Histoires des styles

Qui n’a pas un jour visité une brocante ou un vide grenier, perplexe devant les affirmations péremptoires du vendeur assurant que : « Si, si, le meuble est d’époque (mais laquelle…?), vous faites à ce prix-là une très bonne affaire ! »

 Soit dubitatif, vous n’achetez pas, soit vous vous laissez séduire et effectivement vous êtes l’heureux propriétaire d’un bel objet, soit… vous attendez le prochain vide grenier pour le revendre… !

            Voici donc pour vous aider une petite histoire des styles au fil des numéros de Foyers Ardents.

            Au Moyen Age, les objets domestiques étaient surtout pratiques, destinés à remplir leur office. De plus pour la noblesse et pour le roi, ils étaient déplacés au gré des châteaux.

            Nous trouvons donc :

            – des coffres de rangements légèrement sculptés,

            -des tables sous forme de plateaux posés sur des tréteaux (d’où l’expression dresser la table),

            – des bancs ou des tabourets en bois,

            – des lits en bois avec des matelas de paille (les paillasses), de crin ou de laine, fermés par des rideaux pour garder le chaud et l’intimité puisque plusieurs membres de la famille dormaient dans la même pièce.

Les chaises dites cathèdres, inspirées du siège de l’évêque dans la cathédrale, sont en bois avec un haut dossier. Elles sont réservées aux personnages importants et influents. Leur confort est très relatif ; il est juste apporté par un « carreau », simple coussin mis là pour l’occasion.

            Dans la même catégorie nous trouvons la chaire, le banc à dos et le banc à ciel qui sont des sièges nobles. Le dossier en est souvent travaillé, sculpté, voire tendu de tissus précieux.

            Descriptions données par les textes d’époque et représentations sur tableaux nous en donnent une idée puisqu’étant en bois, ils ont tous disparu. Seuls subsistent ceux qui furent fabriqués en métal : le trône de Dagobert et le siège épiscopal de Bayeux.

            Au XVème siècle, la vie devient plus sédentaire. C’est la naissance de la queue d’aronde (assemblages à pièces triangulaires), et des meubles à panneaux avec des cadres assemblés par des tenons et des mortaises. Ceux-ci permettant la dilatation des bois ou leur rétractation selon l’humidité et évitant ainsi les fentes.

            Au début du XVIème siècle, la chaise à bras apparaît, appelée caquetoire sous le règne de François 1er : c’est l’ancêtre du fauteuil moderne. Celui de la chaise s’appelant la chaise à femme sans accotoir. Le musée de la Renaissance à Ecouen en possède de magnifiques exemples.

            Petit à petit l’influence italienne se fait de plus en plus sentir avec frontons, pilastres, têtes d’animaux, et des formes inspirées des ployants de l’antiquité. Cependant les meubles du Moyen-Age subsistent : escabeau, tabouret, coffres. Les coffres de mariage sont richement sculptés avec des symboles d’abondance et de fidélité.

Nous découvrirons dans notre prochain numéro le changement profond qui se fera dans le mobilier à partir du XVIIème siècle.

                                                                                  Jeanne de Thuringe

Le temps du silence

Le soir descend doucement en cette journée d’automne

Nimbant des dernières lueurs l’or des arbres

L’été est bien fini, l’heure vespérale s’approche au plus près

Et nous laisse à contempler, à entendre, pour prendre

Le temps du silence.

 

Bientôt l’hiver sera là et la possible couche poudreuse

Etouffera tous les bruits sous sa ouate neigeuse

Laissant la ville comme assourdie, la campagne méditative et silencieuse

Les animaux tapis et cois, permettant que règne en maître apaisant,

Le temps du silence.

 

C’est lui qui dans nos vies trépidantes fait tant défaut

Lui que nous chassons si vite, écouteurs sur les oreilles, musique forte dans la voiture,

La maison ou les lieux publics,

Il n’est plus de mise et son absence nous fatigue à notre insu, nous dissipe,

Comble artificiellement le vide de nos âmes, car nous ne prenons pas

Le temps du silence.

 

Pourtant il est indispensable à l’âme afin de la laisser monter vers son Créateur

Pour lui parler comme à un ami, le supplier, le louer et se remplir de Lui.

En son sein, l’intelligence s’élève pour comprendre ou concevoir.

Dans la contemplation de la nature ou d’une belle œuvre,

Prenons le temps du silence.

 

Le bien ne fait pas de bruit, le bruit ne fait pas de bien, dit-on

Il n’est que le prélude de l’infernal tintamarre des ténèbres

De celui qui sait ce qu’il combat : la paix de l’âme et son union à Dieu.

Mettons-nous dans le silence de la prière pour rayonner et grandir dans les vertus

Prenons le temps du silence

 

Dans une conversation, quand un cœur blessé s’épanche sur le cœur ami

Désireux d’être compris et aimé

C’est lui qui favorise les confidences, apaise l’âme troublée

Se retenant de juger, encourageant, parfois juste d’un geste amical :

Le temps du silence.

 

Dans la vie du cloître, il fait les saints, haussés par la grandeur et la beauté des lieux,

Où la parole est trop petite pour dire l’Ineffable,

Où Dieu se laisse toucher d’un regard, d’une prosternation,

D’une humble obéissance à la règle ancestrale, immuable

Et pour nous dans le monde à notre humble devoir d’état

Vivons le temps du silence.

Jeanne de Thuringe

Regardez-voir!

 

Dimanche après midi, je suis tout seul dans mon studio à Paris. Le temps est morne, les nuages bas et les feuilles dorées il y a un instant volent et descendent tristement jusqu’à terre où elles achèvent leur existence dans le caniveau, mêlées aux vulgaires mégots et chewing-gum ! Pas le moral ! Que faire ?

Une idée soudaine qui à peine née dans mon esprit devient puissante et impérieuse : regarder un bon petit film au chaud, bien installé dans mon canapé. Hop, c’est fait, l’ordinateur est ouvert, vite un site de streaming sur internet, un peu de temps pour choisir tout de même. Tiens, celui-ci, j’ai vu l’affiche dans le métro l’autre jour, ça avait l’air palpitant. Et c’est parti pour deux heures, tranquille, oubli du mauvais temps, de la réalité et des cours qui reprennent demain !

17h déjà fini ! Un peu déçu, pas terrible finalement ce film, sans compter les quelques scènes où il a fallu mettre l’oreiller devant l’écran ! Vraiment déçu, cela ne compte pas, j’aurais dû en regarder un autre ! Allez il reste un peu de temps, de toutes les façons il n’y a toujours rien à faire dehors, essayons celui-là.  Un bon vieux film, ce coup là c’est une valeur sûre …

Ce dimanche-là j’aurai regardé deux films, et dans la semaine, après une dure journée, encore un autre, puis un autre le lendemain et c’est maintenant en moyenne 2 à 3 films par semaine que je regarde.

Une bonne détente me direz-vous, il faut savoir décompresser de temps en temps, ça change bien les idées et permet de souffler un peu …

Certes, loin de moi l’idée de condamner le fait de regarder un film en tant que tel, cependant j’émettrai quelques réserves.

Laissons de côté le danger moral que cela peut comporter et qui semble évident à tout catholique, surtout en choisissant ses films un peu au hasard sur internet. D’autant plus que le risque de tomber sur un mauvais film s’accroît avec le nombre de films regardés, les bons films étant une espèce rare et en voie de disparition.

Attachons-nous plus spécialement ici au problème intellectuel que cela pose. En effet, les images qui défilent au rythme de 24 par secondes, voire 48 pour certains films, court-circuitent notre intelligence qui est saturée par l’afflux d’informations, et s’adressent directement à notre sensibilité en nous faisant ressentir fortement les émotions qui animent les héros. Nous nous surprenons souvent à trembler pour un assassin ou à applaudir à l’amour illicite des deux héros. Ainsi, à force de voir et d’approuver par nos sentiments des attitudes qui devraient nous paraître anormales parce qu’immorales, notre conscience finit par s’y accoutumer et, petit à petit, par trouver cela « normal ».

En ce sens, le cinéma modifie progressivement  notre manière de voir et de juger des choses et des actes en imitant et en travestissant la réalité et ce en vue de modifier notre manière d’être. C’est en fait un véritable conditionnement psychologique qui s’opère et met en jeu notre liberté de penser de façon indépendante et affranchie des idées révolutionnaires qui sont peu à peu distillées dans nos intelligences.

Alors au lieu de me laisser embobiner et manipuler, certes plaisamment et sans effort, j’ai décidé d’arrêter cette drogue mortifère pour mon intelligence et ma conscience. Comme patch ou produit de substitution, je vous conseille la lecture. Rien de tel qu’un bon roman pour se détendre ou un  livre d’histoire ou de formation pour non seulement ne pas être déformé, mais en plus former notre intelligence qui aura le temps d’assimiler et d’analyser ce que nous lisons.

Certes cela demande des efforts de volonté parfois importants, surtout quand on a pris l’habitude de s’évader facilement grâce aux films, mais le jeu en vaut la chandelle, et par les temps qui courent, il est urgent et de notre devoir d’avoir une intelligence bien formée qui saura transmettre la vraie foi et la vérité toute entière à la génération suivante. Alors ne faisons pas les grenouilles et sautons vite de la marmite avant d’être complètement cuits !

Charles

Quelques pistes au sujet des fiançailles

 Chère Bertille,

 Lors de ma dernière lettre nous étions tombées d’accord pour affirmer que, dans le domaine de l’amour, l’intelligence doit avoir la première place.

Fort bien.

Mais il serait dangereux et vain de nous contenter d’affirmer cette lapalissade : qui en effet oserait prétendre l’inverse ? Nul ne peut aimer s’il ne connait au préalable.

Il nous faut donc concrètement nous imposer des règles claires et simples afin d‘éviter que, subrepticement mais très efficacement, le cœur ne vienne doubler l’intelligence. Tu devines que nous sommes là en présence d’un combat incessant car les désirs du cœur ne rendent pas les armes facilement.

Ce combat requiert que nous ordonnions nos vies selon des principes simples.

Ainsi, lors de tes fiançailles, mets Dieu à la première place en fréquentant plus assidûment les sacrements, en soignant ta vie de prière et faisant tout particulièrement attention à être fidèle à l’oraison  et à ta vie de sacrifice; n’oublie pas aussi qu’une direction spirituelle paternelle et ferme s’avère alors bien nécessaire. Il va sans dire que si tu peux suivre une retraite, tu en retireras un bénéfice certain.

Privilégie ensuite ta famille et sois fidèle à bien remplir tes devoirs envers tes parents à la maison. Combien de jeunes fiancées sous prétexte d’être amoureuses, négligent leurs parents, leur famille et leurs études ! Elles ne vivent plus qu’en fonction de la personne qu’elles prétendent aimer!

A ce propos, note qu’il est de première importance que nos parents soient les premiers à connaître l’attrait qui nous incline vers quelqu’un. Mieux que quiconque, ils sauront nous guider et leurs prières nous seront d’un grand secours pour nous aider prendre notre décision dans cette période délicate et essentielle.

Vient alors le temps de faire connaissance de cette personne vers laquelle ton cœur t’entraîne. Parce que tu auras respecté ces réalités sacrées que sont Dieu et la famille, tu seras en mesure de le connaître.

Comme Dieu sera à la première place dans ta vie, Il présidera à vos entretiens. Tu découvriras, je l’espère, combien il est bon de prier ensemble et de prier l’un pour l’autre. Cette union dans la prière est la pierre d’angle sur laquelle votre maison reposera toute entière.

Concrètement, le mieux est de le rencontrer dans le cadre de vos familles. La question de la similitude des milieux est de toute première importance et ne peut jamais être négligée si tu ne veux t’éviter des réveils douloureux.

Prends le temps de le rencontrer, il y a tant à découvrir sur son métier, ses passions et ses aspirations, mais respecte toujours des horaires bien définis pour ne pas laisser place au vague à l’âme et aux épanchements sentimentaux qui sont des tentatives du cœur de reprendre la main. Veille surtout à ce que ces rencontres ne se déroulent pas à des heures tardives et tâche qu’elles se passent au vu et au su de tous.

Il y a une époque pas si lointaine –et pas si idiote après tout! – où les jeunes fiancés ne se voyaient qu’en présence d’une tierce personne que l’on nommait alors le « chaperon ». Si cette époque est révolue, la prudence qui la dictait reste, elle, de saison et les réunions d’amis ou les lieux publics le remplacent avantageusement.

Se voir dans un cercle d’amis permet non seulement d’enlever toute ambiguïté à la rencontre mais nous donne de se connaître en société.

Note par ailleurs que, dans cette période un peu émouvante, le temps que nous consacrons à nos amis est primordial. Leur affection sait nous protéger de nous-même et de cette passion naissante et enivrante. Malheureusement trop souvent les fiancés ne voient plus guère leurs amis tant ils sont tournés exclusivement sur eux-mêmes.

Cette exclusivité est malsaine et elle est un danger trop commun pour ne pas le souligner. Elle est fort regrettable et peut tuer dans l’œuf un amour naissant. L’amour qui ne rayonne pas n’est pas en effet un amour mais une recherche égoïste de soi qui se pare de ses oripeaux. Ces fiancés se mentent en prétendant aimer l’autre alors qu’ils poursuivent leur propre satisfaction.

Souviens-toi enfin que tu es gardienne de l’âme de ton fiancé. Garde une distance respectueuse et fais particulièrement attention à ta tenue. Il n’est pas rare de voir de jeunes fiancés se laisser aller en public, créant ainsi un malaise chez ceux qui les entourent mais aussi et surtout au plus profond de leurs âmes puisqu’à ce moment-là l’intelligence rend les armes.

N’oublie pas que l’homme est un être sensible et qu’il te revient la noble tâche de le protéger contre lui-même ; aussi veilleras-tu à soigner ta tenue vestimentaire qui doit l’aider à s’élever vers le haut.

Les vêtements que tu porteras seront en effet un bouclier pour sa pureté. S’il faut toujours être modeste, cette période de la vie requiert encore plus de délicatesse.

Enfin, si tu me permets un dernier conseil dans cette liste déjà bien chargée, évite tout ce qui est communication rapide tels les sms et autres emails. Prends le temps de réfléchir et d’écrire une lettre.  Les moyens de communications modernes te placent dans une espèce d‘orbite et tu rentres alors dans une spirale infernale où les sens règnent en maître et risquent de t’aveugler.

Mais ne t’inquiète pas, nous prendrons le temps de revenir sur ces deux derniers sujets…ainsi que sur tout autre qui te paraît digne d’être développé. Aussi n’hésite pas à me le faire savoir dans ta prochaine lettre.

Bien affectueusement,

Aziliz

Ma Bibliothèque

Vous trouverez ici des titres que nous conseillons sans aucune réserve pour chaque âge de la famille.

En effet ne perdons pas de vue combien la lecture d’un bon livre est un aliment complet ! Elle augmente la puissance de notre cerveau, développe la créativité, participe à notre développement personnel, nous distrait, nous détend et enfin elle enrichit notre vocabulaire.

Il faut, dès l’enfance, habituer vos enfants à aimer les livres ! Mais, quel que soit l’âge, le choix est délicat tant l’on trouve des genres variés… N’oubliez jamais qu’un mauvais livre peut faire autant de mal qu’un mauvais ami !

Pour tout-petits : Magnifiques calendriers de l’Avent au choix : Fra Angelico, Boticelli, Princes de la Renaissance à compléter par la lecture du récit de Noël. Ce sont des reproductions de tableaux avec les 25 fenêtres à ouvrir pour découvrir un détail mais il n’y a pas de texte. (Minédition)

Dès 6 ans : La Nativité – Giotto (Minédition)

6-10 ans : Notre-Dame de FatimaAgnès Richomme  (Edition Clovis)

12-14 ans : Le Père Pro, héros de la CristiadaDollard des Ormeaux (éditions Sainte Philomène)

Formation 15 ans et plus: Le Chrétien  –  La femme chrétienne Elisabeth Leseur ( 2 livrets différents – éditions Les amis de Saint François de Sales)

A partir de 15 ans : Le message d’amour du Cœur Immaculé de Marie à Fatima – Père Stanislas du Chambon-Feugerolles  (édition Chiré)

 Adultes (à partir de 16 ans)

-Formation : La vraie vie de Marie Heurtin – Louis Arnould (édition Salvator)

-Histoire : La réforme liturgique anglicane  – M. Davies (édition Clovis)

-Education :  Apprendre à voir : La Nativité – S de Gourcy (édition Desclée de Brouwer)

-Méditations- Réflexions : Aux sources de la joie avec Saint François de Sales Chanoine Vidal (édition NLF )

 Pour compléter cette liste, vous pouvez vous renseigner sur les Cercles de lecture, René Bazin : cercleReneBazin@gmail.com  (à partir de 16 ans- Culture, Formation)

La Revue : « Plaisir de lire » propose un choix de nouveautés pour toute la famille (distraction, histoire, activités manuelles) Envoi d’un numéro gratuit sur simple demande à PlaisirdeLire75@gmail.com

Tourte express et Délice Glacé au caramel

TOURTE EXPRESS AUX EPINARDS ET AU CHEVRE  (pour 6-8 pers)

-2 rouleaux de pâte feuilletée

-500g d’épinards en branches, surgelés

– un demi-fromage de chèvre frais (du type Petit Billy)

-quelques cuillères de crème fraîche, sel et poivre

Laissez dégeler les épinards dans une passoire, puis bien les presser pour en sortir l’eau.

Préchauffez votre four à environ 180°.

Dans un saladier, mélangez les épinards, la crème fraîche, sel et poivre.

Disposez la première pâte feuilletée sur une tôle (en laissant dessous son papier sulfurisé).

Etalez dessus la préparation d’épinards, puis le chèvre en cuillerées éparses.

Refermez la tourte en disposant sur le tout la deuxième pâte feuilletée et soudez-en bien les bords (cela va mieux en mouillant un peu entre les deux pâtes avec de l’eau ou du lait)

Faites au centre une petite cheminée en incisant la pâte en forme de petite croix dont vous ouvrirez les quatre bords.

Laissez cuire environ une demi-heure, et dégustez dès la sortie du four !

                                   DÉLICE GLACÉ AU CARAMEL

Pour une coupe :

-Une belle meringue (bien meilleure faite maison !)

-2 boules de crème glacée à la vanille

-Quelques amandes effilées

-Caramel au beurre salé coulant

Pour la meringue, voici une recette très rapide et délicieuse :

  • 6 blancs d’œufs battus en neige, auxquels vous ajoutez :
  • 375 g de sucre en poudre
  • 2 cuill. à café de fécule de maïs
  • 1 cuill. à café de vinaigre blanc ou de citron

Sur une feuille de papier cuisson, répartissez vos petites meringues.

Préchauffez à 170°C et enfournez à 120°C pendant 1h. Laissez refroidir dans le four.

Faites dorer à sec dans une poêle les amandes en les remuant sans arrêt, puis mettez-les à refroidir dans une assiette.

Au moment de servir :

Emiettez grossièrement les meringues au fond de la coupe.

Mettez dessus les deux belles boules de crème glacée

-Saupoudrez de quelques amandes dorées. Arrosez le tout d’une spirale de caramel.

Voici un petit dessert du dimanche vite fait, et pour toutes les saisons… Petits et grands gourmands s’en lécheront les babines !

Connecté… ou Déconnecté?

Connectés !

Dix cadres discutent de l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale dans un « séminaire » d’entreprise :

8 sur 10 consultent et traitent leurs mels professionnels le week-end…malgré une règle contraire promue par l’entreprise !

Eric Branché, chef de projet : « cela me rassure, je me tiens au courant…je gagne du temps… »

Laurent, ingénieur et même Catherine, responsable des ressources humaines : « je déteste avoir des mels non traités le lundi matin ou quand je rentre de vacances ! Cela me stresse ! »

François : « je n’ai jamais fini le vendredi soir… »

Gilles, le directeur est seul à déconnecter: « C’est une règle que je me suis donnée ! Jamais je ne regarde mes mels le week-end. J’ai les mêmes désagréments que vous : désagréable d’avoir des mels non traités, une pile qui attend ou des imprévus, mais ma famille compte davantage ! Ma seule exception, une fois par an, un appel d’offre important si nous sommes en retard ! »

Tous : « Comment fais-tu ? Et ton chef ? »

Gilles: « Et votre famille quand vous faites vos mels le week-end ? Même si vous regardez vos mels sans y  répondre… êtes-vous présents, sans être repris par vos préoccupations de la semaine ? Croyez mon expérience : les chefs et les clients s’adaptent à mon respect du week-end… Ils préviennent ou téléphonent s’il y a une exception vraiment urgente. »

Que vont apprendre et penser les enfants de Laurent, Eric, Catherine,…. ?

Comment vont-ils accepter que leurs parents leur disent : Ne soyez pas accros à internet et au mel ! Le travail et l’effort, c’est important !… (au point d’en faire pâtir la famille ?)

************************************************

Déconnecté !

Autre lieu, autre situation :

Hervé retrouve Philippe Ducalme un ami qu’il n’a pas vu depuis 5 ans….Philippe lui raconte qu’il a changé 3 fois d’entreprise, et connu le  chômage à chaque fois… Malgré ses 5 enfants, son épouse a donc été obligée de reprendre un travail à plein temps, ce qui génère une certaine tension dans le ménage…

  • Tu ne te plaisais pas dans l’entreprise A ?
  • Oh si, mais il fallait travailler un samedi sur deux en été, alors j’en suis parti…
  • Et l’entreprise B ?
  • Mon chef était désagréable et grossier. Le travail n’était pas noble, il fallait un peu tout faire, même le nettoyage. De toute façon les patrons de cette multinationale étaient mondialistes et sûrement francs-maçons…
  • Et maintenant, dans l’entreprise C ?
  • Je ne sais pas si je vais rester…ils ne me demandent pas mon avis sur ce qu’il faut faire…
  • Et toi, écoutes-tu l’avis de ton chef et de tes collègues ?….

Que penseront les enfants de Philippe Ducalme lorsqu’il leur enseignera la nécessité du travail, de l’effort, de l’humilité ?

********************************************

Deux devoirs d’état :

Quels points communs entre ces deux situations ?

La même erreur : oublier que l’activité professionnelle, comme la vie familiale sont toutes deux des devoirs d’état.

 « La pénitence du devoir d’état, accompli parfaitement, voilà ce que Notre-Dame réclame. (…) Lorsque Notre-Dame exige la pénitence, elle parle de l’exact accomplissement du devoir d’état. C’est cela la sainteté ! » (Sœur Lucie de Fatima ; in Une Année avec Fatima, p.186)

L’équilibre entre le devoir d’état professionnel et le devoir d’état familial est toujours délicat…

Certains sont tellement impliqués dans leur métier qu’ils ne réalisent plus la gravité de cet avertissement de Pie XII (Radiomessage de Noël 1953) : Notre époque achèvera « son chef d’œuvre monstrueux, en transformant l’homme en un géant du monde physique aux dépens de son esprit réduit à l’état de pygmée du monde surnaturel et éternel ». La suractivité de ces hommes leur fait oublier leur nature : ils admirent leurs propres œuvres au point d’en faire des idoles : « leurs idoles, or et argent ; une œuvre de main d’homme » (Ps. CXIII, 4).

D’autres oublient le sens du sacrifice et de l’humilité qui est nécessaire dans le travail : « Notre-Seigneur vous a sauvés en souffrant et endurant, et, de même, nous devons faire notre salut en souffrant les injures (NDLR : peu fréquentes dans le travail !), et les contradictions et déplaisirs ; et pourtant, il les faut endurer avec le plus de douceur et de résignation qu’il sera possible, selon la mesure qu’il plaît à Dieu de nous envoyer ».

(St François de Sales).

Un équilibre à travailler

Il s’agit donc d’un équilibre à travailler, ou à corriger si nous penchons d’un côté ou de l’autre…Ecoutons les commentaires souvent discrets, parfois insistants de notre conjoint, de nos bons amis et du prêtre pour détecter le besoin d’ajustement.

Le temps de l’Avent est propice à travailler cet équilibre pour Dieu, pour nous, pour nos enfants et notre famille.

Pour nous y aider, je ne résiste pas à partager avec vous cette prière antique, aperçue au-dessus de l’établi de mon horloger-bijoutier. Elle s’applique à tous : artisans, ingénieurs et ouvriers, administratifs, enseignants, professions de santé, du droit, de la gestion, étudiants…

A lire, méditer et prier !

Hervé Lepère

Prière de l’artisan (XV° siècle et toujours d’actualité)
Apprends-moi, Seigneur, à bien user du temps que tu me donnes pour travailler et à bien l’employer sans rien en perdre. Apprends-moi à tirer profit des erreurs passées sans tomber dans le scrupule qui ronge. Apprends-moi à prévoir le plan sans me tourmenter, à imaginer l’œuvre sans me désoler si elle jaillit autrement. Apprends-moi à unir la hâte et la lenteur, la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix. Aide-moi au départ de l’ouvrage, là où je suis le plus faible. Aide-moi au cœur du labeur à tenir serré le fil de l’attention. Et surtout comble Toi-même les vides de mon œuvre.

Seigneur, dans l’œuvre de mes mains, laisse une grâce de Toi pour parler aux autres et un défaut de moi pour me parler à moi-même. Garde en moi, l’espérance de la perfection, sans quoi je perdrais cœur. Garde moi dans l’impuissance de la perfection, sans quoi je me perdrais d’orgueil. Purifie mon regard : quand je fais mal, il n’est pas sûr que ce soit mal et quand je fais bien, il n’est pas sûr que ce soit bien.

Seigneur, ne me laisse jamais oublier que tout savoir est vain sauf là où il y a travail. Et que tout travail est vide sauf là où il y a amour. Et que tout amour est creux qui ne me lie à moi-même et aux autres et à Toi.

Seigneur, enseigne-moi à prier avec mes mains, mes bras et toutes mes forces. Rappelle moi que l’ouvrage de ma main t’appartient et qu’il m’appartient de te le rendre en le donnant. Que si je fais par goût du profit, comme un fruit oublié je pourrirai à l’automne. Que si je fais pour plaire aux autres, comme la fleur de l’herbe je fanerai au soir. Mais si je fais pour l’amour du bien, je demeurerai dans le bien. Et le temps de faire bien et à ta gloire, c’est tout de suite ! Ainsi-soit-il.

LA CHANSON DE LA PLUIE

Notre citation pour novembre et décembre 2017, en forme de petite taquinerie …

« Une femme peut tout faire, elle peut penser, parler, chanter, se taire quelquefois.”

Sacha Guitry

Chanson tirée du dessin animé,  un peu difficile à fredonner correctement, chœur à deux voix, mais il est possible de ne chanter qu’à une voix. Attention aux nuances de la mélodie.

LA CHANSON DE LA PLUIE

Bambi, Wall Disney – 1942

Clap clip clap, petite pluie d’avril  (si vous voulez être de saison, vous pouvez changez le mois …)
Tombe du ciel en jolis diamants
Clap clip clap, petite pluie d’avril
Ta mélodie est un enchantement
Enchantement, enchantement
Clip clap clip clap

Clap clip clap, quand le ciel se voile
Ton gai refrain met du bleu dans le cœur
Clap clip clap, giboulée d’étoiles
Peint l’arc-en-ciel aux couleurs du bonheur
Comme elle est jolie ta musique

Clap clip clap, petite pluie d’avril
Larmes de joie, symphonie de cristal
Clap clip clap, petite pluie d’avril
Dans la forêt tu donnes un récital
Clap clip clap
Quand le ciel se voile
Ton gai refrain
Clap clip clap
Ton refrain met du soleil dans le cœur

Clap clip clap, quand le ciel se voile
Ton gai refrain, clap clip clap
Ton refrain met du soleil dans le cœur
Ciel comme elle est jolie (ciel comme elle est jolie)
La chanson de la pluie (la chanson de la pluie)
Dans l’orage philharmonique
Chaque goutte est une musique
Qu’on écoute et que l’on goûte
C’est le bonheur au goutte à goutte

Clap clip clap, petite pluie d’avril
Ta mélodie est un enchantement
Clap clip clap, petite pluie d’avril
Clap clip clap, petite pluie d’argent
Elle chante gaiement
Clap clip clap, petite pluie d’avril
Tombe du ciel en jolis diamants
Clap clip clap, petite pluie d’avril
Ta mélodie est un enchantement
Enchantement, enchantement.

Pour un téléchargement plus sûr nous vous envoyons un lien sur Spotify (à télécharger gratuitement) ; cela évite les publicités de youtube.

https//open.spotify.com/track/6MTCoOnKhPp8NWoPE1jgVd

Miserere Mei de Gregorio Allegri 

C’est le mois de novembre, nous honorons les saints et prions pour les défunts.

Voici Le Miserere Mei de Gregorio Allegri  (1638)(religieux italien – 1582-1652), sur les paroles du Psaume 50.

Le prophète David demande pardon à Dieu pour ses fautes. Belle façon aussi de prier pour nos morts (bien qu’à l’origine cette œuvre fût chantée pendant l’office des Ténèbres du Vendredi Saint).

Voici le lien que j’ai sélectionné, qui me paraît correspondre le mieux à l’esprit baroque et assez sobre de l’œuvre.

Vous trouverez bien d’autres versions de qualité, plus expressives (mais moins méditatives), si vous préférez.

https://open.spotify.com/album/1qN21tIgKKFLMN4McyLL7D

 Traduction :

Pitié pour moi, mon Dieu, dans Ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense.
Oui, je connais mon péché, ma faute est toujours devant moi.
Contre Toi, et Toi seul, j’ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.
Ainsi, Tu peux parler et montrer Ta justice, être juge et montrer Ta victoire.
Moi, je suis né dans la faute, j’étais pécheur dès le sein de ma mère.
Mais Tu veux au fond de moi la vérité ; dans le secret, Tu m’apprends la sagesse.
Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ; lave-moi et je serai blanc, plus que la neige.
Fais que j’entende les chants et la fête : ils danseront, les os que Tu broyais.
Détourne Ta face de mes fautes, enlève tous mes péchés.
Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de Ta face, ne me reprends pas Ton Esprit Saint.
Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne.
Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ; vers toi, reviendront les égarés.
Libère-moi du sang versé, Dieu, mon Dieu sauveur, et ma langue acclamera Ta justice.
Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera Ta louange.
Si j’offre un sacrifice, Tu n’en veux pas, Tu n’acceptes pas d’holocauste.
Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ; Tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.
Accorde à Sion le bonheur, relève les murs de Jérusalem.
Alors Tu accepteras de justes sacrifices, oblations et holocaustes ; alors on offrira des taureaux sur Ton autel.

 

Sapin ou crèche?

Différentes questions fusent des bouches de nos enfants en cette approche de Noël !

Cueillons-en quelques-unes :

Sapin de Noël ou crèche ? D’où ces traditions nous viennent-elles?

A quoi sert l’Avent, il y a déjà le Carême pour faire pénitence !

Oui le sapin de Noël peut faire l’objet d’une polémique ; et même si nous y tenons beaucoup moins qu’à notre crèche familiale, il reste porteur d’un message d’espérance !

Un peu d’histoire :

En Europe quelle habitation si petite soit-elle ne possède pas son sapin pour la nuit de Noël ? D’où peut venir cette idée ?

Le lobby des bûcherons…, le commerce des décorations ? Une coutume protestante ?

L’origine de cette tradition est certainement à chercher dans le culte druidique. Par sagesse, l’Eglise a sanctifié ces coutumes auxquelles les hommes étaient attachés pour les aider à quitter ces habitudes païennes en leur montrant le ciel. Elle a donné une autre symbolique à cet arbre en le nommant Arbre de vie. Le sapin toujours vert, se veut l’image de  Jésus-Christ qui possède toujours en Lui la vie surnaturelle et peut la communiquer à toutes les âmes de bonne volonté.

Les protestants développèrent abondamment la pratique de l’arbre de Noël pour contrer la tradition catholique. C’est en 1837 que la duchesse d’Orléans, Hélène de Mecklembourg-Schwerin, fervente protestante d’origine allemande, a amorcé la mode future, en France, des sapins de Noël. Cette tradition s’est ensuite vraiment généralisée dans tout le pays après la guerre de 1870, grâce aux immigrés d’Alsace et de Moselle, qui ont fait largement connaître la tradition de l’arbre de Noël aux Français. Elle sera popularisée ensuite par « L’école du dimanche » protestante.

Heureusement la tradition catholique n’en a pas pour autant abandonné nos crèches. Elle a apporté aux sapins des éléments pour qu’il puisse participer à la vision féerique de ce temps de Noël sans en détériorer son essence. Le sapin devient un «arbre de lumière» par l’adjonction de bougies pour bien montrer que Jésus-Christ est «la véritable lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde[1]». A l’origine on décorait le sapin de douze bougies pour représenter les douze apôtres qui ont porté la lumière de Jésus-Christ dans le monde entier. Il y eut aussi les « cheveux d’anges » pour rappeler que les anges ont chanté au-dessus de la grotte de Bethléem durant la nuit de Noël. L’étoile mise en son sommet  est l’image de celle qui guida les Mages ; et tant d’autres traditions variant selon les régions et les familles… Quoiqu’il en soit le sapin ne reste cependant qu’un auxiliaire de la crèche, et si le manque de place nous demande un choix entre le sapin ou la crèche, jamais dans une famille catholique nous ne verrons le sapin l’emporter !

Et d’où nous vient la crèche ?

Dans la Basilique Sainte Marie Majeure de Rome, le Pape Sixte III, au Ve siècle avait installé « une grotte de la Nativité » où l’on peut encore vénérer des reliques du Saint Berceau rapportées par les Pèlerins de Terre Sainte. En 1223, saint François d’Assise, au château de Greccio en Italie, obtint la permission du Pape Honorius III de faire célébrer une Messe de minuit dans une étable où hommes et bêtes reconstitueraient en taille réelle le mystère de Noël.

Mais c’est surtout au XVIe siècle, après le Concile de Trente, que la crèche proprement dite, temporaire et dédiée au temps de Noël, va faire son apparition dans les églises. C’est alors que des représentations variées vont naître et la Nativité a depuis fort longtemps été un sujet de prédilection pour les artistes et les sculpteurs. Puis, lors de la Révolution française, les églises étant fermées et les messes de minuit supprimées, les catholiques décidèrent que quoi qu’il arrive, on ne les priverait pas de leurs crèches ! Elles entrèrent alors dans les maisons ! Voici pourquoi naquirent alors nos santons (petits saints) bien connus !

Restons bien fidèles à cette sainte tradition, bel héritage à transmettre fidèlement !

Mais au-delà de toutes ces symboliques, penchons nous sur ce temps de l’Avent.

Bien différent du Carême institué comme temps de pénitence comme les 40 jours que Notre-Seigneur passa dans le désert, l’Avent veut nous aider à purifier nos cœurs pour recevoir l’Enfant-Jésus dans toute sa pureté et sa pauvreté.

Et si toute la famille cherchait cette année comment mieux préparer Noël ?

De même que nous ne laisserons pas entrer chez nous les démons d’Halloween voulant remplacer la fête de tous nos saints, de même prenons garde de ne pas tomber dans l’excès de gâteries qui font oublier la pauvreté et les joies profondes et simples de la crèche.

Donnons autour de nous ! Donnons avec notre cœur : donnons du temps, écoutons les personnes âgées, jouons ou lisons une histoire aux enfants qui nous entourent, apportons un sourire aux malheureux. Et, puisque la société d’aujourd’hui nous a souvent ôté l’occasion de « faire la charité » en pratique, offrons ce que personne ne peut nous empêcher de donner, offrons notre temps, notre sourire, nos services, notre bonne humeur,… en un mot, offrons la joie des enfants de Dieu !

Choisissons de faire de cette journée  une journée de paix et de joie chrétienne et non un étalage des dernières nouveautés ! Acceptons que le nombre de cadeaux soit quelque peu restreint ! Un bon équilibre voudrait que les parents donnent au maximum à chacun un objet nécessaire, un ou plusieurs bons livres et une surprise mais que chacun ne soit pas submergé par les dons des parents, auxquels viendront s’ajouter ceux de la famille et des amis…

Trouvons des idées pour nous donner davantage : pour les plus jeunes, ce sera peut-être leurs sacrifices de l’Avent à envoyer en numéraire à une Association, ou l’un de leurs jeux à offrir (pour les enfants hospitalisés par exemple) ; mais ce sera aussi rendre un service,  faire une visite ennuyeuse, inviter un ami délaissé, écrire une lettre à un cousin éloigné, etc… Laissons notre cœur trouver la bonne idée !

Sanctifions davantage le jour de Noël.

Et pourquoi ne pas sanctifier doublement la fête de Noël en allant à la Messe non seulement la nuit (pour ceux qui le peuvent) mais aussi le jour.  L’Eglise nous offre, pour cet anniversaire, trois messes distinctes : Messe de Minuit, Messe de l’Aurore et Messe du jour. Chacune a ses textes différents et sa richesse propre. Surtout ne nous laissons pas absorber par les festivités au point d’oublier de réciter les Mystères Joyeux de notre Chapelet.

Enfin abolissons l’expression : Bonne fêtes de fin d’année et remplaçons-là par une phrase de bénédiction : Joyeux Noël ! Bonne et Sainte Année !

Profitons de cette bonne discussion familiale pour découvrir et adopter des résolutions qui feront de cet Avent un véritable chemin vers le ciel.

A tous, nous souhaitons donc un bel Avent, qui nous prépare toujours plus à réchauffer la crèche de Jésus-Enfant en augmentant en nous la vraie charité !

MT

[1] Jean I, 9