Soyons de bons époux si nous voulons être de bons parents

            Il est facile pour des jeunes mariés de se consacrer mutuellement de l’attention et du temps…ils sont seuls !  Ils se regardent avec tendresse, guettent la moindre attention à se donner et saisissent toutes les opportunités pour se rendre service…sans jamais se lasser ! Ils se disent alors que le mariage est une chose merveilleuse et que, en ce qui les concerne, il est même une réussite !

   Les années passant, la famille s’enrichira peut-être d’un, puis de plusieurs enfants qui viendront inévitablement… perturber ?… non, le mot est mal choisi ! Disons plutôt : transformer le petit rythme confortable de ces premières années.

            Le quotidien de madame est alors bien affairé, la journée est fractionnée au rythme des biberons et repas… en une cadence aussi régulière que redoutable…et qui dit repas dit courses…et donc sortie en voiture jusqu’au supermarché …avec les petits qui ne peuvent rester seuls ! Et dès le retour il faut vite……….non, je ne vous détaillerai pas ici le quotidien d’une jeune maman, vous ne le connaissez déjà que trop bien : il se résume en un marathon quotidien d’une pièce à l’autre, d’un enfant à un autre….

-Et le mari dans tout ça, me direz-vous ?

-Le mari ?…Ah oui, le mari !…

Eh bien le pauvre mari, quand il rentre de son travail le soir, la tête encore toute pleine de ses soucis professionnels…il retrouve une maison un peu chaotique, des enfants tout excités de le retrouver qui lui sautent au cou, et une petite épouse un peu échevelée qui lui crie du fond du couloir :

-Chéri, tu veux bien vite éteindre le four ? Ça commence à sentir le brûlé !!!

Alors monsieur éteint le four, retire son imperméable, attrape le bébé que sa femme lui tend…et va s’asseoir dans le canapé, le temps de retrouver un peu ses esprits…ce qui peut parfois être un peu long…

Et les années passent, et monsieur et madame sont noyés dans leurs préoccupations ! Elle se consacre essentiellement à ses enfants, oubliant même de recoudre le bouton de la veste de monsieur qui le a lui pourtant signalé il y a…plusieurs semaines ! Et lui, passe ses journées au bureau, et occupe plusieurs de ses soirées entre quelques heures de sport avec des amis et une association caritative au sein de la paroisse.

Bien souvent, la vie de parents éloigne malgré eux les époux ! C’est que dans la journée d’une maman, les enfants prennent souvent plus de 80% du temps et qu’elle en vient trop souvent à négliger son mari, ce qui nuit immanquablement à l’entente conjugale. Le mari, de son côté, a parfois du mal à concilier sa vie familiale et sa vie professionnelle. Il doit donc veiller à préserver sa famille en ne rentrant pas trop tard le soir, et, autant que possible, ne pas se consacrer à ses affaires professionnelles à la maison. D’autre part, certains maris se désintéressent de l’évolution de leurs enfants et en abandonnent généreusement toute la charge quotidienne à leurs épouses. Voilà un engrenage qui s’installe subrepticement au sein du foyer et finit par effacer soit le rôle d’époux, soit celui de parents…mais alors comment faire ?

Beaucoup ignorent que c’est en étant de bons et saints époux qu’ils seront, de fait, la plupart du temps de bons et saints parents. Ils croient que les enfants seront mieux éduqués s’ils ont l’attention exclusive de leurs parents…sans se douter que, les années passant, cela se ferait au détriment de leur vie d’époux.

Combien de parents, après des années consacrées exclusivement à l’éducation de leurs enfants, les voient soudain quitter le foyer familial et se retrouvent tout désemparés, l’un en face de l’autre…pour prendre enfin conscience du fossé qui s’est peu à peu creusé entre eux deux ! Ils ont été parents … et non plus époux ! Je veux parler ici de vrais époux, qui se disent tout, ont gardé une belle complicité, n’ont jamais cessé de se soutenir  en se réservant des moments bien à eux! Au lieu de cela, ils sont presque devenus des étrangers l’un pour l’autre… et la petite flamme qui les unissait a fini par s’éteindre.

On ne dira jamais assez aux époux qu’il faut entretenir avec précaution et énergie à la fois cet amour mutuel qui les a unis ! C’est chaque jour de notre vie commune qu’il nous faut rester attentif l’un à l’autre, tant sur le plan temporel que spirituel. Un ménage qui ne prie pas ensemble, qui se retrouve le soir sans se donner de nouvelles de sa journée, qui ne se livre rien de ses préoccupations ou tourments, part, petit à petit, à la dérive !

Ce n’est pas toujours simple : les enfants grandissant sont de plus en plus présents, les repas sont pris en commun, il y a encore des devoirs à terminer après le dîner ou pendant le week-end, et nous voulons les superviser. Nos adolescents et étudiants deviennent envahissants, il faut beaucoup parler avec eux, les entraîner dans des activités… et nous n’avons  plus vraiment de temps à consacrer à notre conjoint!

Il est indispensable que les époux aient des habitudes de retrouvailles ! Cela peut être régulièrement (une fois par mois est l’idéal) un petit dîner en tête à tête dans un restaurant tout simple et détendu où l’on pourra refaire le monde et se livrer un peu l’un à l’autre. Mais le temps d’une soirée ne suffit pas pour « tomber les masques » et vraiment se retrouver…il faut partir, sortir de son cadre… oh aucun besoin de s’en aller trop loin ni trop longtemps : quelques jours en visite dans une autre région (et même à l’étranger si l’on veut faire un petit extra à l’occasion d’un anniversaire de mariage, par exemple). Cela permet de découvrir quelque chose de nouveau ensemble, de se reposer et d’oublier son rôle de parents pour se retrouver simplement « nous deux » comme au temps de ses fiançailles ! C’est l’occasion de prendre un nouveau départ, en ayant des conversations de fond qui permettront de rectifier ce que l’on jugera nécessaire.

Dès les premières années de notre mariage, prenons cette bonne habitude de partir ensemble, au minimum tous les deux ans mais chaque année est encore mieux car les jeunes enfants surtout « dévorent » littéralement leurs parents ! Il y a bien quelques grands parents dévoués qui seront ravis de nous permettre cette précieuse escapade…ou de bons amis qui prendront en charge nos enfants et qui nous laisseront ensuite les leurs en échange ! Il y a toujours moyen de s’organiser et sans trop de frais…il faut le décider !

Si vraiment on a des difficultés à se réserver un petit tête à tête pour une raison ou une autre, pourquoi ne pas prévoir une soirée tranquille à la maison, en faisant dîner les enfants plus tôt. Madame prépare un bon petit dîner et installe un joli couvert. Elle met une jolie petite robe pour accueillir son mari…qui lui aura réservé une petite surprise (…que je laisse à votre imagination, Messieurs !) Cela doit autant que possible rester exceptionnel car il est nécessaire de sortir du cadre habituel pour mieux « se retrouver ».

Nous avons une tendance naturelle à nous dire que nos enfants sont notre priorité, surtout nous, les mamans !  Mais c’est l’unité de notre ménage et sa bonne entente qui seront leur meilleur atout. Il n’y a qu’à voir le regard brillant de joie qu’ont nos enfants aussitôt que nous nous manifestons la moindre attention ou tendresse pour nous en rendre compte! Alors, chers amis soyons de bons époux, attentifs l’un à l’autre, patients l’un pour l’autre, pacifiques l’un avec l’autre…pour le plus grand bien de notre famille qui s’en trouvera elle-même plus unie et sainte, en vraie petite Eglise que représente notre foyer.

Sophie de Lédinghen

L’ordre

«La paix est le repos dans l’ordre[1]».

«  La paix demande d’abord l’ordre, c’est-à-dire elle exige que chacun demeure à sa place, que les inférieurs obéissent, que les chefs gouvernent, que tout être fasse son devoir, en respectant les droits des autres. C’est là le premier point. Mais la paix ne saurait s’accommoder d’un ordre maintenu seulement par la force : elle veut encore que les différents membres acceptent cet ordre, se tiennent pour satisfaits de la place qu’ils occupent, sans chercher à empiéter sur le domaine de leurs voisins et à bouleverser l’harmonie de l’ensemble. La paix ainsi entendue est un bienfait immense. Elle est, peut-on dire, le terme suprême de tous les efforts et de tous les désirs humains. Elle seule peut permettre l’épanouissement complet des facultés de l’homme, le progrès des sciences et des arts, le développement normal de la civilisation. [2]»

Dès la Création, Dieu a établi un ordre, une hiérarchie. S’Il a établi l’homme maître de la création, son but n’était pas d’en faire l’esclave du progrès. Si la femme a été tirée de la côte d’Adam ce n’est pas le fait d’une distraction de Dieu, ce n’est pas un simple détail. C’est le plan qu’Il a souhaité.

            Nous avons tendance à oublier bien souvent que l’ordre est le secret de la paix et même de la réussite matérielle. Le désordre, à l’inverse, entraîne les conséquences qui commencent sérieusement à apparaître dans notre monde sans boussole. C’est le cas dans nos familles quand les pères n’osent plus être la tête et que les mères oublient d’en être le cœur, et alors, les enfants – s’étant assurés qu’ils ne se heurteront plus à l’autorité – prennent eux-mêmes les rênes, et deviennent insensiblement des tyrans…

Nous avons abordé largement dans notre N° 5 la reconnaissance due à notre mari. N’hésitons pas à lire et relire cet article[3]. En effet les hommes d’aujourd’hui, imprégnés malgré eux des principes de la Révolution, ne reconnaissent plus leur valeur de chef. C’est alors à l’épouse, de par son intelligence du cœur, d’aider son époux à prendre confiance en lui et de délicatement l’orienter vers son véritable rôle. Les retraites de Foyers, des lectures choisies, les conseils des prêtres, la pratique de la méditation sont les moyens qui aideront chacun à prendre la place que Dieu, dans sa grande sagesse a réservée à chacun.

Ensuite naturellement les époux parviendront à établir un plan d’éducation et réussiront à concevoir leur plan de vie en lui donnant une  véritable cohérence.

Quand chaque chose est à sa place, la paix vient naturellement.

Ces notions sont les éléments essentiels d’une famille prospère et d’une éducation réussie.

Quand l’homme prend la tête, il comprend qu’il tient son autorité de Dieu et de ce fait il Lui rendra – et s’attachera à Lui faire rendre par sa famille -, les hommages qui Lui sont dus. Si la vie religieuse familiale est réelle, active, progressante, elle permettra à chacun de dépasser dans la prière commune son « moi » superficiel ; et l’idéal de chacun ne sera plus dans son petit plaisir personnel mais vers le bien de tous pour atteindre le but suprême.

Le père lui-même agit pour le bien de sa famille et en arrive à s’oublier lui-même. Les décisions familiales (vie chrétienne, écoles, vacances) sont prises en vue du bien commun.

La mère, femme forte de l’Evangile, cœur de la famille, exerce le mandat qui lui revient avec humilité, discrétion et sagesse; elle fait régner l’autorité du père sans le contredire ; elle exige l’obéissance, elle enseigne la vérité et distribue le pain de l’affection car l’homme a un immense besoin d’être aimé.

La jeunesse d’aujourd’hui se meurt d’avoir été mal aimée ; prenons garde de ne pas tomber dans le même travers : aimons nos enfants – ceux qui ne sont pas aimés iront vite chercher l’amour loin de la maison- mais aimons les d’ « un amour sain, équilibré ; un amour éclairé, sage, vertueux, pur, élevé, désintéressé, ferme, dévoué, indulgent et patient »[4] . Ceux qui n’ont pas été bien aimés sauront-ils jamais bien aimer eux-mêmes ?

Enfin n’oublions pas que ce pain dont la femme nourrit sa famille est trop exquis et trop blanc pour qu’elle puisse le fabriquer au milieu de la poussière du monde et près de la boue du péché. Il lui faut donc aller le chercher près de Dieu : dans la réception de l’Eucharistie bien sûr, mais aussi dans ses communions spirituelles, dans une intimité divine toujours renouvelée, dans la lecture de l’Evangile, dans sa méditation quotidienne et dans la récitation de son chapelet. C’est là que l’épouse, la mère trouvera la force pour donner à chacun ce qui lui est nécessaire grâce à l’intelligence du cœur que lui enverra le Saint Esprit.

            Confions nos familles à Notre-Dame des Foyers Ardents ; qu’elle nous aide à retrouver l’ordre et donc la paix dans nos familles.

Marguerite-Marie

[1] Saint Augustin – De Civit. XIX, 13

[2] Dom Jean de Monléon in Le Christ-Roi

[3] Foyers Ardent s n°5 Editorial : « Merci à nos maris »

[4] Mgr Gay – 7eme conférence aux Mères chrétiennes

 Salades de l’été …

Voici deux petites astuces utiles pour les adeptes des salades, si rafraîchissantes lors de journées torrides …

Il s’agit d’abord de la conservation des salades au réfrigérateur. Une salade qui attend risque de pourrir du fait de son humidité. La mère d’une de mes amies plaçait dans le récipient qui contient la salade (éventuellement un sac de plastique ou mieux un sac en coton) un morceau de papier absorbant (type sopalin). L’humidité viendra volontiers s’y loger, adieu les feuilles de salade noircies …

Afin d’optimiser la qualité de votre vinaigrette, pensez à la goûter … mais attention, ne la goûtez pas pure. Prenez un petit morceau de salade, et trempez-le légèrement dans votre vinaigrette. Vous saurez ainsi la saveur exacte que vous souhaitez pour vos convives. Et cela peut varier selon l’âge …

Je le redis : que les championnes de l’organisation n’hésitent pas à partager leurs trésors d’organisation en écrivant au journal. Partageons nos talents …

Plages de perdition

« Les bains de mer et jeux de plage sont licites. Non seulement la raison de santé, mais le simple motif de récréation les rend légitimes. Cependant, de nos jours, ces bains et ces jeux sont accompagnés de graves désordres :

  • Désordres dans les mentalités : les esprits sont plus ou moins pénétrés de naturalisme ; on prône le culte du Facilement le soin du corps est regardé comme le bien souverain qu’il faut assurer par tous les moyens, même dangereux.
  • Désordre dans l’intention : les fins honnêtes du bain sont aisément reléguées au 2ème plan ; ces fins, que l’on pourrait sans peiner obtenir dans un climat tout différent de celui de nos plages mondaines, ne sont qu’un détail sans importance, ce qu’on recherche dans le bain et la plage, c’est moins la santé et la récréation saine que la délectation sensuelle et sexuelle, dans le commerce entre personnes de différent sexe, légèrement vêtues, au cours de longues heures de
  • Désordre dans le vêtement : les costumes de bain et de plage sont par eux-mêmes provocateurs, car trop courts, trop clairs, trop peu nombreux, tellement collants qu’ils soulignent à l’excès les différences sexuelles. Ces tenues suscitent doublement le scandale : d’abord en excitant chez les autres les passions libidineuses et en les provoquant gravement et d’une façon prochaine, à la luxure ; ensuite en manifestant chez les personnes qui les porte un manque de pudeur outrancier et une audace effrontée. On peut ajouter qu’utiliser ces costumes et s’en accommoder volontiers, c’est contribuer à augmenter l’indécence générale. Porter ces costumes dans une intention explicitement provocatrice constitue, sans aucun doute, une faute

Mais, même sans cette intention mauvaise, il y a certainement dans le fait de porter ces tenues un désordre grave, à cause de l’incitation au mal que sont par eux-mêmes ces costumes, bien qu’il faille remarquer cependant que l’habitude émousse la curiosité malsaine et que l’accoutumance diminue le danger.

A cause de ce triple désordre, on n’hésitera pas à dire que bains et jeux de nos plages mondaines constituent, en eux-mêmes, un véritable péril de péché, sinon pour soi, du moins pour les autres spécialement pour les enfants.

Par conséquent :

Il y a certainement pour les parents une imprudence grave à conduire leurs enfants dans les plages à la mode : ils risquent de les troubler profondément et de rendre difficile leur formation à la chasteté. L’enfant est, en effet, doué d’une grande impressionnabilité et d’une délicate plasticité. Les spectacles de la plage ne peuvent que le marquer. On dit en parlant des enfants : ils sont innocents et tout est pur pour les purs. Mais ils sont extrêmement réceptifs et très vulnérables, et ils peuvent recevoir là un choc décisif.

D’autre part, la formation à la pureté requiert un milieu sain et chaste, car la pratique de cette vertu suppose plus que toutes les autres le contrôle des images et des associations d’images, et la garde des sens et de l’imagination.

Comment pourrait-on faire cette éducation dans cette ambiance de nudités, dans la fréquentation de personnes jeunes et pleines d’attraits, dans l’oisiveté et la mollesse des plages ? Tout ce climat ne peut qu’exciter l’imagination et intensifier les désirs malsains. (…) « Celui qui scandalise un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui attachât au cou la meule qu’un âne tourne et qu’on le précipitât au fond de la mer ! » Mt 18 – 6 »

 Cet article est tiré de la revue « L’Ami du Clergé », année 1953, pages 218-219. Ses recommandations portent donc pour les plages d’il y a soixante-cinq ans … Celles qui étaient peut-être fréquentées par les personnes des générations de nos grands-parents, ou arrières grands-parents ! L’auteur les blâme sévèrement ainsi que les tenues des baigneurs … Il est pourtant probable que ces plages et ces  tenues d’alors nous paraîtraient à nous très pudiques et que l’auteur de l’article (qui signe E.G.) n’aurait pas les mots suffisants pour dénoncer les plages et les tenues d’aujourd’hui. Raison de plus pour nous affranchir de ces loisirs si dommageables pour la vertu.

Il n’est même pas besoin d’être chrétien pour le comprendre. Ennius, premier grand poète latin, l’avait bien notifié : « c’est le commencement de la débauche de dévêtir les corps en public » .

Et Sénèque, d’observer finement : « Souvent nous voyons vaincus en chasteté ceux qui ne seraient vaincus d’aucune autre manière ». R.P.J.

A la plage !

  • Papa, quand va-t-on à la plage ?
  • On va sauter dans les vagues !
  • Et faire un château de sable !
  • Non, plutôt un barrage !
  • Les enfants, nous allons attendre que les bébés aient fini leur sieste. En attendant, venez avec moi nous allons aider Grand- père à désherber son potager, ou Grand- mère à ramasser ses légumes et son

En été, la plage exerce un attrait naturel chez les enfants : elle est synonyme de soleil, de jeux, et pour les parents d’un moment de détente facile à organiser. La maman peut s’adonner à la conversation avec ses amies, voire prendre un temps de lecture facile ou faire quelques mots-croisés entre amis, pendant que les enfants jouent entre eux ou avec leur père.

S’occuper sainement

Aller à la plage, comporte des aspects très positifs à condition de s’occuper sainement et de ne pas tomber dans les pièges de l’oisiveté ou de l’impudicité.

Le jeune enfant apprend à apprivoiser l’eau, à dompter sa peur, d’abord dans les bras de ses parents, dans un petit bassin, puis en donnant la main et enfin seul tout en restant à portée de main d’un adulte. Certains seront tout de suite familiers avec l’eau et les vagues,  d’autres auront peur : occasion de découvrir des tempéraments (téméraire, peureux), de les faire progresser en prenant bien garde de ne pas les brusquer au risque de les dégoûter ou les fragiliser.

Entre les baignades, au moins l’un  des  parents aura à cœur de jouer avec ses enfants : construction d’un château, d’un barrage pour faire un petit bassin, d’un trou pour sauter dedans, d’un bateau en sable, jeux de ballons, de pétanque. Les idées ne manquent pas… Avec les plus grands, on pourra aller à la  pèche : chercher moules ou crabes dans les rochers, crevettes et coquillages à marée basse… voire faire du bateau en mer.

Evitons absolument les périodes d’oisiveté au- delà de quelques dizaines de minutes éventuellement nécessaires à se sécher en sortant de l’eau. Deux ou trois heures à la plage sont largement suffisantes pour égayer une journée. En rentrant à la maison, nous pourrons encore faire des jeux, sans oublier d’aider ceux qui rangent les affaires et préparent le dîner ! N’oublions  pas les dangers physiques, en gardant un œil sur les enfants et du bon sens ! Ne jamais creuser des trous plus grands que la taille des petits ! Se méfier des rouleaux, lames de fond ou trous d’eau : la force des éléments a eu raison de plus d’un costaud orgueilleux !

Où aller à la plage ?

La pureté est une vertu fragile et essentielle qu’il convient de préserver, même au prix de sacrifices : « Bienheureux les purs, car ils verront Dieu ! ».

Il est évident que de nombreuses plages offrent aujourd’hui un étalage de personnes dénudées, et de mauvaises tenues. Elles sont à fuir absolument ! Que reste-t-il ?

Certaines plages sur la Manche ou dans des endroits reculés, des horaires tôt le matin ou tard le soir… Si vous êtes dans une région difficile, préférez la piscine d’une location, d’amis ou de parents (en respectant les mêmes principes) ! Et profitez du bord de mer pour des promenades à pied ou en vélo sur les sentiers côtiers, des sorties pour pêcher ou faire du bateau, observer les couleurs, les bruits et odeurs au rythme de la nature en dehors des périodes d’affluence.

Pour les tout-petits, une petite piscine gonflable, un arrosage de pelouse et un bac à sable seront déjà une grande joie !

Même dans les régions fréquentables, nous prendront soin de choisir un coin familial, un peu à l’écart, et des horaires appropriés.

Le devoir de protéger la pureté

Dès l’âge de raison (6 – 7 ans, âge de la première communion), l’enfant remarque les mauvaises tenues même s’il n’en parle pas.

L’enchaînement mécanique se met en marche : curiosité malsaine des regards, habitudes de fréquenter l’impudeur, rêveries et pensées malsaines, habitudes de tolérer la contradiction entre le discours des éducateurs (la pudeur, fuir les occasions,…), et la pratique (fréquentation habituelle de situations mauvaises), péché et affaiblissement de la volonté, perte du sens du danger sur le plan  de la pureté.

Le danger est bien sûr pour nos enfants, mais tout autant pour les adultes même s’ils se prétendent indifférents.

La bonne ou la mauvaise tenue devient quelque chose de relatif aux circonstances, presque un détail. Comment s’étonner ensuite que les garçons et filles, grands adolescents,  ne comprennent plus l’importance des tenues et attitudes respectueuses de leurs corps et âmes ?

Tout gaspillage du cœur, des regards, des émotions excitées par des tenues impudiques, porte atteinte à la délicatesse de leurs sentiments présents et futurs.

Les adolescents

Alors que son corps se transforme, l’adolescent a une curiosité naturelle envers toute forme de nudité. Elle est à combattre énergiquement par la volonté et les sacrements. La curiosité, les habitudes amènent naturellement à la volupté.

« La volupté va plus loin encore,  elle  s’attaque au cœur du jeune homme. Chacun pour soi, voilà la devise des jouisseurs. En dehors de cette maxime, érigée en principe, il n’y a plus rien. Ne leur demandez pas d’avoir l’âme assez grande pour travailler et pour se dévouer au bien de leurs concitoyens ;  n’exigez  pas  de ces êtres  qui  ne  vivent  que pour  eux  d’avoir le cœur largement    ouvert ! »    (Soyez    des Hommes, Fr. F-A Vuillermet-2013)

Pour garder la pureté, il faut de la volonté, s’y habituer et l’exercer chaque jour !

Au plus tard à l’âge de la préadolescence, les parents choisiront des lieux de vacances et, au minimum, des activités qui facilitent la détente, le dépassement de soi dans un bon esprit, au lieu de rester dans un environnement qu’il faut surveiller en permanence sans arriver à maîtriser son influence négative.

Il faut savoir être attirant et dynamique pour créer une adhésion positive et de bons souvenirs :

  • Montagne avec de belles randonnées, escalade, repas montagnards, lacs et rivières…
  • Sports : tennis, volley, vélo, marche, cheval,…
  • Voile, descente de rivière en canot, pèche,
  • Visites et spectacles culturels et historiques.
  • Sans oublier les congrès ou universités d’été qui accueillent parfois les familles. Les grands-parents peuvent avoir un rôle déterminant par l’aménagement de leur maison pour y attirer les adolescents, davantage qu’à la plage, ou par le choix de leur lieu de leur lieu de vacances.

Hervé Lepère

Vacances et vie de famille

Les vacances!… Des semaines, des mois à l’avance, on en rêve…On les prépare, on forme des projets : voyage, promenades, activités diverses que l’on ne peut faire pendant le reste de l’année. C’est le temps d’une détente bien nécessaire, après l’effort de tous ces mois de travail. On goûte un sentiment de liberté : plus de contraintes pour les conduites de classe, ni d’horaires. En contrepartie, on a la charge des enfants toute la journée : il nous revient alors de diriger nous-mêmes l’ensemble de leurs activités.

Les plus petits sont tout heureux de pouvoir, simplement, s’amuser  dans le jardin. Mais au fur et à mesure qu’ils grandiront, ils auront besoin d’activités plus structurées, (camp de louveteaux, scouts ou de la  Croisade Eucharistique…), ou, plus performantes (camps de cadres, universités d’été, randonnées en montagne, voile, musées, séjours linguistiques…).

Dans tous les cas, l’aspect primordial de cette période est incontestablement la possibilité de se retrouver tous ensemble en  famille, parents et enfants, pendant une partie au moins de ce temps de vacances  et de « vivre en famille », tout simplement. Ce peut être un temps d’enrichissement  pour tous et pour chacun : les enfants sont heureux de retrouver leur père, et de sentir la cohésion d’une famille unie : ils en ont un réel besoin ! Cela va du château de sable jusqu’à l’escalade en montagne en passant par les promenades en  vélo, l’observation des fleurs ou des insectes sur le chemin, une crapette ou une partie d’échec…ces activités vécues « avec Papa » ont pour l’enfant- et à tous les âges- une saveur infiniment précieuse, inoubliable.  Pour les  parents, c’est l’occasion d’un contact avec chacun des enfants, sous un jour différent du reste de  l’année.  Ces  moments sont précieux pour nous aider à mieux les connaître…

Attention à la facilité…

L’un des plus gros «  dangers »  des vacances est la facilité engendrée par l’ambiance même des vacances. Ce qui risque d’entraîner un relâchement par rapport aux habitudes du reste de  l’année : par exemple, l’heure du coucher…et du lever, le désordre, le manque de service rendu…on néglige la bonne habitude du chapelet en famille ou même la confession régulière… Soyons bien vigilants à ne pas tomber dans le piège de « tout mettre en vacances », pour nos enfants comme pour nous !

Cette même facilité peut se faire sentir aussi au niveau de l’esprit de consommation : il est si tentant d’offrir à nos enfants une glace, une barbe – à papa, ou encore un tour de manège, chaque fois que l’occasion se présente… Une fois ou deux dans l’été suffisent. Si cela reste exceptionnel, alors les enfants en garderont des souvenirs enchantés.

« L’esprit de pauvreté » est une vertu évangélique, ne l’oublions pas. Déjà, et souvent bien malgré nous, nos enfants baignent dans une société de consommation outrancière : ce n’est sûrement pas cela qui les rendra heureux… mais fortifions-les en leur apprenant à dépasser ces envies d’un moment par une bonne discipline personnelle et familiale.

« Aimez-vous les uns les autres »…

La « vie facile » engendre spontanément l’individualisme, l’égoïsme : chacun cherche      son      propre      avantage.  Les « contraintes » de la vie en commun n’en paraissent alors que plus dérangeantes. Une telle attitude va directement à l’encontre de l’esprit de charité. Que pouvons-nous donc faire, au cours des vacances, pour éveiller et développer, chez nos enfants, l’ouverture du cœur, l’attention aux autres ?

  • Décorer la table pour un repas, soigner la présentation des ..
  • Préparer un petit spectacle tous ensemble pour le 15 août
  • Visiter une personne seule, âgée ou malade
  • Rendre service : oui, mais « avec le sourire ». C’est cela qui fait plaisir. En évitant que ce soit toujours les mêmes qui se lèvent de table ou se retrouvent derrière l’évier… Dans certaines familles on dit que tant que les mamans ne sont pas assises, c’est qu’il y a des choses à faire ! Alors, guettons notre maman avec générosité… !
  • Pour faire réellement plaisir aux autres, il est quelquefois nécessaire de savoir se gêner pour eux : laisser la meilleure place, être poli, renoncer généreusement à sa petite volonté (dans un jeu par exemple). C’est l’apprentissage  du sacrifice, sans lequel il n’y a pas de véritable charité.
  • Vacances actives…

Si nous voulons que les vacances soient réussies, c’est-à-dire « profitables » et bénéfiques pour chacun, il faut non seulement que nos enfants soient sainement occupés, mais que nous sachions où ils sont et ce qu’ils font. Il ne s’agit pas d’être en permanence avec eux, mais il est de notre devoir de savoir ce qu’ils font à tel ou tel moment de la journée. N’hésitons pas, en outre, à « nous investir » dans les activités de nos enfants : partager leurs jeux, vérifier leurs lectures, leurs rencontres, prendre le temps de discuter…etc.

Autres familles…autres éducations

Lorsqu’on se retrouve à plusieurs familles chez les grands-parents, ou encore si nos enfants sont invités dans une famille amie, deux cas peuvent se présenter : ou bien ces familles, momentanément réunies, ont la même façon de penser et d’agir, ou bien il  arrive que nous nous trouvions confrontés au problème d’éducations différentes.

Dans le premier cas, il est excellent pour les enfants de voir que, à quelques nuances près, c’est la même chose chez les autres qu’à la maison : on obéit, on met le couvert, on aide à la vaisselle, on dit la prière, etc. Les réactions sont les mêmes dans les cas de dispute, de mensonge, de rapportage…  Et même si elles sont parfois l’occasion de quelques bonnes frictions de caractère, ces retrouvailles entre cousins, d’année en année, sont le plus souvent très enrichissantes.

Mais cependant – surtout dans les familles nombreuses – on ne peut éliminer le problème des différences. Ces rencontres familiales restent nécessaires pour garder « l’esprit de famille ». Mais dans certaines situations, il sera préférable de prévoir de ne pas trop les prolonger pour éviter soit des  heurts, soit que notre patient travail éducatif ne soit détruit par de fâcheux contre- exemples. Patience et charité devront guider notre attitude.

La prière en famille

Il est évident qu’un bon support mutuel entre familles reste toujours souhaitable sur bien des points de la vie quotidienne dont la prière en famille. Le style de prière est particulier à chaque famille. Comment accorder les habitudes de chacun avec leurs différences ?

  • Dans de nombreuses familles on dit le chapelet tous ensemble
  • On peut réciter la prière de l’une ou l’autre famille à tour de rôle
  • Le choix des intentions de prières est aussi un moyen de rapprocher des sensibilités différentes
  • « L’ami secret » : chacun tire un papier portant le nom d’un membre de la famille ; il prie pour lui en secret pendant toute la journée.

Si l’on change de cadre, si l’organisation matérielle des vacances est souvent synonyme de détente, ce n’est pas pour autant que cette période doive être exempte de quelques règles de base qui se résument  en  ces  mots : « vivre sous le regard  de Dieu ». Ceci ne veut pas dire, bien sûr, rester en prière ou en lévitation toute la journée !…Il s’agit plutôt d’imprégner, en quelque sorte, toutes nos actions de la journée de ce sentiment de la Présence du Bon Dieu, de Son regard continuel  sur nous ; ce qui nous amènera tout naturellement à Lui offrir ce que nous faisons, à le faire bien, à y mettre tout notre amour, notre bonne volonté : « Que vous mangiez, que vous buviez, et quoi que vous fassiez, faites tout pour  la gloire de Dieu » ( 1 Cor 10,31)

Ainsi, ne manquons aucune occasion de continuellement faire remonter notre cœur, notre pensée, vers le Seigneur qui nous a tout donné. Ce temps des vacances y est particulièrement favorable.

De retour à la maison, c’est le comportement de nos enfants qui nous indiquera la qualité de leurs vacances… seront-ils grincheux, repliés sur eux- mêmes…ou au contraire plus pieux, plus serviables et souriants ? Et cette année, quels fruits voulons-nous voir mûrir à l’arbre de nos vacances?…

Sophie de Lédinghen

Dinde au pesto et Glace au citron

DINDE au PESTO

Pour 6 personnes

500 à 600 gr de filets escalopes ou sauté de dinde (ou poulet ou autre volaille)

1 pot de PESTO Jus de citron

1 pot de crème fraîche.

La veille au soir, dans un grand plat creux, mettre la dinde en morceaux grossiers.

Recouvrir ĺe tout de pesto.

Ajouter du jus de citron jusqu’à ce que la viande soit couverte

Recouvrir d une assiette et laisser macérer au frais toute une nuit.

Le lendemain midi , il suffit de mettre le contenu du plat dans une casserole avec la crème fraîche et de faire cuire à feu moyen une vingtaine de minutes.

Servir avec des pâtes ; bon appétit !

Merci à notre aimable lectrice de nous avoir fait partager cette recette idéale pour un bon repas, rapide à réaliser !

 

 GLACE au CITRON

Pour 8 à 10 personnes Mettre dans un robot

1 boîte de lait concentré sucré

1 boîte de lait concentré non sucré Le jus de 2 citrons et leur zeste

Mixer le tout et mettre au congélateur

C est un régal très onctueux et sans paillettes !

Les petits sabots des petits bretons – Théodore Botrel – (1901)

Théodore Botrel, auteur compositeur interprète de plus de cent chansons (1868, Dinan – 1925, Pont-Aven)

Considéré comme le barde breton, il met la Bretagne et son folklore à l’honneur Sa devise : « J’aime, je chante, je crois » est gravée sur sa tombe, à Pont-Aven

Les petits sabots des petits Bretons, Petites Bretonnes,

Chantent des chansons en différents tons Jamais monotones :

Toc, toc,

Petits sabots, chantez, chantez ! Toc, toc !

Comme des sabots enchantés !

 

Toc, toc, toc, toc Oh ! Oh ! Oh ! Oh !

Chantez, petits sabots !

 

Les petits sabots des petits Bretons S’en vont à l’école,

Ils dansent en rond, les jours de Pardons, Une ronde folle :

Toc, toc,

Petits sabots, dansez, dansez Toc, toc.

Au rythme des chants cadencés !

 

Toc, toc, toc, toc Oh ! Oh ! Oh ! Oh !

Dansez, petits sabots !

 

Les petits sabots des petits Bretons Une fois l’année

S’alignent en rang, devant les tisons, Dans la cheminée :

Toc, toc !

Petits sabots, jamais déçus, Toc, toc !

Espérez le petit Jésus ! Toc, toc, toc, toc

Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Noël, petits sabots !

  

Chers petits sabots des petits Bretons

Trop tôt l’on vous quitte : Des petits Bretons les petits petons

Grandissent trop vite ! Toc, toc !

Petits sabots des bien-aimés Toc, toc !

Dans les greniers, dormez, dormez,

Toc, toc, toc, toc Dodo, dodo !

Dormez, petits sabots !

https://itunes.apple.com/ca/album/les-petits-sabots/854893154?i=854893196&l=fr

Si vous réunissez cet été de grandes tribus d’enfants, n’hésitez pas à leur proposer un mime de cette délicieuse ronde. Les idées leur viendront à foison !

 

Les fins du mariage

Pour accéder à la demande de certains de nos lecteurs qui aimeraient trouver dans Foyers Ardents des réponses claires à leurs questions, nous commençons aujourd’hui une série d’articles concernant les lois de l’Eglise sur le mariage.

 Nous vous proposons de lire attentivement les deux canons sur la question des fins du mariage que voici.

Le premier est celui que l’on trouvait dans le Code de Droit Canonique de 1917, et le  second est celui qui l’a remplacé dans le Code de 1983.

La comparaison de ces deux canons nous permettra de noter trois des changements importants qui se sont produits. Il nous restera alors à rechercher les motifs qui expliquent une telle mutation.

  • – Deux codes et deux pensées.

Le Code de 1917 disait : « la fin première du mariage est la procréation et l’éducation des enfants ; la fin secondaire est le soutien mutuel et le remède à la concupiscence 1

Le canon correspondant du Code de 1983 englobe sa pensée sur le même sujet dans une définition du mariage : « l’alliance matrimoniale, par laquelle un homme et une femme constituent entre eux une communauté de toute la vie ordonnée par son caractère naturel au bien des conjoints ainsi qu’à la génération des enfants a été élevée entre baptisés par le Christ Seigneur à la dignité du sacrement 2

  • – L’inversion des fins du mariage

Relevons trois des principales modifications que l’on peut tirer de ce rapprochement des deux canons :

  • Le Code de 1917 nommait, distinguait et hiérarchisait deux fins, la fin première et la fin secondaire. Le Code de 1983 ne recourt plus à cette terminologie
  • Le Code de 1917 donnait « la procréation et l’éducation des enfants » comme la fin première du mariage alors que celui de 1983 cite d’abord « le bien des conjoints » comme étant ce à quoi se trouve ordonnée « l’alliance matrimoniale ».
  • Enfin le code de 1983 a purement et simplement éliminé « le remède à la concupiscence » comme étant une fin du
  • – Une nouvelle conception hédoniste du mariage

Il nous reste maintenant à bien saisir le sens de ces changements.

La nette distinction entre fin primaire et fin secondaire permettait de connaître aisément la doctrine de l’Église sur les fins du mariage. Le rejet de cette dénomination par le Code de 1983 est générateur de flou non point sur l’existence elle-même de ces deux fins qui sont toujours évoquées mais sur leur hiérarchisation. Il accrédite les thèses fermement combattues par Pie XII : ou que les deux fins seraient à mettre sur un même pied d’égalité ou même qu’elles doivent être inversées.

Et l’inversion des fins du mariage paraît bien être l’idée retenue par le Code de 1983 qui  fait passer dans son canon « le bien des conjoints » avant « la procréation et l’éducation des enfants ».

On comprend que le Code nouveau ait abandonné la terminologie de « fin première «  et  de « fin secondaire » qui aurait manifesté d’une manière frontale son opposition au Code précédent. Il n’en demeure pas moins que la citation en premier lieu du « bien des conjoints » a été justement comprise par les canonistes, soit pour s’en satisfaire, soit pour le déplorer, comme le ralliement à cette nouvelle doctrine.

C’est ainsi que Roger Paralieu, dans son très autorisé « Guide pratique du Code de Droit Canonique » » préfacé par le Cardinal Etchegaray, n’hésite pas à écrire :

« Ceci suppose un changement radical avec la doctrine enseignée jusqu’à Vatican II, où l’on établissait une hiérarchie des fins du mariage (cf. décret du Saint-Office « De finibus matrimonii » du 1er avril 1944 ; discours de Pie XII aux sages-femmes du 29 octobre 1959). Le Concile s’est refusé à établir cette hiérarchie ; le texte du Code est la conséquence de cette proposition conciliaire 3 ».

Le Chanoine Paralieu ne paraît visiblement pas alarmé du « changement radical » qu’il observe.

En revanche, Monsieur l’abbé Coache ne s’y trompe pas :

« … la fin première du mariage, qui a toujours été doctrinalement la génération et l’éducation des enfants, se trouve supplantée par le bien des conjoints, c’est-à-dire l’aide mutuelle qui avait toujours été placée au deuxième plan. C’est très grave et bien significatif de la tendance actuelle  (l’amour avant tout) dont le Concile s’est fait l’écho malheureux.  Ce canon s’oppose donc de front au canon 1013 du Code précédent 4 ».

Enfin, la suppression de la pensée que le mariage constituait « un remède à la concupiscence » n’est pas très étonnante. Il s’agit en réalité d’exalter d’abord en lui-même l’amour des époux comme une valeur autonome. En cette perspective, l’évocation de la concupiscence, et donc de la nature blessée par le pêché originel, ne trouve plus sa place.

Cette bataille de mots n’est pas une querelle de théologiens et de canonistes qui  importerait peu aux catholiques. Ce sont deux perspectives opposées qui s’affrontent.

La seconde, personnaliste, révolutionnaire, âprement repoussée jusqu’à Vatican II, malheureusement l’emporte. La nouvelle définition du mariage donnée par le Code Canonique de 1983 ouvre la porte à un égoïsme qui se drape hypocritement des livrées de l’amour.

Au nom de leur bien propre, de leur épanouissement, les époux disposent d’un nouveau motif pour décider d’espacer, voire de refuser les naissances.

Laissons pour conclure la parole à Pie XII :

« La vérité est que le mariage, comme institution naturelle, en vertu de la volonté du Créateur, a pour fin première et intime, non le perfectionnement personnel des époux, mais la procréation et l’éducation de la nouvelle vie. Les autres fins, tout en étant également voulues par la nature, ne se trouvent pas au même degré que la première, et encore moins, lui sont-elles supérieures, mais elles lui sont essentiellement  subordonnées 5. »

Père Joseph

1 Canon 1013 ; § 1 du code de 1917

2 Canon 1055, § 1 du Code de 1983

3 Roger Paralieu : « Guide pratique du Code de Droit Canonique » Editions Tardy – 1985, p. 316

4 Abbé Louis Coache : « le droit canonique est-il aimable ? » Bondot 1986, p. 283

5 Pie XII, Discours aux sages-femmes du 29 août 1951

Editorial

Chers amis,

Nous voici à la veille de cette grande période de vacances, occasion de repos bien mérité pour les enfants et les étudiants mais aussi pour tous ceux qui exercent une profession, qu’ils soient jeunes professionnels ou pères de famille.

Pour les mamans, ces deux mois représentent un changement de rythme car les enfants seront présents tout au long de la journée (sauf pendant les camps et quelques absences occasionnelles) et il faudra les occuper, jouer avec eux, prendre le temps de discuter… Les articles de ce numéro vous donneront toutes les idées nécessaires.

Comme nous vous l’avions conseillé dans notre N° 3 organisez ces temps libres afin que tout se passe au mieux. (Nous lancerons dans peu de temps une version papier pour nos premiers numéros, n’hésitez pas à passer commande en nous envoyant un message).

Le Père Joseph, à la demande de certains d’entre vous, commence aujourd’hui une série d’articles pour éclairer les foyers sur des questions essentielles : les fins du mariage et les questions relatives à la procréation ; n’hésitez pas à lui écrire ou à mettre un message à la rédaction qui lui transmettra.

Enfin, puisque les mois d’été nous offrent souvent des moments privilégiés pour discuter avec nos plus grands, permettez-moi de vous donner un thème de conversation essentiel aujourd’hui.

Au milieu de notre société quelque peu perturbée, il arrive très souvent que l’un ou l’autre de nos enfants reçoive des confidences d’un ou d’une amie en difficulté. Cela va tout naturellement, d’un objet perdu, d’un examen raté, aux difficultés vécues avec leurs parents ou parfois à des problèmes plus graves. Les soirées sont longues et propices aux confidences…

Notre enfant généreux, écoutera avec attention, s’apitoiera, essaiera de trouver des solutions… mais quelquefois, sa « bonté » se laissera attendrir et le voilà parti dans un rôle de chevalier servant, appelé parfois « Saint Martin », qui pourra l’entraîner rapidement dans des situations qu’il n’avait pas prévues.

Sans pour autant nous alarmer ni dramatiser, profitons de ces discussions estivales pour mettre en garde nos enfants sur ces « amitiés » qui, sous couvert de soutien au plus fragile, entraînent chaque année des jeunes sur une pente glissante.

Un bon principe, me semble-t-il, est de recommander à nos enfants de diriger les âmes en peine (qui peuvent en effet rencontrer de réels soucis) vers leurs parents, un prêtre et si besoin vers leur parrain, marraine ou tout autre adulte de confiance, en insistant en priorité pour que les garçons se soutiennent entre garçons et les filles entre elles. Cela est une règle qui semble capitale et qu’il ne faut pas oublier de rappeler maintes et maintes fois, car si l’amitié fille-garçon est quelque chose de délicat, le soutien moral en cas de difficultés représente un danger certain. « Un homme prévenu en vaut deux » et « mieux vaut prévenir que guérir » sont des maximes intemporelles !

Je vous souhaite à tous de bonnes vacances bien reconstituantes pour votre âme, votre foyer, vos enfants et vos familles, et si vous vous sentez parfois las, n’hésitez pas à aller relire « L’éloge de la fatigue » dans notre N° 5 !

Bien amicalement,

Marie du Tertre