Le yoga

          La pratique du yoga est devenue l’une des activités sportives préférées des Français.

Vantée pour soulager les douleurs (mal de dos) mais aussi le stress, pour augmenter la confiance en soi, redonner le sommeil… Sa carte d’identité ne cesse d’augmenter pour le rendre de plus en plus attractif.

Cependant avant de vous lancer dans cette sorte de pratique, il faut savoir  que quoi qu’on en dise aujourd’hui pour le rendre plus populaire : le yoga a une origine chamanique et ces pratiques si efficaces pour “se relier” ont été absorbés par les religions indienne ; shivaïsme, vishnouïsme, etc

Le Père Verlinde, ancien disciple d’un maître spirituel sur les montagnes de l’Himalaya, témoigne :

« Il n’y a pas de yoga chrétien, mais il y a des chrétiens qui font du yoga. Seulement, il y a « yoga » et « yoga » : le yoga tel que nous l’avons pratiqué faisait partie d’une grande liturgie, tandis qu’ici, beaucoup d’occidentaux font du yoga comme des exercices de relaxation. Ceci dit, lorsque j’avais dit au gourou, lors d’un voyage en Allemagne, que les Européens faisaient du yoga pour se détendre, il a pris un fameux fou rire. Puis, il a réfléchi un instant et il a dit : « Mais ça n’empêchera pas le yoga de faire son effet », ce qui est très significatif. Et l’effet du yoga est à l’encontre même de l’attitude chrétienne. (…)

Pour beaucoup de chrétiens occidentaux qui ne comprennent pas l’histoire derrière, le yoga est tout simplement un moyen d’exercice physique, de renforcement et d’amélioration de la flexibilité des muscles. Cependant, la philosophie derrière le yoga est beaucoup plus que de s’améliorer soi-même physiquement. C’est une pratique ancienne provenant d’Inde, considérée comme la voie de croissance spirituelle et d’illumination. Le mot «yoga» signifie «union», et l’objectif est d’unir son soi transitoire (temporaire) avec l’infini Brahman, le concept hindou de «Dieu». Ce dieu n’est pas un être littéral, mais est une substance spirituelle impersonnelle qui ne fait qu’un avec la nature et le cosmos. Ce point de vue est appelé le panthéisme : la croyance que tout est Dieu et que la réalité ne se compose que de l’univers et de la nature. Parce que tout est Dieu, la philosophie du yoga ne fait aucune distinction entre l’homme et Dieu. Le Hatha yoga est l’aspect du yoga qui se concentre sur le corps physique à travers des postures spéciales, des exercices de respiration et de la concentration ou de la méditation. Il est un moyen de préparer le corps pour les exercices spirituels, avec moins d’obstacles, afin d’atteindre l’illumination. La pratique du yoga est basée sur la conviction que l’homme et Dieu ne font qu’un. C’est un comme l’adulation de soi-même déguisée comme un haut niveau de spiritualité.

La question devient : est-il possible pour un chrétien d’isoler les aspects physiques du yoga comme une simple méthode d’exercice, sans intégrer la spiritualité ou la philosophie derrière? Oui, mais alors cela ne serait pas appelé Yoga, cela serait tout simplement appelé normalement : étirements et exercices de respiration.

Tout dans le yoga est lié à la philosophie païenne, à savoir : les postures étranges, la respiration qui exerce une personne à devenir «élevée», les méditations indépendantes ou des expériences hors du corps ou des transes, doivent être complètement évitées par les chrétiens. Le Yoga a son origine dans une philosophie ouvertement anti-chrétienne. Il apprend à se concentrer sur soi-même plutôt que sur le seul vrai Dieu. Il encourage ses participants à rechercher les réponses aux questions difficiles de la vie au sein de leur propre esprit au lieu de la Parole de Dieu et de l’Église. Il laisse aussi une porte ouverte à la tromperie de l’ennemi de Dieu, qui cherche des victimes qu’il puisse détourner de Dieu (1 Pierre 5, 8). Quoi que nous fassions, ce devrait être fait pour la gloire de Dieu (1 Corinthiens 10, 31), et nous serions bien avisés d’écouter les paroles de l’apôtre Paul : « Fixez vos pensées sur ce qui est vrai et honnête et droit. Pensez à des choses qui sont pures et belles et admirables. Pensez à des choses qui sont excellentes et dignes de louanges. (Philippiens 4, 8) »

  Un bon conseil, pratiquez plutôt la natation, la marche et surtout la méditation catholique qui a de nombreuses vertus dont on ne parle pas assez : augmentation de la charité, aide au pardon des offenses, paix de l’âme. Là au moins, vous aurez la certitude de plaire au Dieu, seul et unique.

 

 

Les âmes du Purgatoire

Le saviez-vous ?

Du 2 au 8 novembre, tout fidèle peut gagner une indulgence plénière au profit des âmes du Purgatoire.

Œuvre prescrite :      Le 2 novembre : visiter une église en y récitant un Pater, un Credo pour les défunts.

                                   Du 1er au 8 novembre : visiter un cimetière en y priant pour les défunts.

Conditions générales :

 – Se confesser dans les huit jours précédents ou suivants.

 – Communier le jour même.

– Prier aux intentions du Souverain Pontife (Pater, Ave, ou autre prière).

Les intentions du Souverain pontife sont établies par l’Eglise : exaltation de la Sainte Église, extirpation des hérésies, propagation de la foi, conversion des pécheurs, paix entre les princes chrétiens.

 – Etre détaché de toute affection même au péché même véniel (si cette dernière condition n’est pas remplie, l’indulgence sera seulement partielle).

Les nappes de l’autel

L’autel est vêtu, comme une table, comme un tombeau, par souci de protection, par souci de beauté et parce qu’il représente le Christ.

Pour la célébration de la messe, trois nappes sont requises. Trois nappes et non une seule, pour parer au grave inconvénient qui pourrait résulter de la chute du calice et de l’effusion du précieux sang. Les nappes suggèrent celles dont la table de la Cène a dû être couverte. Elles figurent le saint suaire dont le corps du Christ fut entouré lors de sa sépulture.

Extraits de « La messe expliquée aux fidèles » M. l’abbé Joly – Ed. Clovis

Faire célébrer des messes

Chaque prêtre célèbre chaque jour une Messe. On peut (moyennant une obole) leur demander de l’offrir à une intention spéciale ; celle-ci peut être générale : Messe d’action de grâces, messe pour les âmes du Purgatoire, pour la France, pour l’Eglise ; elle peut aussi être très précise : pour telle âme défunte, pour obtenir une guérison, pour demander des grâces particulières, pour un anniversaire de mariage, pour un de ses enfants, pour l’entente dans son foyer, sa famille, pour obtenir la grâce d’une bonne mort, etc…

Saint François de Sales s’écriait : « Hélas ! Nous ne nous souvenons pas assez de nos chers trépassés… En dire du bien pour s’exciter à les imiter est chose louable ; mais les soulager est chose bien meilleure encore »  Et pour les soulager, nous pouvons offrir sacrifices et pénitences mais que faire de mieux que d’offrir une Messe pour lui ouvrir la porte du ciel ?

N’hésitez pas à vous adresser à votre prêtre, à des couvents ou aux missions pour confier vos intentions.

La cérémonie des relevailles.

En souvenir de la cérémonie de la Présentation au temple et de la Purification de la Sainte Vierge, l’Eglise a établi une bénédiction spéciale pour les jeunes mamans que l’on appelle : La cérémonie des relevailles. Toute mère mérite d’être bénie après l’épreuve de la grossesse et de l’accouchement. Elle y recevra aussi la force pour exercer sa mission auprès de son enfant.

Cette bénédiction est aujourd’hui méconnue. Il s’agit pourtant d’un rite simple et d’une grande beauté, qui célèbre le don de la vie, le don de l’enfant et la beauté de la maternité. Face aux développements de la culture de mort dans notre pays, ce rite ancien dans l’Eglise gagnerait à être pratiqué par les familles. On trouvera le texte dans les missels complets.

Elle peut être réalisée le jour du baptême de l’enfant ou 40 jours après la naissance. N’hésitons pas à la demander au prêtre.