Patience…

Bloqué depuis 15 minutes dans les bouchons Porte de la Chapelle, je trépigne ! Quelle lenteur ! Jamais je n’arriverai à temps. Que de temps encore perdu à attendre ! Cet accident sur la route, toujours quand il ne faut pas,      décidemment je n’ai pas de chance aujourd’hui. Vite, que dit Waze ? N’y a-t-il pas d’itinéraire plus rapide ? Non, il plante et se ferme. Impossible de relancer l’application ! Que dit Google maps ? Ouf, je ne suis pas perdu, Google me trouve un itinéraire de contournement, je n’arriverai pas trop en retard …

Qui n’a pas déjà vécu cette scène ? Tout, tout de suite et sans attendre, tel est notre « art » de vivre. Ce n’est pas nouveau, déjà dans les années 30 le père Lyonnet disait : « notre plus grand défaut et notre plus grave faiblesse consiste à vouloir de suite être au but et obtenir le progrès souhaité ».

En effet, nous menons une vie trépidante qui nous donne l’illusion d’avancer en permanence vers un mieux potentiel. Nous n’avons plus besoin d’attendre car beaucoup de choses peuvent être obtenues très rapidement voire quasi instantanément. Et nous sommes tout décontenancés quand dans notre vie, un projet n’avance pas aussi vite que nous l’attendions. Quand le Bon Dieu que nous implorons ne nous exauce pas de suite. Quand nous faisons de notre mieux pour passer en classe supérieure et que malgré cela nous devons redoubler. Quand nous voyons le mal qui se fait dans la société et que nos efforts et ceux des hommes de bonne volonté restent impuissants et apparemment sans effet ! Qu’attend le Bon Dieu ?

Nous sommes souvent tentés soit de nous décourager et d’abandonner, soit de bousculer, de précipiter les choses pour avancer. Oui dans une certaine mesure, faisons tout notre possible, mais laissons Dieu choisir son heure. N’oublions pas qu’avant d’agir, et de passer à l’action, Jésus est resté dans l’ombre et s’est « préparé » pendant 30 ans, qu’avant de ressusciter et de montrer sa victoire à la face du monde, il y a eu le calvaire et 3 longues journées de mort. Ces longues journées parfois monotones qui nous paraissent inutiles et vaines permettent à la semence de lever, de grandir et finalement de mûrir sous le soleil de la grâce. Alors ne soyons pas trop impatients et laissons la Providence guider les grands et les petits projets de notre vie. Elle sait ce qu’elle fait et quand elle le fait.

Charles

Charpentier !

Charpentier ! Tel était le métier de Saint Joseph notre saint patron dont nous venons de célébrer la fête ! Etait-ce un « bon » métier ou un métier dégradant ? Un métier réservé aux personnes « n’ayant pas fait d’études » comme disent les savants ayant fait 5 ans en 10 années. Comment juger d’un métier et surtout comment choisir son métier ? Sur quels critères et dans quel but ?

Etant donné que depuis un certain Adam, nous devons travailler pour vivre, la fin première d’un métier est de nous permettre de gagner de quoi subsister. Non seulement pour nous-mêmes mais pour tous ceux qui nous sont à charge et qui ne sont pas en mesure de gagner leur pain (nos enfants), ou dont ce n’est pas la mission, comme notre femme.

Une autre fin de notre métier est de participer au bien commun de la société en y jouant le rôle social qui nous incombe, ce qui permet de développer notre personnalité et de nous épanouir en réalisant notre mission sur terre et en gagnant des mérites pour le ciel.

Un « bon » métier doit donc nous permettre de gagner suffisamment pour élever chrétiennement une famille nombreuse : ce qui veut dire beaucoup d’argent. Les bonnes écoles (et ce doit être une priorité pour nous que d’y mettre nos enfants) sont un véritable investissement !

Un « bon » métier doit vous permettre de jouer un rôle dans la société en vue du bien commun. C’est le cas de beaucoup de professions.

Cependant, il doit en premier lieu vous permettre de gagner votre ciel, ce qui exclut ceux qui vous contraindraient à poser des actes immoraux ou qui vous mettraient dans l’incapacité d’accomplir votre devoir de chrétien.

Enfin un « bon » métier doit vous permettre de vous épanouir en accomplissant la mission que la Providence vous a réservée. Il doit donc par nature correspondre à vos aptitudes et à vos aspirations. Ne cherchez pas à être marin si vous avez une peur bleue de la mer, ou mécanicien si seule la littérature vous passionne.

Et dans le contexte actuel, je dirais même que le premier critère (celui de votre salut étant évident) doit être celui de vos aptitudes, de vos goûts et aspirations. En effet, aujourd’hui, à condition d’être excellent, la plupart des métiers aussi bien manuels qu’intellectuels peuvent rémunérer suffisamment pour élever une famille. Si certaines professions comme celle d’ouvrier dans l’industrie par exemple, sont encore trop faiblement rémunérées, de nombreux métiers de l’artisanat offrent une alternative intéressante aux « classiques » métiers intellectuels pour lesquels tous ne sont pas fait. Mieux vaut être un bon artisan qu’un piètre ingénieur ! Qui n’a pas entendu son plombier, couvreur ou garagiste se plaindre de ne pas trouver de jeunes sérieux et fiables à embaucher même à un tarif tout à fait correct ? La condition essentielle est un travail permanent à la recherche de l’excellence, principalement conditionnée par la volonté d’apprendre, de bien faire et de toujours vouloir progresser. Il y a donc de la place pour tout le monde à condition d’être fiable et compétent, ce qui est facile quand on fait un métier qui nous plaît.

Alors cher ami, bon courage pour trouver ta voie, ou surtout celle que le Bon Dieu te réserve. Ne te limite pas aux professions intellectuelles et surtout, quel que soit ton domaine de prédilection, vise l’excellence. C’est à ce prix et à ce prix seulement que tu parviendras à t’épanouir, à gagner suffisamment pour pouvoir faire vivre ta famille et permettre à ta femme d’exercer elle aussi sa mission, sa belle mission de mère et d’éducatrice auprès de tes enfants au cœur d’un foyer rayonnant.

Charles

Tradition et modernité, l’alliance impossible ?

Voiture autonome, intelligence artificielle, robotisation, transhumanisme ou encore plus proche de nous, Instagram, Snapchat, Iphone X, puce de paiement, cryptomonnaie… autant de techniques modernes qui n’existaient pas il y a cinq ans et dont on ne parlait pas il y a dix ans mais qui s’invitent dans notre travail et notre vie quotidienne. Qu’en penser ? Faut-il dans un dernier réflexe de survie de l’homme face à la machine tout rejeter en bloc et aller élever des chèvres dans le Larzac ou bien au contraire applaudir béatement au progrès matériel comme source inéluctable du progrès moral et des lendemains heureux ? La question est délicate et il faut nous la poser très régulièrement car ce n’est pas simplement de notre avoir qu’il s’agit, mais parfois de notre être en tant qu’Homme, créature enfant de Dieu.

Si l’on résume l’apport global des techniques modernes à l’humanité, on pourrait dire qu’elles permettent de gagner toujours plus en efficacité, en fiabilité et en répétabilité. Soit de faire plus de choses, mieux, en moins de temps et avec moins de monde. Plusieurs questions se posent alors : que font les gens pendant tout ce temps « gagné »  et comment remplacer le lien social qu’ils établissaient en effectuant leur travail avec leurs collègues ? Travail qu’ils ne font plus maintenant car il est fait par une machine et collègues qu’ils n’ont plus parce qu’ils ont été remplacés par des machines. Une partie de la solution réside dans le fait qu’il faut du monde pour concevoir installer et régler les machines, et du monde pour s’occuper de toute cette industrie complexe, autrement dit pour légiférer, assurer et financer. Mais toute cette partie est aussi de plus en plus automatisée. Prenons un exemple :

Dans le train entre Londres et Paris, je commande en deux clics sur ma tablette mon panier de course hebdomadaire pour livraison à 20 h devant la porte de mon appartement. A 300 km de là un robot vient faire du « picking » dans l’entrepôt Auchan et déposer la caisse dans une camionnette qui demain sera autonome. A 20h00 arrivé depuis 15 minutes, je reçois une notification sur mon smartphone ; le panier est livré en bas de chez moi. Je n’ai plus qu’à ouvrir la porte pour le saisir et ranger les courses : « il faut tout faire soi-même ! A quand le robot rangeur de courses cela me ferait gagner un temps fou !! »

Bilan : Beaucoup temps gagné, des économies de carburant, moins d’émissions de CO2, car la camionnette groupe les commandes en fonction de leur localisation, mais aussi pas une seule parole adressée au vendeur (il n’y en a plus). Finies les discussions avec le boucher sur le temps, la famille et par-ci par-là, le curé du village et le Bon Dieu. Finis les entraides

et les dépannages entre voisins, c’est tout un lien social qui se distend de plus en plus et qui peu à peu n’existe plus. Les familles éclatent, les gens sont de plus en plus isolés et se raccrochent à leur téléphone qui leur donne l’illusion d’exister aux yeux des autres car leurs posts sont likés sur facebook par des « amis » à l’autre bout du monde. Alors, gagner du temps toujours et encore, mais pour quoi faire, pour l’utiliser à chercher à en gagner encore plus, pour gagner plus d’argent ? Pour s’isoler et ne penser qu’à soi et à son triste sort.

Alors que faire ? Surtout ne pas faire ses courses en ligne ? Si bien sûr si c’est plus pratique, mais utiliser le temps gagné pour discuter avec la voisine, aller aider à la paroisse et faire du bien autour de soi. Utiliser le temps « gagné » pour les autres et non pour soi. En effet, une partie de ce « temps gagné » ne leur appartenait-il pas ?

Nous ne pouvons faire renaître le passé et il nous faut non seulement utiliser les moyens modernes, mais même parfois promouvoir leur utilisation sous peine, dans le milieu professionnel, de faire faillite et ainsi de nuire au bien commun.

Cependant nous avons aussi le devoir d’orienter autant que possible l’utilisation de ces moyens de façon chrétienne et humaine. Et plus ces moyens sont performants plus ils sont potentiellement dangereux s’ils sont utilisés à mauvais escient.

Notre rôle, en tant que catholiques engagés dans la cité et chefs chrétiens est donc d’utiliser et de canaliser ces puissances vers le bien, et même dans certains cas de les interdire si elles sont mauvaises en soi. De donner un cadre à leur utilisation pour que la Terre ne devienne pas un enfer déshumanisé. Pas question donc de nous isoler dans notre coin en attendant que cela passe et en se disant que dans tous les cas, cela va bien s’écrouler un jour, tel un géant aux pieds d’argile.

Par ailleurs, notre ancrage de Catholique dans ce qui est immuable, doit nous permettre de prendre de la hauteur et de garder notre capacité à juger et à exercer un regard critique sur ce monde en marche perpétuelle et accélérée dont le seul but semble être le mouvement. Ainsi, le progrès technique et son utilisation doivent être guidés par un jugement formé à l’aune de la tradition et de l’histoire.

Il ne faut pas non plus oublier que plus ces moyens sont sophistiqués, plus ils reposent sur un équilibre fragile et instable qui peut s’écrouler d’un instant à l’autre. Il est donc très important de savoir s’en passer et cela peut constituer la première partie de l’éducation d’un enfant, avant de lui apprendre quand il sera plus mûr à maîtriser et à se servir raisonnablement des moyens modernes qui vont décupler sa « puissance ».

Alors monte vite dans le TGV, si tu veux, fais tes courses sur internet et achète-toi les « Google glasses », mais surtout continue à aimer, à aider ton prochain et à lui apporter la Vérité que tu as eu la chance de recevoir ! Et garde un pied dans le réel et le concret, dans ce qui demeure, cela peut servir.

Charles

Ô joie !

Le bonheur est au-dedans de chacun de nous. Il n’est pas au dehors, inutile de le chercher ailleurs. Dieu nous le donne, à nous de le vivre et d’en rayonner !

Joie de vivre, d’avancer dans la vie à grands coups de rame

Joie de penser, de rêver, d’établir des projets

Joie de se dépenser, d’avoir un corps robuste

Joie d’aimer, de se donner tout entier

Joie de se sacrifier

Joie de tenir dans les tempêtes, face aux éléments, la tête droite et le regard en avant.

Joie paisible dans l’épreuve qui dure, de l’enfant de Dieu qui sait que son père veille sur lui.

Joie ultime quand tout s’achève et que le cœur saigne de souffrir et mourir par amour.

Finalement quoi qu’il arrive, il y a toujours un prétexte pour être heureux. Comment ne pas l’être !

Laisse le bonheur, cette lame de fond dans l’âme du chrétien emporter tout sur son passage !

Charles

Vive la rentrée !

Début septembre, il fait encore beau à Paris et le parfum des vacances ne s’est pas encore estompé, mais rien à faire, c’est la rentrée et il faut rejoindre l’école ou l’université, retrouver les amphis ternes et les professeurs un peu aigris.

Mais pourquoi cela après tout ? Quel est vraiment le but de faire des études, c’est une période de la vie, un passage obligé avant la vie professionnelle qui arrivera bien un jour mais le plus tard possible ? Ou n’est-ce pas plutôt le moyen de décrocher un travail intéressant ? Mais est-ce vraiment possible ? Pourquoi travailler, au fond ?

A la base le problème vient de notre liberté ! En effet Dieu nous a créés libre donc en puissance, mais il nous revient de mouvoir cette liberté vers le bien et de l’utiliser en vue de notre fin. Et le travail est l’utilisation, la mise en œuvre de notre liberté à des fins créatrices. Quand nous travaillons, nous donnons une part de nous même en réalisant quelque chose. En ce sens, nous nous rapprochons de Dieu qui est le créateur. Or nous sommes faits pour Dieu, nous nous rapprochons donc de notre fin, ce qui nous procure du bonheur et contribue à notre épanouissement. C’est pourquoi d’un point de vue purement philosophique, et aussi paradoxal que cela puisse te paraître, nous devons travailler pour être heureux.

Pour rester plus pragmatique, le travail nous permet de gagner notre vie, de subvenir à nos besoins et surtout de pouvoir entretenir une famille. De façon indirecte, il nous permet donc de nous accomplir encore plus parfaitement en nous donnant le moyen de transmettre la vie en étant capable de donner une bonne éducation à nos enfants.  Ce moyen nous fait participer encore plus à la puissance créatrice de Dieu et nous apporte le bonheur.

Tout ceci est beau en théorie je te l’accorde, mais en pratique encore faut-il avoir un métier qui nous plaise et dans lequel nous soyons suffisamment à l’aise pour y être bon et donc nous y épanouir. Alors comment choisir ? Vers où s’orienter, il y a tellement de choix !

D’abord il te faut observer autour de toi et poser des questions à ceux qui travaillent pour te faire une idée de leur quotidien. Ensuite apprends à te connaître et à discerner tes goûts d’une part mais aussi tes qualités et tes dons d’autre part. Enfin, sois ouvert aux opportunités qui te seront soumises ou proposées (stage, job d’été ou discussions…). Et finalement laisse-toi guider par la Providence qui te mènera à ta place.

N’oublie jamais non plus de parachever ta formation religieuse et doctrinale. Tu as peut-être eu la chance de recevoir les bases (c’est un peu comme le solfège : nécessaire mais pas suffisant !), il te faut maintenant  continuer à lire, à te former par tous les moyens qui te sont offerts ; cela fait partie des devoirs du catholique et il y a tant à découvrir…

Enfin, où que tu sois, et quelle que soit l’orientation que tu as prise, donne le meilleur de toi-même, tu ne le regretteras jamais et tu en récolteras toujours les fruits, soit maintenant, soit plus tard, soit ici, soit là-haut ! Alors au travail cher ami, tu verras, tout cela n’est finalement qu’un jeu si tu t’y laisses prendre, et il y a moyen de vraiment t’amuser et t’épanouir en travaillant ! Incroyable non ? En plus tu y gagnes ton ciel, alors fonce et au boulot !!

Charles