Soyons des passeurs

Notre-Dame de Paris est en flamme ce 15 Avril… « Pourquoi la France s’est-elle sentie, soudain, touchée au cœur comme par un coup de poignard ? (…) L’émotion qu’a suscitée la catastrophe, à l’heure où le catholicisme est devenu minoritaire (…) relève de ce besoin de l’âme humaine qu’avait identifié Simone Weil (…) : le lien vital qui nous unit à notre passé. Promis à une vie brève, l’homme ne serait qu’un météore, à l’horizon de l’histoire, s’il n’avait la capacité de placer sa destinée individuelle dans la longue mémoire de ses devanciers : ceux qui sont venus avant lui et qui lui ont procuré, en naissant, un capital de connaissances, de souvenirs, d’expériences sans lesquels il ne serait qu’un animal nu, misérable, analphabète et désarmé. Si tous les Français se sont sentis atteints, (…) c’est peut-être surtout parce que cette cathédrale résume notre histoire, (…) qui nous inscrit dans un héritage, une lignée, qui fait de nous des passeurs d’un dépôt que nous sommes conscients de devoir à notre tour transmettre, tant nous sentons à quel point, nous dépassant, il nous oblige ». Cet extrait de l’éditorial de Michel de Jaeghere dans le Figaro Hors-Série d’Avril 2019, rappelle un des rôles essentiels des parents : transmettre ce que nous avons reçu, si possible en améliorant certains aspects de notre héritage.

Savoir où nous allons et d’où nous venons

L’Espérance et l’espoir sont des moteurs de la vie que nous devons apprendre à nos enfants : ils vont vers le Ciel, ils ont l’ambition d’obtenir un métier qui leur plaise, ils vont franchir des étapes dans leurs choix de vie… la motivation des enfants grandit lorsqu’ils savent vers quoi ils vont.

Ces buts étant clairs, ils doivent prendre conscience de qui ils sont, « être quelqu’un de bien », car, selon l’adage antique, « l’Agir suit l’Etre ». 

Pour cela, apprenons-leur d’où ils viennent ! Nos parents, grands-parents et aïeux, notre région et nos terroirs, leurs métiers et savoir-faire ; leur savoir-être, l’esprit spécifique de nos familles et de nos fréquentations, certains évènements nous ont imprégnés et nous ont fait ce que nous sommes et ce que nous communiquons à nos enfants… En être conscient, en parler, en vivre -lorsque ces influences sont bonnes- sera profitable à toute la famille.

Transmission spécifique par le père de famille

Parlons donc à nos enfants de ce qui nous a formé : nos familles, notre pays, notre vie spirituelle, notre travail. La transmission doit commencer dès le jeune âge et se poursuivre sans relâche en s’adaptant à l’âge. L’effet n’est pas visible immédiatement, mais nous donnons ainsi à nos enfants, un socle, des références qui les structurent et les marquent pour toute leur vie même s’ils ne les adoptent pas en totalité.Avons-nous remarqué comme les jeunes enfants sont contents de connaître l’endroit où papa a habité, les jeux auxquels il jouait ?

Concrètement, lors de vacances, visitons des lieux historiques ou religieux adaptés à leur âge en racontant l’Histoire, en montrant comment quelques personnes, de conditions diverses, ont changé le cours de l’Histoire, ou ont laissé une trace – tels les bâtisseurs de monastères. Pourquoi pas eux ?

Racontons l’histoire des grands-parents et des aïeux. Renseignons-nous sur eux auprès des personnes âgées toujours en vie. Il y a toujours quelque chose à retirer de l’histoire familiale quel que soit le niveau social ou d’aisance de nos aïeux. Nous y verrons certainement de beaux exemples de courage, d’humilité, de piété, d’entraide, d’initiative ou de savoir-faire à raconter. Peut-être des exemples d’influence sur la vie religieuse, sociale et politique locale -ce qui était plus fréquent autrefois qu’aujourd’hui ? Des comportements courageux pendant les crises religieuses (1880-1905 ; post Vatican 2), les crises économiques ou les guerres. 

Nous évoquerons les épreuves de la famille – la Croix fait partie de la vie- en montrant comment elles ont, malgré tout, fait grandir ceux qui ont su se confier à la Providence.  

Si, malheureusement, des chutes morales ou des discordes existent – c’est le cas dans toutes les familles de manière plus ou moins proche, nous en parlerons le moins possible. Nous pourrons expliquer la fragilité de la nature humaine sans la grâce, en faisant prier pour ces intentions. Peut-être aurons-nous la chance de pouvoir montrer le progrès des générations suivantes, qui retrouvent l’amour miséricordieux de Dieu malgré cet héritage négatif.

Pour les plus grands, faisons une liste des 10 meilleurs livres de votre bibliothèque, ceux qui nous ont marqués et dont nous avons envie de transmettre le contenu.

 Enraciner dans une communauté

Au citoyen cosmopolite, individualiste, isolé, noyé dans la masse et manipulé, nous préférons l’homme enraciné dans un héritage, des traditions, une communauté de destin et de valeurs.

Les grands parents et les anciens sont de précieux auxiliaires pour enraciner nos enfants. Ils ont des points communs avec les plus jeunes, ce qui facilite la connivence : la capacité d’étonnement, de confiance, le temps qui s’écoule plus lentement. Pour les plus grands, ils sont la permanence et le rempart sécurisant ; l’endroit où l’on a le temps de parler. Un bon grand-parent saura écouter et affirmer calmement sa pensée pour orienter notre enfant, faire naître en lui les questions qu’il doit se poser ou poser.  Le grand-père racontera l’histoire de la famille, portera témoignage de sa Foi, et construira le lien familial entre hier et demain, entre l’expérience et l’espérance.

Sachons solliciter les anciens en qui nous avons confiance : au-delà du service qu’ils nous rendent, ils trouvent dans ces contacts un nouveau sens à leur vie.

J’ai transmis ce que j’ai reçu

Puissions-nous faire nôtre cette sentence au soir de notre vie. Pour cela suivons les conseils de Platon (IV° siècle av. JC) : « Aux enfants, il faut laisser un bel héritage de conscience plutôt que d’or ». Et un éducateur du XX° siècle : « Enfin, que pouvons-nous faire pour que nos enfants soient en mesure d’affronter la situation qui les attend ? Le monde change tellement vite !

Vous ne pouvez faire qu’une chose réellement efficace : former le caractère de vos enfants de telle sorte qu’ils soient capables de trouver eux-mêmes (les solutions) »

Avec la grâce du Sacrement de Mariage, que nous invoquerons régulièrement, et la consécration de nos foyers au Sacré-Cœur, tout est possible !

Hervé Lepère

Chef d’entreprise à taille humaine…

Benoît, un père de famille de 7 enfants de 32 à 19 ans, pourtant éprouvé par la grave maladie de son épouse, me disait récemment : « Je rends grâce à Dieu pour ma famille, quelle joie ! Mes enfants s’entendent bien ; ils sont contents de se retrouver en famille et nous entourer. Tous dans le droit chemin, catholiques pratiquants et engagés ! » .

Pouvoir dire cela après 30 ans de mariage ou plus, n’était–ce pas notre rêve de fiancés et de jeunes mariés ? Ce rêve doit devenir un projet concret : construire une famille épanouie, solide et qui rayonne dans la société ; une famille qui conduit ses membres vers le Ciel, qui transmet et fait grandir ce qu’elle a reçu.

Si des imprévus surviennent, si certains enfants sont plus difficiles, rien n’est perdu à condition que nous sachions revenir à l’essentiel, et nous faire aider par l’Eglise et de bons amis.

Le soutien mutuel, indispensable à la réussite

Le soutien mutuel est la seconde finalité du mariage, c’est dire son importance essentielle dans la réussite du projet familial et de l’éducation des enfants.

L’épouse de Benoît, elle-même ingénieur d’une grande école, a consacré la plus grande partie de son temps à sa famille, sans travail extérieur rémunéré, avec le soutien de son mari, et ils en sont récompensés !

Dans ce choix, le mari a eu un rôle essentiel: il a établi avec son épouse un projet partagé de la complémentarité de leurs rôles, et de leur niveau de vie.

Chef d’entreprise à taille humaine

Lorsqu’on m’interroge au bureau, j’aime présenter mon épouse comme « chef d’entreprise », polyvalente: elle assume effectivement les rôles irremplaçables de directrice des ressources humaines, psychologue, responsable des achats et de la logistique, animateur formateur, directrice de la communication externe et interne, gestionnaire et Secrétaire Générale. Elle est parfois également responsable de l’innovation, éditeur, artisan, décoratrice, aide-soignante, animatrice de réseau associatif, enseignante…   Ces travaux à forte valeur ajoutée sont-ils moins précieux parce qu’ils ne sont pas rémunérés par un salaire ? Une garde d’enfants salariée les fera- t-elle mieux que ma femme ?

Maris, ayons un regard positif sur nos épouses pour les défendre, les valoriser, les consoler lorsqu’elles auront entendu des phrases qui les déstabilisent !

Equilibre et lien social

Le mari veillera à l’équilibre de son épouse et la soutiendra dans la recherche d’activités qui emplissent son cœur au-delà des travaux directement liés au foyer et aux enfants.

Ainsi, l’épouse établira des liens entre leur famille et les communautés voisines : entraide entre familles de l’école ou de la paroisse, mouvements ou cercles de formation et de soutien entre ménages, associations, formation, kermesse…

Lorsque le mari exerce une profession indépendante (artisan, agriculteur, cabinet, commerce…), souvent l’épouse soulage son époux, selon ses talents, avec des responsabilités convenues ensemble et un temps limité respectant la priorité à la vie de famille et à ses travaux au service du foyer.

Attention ! Un travail même non rémunéré, dans des œuvres ou associations, s’il devient prédominant dans l’emploi du temps, sera aussi néfaste à l’équilibre familial qu’un travail salarié à l’extérieur… 

L’argent, source fréquente de discorde.

Commençons par ne pas tout compter en argent: quelle que soit notre fortune réelle, détachons nous du matérialisme qui peut nous faire manquer de délicatesse envers notre épouse… Ne nous plaignons jamais d’être le seul à « gagner » de l’argent, ni d’être fatigué (pourquoi plus qu’elle ?) quand nous rentrons le soir.

Il faut faire comprendre que l’argent gagné est à nous deux et pour le bien de tous. Organisons-nous et faisons confiance pour les dépenses que l’épouse gère alors sans penser « mon mari ne me donne pas assez »… le mari s’interdisant de dire  « fais attention »…ce qui ne peut qu’inciter l’épouse à chercher à « gagner plus » à l’extérieur !

Déléguer, c’est néanmoins se tenir au courant du budget, s’intéresser aux dépenses et aux besoins, éviter les conflits en décidant à deux sur les sujets importants : quelles économies ? Sur quoi et pourquoi ? Quels investissements et quand ? C’est aussi s’intéresser à tous les aspects non financiers de la vie de famille et des enfants !

Si la situation est trop difficile, c’est ensemble que l’on réfléchira à ce que le mari pourrait faire pour améliorer sa situation, et aux éventuels travaux réalisables par l’épouse, de préférence à domicile.

La motivation et la reconnaissance au travail

Le rôle de l’épouse, maîtresse de maison, est donc aussi un véritable travail. Le chef de famille, comme le chef d’entreprise envers ses collaborateurs,  aura à cœur de travailler la motivation et d’exprimer sa reconnaissance ! Ce sont des moteurs et des conditions indispensables à l’équilibre de l’épouse.

L’époux peut s’inspirer des trois engagements réciproques qu’une grande entreprise française demande à ses directeurs et ses collaborateurs :

  • Être attentif : s’intéresser, coopérer, reconnaître les efforts;
  • Evoluer ensemble, c’est-à-dire progresser ensemble, partager les idées;
  • Permettre à chacun de donner le meilleur de lui-même, selon ses talents et sa personnalité.

S’il est besoin de demander ces engagements, c’est que l’individualisme et le matérialisme contemporains, détruisent le lien social et la capacité à réussir au travail comme en famille!

Admirer, encourager son épouse, ses enfants

 « Souvent, le regard d’admiration de l’homme pour son épouse et pour ses filles manque ; la reconnaissance paternelle manque, ou au moins n’est pas suffisamment exprimée dans le cadre familial, en public et en privé. L’épouse puis ses filles seront tentées d’aller chercher dans le monde professionnel cette reconnaissance qui leur a manqué. La place de la mère de famille au foyer est alors dévalorisée aux yeux des filles d’autant plus qu’elles ont parfois mis la main à la pâte sans jamais en recevoir de reconnaissance de la part du père de famille pour qui cela était seulement « normal », d’où une envie de trouver un autre « modèle de vie ». Là où la mère de famille devrait être considérée comme une princesse (à la mesure de son don et pour alimenter ce dernier), elle n’est quelquefois traitée que comme une bonne, même si l’intention n’est pas là, c’est évident, la plupart du temps. On oublie que la mère au foyer est également maîtresse de maison ! Ce rôle ne lui est pas reconnu lorsque le mari est trop intrusif dans la gestion quotidienne des choses, sous prétexte de faire valoir son autorité » (conseils d’un prêtre), ou par inquiétude et manque de confiance sur les capacités de son épouse. 

L’exemple du père, et ses discussions avec ses fils seront déterminants pour que les fils eux-mêmes sachent valoriser et encourager leur épouse dans leur rôle de maîtresse de maison, âme du foyer. Le père les motivera et les aidera à être courageux dans leurs études et leur travail, quelles que soient leurs facilités, afin de pouvoir subvenir au mieux aux besoins de leur future famille ! 

Hervé Lepère

Maris, aimez vos femmes…

…comme le Christ a aimé l’Eglise… Si Saint Paul utilise cette comparaison dans l’épître de la messe de mariage, c’est pour qu’elle soit une source d’inspiration pour chacun.

Retournons cette comparaison : si nous sommes de bons maris – ou essayons de l’être- aimons l’Eglise à l’imitation de l’amour que nous avons envers notre épouse ! Prenons quelques exemples :

Connaître et regarder pour aimer

Qui peut aimer sans connaître ? Avant de s’aimer et se marier, il faut déjà se connaître et s’apprécier ! L’étude du catéchisme et de la doctrine de l’Eglise est un point de départ. Méditons ensuite le mystère de Dieu fait homme et nous laissant son Eglise pour nous guider. Rappelons-nous que l’Eglise est le Corps Mystique du Christ dont chacun de nous est un membre. Ce corps unit les membres « militants » dont nous sommes, avec les membres douloureux et l’Eglise triomphante de ceux qui sont déjà arrivés au ciel ! Comment ne pas aimer cette magnifique entraide de la communion des saints ? A chaque fois que nous faisons une bonne action, un sacrifice, une prière, nous embellissons le Corps Mystique !

Prier pour elle, prier avec elle

Ces recommandations sont une des clés du bonheur familial. C’est aussi une clé de l’amour de l’Eglise. Même les plus saints prêtres ont besoin de nos prières.

Ecoutons Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (Histoire d’une âme) : « Pendant un mois, j‘ai vécu avec de saints prêtres et j’ai vu que, si leur sublime dignité les élève au-dessus des anges, ils n’en sont pas moins des hommes faibles et fragiles. Si de saints prêtres que Jésus appelle dans son Evangile ‘le sel de la terre’ montrent dans leur conduite qu’ils ont un extrême besoin de prières, que faut-il dire de ceux qui sont tièdes ?! » Et c’est ainsi que le motif de son entrée au Carmel s’affirme : « je suis venue pour sauver les âmes et surtout afin de prier pour les prêtres».

Lorsque l’Eglise ou certains de ses chefs sont en mauvaise situation, le devoir de la prière est d’autant plus impératif comme nous l’enseignent les Actes des Apôtres: « pendant que Pierre était ainsi gardé dans la prison, l’Eglise ne cessait de prier Dieu pour lui », ce qui a amené sa délivrance miraculeuse.

Prier avec l’Eglise, c’est prier dans et par la Liturgie. Aimons les belles cérémonies, processions, adorations, les prières liturgiques et donnons-en le goût à nos enfants ! A la messe, s’unir aux prières du prêtre, a davantage de valeur – la valeur de la prière de l’Eglise- que  de rester dans nos prières personnelles.

Attentions et services

L’amour familial s’entretient par des attentions de chaque jour : paroles, écoute, services rendus, petites attentions multiples … Notre amour pour l’Eglise doit se manifester de la même façon. N’attendons pas que le clergé nous demande notre aide, mais proposons-la avec humilité et simplicité selon nos compétences et nos possibilités.

Bienveillance

Que penserions-nous d’un mari qui raconterait à qui veut l’entendre toutes les maladresses ou erreurs de son épouse ? (et réciproquement !). L’ambiance familiale en serait vite abîmée, et les enfants choqués. Ils garderaient une image négative de l’un ou des deux parents… Alors, stop aux commentaires négatifs sur la qualité de tel sermon, tel défaut du prêtre ou de la religieuse !

Comme le dit si bien Mgr Chevrot (Les petites vertus du foyer) : la bienveillance « est un signe de force morale et une condition de bonheur… La bienveillance nous fait accorder aux autres le préjugé favorable. N’avez-vous pas observé cette tendance instinctive qui pousse tant de gens à croire au mal plus facilement qu’au bien ?…. l’homme bienveillant, au contraire, commence par refuser de croire à la faute tant qu’il n’en aura pas de preuves certaines ; puis s’il a la certitude que ce tiers a réellement commis un acte répréhensible, il s’impose de ne point en parler, à moins que ce ne soit pour lui trouver une excuse ou des circonstances atténuantes ; ne condamnez pas disait Notre-Seigneur, et vous ne serez pas condamnés. Sans doute, lorsque vous interprétez favorablement la conduite d’autrui, l’indulgence risque de vous tromper ; mais si vous le jugez avec sévérité, votre jugement est presque sûrement entaché d’erreur ». 

Soigner la malade en se protégeant

Pour aimer et soigner un malade, il faut déjà se fortifier soi-même contre la contagion ; puis agir avec douceur, chacun selon son état et son autorité: mari, enfant ou médecin !

Face à la crise de l’Eglise et aux faiblesses de certains de ses membres, il est essentiel de séparer les actes –qui peuvent être condamnés- des personnes que nous ne devons pas juger, mais respecter selon leur état. Notre devoir est d’aimer l’Eglise même si elle est défigurée ou handicapée ; prier, la servir, dénoncer les erreurs qui font souffrir l’Eglise, mais uniquement lorsque cela est nécessaire.

« Il faut distinguer avec soin entre l’esprit critique et l’esprit de critique. Le premier est louable : grâce à lui, nous distinguons le vrai du faux, le juste de l’injuste, le bien du mal ; il nous met à l’abri des impulsions téméraires, des engouements naïfs et des condamnations prématurées. Tout autre est l’esprit de critique, la manie de ne voir, de ne chercher que le mal…. De même que le médisant s’intoxique de toute l’amertume qu’il distille, de même le bienveillant s’enrichit de toutes les beautés qu’il admire. En admirant, inconsciemment, on s’élève vers Dieu, principe de toute grandeur et de toute beauté. N’est-ce pas parce que l’admiration est une forme de la prière qu’elle nous procure la paix et la force ? » Cherchons donc de bons prêtres, de bons religieux, de bonnes œuvres pour grandir avec  eux et par eux.

Espérance et confiance inébranlables

Nous sommes membres du Corps Mystique du Christ qui est l’Eglise : du progrès de notre sainteté personnelle et en ménage dépend la sainteté de notre famille et le progrès du Corps Mystique !

Comme les apôtres dans la barque, prions, et Notre-Seigneur maîtrisera toutes les tempêtes : celles de notre âme, celles de la société, celles de l’Eglise car les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle… comme l’a promis Notre-Dame à Fatima : « A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera » et les grâces puisées au trésor de l’Eglise surabonderont.

Hervé Lepère

Le mot qui change la vie !

Un dîner entre parents, on y partage ses expériences et ses soucis d’éducation…

  • Pendant que je faisais des courses, sans que je le leur demande, mes fils Guillaume et Louis ont fait la vaisselle et rangé le garage pour me faire plaisir
  • Ombeline me fait de jolis dessins avec des grands cœurs et des gros mercis !
  • Séverine cueille des fleurs dans le jardin dès qu’elle peut pour embellir la maison.
  • Mon aîné, étudiant à Paris, me téléphone régulièrement pour donner des nouvelles et me remercier de mes lettres régulières.
  • Mon mari m’apporte souvent des fleurs, il sait que cela me touche.
  • Mon épouse a toujours un mot gentil lorsque je l’aide aux taches de la maison.
  • Comment faites-vous ? Mon Laurent est en plein âge ingrat…au sens propre du mot : la terre ingrate, c’est celle qui ne dédommage guère de la peine qu’on se donne, des efforts qu’elle coûte…. Jamais un sourire, une attention et des remerciements bien rares…
  • Je te plains, l’ingratitude est difficile à vivre, c’est difficile de ne pas réagir brutalement, ce qui n’arrange rien.
  • Parles-en avec lui, un jour au calme, montre lui ton affection et ton envie de l’aider à progresser !

« La reconnaissance a la mémoire courte »

disait Benjamin Constant (1767-1830), l’ingratitude est ainsi fréquente, par négligence ou par indifférence. Lorsqu’elle vous touche, sachez offrir la contrariété, car « S’il fallait condamner tous les ingrats qui sont au monde, à qui pourrait-on pardonner ? » ( J. de La Fontaine – L’homme et la couleuvre-1668). Mais cultivez vous-même la gratitude et apprenez-la à vos enfants.

La gratitude, c’est voir et se souvenir des bienfaits reçus. Elle nous amène à être reconnaissants envers Dieu, qui nous a tout donné, et envers le prochain.

Mais, si nous n’y prenons pas garde, notre mémoire, égoïste, sera comme un tonneau des Danaïdes qui se vide aussi vite qu’il se remplit… Tous les bienfaits que nous recevons, sont vite oubliés, les bons évènements ignorés… et nous sommes alors tentés par le pessimisme, la démoralisation, l’impression de solitude…. Cette tendance peut venir de notre tempérament ou de blessures de notre jeunesse. La remarquer et l’accepter, c’est boucher quelques trous du tonneau et remonter notre moral pour progresser !

« MERCI !»

Un Professeur de Psychologie, R. Evans, de l’Université de Californie, l’a démontré : ces 5 lettres peuvent changer notre vie ! Lors d’une expérience de 10 semaines, un groupe de personnes devait noter chaque soir, la liste des évènements dont elles pouvaient être reconnaissantes ; alors qu’un autre groupe témoin ne le faisait pas. Le groupe qui notait a été repéré comme nettement plus positif, enthousiaste au quotidien et optimiste sur l’avenir !

Cette pratique de s’entraîner voire s’obliger à voir et noter les évènements positifs est recommandée dans les périodes difficiles, et même pour se guérir du burn-out (Le Burn-Out, une maladie du don – Pascal Ide, 2015). Même si vous êtes en forme, essayez au travail et à la maison : notez !

Faites l’exercice en ménage régulièrement : une fois par mois, ou par trimestre, prenez un moment au calme, à deux sans témoin: au cours d’un repas, d’une promenade ou d’un moment réservé. Remerciez la Providence ou les personnes qui vous ont fait du bien. Sachez aussi  remarquer les attentions de votre conjoint et lui montrer que vous y êtes sensible.

Au travail, comme les rugosités et les aspects pénibles passent mieux lorsqu’on voit le positif, qu’on en est fier et qu’on remercie ceux qui nous aident !

Sachez voir le Bon dans vos enfants pour les encourager, et ne remarquez pas seulement les défauts à corriger. Lorsque vous recevez le carnet de notes (sauf exception méritée), ou lors de services rendus à la maison, valorisez les progrès et remerciez, vous obtiendrez souvent plus qu’en faisant la litanie des défauts !

Tempéraments et gratitude

Monsieur le sanguin, vous savez vous enflammer pour remercier avec force superlatifs pour un détail… mais un autre jour,  vous allez ignorer un gros effort de votre conjoint ou sa persévérance quotidienne !

M. le mélancolique, pratiquez plus souvent l’exercice de noter les événements positifs et ne prenez pas les choses de manières trop personnelle !

M. le flegmatique, n’oubliez pas qu’en étant agréable à votre entourage par davantage de visibilité dans vos attentions, et en manifestant votre joie, vous ferez plaisir tout en gardant la paix !

M. le bilieux, enfin, lorsque vous avez décidé ou compris quelque chose, vous passez à la suite pour ne pas vous encombrer de détails… utilisez votre caractère pour être persévérant dans l’attention aux émotions des autres, et au temps nécessaire pour remercier et savourer ! Sinon, ne vous étonnez pas d’avoir des résistances…

Les manières de remercier sont multiples et à adapter aux personnes concernées : paroles aimables, petits cadeaux, service en retour, mais aussi des moments de qualité passés ensemble, des gestes de tendresse ou d’affection… Sachez vous adapter au destinataire de votre gratitude !

La gratitude fait partie de la charité

Etre reconnaissant envers quelqu’un nécessite l’humilité d’accepter qu’il nous a apporté quelque bien que nous n’aurions pas eu seul, et témoigne de la justice et de la charité.

Ainsi, selon Cicéron : «  la reconnaissance n’est pas seulement la plus grande des vertus, mais la mère de toutes les autres.»

Et Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus témoigne : « Ce qui attire le plus de grâces du Bon Dieu, c’est la reconnaissance, car si nous le remercions d’un bienfait, Il est touché et s’empresse de nous en faire dix autres….J’en ai fait l’expérience, essayez et vous verrez ! » (Conseils et souvenirs- Sr Geneviève

Soyez donc plus attentifs à remercier, même pour les petites choses, et à le faire du fond du cœur !

Hervé Lepère

Donner ?… Encore ?…

– Paul, nous avons besoin d’aide samedi pour repeindre une classe à l’école !… Ce serait bien que tu viennes aussi à la manif contre la PMA et la GPA dans un mois !

– Ah, tu sais, j’ai un boulot prenant… Le week-end, je n’ai pas le temps, j’ai plein de choses à faire à la maison… Les manifs; ça ne sert à rien, d’autres iront pour moi !…

Une heure après, Paul a du temps….

  • Allo Régis, ici Paul…tu viens voir le match Toulouse-Clermont ? As-tu vu les débats sur Twitter ?

N’avez-vous jamais remarqué autour de vous ces personnes qui donnent rarement de leur temps ? Et celles qui en font trop au détriment de leur vie de famille ?

L’équilibre est délicat mais repose sur quelques principes simples.

La nécessité de donner

Donner avec générosité, est un acte de charité, la plus haute des vertus.

Donner, c’est faire bon usage des talents, des biens et du temps que Dieu nous a donnés. Les biens matériels ne sont qu’un usufruit que la Providence a confié aux riches  pour en faire ses ministres et dispensateurs.

Donner, c’est se faire des amis dans le ciel avec les biens de la terre !

La générosité est indispensable pour lutter contre l’égoïsme, l’attachement aux biens de ce monde, à son confort personnel, aux vanités et futilités et développer l’oubli de soi pour remplir son cœur de l’amour de Dieu et du prochain.

Le père de famille apprend à se donner par amour pour son épouse, dans les affections nobles comme dans les petites choses de la maison, pour sa famille, pour le prochain, pour la société afin de contribuer à laisser un monde meilleur à ses enfants.

Le père a un devoir d’exemplarité essentiel pour apprendre la générosité à ses enfants en les y associant dès le plus jeune âge : services rendus à la maison, aux grands-parents, aux amis mais aussi à la communauté paroissiale, à l’école et à la société. Le père emmènera ses enfants dès 6 ans, et continuera régulièrement à l’âge de l’adolescence et au-delà. Les familles généreuses et unies transmettent avec cohérence les valeurs morales qu’elles prêchent. Aussi ne faut-il pas s’étonner que les vocations, le sommet du don à Dieu, y éclosent plus facilement qu’ailleurs. Le don doit être gratuit, non rémunéré sinon il tournera vite à l’égoïsme intéressé : « je lave la voiture, ou je tonds la pelouse si tu me donnes 5 € ! »

Donner : l’argent, le temps, du cœur.

Plus on a d’argent, plus on aimerait le faire fructifier, plus on s’en inquiète…

Moins on a d’argent, plus on en parle, plus on s’y attache aussi…

Luttez contre ces risques en donnant de vos biens matériels superflus !

votre don :100 €
Déduction fiscale :66 €
coût réel du don : 34 €

Le fait de payer des impôts sur le revenu est un signe que vous pouvez aussi donner financièrement ! Pour de nombreuses causes (culte, école, association), vous ne ferez en fait qu’un effort de 1/3 de la somme donnée, le reste étant une affectation de vos impôts à la cause que vous soutenez.

Que vous soyez financièrement à l’aise ou pas, donnez un peu de temps et d’attention aux autres ! Le bon fonctionnement des sociétés familiales, religieuses et civiles dépend de ces échanges gratuits !

Qui dira le bienfait d’une oreille attentive, d’un moment donné, d’une parole aimable et d’un service rendu ?

 Veiller à la pureté du don !

Combien de dons de soi sont habités par un désir secret de reconnaissance ! Cette attente de retour est souvent inconsciente et involontaire. Sans rêver à accéder immédiatement à un don parfait, sachez interpréter les signes que tel don que vous avez fait était impur :

  • L’amertume, le murmure, la colère envers la personne ou l’instance accusée de manquer de reconnaissance…
  • Les calculs d’apothicaire, l’attente douloureuse de retour…Vous vous surprenez à compter ou comparer le temps, l’argent ou l’énergie…

« Le Burn-Out, une maladie du don »

Cet ouvrage de Pascal Ide rappelle qu’un excès de don de soi sans respecter des règles de prudence et d’équilibre peut conduire à des conséquences graves. Médecins et personnels soignants, « aidants », éducateurs, prêtres en sont les premières victimes. Leur action est tellement utile aux autres, qu’ils peuvent en oublier le besoin de recevoir avant de donner; de respecter le rythme de la nature humaine que Dieu nous a donnée (sommeil, repos hebdomadaire, vraies vacances,…). Leur solitude peut leur peser ; ils oublient de prendre conseil (directeur spirituel, vrais amis).

Ce n’est pas nécessairement l’excès de don, mais la manière de donner qui est en cause ! Si vous vous reconnaissez dans cette tentation, vous devez abaisser votre niveau de perfectionnisme, consentir aux limitations du réel, faire preuve de discernement. Gardez votre idéal, mais donnez-vous avec une confiance accrue que la Providence de Dieu pourvoira au-delà de vos limites voulues par Lui.

Apprendre à donner…et à recevoir !

St Bernard rappelle les conditions du don méritoire : « Un canal reçoit l’eau et la répand tout de suite. Une vasque attend d’être remplie et communique ainsi sa surabondance sans se faire de tort. La charité veut cette abondance pour soi-même, afin de pouvoir partager avec tous ; elle en garde pour soi une mesure suffisante ».

Notre vasque se remplit par la prière et les sacrements, l’étude, les vraies amitiés, l’équilibre de notre vie.

Pour bien donner, il faut se connaître : involontairement contaminés par l’individualisme contemporain, beaucoup ont besoin de s’entraîner à davantage de générosité (l’eau d’une vasque qui ne se donne jamais va croupir), mais certains ont besoin de se freiner et de consentir à leurs limites !

Ceux qui sont dans le besoin, doivent apprendre à demander avec simplicité…sans oublier de remercier ou de rendre service ultérieurement.

Ceux qui donnent doivent accepter les remerciements éventuels avec simplicité, sans les rechercher : « ne rien demander, ne rien refuser » (St François de Sales). Ces marques de reconnaissance nous encouragent à continuer !

Soyons donc généreux, sans compter, mais dans la Volonté de Dieu en gardant ce conseil à l’esprit :

« Si tu as beaucoup, donne beaucoup ; si tu as peu, donne peu ; mais donne de bon cœur ! » (Tobie.C.IV)

Hervé Lepère