soulager est chose bien meilleure encore »  Et pour les soulager, nous pouvons offrir sacrifices et pénitences mais que faire de mieux que d’offrir une Messe pour lui ouvrir la porte du ciel ?

N’hésitez pas à vous adresser à votre prêtre, à des couvents ou aux missions pour confier vos intentions.

La cérémonie des relevailles.

En souvenir de la cérémonie de la Présentation au temple et de la Purification de la Sainte Vierge, l’Eglise a établi une bénédiction spéciale pour les jeunes mamans que l’on appelle : La cérémonie des relevailles. Toute mère mérite d’être bénie après l’épreuve de la grossesse et de l’accouchement. Elle y recevra aussi la force pour exercer sa mission auprès de son enfant.

Cette bénédiction est aujourd’hui méconnue. Il s’agit pourtant d’un rite simple et d’une grande beauté, qui célèbre le don de la vie, le don de l’enfant et la beauté de la maternité. Face aux développements de la culture de mort dans notre pays, ce rite ancien dans l’Eglise gagnerait à être pratiqué par les familles. On trouvera le texte dans les missels complets.

Elle peut être réalisée le jour du baptême de l’enfant ou 40 jours après la naissance. N’hésitons pas à la demander au prêtre.

Les conditions de l’infaillibilité – Les intentions du Souverain Pontife

Il y a quatre conditions bien précises pour que les décisions et actes du pape soient infaillibles:

  1. Que le Pape donne un enseignement (et non une simple discussion) pour toute l’Eglise universelle (et non pour une partie seulement des catholiques, pour les fausses religions ou pour le genre humain dans son ensemble).
  2. Que le Pape use de son autorité de chef suprême de l’Eglise, Vicaire du Christ et successeur de saint Pierre (et non comme porte-parole d’une communauté croyante, ou en vertu de ses opinions personnelles).
  3. Qu’il enseigne une vérité devant être tenue par toute l’Eglise de façon définitive, et qu’il  exprime son intention de définir une doctrine ferme ( notamment en déclarant clairement que ceux qui la refusent n’ont plus la foi catholique).
  4. Qu’il enseigne une doctrine qui concerne la foi ou la morale (et non l’histoire, la géographie ou la météo…).

S’il manquait une de ces quatre conditions, ce que dit le Pape pourra être vrai, mais ne sera pas infaillible.

*****************************************************

Plusieurs fois au cours de l’année l’Eglise nous fait prier aux Intentions du Souverain Pontife. Mais quelles sont donc ces intentions ? Elles sont définies très précisément par l’Eglise, ce sont :

  • l’exaltation de l’Eglise
  • la propagation de la Foi
  • l’extirpation de l’hérésie
  • la conversion des pécheurs
  • la concorde entre les princes chrétiens
  • les autres biens du peuple chrétien