Force et patience dans les petites choses

 Bien chère Bertille,

 Ça y est la rentrée approche à grands pas, et j’ai senti dans ta dernière lettre une certaine lassitude, et un peu de découragement à l’idée de reprendre les études.

 Je voudrais donc t’encourager à la patience, à la persévérance, à la pratique de la vertu de Force. La jeune fille chrétienne en a bien besoin. Le monde extérieur attire avec ses plaisirs, ses réjouissances, ses facilités. Il sait susciter nos sens, pour nous détourner de cette intériorité qui nous rapproche de Dieu. Mais tu le sais tout ce qui s’acquière facilement ne procure pas une joie durable. La vie chrétienne est un combat. Certains auteurs parlent du combat spirituel. Il y a une part de lutte et une part de défense. Soit tu attaques les puissances extérieures, soit tu essaies de ne pas te laisser vaincre par elles. Les deux font partie de la vie chrétienne. Mais il peut être bon, parfois, de commencer par se fortifier avant de se lancer dans la bataille.

 

  Une âme munie de la vertu de Force supporte ou « enjoint à la sensibilité d’endurer les peines de la vie ». Elle doit se caractériser par la fermeté sereine et par son calme imperturbable. Tu as des convictions que tes parents t’ont transmises. La vertu de Force va t’aider à les mettre en pratique. Par exemple, tenir en toutes circonstances la modestie dans le vêtement, malgré les réflexions que l’on peut te faire à la Fac. Ne pas avoir peur de montrer ou de dire que tu es chrétienne parce que tu ne manges pas de viande le vendredi. Refuser une soirée avec des personnes de ta promo, car tu sais qu’elle va se terminer en débauche. Je pense que tu as de multiples exemples en tête à mettre en pratique pour affirmer tes convictions de jeune fille chrétienne. Au fur et à mesure que tu poseras les actes, la vertu de Force va grandir en toi et viendra le moment où partir à la bataille ne te fera plus peur. Ton âme se sera fortifiée dans la répétition persévérante des petites choses.

 Comme on ne corrige pas un enfant en cinq minutes, de même il faut être patient avec soi-même. « La patience est la gardienne de toutes les vertus » dit saint Grégoire. Saint Jacques ajoute même « qu’elle achève la perfection ». La vertu de patience qui est une vertu annexe à celle de la Force, accompagne souvent les plus grandes vertus et se fait souvent le signe tangible de leur vitalité. « Savoir attendre sans fièvre le bien auquel on aspire n’exige pas un moindre effort que d’endurer le mal dont on est frappé1 ». La patience n’est pas que dans l’épreuve ou la souffrance. Elle peut être aussi dans l’attente d’un bien.

La vie de la femme est faite de beaucoup d’attente : attente de sa vocation. Dans le mariage, attente durant 9 mois de l’enfant, attente de son mari le soir, attente auprès de l’enfant malade, attente de l’enfant qui rentre de pension… La femme doit donc savoir faire preuve de patience, une patience purificatrice, sainte, afin que ces attentes soient riches et fructueuses en grâces pour elles et ceux qui l’entourent.

 

Ma chère Bertille, je t’invite à t’exercer à cette belle vertu de la patience, si nécessaire pour toute ta vie. Va puiser au pied de l’autel, au Sacrifice de la Croix à la Messe, les forces pour pratiquer cette belle vertu. Seul Notre-Seigneur, qui a été doux comme un agneau, pourra te combler de grâces. Répétons chaque jour cet exercice de patience dans les petites actions, afin que le moment venu, elle te soit facile à pratiquer. Sois assurée de mes plus vifs encouragements.

 A très bientôt,    

Anne

1 P. Sineux, Initiation à la théologie de Saint Thomas d’Aquin

 

 

 

Les trois cloches

 (Jean Villard -1946)

 Les Compagnons de la Chanson

(interprétation de 2001)

1.Village au fond de la vallée

Comme égaré presqu’ignoré

Voici qu’en la nuit étoilée

Un nouveau-né nous est donné

Jean-François Nicot, il se nomme

Il est joufflu, tendre et rosé.

A l’église, beau petit homme

Demain, tu seras baptisé.

 

Une cloche sonne, sonne

Sa voix d’écho en écho

Dit au monde qui s’étonne

C’est pour Jean-François Nicot

C’est pour accueillir une âme

Une fleur qui s’ouvre au jour

A peine, à peine, une flamme

Encore faible qui réclame

Protection, tendresse, amour.

 

2.Village au fond de la vallée,

Loin des chemins, loin des humains

Voici qu’après dix-neuf années

Cœur en émoi le Jean-François

Prend pour femme la douce Elise

Blanche comme fleur de pommier

Devant Dieu, dans la vieille église

Ce jour, ils se sont mariés.

 

Toutes les cloches sonnent, sonnent

Leur voix d’écho en écho

Merveilleusement couronne

La noce à François Nicot

Un seul cœur, une seule âme

Dit le prêtre, et pour toujours,

Soyez une pure flamme

Qui s’élève et qui proclame

La grandeur de votre amour.

3.Village au fond de la vallée,

Des jours, des nuits, le temps a fui

Voici qu’en la nuit étoilée

Un cœur s’endort, François est mort.

Car toute chair est comme l’herbe

Elle est comme la fleur des champs

Epis, fruits mûrs, bouquets et gerbes,

Hélas ! Tout va se desséchant.

 

Une cloche sonne, sonne

Elle chante dans le vent

Obsédante et monotone

Elle redit aux vivants :

Ne tremblez pas cœurs fidèles

Dieu vous fera signe un jour

Vous trouverez sous son aile

Avec la vie éternelle

L’éternité de l’Amour.

https://open.spotify.com/album/4HObONVnC5gbXEPQ9tRK2v

 

 

L’air des clochettes

Notre citation pour septembre et octobre : « La cigale ayant chanté tout l’été, se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue… »  Jean de la Fontaine, La Cigale et la Fourmi.

 « L’air des clochettes (aria) »

Acte II – Lakmé (1883) – Léo Delibes (1836-1891)

« L’air des clochettes », morceau de bravoure des soprano coloratur  (soprano dont la voix est la plus aigüe, la plus pure et la plus agile) est l’air le plus célèbre de l’opéra  « Lakmé ». L’héroïne, Lakmé, fille de prêtre brahmane fanatique, chante dans un bazar indien. « La légende de la fille du paria » raconte le  sauvetage d’un étranger par une enfant paria qui fait sonner des clochettes pour détourner les bêtes sauvages du promeneur.

Où va la jeune Indoue,
Fille des Parias,
Quand la lune se joue
Dans les grands mimosas ?
Quand la lune se joue
Dans les grands mimosas ?

Elle court sur la mousse
Et ne se souvient pas
Que partout on repousse
L’enfant des parias.
Elle court sur la mousse,
L’enfant des parias ;
Le long des lauriers roses,
Rêvant de douces choses,
Ah !

Elle passe sans bruit
Et riant à la nuit, à la nuit !


Là-bas dans la forêt plus sombre,
Quel est ce voyageur perdu ?
Autour de lui des yeux brillent dans l’ombre,
Il marche encore au hasard éperdu !
Les fauves rugissent de joie,
Ils vont se jeter sur leur proie
La jeune fille accourt et brave leurs fureurs,
Elle a dans sa main la baguette
Où tinte la clochette, Où tinte la clochette
Des charmeurs.
Ah ! Ah ! Ah !

L’étranger la regarde,
Elle reste éblouie,
Il est plus beau que les Rajahs !
Il rougira s’il sait qu’il doit la vie
A la fille des parias.
Mais lui, l’endormant dans un rêve,
Jusque dans le ciel, il l’enlève,
En lui disant : ta place est là !
C’était Vishnou, fils de Brahma !


Depuis ce jour, au fond des bois,
Le voyageur entend parfois
Le bruit léger de la baguette
Où tinte la clochette,
Où tinte la clochette
Des charmeurs.
Ah ! Ah ! Ah !

Interprétation : Nathalie Dessay

 

 

 

Consécration du Centre d’Etudes critiques et de synthèse

Prières pour le Centre d’études critiques et de synthèse

 

Ces prières ont été écrites par Jean Ousset et Jean Masson, à l’occasion de la consécration de leur œuvre au Sacré-Cœur de Jésus et à la Sainte Vierge Marie, le 29 juillet 1946, à saint Michel, sainte Jeanne d’Arc, sainte Thérèse et saint Louis, le 27 mars 1947.

 

Consécration au Sacré-Cœur de Jésus du Centre d’études critiques et de synthèse

 

Cœur Sacré de Jésus, notre Sauveur, seul Maître du monde. Roi des nations. Seigneur des individus, en notre nom et en celui de tous les membres présents et à venir du Centre d’études critiques et de synthèse, déclarons nous consacrer entièrement à votre gloire et à votre service.

Fils respectueux de l’Église catholique, nous savons que c’est à Elle que vous avez confié le soin de nous diriger ici-bas.

Le monde est fou, Seigneur, et se perd chaque jour davantage parce qu’il s’est détourné de vous.

Corruption des mœurs, anarchie sociale, l’esprit des ténèbres a tout envahi et d’abord les intelligences, enlevant ainsi à ses victimes jusqu’à la connaissance de leur mal.

Rappeler les principes, dissiper les nuées, combattre des systèmes qui, parce qu’ils ruinent l’ordre humain, ruinent par là même la Foi, telle est la tâche que nous avons entreprise, espérant contribuer ainsi à ramener la France à votre royauté.

Bénissez, ô Jésus, notre travail, éclairez-nous, dirigez-nous, gardez-nous de l’orgueil, débarrassez-nous de toute opinion personnelle, apprenez-nous à défendre la Vérité avec acharnement, sans maladresse, sans manquer à la charité, sans blesser les personnes inutilement.

D’ores et déjà nous vous confions nos soucis et nos peines, vous abandonnant le soin de pourvoir à nos besoins matériels. Accordez-nous les grâces nécessaires, patience dans les épreuves, courage dans les périls, prudence et persévérance dans les difficultés.

Que nous sachions tout rapporter à vous, nos joies et nos souffrances, supportant celles-ci en expiation pour nos péchés et les péchés du monde.

Que la prière soit notre refuge et notre force.

Nous Vous le demandons par Marie, votre Sainte Mère, médiatrice de toutes les grâces.

 

Sacré-Cœur de Montmartre, le 29 juillet 1946.

 

Consécration à la Sainte Vierge Marie du Centre d’études critiques et de synthèse

 

Ô Marie, mère du Christ et notre mère, nous venons de nous confier à Votre Divin Fils et de lui consacrer notre travail.

Nous sommes à Vos pieds pour solliciter Votre intercession.

C’est à Vous déjà que nous devons d’avoir pu accomplir nos premiers pas.

Vous êtes toute-puissante sur le Cœur Sacré de Jésus, nous nous abandonnons entièrement à Vous.

Daignez nous aider à être fidèlement soumis à votre Fils en la personne de Notre Très Saint Père le Pape et de tous les membres de la sainte Église hiérarchique.

Ô vous, qui êtes appelée Vase rempli de l’Esprit Saint, obtenez-nous d’être enflammés de l’amour de Dieu, cette éternelle source des vérités que nous voulons défendre.

Trône de la Sagesse, enseignez-nous la seule doctrine qui soit ; éclairez nos intelligences ; fortifiez nos volontés. Daignez nous donner précisément cette « pénétration pour comprendre, cette mémoire pour retenir, cette méthode et cette facilité pour apprendre, cette grâce abondante pour s’exprimer », que déjà demandait saint Thomas d’Aquin.

Vierge prudente, apprenez-nous la véritable science de l’action. Vous qui, beaucoup mieux que nous-mêmes, savez ce qu’il nous faut et ce que nous devons faire, guidez-nous, inspirez tous nos actes, apprenez-nous à deviner autant qu’à satisfaire Vos moindres désirs.

Vierge Puissante, prêtez-nous Votre Force ; donnez-nous le courage des strictes et nécessaires affirmations.

Reine des Apôtres, apprenez-nous à connaître, convaincre, toucher les cœurs, gagner nos frères à l’amour et au service du Vrai.

Ô vous, enfin, qui, de la façon la plus officielle, êtes Reine de France, aidez-nous à ramener notre patrie à l’obéissance de Votre Divin Fils.

Que saint Joseph, votre chaste époux, patron de l’Église universelle, soit notre guide et notre bouclier contre les forces et les agents de la révolution antichrétienne, lui que choisit Sa Sainteté Pie XI pour défendre le monde contre les mensonges et les sectes qui menacent l’ordre social.

 

Chapelle de la Médaille Miraculeuse, le 29 juillet 1946.

 

Saint Michel Archange,

Sainte Jeanne d’Arc,

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus,

Saint Louis,

ayant déjà consacré le Centre d’études critiques et de synthèse au Sacré-Cœur et à la Sainte Vierge, nous croyons quand même devoir solliciter votre secours.

Vous êtes les Patrons de la France. Le moindre effort qui tende à la sauver ne peut vous être indifférent. Veuillez donc abaisser vos regards jusqu’au nôtre.

Réduits à nous-mêmes nous connaissons notre impuissance.

Mais nous avons Foi dans la Force de Dieu.

C’est cette force que nous vous prions de nous obtenir.

Daignez vous-mêmes nous aider, nous guider, nous instruire, nous défendre.

Ô vous saint Michel qui, le premier, au nom du Ciel êtes allé « raconter » à Jeanne quelle « pitié était au Royaume de France », Vous qu’elle reconnut, répondit-elle à ses juges, « au bon conseil, au réconfort, et à la bonne doctrine », Vous le vainqueur de Satan et de ses esprits mauvais, considérez, nous Vous en prions, quelles ruines ces mêmes esprits accumulent par le monde, quels ravages ils exercent dans les intelligences. Vous qui êtes « fort dans le combat », Vous « l’exterminateur irréductible du désordre », aidez- nous à lutter contre les mensonges de l’anarchie. Que nos pauvres actions ne puissent aussi bien tromper personne, mais que chacun reconnaisse dans nos succès la vertu de Votre lumière et de Votre épée.

Ô vous sainte Jeanne d’Arc, daignez considérer qu’il est encore un envahisseur à bouter hors de France, et c’est l’esprit naturaliste. Vous qui fûtes guerrière et politique en même temps qu’auréolée du Ciel, enseignez-nous à résoudre les problèmes de la Cité à la lumière de la Grâce, ne séparant jamais le naturel du surnaturel. Aidez-nous à refaire de notre patrie le Royaume du Roi JESUS.

O vous petite et combien grande sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, « nouvelle et puissante patronne de la France », Vous qui, sans avoir quitté le cloître, avez cependant mérité d’être patronne des missions, faites-nous comprendre combien nos actes sont stériles quand ils ne sont pas transfigurés par la prière. Apprenez-nous, ô Vous dont la vie fut vouée à la contemplation, apprenez-nous la vanité de l’agitation moderne. Pour l’efficacité même de notre œuvre, gardez-nous des mirages d’une action que ne féconderait pas la Grâce de Dieu.

O vous enfin, saint Louis, roi chevalier, roi justicier, roi croisé, roi de France, modèle des hommes autant que modèle des rois ; Vous qui vous « efforciez d’ôter de votre royaume tous les vilains péchés », enseignez-nous la véritable doctrine de gouvernement. Ayez pitié de nous qui sommes les fils de vos sujets et membres de votre royaume. Priez pour nous. Protégez-nous.

 

Paris, le 27 mars 1947.

A l’école de la Contre-Révolution avec la Cité Catholique

           Si le premier pas à faire pour devenir contre-révolutionnaire est de retrouver le sens du réel et la philosophie qui soutient ce bon sens, telle qu’elle nous a été enseignée par Aristote et saint Thomas d’Aquin, la question de l’engagement politique est souvent rapidement posée par la jeunesse catholique en quête d’action et d’idéal. Comment interrompre le cycle historique de la Révolution ? Que faire en politique et comment reprendre le pouvoir ? Quelle politique mener une fois au pouvoir ? C’est à ces questions que s’est attaché à répondre au siècle dernier un petit groupe de catholiques animés par le désir de faire l’unité de tous les français qui ont l’amour de la patrie chevillé au corps et qui veulent restaurer la France éternelle. L’un d’entre eux, Jean Ousset (1914-1994), avait fait le constat dès les années 30 que les moyens employés par les militants du milieu national (royalistes, catholiques, antirépublicains, etc.) n’étaient pas les bons. À cette époque, ces militants se regroupaient au sein de ligues (Action française, Croix de Feu, Jeunesses Patriotes, …) et  certains se précipitaient parfois sans trop réfléchir dans la rue pour manifester ou se battre à mains nues chaque fois que l’adversaire au pouvoir attaquait la patrie et blessait l’honneur de la France. Convaincu que ces méthodes pour combattre la Révolution manquaient d’efficacité parce qu’elles n’étaient pas soutenues par une véritable doctrine d’action, Ousset, âgé de 25 ans seulement et étudiant en droit à Bordeaux après ses 3 années de service militaire, exposa directement à Charles Maurras ce problème du manque de doctrine et de formation des cadres de l’Action française. La réponse que lui fit le Maître de Martigues sera capitale pour la vocation du jeune homme : « Je n’ai pas fait de doctrine, je n’ai pas voulu ni pu en faire. Je n’ai voulu qu’une action… vous comprenez, une action… une action française. Toutefois, si vous cherchez une doctrine, soyez certain qu’il n’y a de doctrine vraie que catholique. Si donc vous êtes catholique, ne le soyez pas à moitié ! ». Fort de cette recommandation, Jean Ousset et ses amis firent le vœu le 15 août 1939 devant la Sainte Vierge de s’engager « à servir la France et l’Église par une œuvre de formation doctrinale et d’éducation à l’action de cadres politiques et sociaux efficaces1 ». Cette œuvre prendra le nom de Cité Catholique en 1949 et fut consacrée au Cœur Sacré de Jésus en la basilique de Montmartre, à Saint Joseph et au Cœur Immaculé de Marie en la chapelle de la Médaille Miraculeuse, rue du Bac à Paris2.

           Ousset ne doit pas seulement à Maurras l’inspiration de fonder une œuvre de formation doctrinale : sa biographie mentionne qu’il reçut une révélation décisive au cours d’une retraite des Exercices Spirituels de Saint Ignace prêchée par les Coopérateurs Paroissiaux du Christ-Roi à Chabeuil3. Cette retraite lui permit de résoudre le dilemme suivant : pour rendre vie à une société, faut-il s’attacher prioritairement aux hommes ou aux institutions ? La fausse théorie personnaliste en politique cherche d’abord à convertir les hommes à la foi catholique avant d’entreprendre l’instauration d’un ordre social chrétien. Tout autre doit être la réponse politique réaliste à ce dilemme : comme le soulignait Pie XII, c’est d’abord de la forme donnée à la société, donc aux institutions, que découle le bien ou le mal des âmes. En effet, les hommes naissent tous au sein d’une famille et d’une société qui les précède, les éduque et les conduit ou non vers le bien commun. Le grand thomiste Louis Lachance donne à cet égard un conseil utile : « Il faut guérir le mal là où il se trouve. Si le régime est mauvais, il faut le réformer, et s’il est irréformable, il faut voir à le remplacer par un meilleur. Si cela est immédiatement impossible, c’est une raison de plus de s’empresser de créer des conditions qui puissent rendre le changement possible4. »

Afin d’opérer cette transformation politique et promouvoir une « renaissance authentiquement française – donc catholique – dans l’ordre temporel5 », Ousset proposa une méthode décomposée en plusieurs temps successifs :

 

  1. « Travailler d’abord à l’intense formation, à la rigoureuse préparation d’un certain nombre d’hommes rayonnants suffisamment répandus dans l’ensemble du corps social. 
  2. C’est ce petit nombre, cette minorité agissante qui se servant des institutions comme d’un levier, peut travailler à l’instauration du système social convenable (compte tenu des circonstances de temps et de lieu). 
  3. Système social qui permet alors cette influence générale, cette action durable sur l’ensemble des hommes que, seule la Société (avec un grand S) est capable d’exercer6. »

  Jean Ousset et ses amis ont donc fondé une institution spéciale pour ce temps de guerre : « la première école pratique de l’art politique chrétien qui ait existé depuis qu’a commencé le cycle historique de la Révolution7 ». Cette école d’application de la doctrine contre-révolutionnaire qu’a été la Cité Catholique8 a ainsi apporté une réponse au 1er temps de la méthode par un cursus complet d’étude politique qui cherche à s’opposer intégralement à la Révolution en s’appuyant principalement sur la doctrine catholique traditionnelle de l’Église et notamment sur l’enseignement des papes et des évêques qui ont défendu la royauté politique et sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ et ont combattu les erreurs modernes.

Ousset avait compris que la formation est plus efficace lorsqu’elle a lieu par petits groupes de travail, au sein de « cellules9 ». Il recommanda à cet effet de former celles-ci par « action capillaire », c’est-à-dire en favorisant les contacts personnels suivant le principe de « l’amitié au service du vrai ». Pour donner un corpus consistant à étudier, il édita une revue doctrinale, Verbe, et publia une série d’ouvrages dont le plus connu et le plus fondamental est le premier d’entre eux : Pour qu’Il règne10, préfacé par Monseigneur Marcel Lefebvre et jugé comme étant « l’ouvrage le plus significatif produit en France par l’école catholique contre-révolutionnaire au XXème siècle11 ». Des congrès annuels ont été organisés de 1949 à 1977 en France puis en Suisse, à Lausanne, afin de rassembler une fois l’an tous les participants aux cellules et faire intervenir les meilleurs intellectuels catholiques engagés dans le combat contre-révolutionnaire.

La Cité Catholique aura contribué à former des milliers de cadres dans le domaine politique et social en leur donnant une grande autonomie d’action qui respectait bien la nécessité d’agir en fonction de son état de vie et selon les devoirs relatifs à cet état (des cellules existaient dans tous les métiers et filières, de l’armée aux agriculteurs en passant par les ingénieurs, les fonctionnaires, etc.). Cette école a ainsi été bien plus efficace dans le combat pour le Christ-Roi que bien d’autres initiatives politiques (groupes de pression, manifestations, militantisme politique, etc.). Ce combat a aussi sauvé nombre d’âmes dans la déroute religieuse qui a suivi la Révolution dans l’Église causée par Vatican II. Un ancien participant aux cellules formées par Ousset a pu nous apporter le témoignage suivant : « la Cité Catholique a eu l’immense mérite de vacciner préventivement ses animateurs contre les erreurs sur la liberté religieuse enseignées au concile Vatican II, erreurs qui ruinent tout ordre politique. En fait, Ils L’ont découronné de Mgr Lefebvre n’est en quelque sorte que le tome II de Pour qu’Il règne de Jean Ousset ».

 

Louis Lafargue

 

1 Voir la biographie de Raphaëlle de Neuville, Jean Ousset et la Cité Catholique, éditions Dominique Martin Morin, 1998, page 42.

2 Voir les magnifiques textes de consécration du Centre d’Études Critiques et de Synthèse qui deviendra la Cité Catholique sur le site de Foyers Ardents dans la rubrique « Dossier ».

3 L’œuvre des retraites de Saint Ignace demeurée traditionnelle et restée fidèle à l’esprit du Père Vallet a été transmise par le R.P. Barrielle à la Fraternité Saint Pie X.. Des retraites sont prêchées régulièrement aujourd’hui par l’œuvre des Coopérateurs du Christ-Roi (CCR) fondés par le Père Marziac à Caussade et par la FSSPX.

4 Louis Lachance op, L’humanisme politique de saint Thomas d’Aquin, édition Quentin Moreau, 2015.

5 Supplément au n°70 de Verbe, avril 1955.

6 Jean Ousset, Fondement de la Cité, édition Dominique Martin Morin, 2008, p.139.

7 Formule de Jacques Trémolet de Villers citée par Raphaëlle de Neuville, op. cité.

8 La Cité Catholique est devenue L’Office international des œuvres de formation civique et d’action doctrinale en 1963, institut qui s’est progressivement éloigné de l’idéal fondateur en raison de la crise ouverte par la perte de l’Algérie française au plan national et la crise entrainée par le Concile Vatican II au plan religieux.

9 Une cellule est un noyau informel d’amis dirigé par un animateur.

10 Jean Ousset, Pour qu’Il règne, édition Dominique Martin Morin, 1986 (1ère édition en 1959).

11 Massimo Introvigne, « Jean Ousset et la Cité catholique. Cinquante ans après Pour qu’Il règne », Cristianità, anno XXXVIII, n. 355, gennaio-marzo 2010, pp. 9-61, traduction française de Philippe Baillet.