Charité conjugale – Répondre à l’invitation de Dieu

La charité conjugale

C’est dans chaque foyer que la paix et l’union des âmes sont en dépendance immédiate de l’amour et de la soumission affectueuse de chacune de ces âmes à Dieu. Si chacun des époux ne fait pas l’examen de sa conscience et de son cœur, il est inévitable que ce soit l’amour-propre de chacun d’eux qui procède à l’examen de conscience du conjoint.

Le secret de l’intimité demande de

– prier ensemble,

– parler, lire ensemble

– décider, agir ensemble.

Il le faut car ce commandement est grave, qui défend à l’homme de séparer CE QUE DIEU A UNI. C’est ici qu’une étape ultime est offerte aux époux chrétiens : la communion des vies intérieures dans le désir de recevoir toujours davantage la vie divine, dans le désir de communiquer toujours davantage cette vie divine aux autres âmes.

Marcel Clément

Répondre à l’invitation de Dieu

Considérons la conduite des rois mages et comment ils répondent à l’invitation que Dieu daigne leur faire par l’étoile. Ces trois caractères sont le signe assuré d’une correspondance parfaite à la grâce : la promptitude, le courage et le dévouement.

La promptitude : la grâce actuelle est un passage de Dieu ; presque toujours ces passages sont subtils et rapides. Il faut donc que nous vivions tous en ce monde l’œil ouvert, l’oreille dressée et les pieds libres pour la marche. Aucune vigilance n’est de trop (…). Pour les mages, le signe de la grâce fut une étoile.

Le courage : toute correspondance à la grâce est une action surnaturelle et toute action surnaturelle nous coûte. Il suffit pour cela qu’elle soit – ce qu’elle est toujours-, une action qui monte et qui nous fait monter ; ce qui, le plus souvent nous oblige à nous surmonter.

Le dévouement : qu’on se donne peu ou beaucoup au dehors, ce qui importe, c’est de se donner au-dedans ; et si on se donne vraiment ainsi, si on se livre à Dieu et à sa grâce, sans défiance, sans peur, sans réserve, sans calcul, avec sincérité, avec élan, avec joie, on marche sûrement et rapidement dans la voie.

Conférences aux mères chrétiennes      – Monseigneur Gay

                                            

Bœuf Bourguignon – Gâteau aux noix

BŒUF BOURGUIGNON

Préparation 15 mn
Pour 4 à 6 personnes
Cuisson 2 h 25
repos 12 h

Ingrédients
1 kg de paleron de bœuf coupé en morceaux de 4 cm
500 ml de vin rouge
3 carottes coupées en rondelles
1 oignon émincé
1 bouquet garni
150 gr de lardons fumés
2 gousses d’ail
3 c à soupe d’huile
3 c à soupe de maïzena
1 bouillon cube
sel , poivre
2 c à soupe de concentré de tomates

La veille faites mariner la viande dans le vin rouge avec les carottes et l’oignon et le bouquet garni , pendant une nuit.
Le lendemain matin dans un faitout mettre l’ail avec les lardons et les morceaux de viande égouttés ainsi que l’huile.
Laisser cuire 5 mn
Puis ajouter les carottes et les oignons de la marinade, le bouquet garni, ainsi que le concentré de tomates. Saler et poivrer
Rajouter le bouillon cube dilué dans 200 ml d’eau tiède ainsi que la marinade.

Laisser cuire 20 mn puis rajouter la maïzena (diluée dans 4 c à soupe d’eau froide ) poursuivre la cuisson pendant 2 h sur feu doux en remuant de temps en temps.
Servir avec du riz C’est un régal !!!

GATEAU AUX NOIX

Ingrédients pour 8 personnes
200 gr de noix hachées
200 gr de sucre
4 œufs

Préparation
Mélanger les noix hachées avec le sucre et les jaunes d’œufs. Monter les blancs en neige et les intégrer délicatement à la préparation.

Mettre le tout dans un moule en silicone et faire cuire 15 mn thermostat 7

Recette simple, rapide et délicieuse !

Le style Louis XVI

          Comme nous l’avons vu, le passage du style Louis XV au style Louis XVI se fait en douceur sur une vingtaine d’années avec le style Transition.

          Nous retrouvons les mêmes ébénistes, ou du moins les mêmes familles d’ébénistes, qui travaillent de plus en plus ce style à l’antique se caractérisant par tous les charmes du XVIIIème siècle.

          Ainsi fleurs au naturel, en bouquets, en corbeille, en guirlandes, rubans, nœuds, cocardes viennent égayer la sobriété des lignes droites et de la symétrie, avec également des références à l’exotisme avec beaucoup de « chinoiseries ».

          C’est un style plein de charme et raffiné.

          Le mobilier dans une même pièce est rigoureusement assorti, c’est à dire que les rideaux, tentures sur les murs ou tissus des sièges sont faits de la même étoffe, beaucoup de toile de Jouy (manufacture de Jouy en Josas) avec des décors bucoliques ou dits « à l’indienne » avec ramages et guirlandes.

          Les pieds des sièges et des lits sont cannelés, parfois spiralés, avec un dé de raccordement à la ceinture marqué d’une rosace. Il existe une grande variété de dossiers: droit : « à la reine », en chapeau de gendrame, , en hotte, ovales dits « en médaillon », et pour les chaises en forme de lyre ou de montgolfière.

          Ils sont en bois peints ou dorés comme pour les deux styles précédents et recouverts d’étoffes claires en soie, velours, tapisserie ou toile imprimée.

          Le décor sculpté est léger avec des motifs de perles, de rubans tournants, rais de cœurs, feuilles d’eau, que l’on retrouve aussi sur les glaces.

            A la fin du règne de Louis XVI, l’influence anglaise se fait sentir ( l’anglomanie), avec l’adoption de dossiers ajourés dans le style Chippendale (du nom de l’ébéniste anglais du XVIIIème siècle, Thomas Chippendale).

          La bergère est aussi très présente comme sous le règne de Louis XV, de même que les cabriolets, fauteuils faciles à manier au gré de la conversation. Les types de lits sont les mêmes qu’à la période précédente.

          Nous retrouvons également les consoles avec plateau de pierre ou de marbre, rectangulaire ou en demi-lune, ainsi que les petites tables, bureaux cylindriques, secrétaires, armoires et buffets en chêne ou noyer.

          Enfin à cette époque, sous l’influence anglaise, la table de salle à manger apparaît enfin, de forme circulaire ou ovale, en acajou pouvant être agrandie avec des rallonges.

          Au début du règne de louis XVI, le caractère « archéologique » du style pris dans les années 1760, a été oublié pour un aspect  plus aimable et fleuri. L’aspect antique reprendra sur la fin, dans les années 1780 avec des lignes plus raides et anguleuses qui annoncent déjà un peu l’Empire, à travers les styles Directoire et Consulat que nous verrons bientôt.

    Jeanne de Thuringe

Sur la Revue imprimée ou sur la version pdf vous trouverez les photos d’illustration

Savoir Recevoir

 Chère Bertille,

Noël arrive à grand pas ! Bientôt nous fêterons la Nativité, la naissance de l’Enfant Jésus parmi nous. En y pensant, quelques réflexions me viennent à l’esprit et j’aimerais te les faire partager.

Il s’agit de la vertu d’humilité. Cette vertu, il me semble, n’est pas toujours bien comprise. Tu penses, peut-être, chère Bertille, que plus on se fait petit et plus on se dit bon à rien, plus on est humble ; et bien c’est en partie vrai, mais pas tout à fait. Regardons ensemble l’Enfant Jésus dans la crèche : oui, il est tout petit dans les bras de la Sainte Vierge, il paraît impuissant et entièrement dépendant de ses parents ; et cependant, il sait qu’il est Dieu et le reconnait. Oh, il ne le reconnait pas en manifestant sa puissance d’une manière extraordinaire par des actions d’éclat, non, mais il accepte tout simplement l’adoration des bergers et des Rois Mages, or l’adoration est un acte qui ne s’adresse qu’à Dieu seul.

Eh bien, c’est cela l’humilité, c’est reconnaître simplement ce que l’on est, tel que le Bon Dieu nous a créé, avec les qualités et les dons qu’Il nous a donnés mais aussi avec l’acceptation de nos faiblesses et la misère de nos personnes puisque Dieu a aussi voulu cela pour nous.

Que fait l’Enfant-Jésus dans les bras de la Sainte Vierge pendant que les bergers et les Rois Mages l’adorent ? Il chante les louanges de Dieu, il remercie sans cesse le Bon Dieu de ses dons et de ses grâces.

Peut-être te dis-tu, chère Bertille, que ces considérations sont très belles mais qu’en est-il dans l’application de tous les jours ? Comment l’appliquer à ta vocation de femme chrétienne ?

En fait, je dirais, pour simplifier, que ton  humilité c’est de savoir recevoir les dons et les grâces que le Bon Dieu t’a donné et les accepter dans un grand « fiat ». Toi, future épouse ou religieuse, n’aie pas peur et sois fière d’être chrétienne, car c’est le plus beau cadeau que tu aies reçu du Bon Dieu. Rends grâce chaque jour de ce que le Bon Dieu fait pour toi sans cesse.

Et puis, si tu es douée pour la cuisine, pour le chant, ou que sais-je encore, si tu as réussi quelque action de ta journée et que l’on t’en complimente, loin de satisfaire ton orgueil personnel tel un paon, reçois ce compliment avec simplicité et le sourire et remercie le Bon Dieu qui a agi à travers toi en te donnant ce don.

Chère Bertille, à l’occasion de cette belle fête de Noël, je te souhaite la grâce de savoir recevoir les dons que le Bon Dieu t’accordera, et à l’instar de Saint François de Sales sache « ne rien demander, ne rien refuser. »

Je t’embrasse bien affectueusement,

Anne

Le mot qui change la vie !

Un dîner entre parents, on y partage ses expériences et ses soucis d’éducation…

  • Pendant que je faisais des courses, sans que je le leur demande, mes fils Guillaume et Louis ont fait la vaisselle et rangé le garage pour me faire plaisir
  • Ombeline me fait de jolis dessins avec des grands cœurs et des gros mercis !
  • Séverine cueille des fleurs dans le jardin dès qu’elle peut pour embellir la maison.
  • Mon aîné, étudiant à Paris, me téléphone régulièrement pour donner des nouvelles et me remercier de mes lettres régulières.
  • Mon mari m’apporte souvent des fleurs, il sait que cela me touche.
  • Mon épouse a toujours un mot gentil lorsque je l’aide aux taches de la maison.
  • Comment faites-vous ? Mon Laurent est en plein âge ingrat…au sens propre du mot : la terre ingrate, c’est celle qui ne dédommage guère de la peine qu’on se donne, des efforts qu’elle coûte…. Jamais un sourire, une attention et des remerciements bien rares…
  • Je te plains, l’ingratitude est difficile à vivre, c’est difficile de ne pas réagir brutalement, ce qui n’arrange rien.
  • Parles-en avec lui, un jour au calme, montre lui ton affection et ton envie de l’aider à progresser !

« La reconnaissance a la mémoire courte »

disait Benjamin Constant (1767-1830), l’ingratitude est ainsi fréquente, par négligence ou par indifférence. Lorsqu’elle vous touche, sachez offrir la contrariété, car « S’il fallait condamner tous les ingrats qui sont au monde, à qui pourrait-on pardonner ? » ( J. de La Fontaine – L’homme et la couleuvre-1668). Mais cultivez vous-même la gratitude et apprenez-la à vos enfants.

La gratitude, c’est voir et se souvenir des bienfaits reçus. Elle nous amène à être reconnaissants envers Dieu, qui nous a tout donné, et envers le prochain.

Mais, si nous n’y prenons pas garde, notre mémoire, égoïste, sera comme un tonneau des Danaïdes qui se vide aussi vite qu’il se remplit… Tous les bienfaits que nous recevons, sont vite oubliés, les bons évènements ignorés… et nous sommes alors tentés par le pessimisme, la démoralisation, l’impression de solitude…. Cette tendance peut venir de notre tempérament ou de blessures de notre jeunesse. La remarquer et l’accepter, c’est boucher quelques trous du tonneau et remonter notre moral pour progresser !

« MERCI !»

Un Professeur de Psychologie, R. Evans, de l’Université de Californie, l’a démontré : ces 5 lettres peuvent changer notre vie ! Lors d’une expérience de 10 semaines, un groupe de personnes devait noter chaque soir, la liste des évènements dont elles pouvaient être reconnaissantes ; alors qu’un autre groupe témoin ne le faisait pas. Le groupe qui notait a été repéré comme nettement plus positif, enthousiaste au quotidien et optimiste sur l’avenir !

Cette pratique de s’entraîner voire s’obliger à voir et noter les évènements positifs est recommandée dans les périodes difficiles, et même pour se guérir du burn-out (Le Burn-Out, une maladie du don – Pascal Ide, 2015). Même si vous êtes en forme, essayez au travail et à la maison : notez !

Faites l’exercice en ménage régulièrement : une fois par mois, ou par trimestre, prenez un moment au calme, à deux sans témoin: au cours d’un repas, d’une promenade ou d’un moment réservé. Remerciez la Providence ou les personnes qui vous ont fait du bien. Sachez aussi  remarquer les attentions de votre conjoint et lui montrer que vous y êtes sensible.

Au travail, comme les rugosités et les aspects pénibles passent mieux lorsqu’on voit le positif, qu’on en est fier et qu’on remercie ceux qui nous aident !

Sachez voir le Bon dans vos enfants pour les encourager, et ne remarquez pas seulement les défauts à corriger. Lorsque vous recevez le carnet de notes (sauf exception méritée), ou lors de services rendus à la maison, valorisez les progrès et remerciez, vous obtiendrez souvent plus qu’en faisant la litanie des défauts !

Tempéraments et gratitude

Monsieur le sanguin, vous savez vous enflammer pour remercier avec force superlatifs pour un détail… mais un autre jour,  vous allez ignorer un gros effort de votre conjoint ou sa persévérance quotidienne !

M. le mélancolique, pratiquez plus souvent l’exercice de noter les événements positifs et ne prenez pas les choses de manières trop personnelle !

M. le flegmatique, n’oubliez pas qu’en étant agréable à votre entourage par davantage de visibilité dans vos attentions, et en manifestant votre joie, vous ferez plaisir tout en gardant la paix !

M. le bilieux, enfin, lorsque vous avez décidé ou compris quelque chose, vous passez à la suite pour ne pas vous encombrer de détails… utilisez votre caractère pour être persévérant dans l’attention aux émotions des autres, et au temps nécessaire pour remercier et savourer ! Sinon, ne vous étonnez pas d’avoir des résistances…

Les manières de remercier sont multiples et à adapter aux personnes concernées : paroles aimables, petits cadeaux, service en retour, mais aussi des moments de qualité passés ensemble, des gestes de tendresse ou d’affection… Sachez vous adapter au destinataire de votre gratitude !

La gratitude fait partie de la charité

Etre reconnaissant envers quelqu’un nécessite l’humilité d’accepter qu’il nous a apporté quelque bien que nous n’aurions pas eu seul, et témoigne de la justice et de la charité.

Ainsi, selon Cicéron : «  la reconnaissance n’est pas seulement la plus grande des vertus, mais la mère de toutes les autres.»

Et Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus témoigne : « Ce qui attire le plus de grâces du Bon Dieu, c’est la reconnaissance, car si nous le remercions d’un bienfait, Il est touché et s’empresse de nous en faire dix autres….J’en ai fait l’expérience, essayez et vous verrez ! » (Conseils et souvenirs- Sr Geneviève

Soyez donc plus attentifs à remercier, même pour les petites choses, et à le faire du fond du cœur !

Hervé Lepère

Le sourire du Bon Dieu

Afin que le sourire du Bon Dieu soit contagieux, voici quelques gestes de politesse qui ne sont pas superflus dans nos relations avec ceux que la Providence place un instant sur notre chemin.

Détecter les personnes qui en ont besoin pour leur proposer notre place assise dans les transports en commun ;

Laisser passer les plus pressés dans la bousculade des sorties de lieux publics ;

Retenir le portillon du métro ou la porte de l’ascenseur pour la personne qui nous suit ;

Eviter de taper des pieds ou de parler à haute voix dans l’escalier de notre immeuble quand nous rentrons tard ;

Proposer aux anciens de les aider à traverser ou de porter leurs cabas pendant un bout de chemin ;

Sourire à l’importun qui vous demande son chemin (ou un euro !) ;

Dire un petit mot encourageant à la caissière qui ne voit que des visages fermés toute la journée ;

Présenter ses excuses quand on a bousculé quelqu’un : « J’espère que je ne vous ai pas fait mal ! » ;

Et vous aurez sans doute d’autres idées de ces gestes qui ne sont pas de froids gestes « citoyens » ou une simple politesse, mais de petites attentions qui montrent à notre prochain qu’il est quelqu’un qui mérite le respect des enfants de Dieu. Bien sûr, cela ne veut pas dire être bonasse, mais autant qu’on le peut, montrer que c’est toujours possible d’être aimable. N’oublions pas d’accompagner tous nos bons gestes d’une prière intérieure pour la personne croisée et d’une invocation à son Ange Gardien ; ainsi nos actes auront une dimension bien supérieure !

Le devoir d’état et la politique

« Auparavant (c’est-à-dire sous l’Ancien Régime), chacun était à sa place et à son rang, chacun, du manant jusqu’au roi lui-même, faisait son devoir en fonction de son statut, la liberté signifiait non pas faire ce que l’on veut mais ce que l’on doit. On se trouvait bien dans son monde. Les âmes étaient moins troublées et moins tendues. Le Français suivait ses instincts aimables et sociables. Cette société a été détruite par la Révolution. Au nom de la liberté, de l’égalité, il n’y a plus de rang, plus de statut et donc plus d’honneur. A partir de 1789, parvenir devient la seule obsession. Ignorant les leçons de son histoire, la France a sabordé son État au nom de la liberté, son homogénéité culturelle au nom des droits de l’homme et l’unité de son peuple au nom de l’universalisme. Elle sacralise une république de principes et de valeurs sans ordre ni incarnation, sans hiérarchie ni verticalité. » Ce n’est pas un catholique qui écrit cela mais un juif, le journaliste Éric Zemmour, dans un ouvrage récemment paru sur l’histoire de France[1]. Il est roboratif de lire de telles analyses en 2018 car elles offrent un éclairage lucide sur la société issue des principes de 1789 dans laquelle nous vivons.

La démocratie française moderne est fondée sur l’autonomie radicale des individus : l’homme « libre » des « Droits de l’Homme » n’a aucune obligation vis-à-vis de rien ni de personne et s’émancipe toujours davantage des limites que Dieu lui a fixées dans la loi naturelle. A contrario, la valeur d’un homme, dit Saint-Exupéry, « se mesure au nombre et à la qualité de ses liens ». L’homme étant un animal politique, sa vie en société est constituée par un ensemble de liens, matérialisés par des devoirs et des obligations, qu’il entretient vis-à-vis de la cité et d’autrui (le mot obligation nous vient du latin obligare qui est dérivé de ligare, « attacher, lier » au moyen du préfixe ob- « devant, à cause de, pour »). Marcel De Corte écrit à ce titre que « Notre civilisation, c’est nous-mêmes, c’est un ensemble d’êtres humains organiquement reliés les uns aux autres et dont les relations réciproques de toute espèce constituent précisément la civilisation[2]. » Un homme délié, libéré de tous ses liens vis-à-vis de la cité comme vis-à-vis de la religion (étymologiquement le terme religion vient du latin « religare », relier, et signifiait le rattachement, la relation de l’homme à Dieu), est un homme qui se décivilise, qui se transforme en barbare car il refuse de rendre à Dieu, à la patrie (la « terre de nos pères ») et à sa famille la piété filiale qui leur est due[3]. Si nous voulons vivre en honnête homme dans la cité aujourd’hui, alors Jean Madiran a raison lorsqu’il affirme que « nous vivons dans une société systématiquement hostile à tout ce que nous faisons, à tout ce que nous voulons, à tout ce que nous aimons[4] ». Le chrétien sait qu’Il faut vivre dans ce monde comme n’en étant pas[5], c’est-à-dire vivre dans le monde mais pas selon le monde, et surtout pas selon son imagination et son bon vouloir. Pour cela il ne lui est sans doute pas de remède plus nécessaire aujourd’hui que celui de retrouver et pratiquer ses devoirs conformément à son état de vie personnel (qu’il soit étudiant, fils, époux, père ou mère de famille, citoyen, etc.). L’attachement à bien faire son devoir d’état est l’un des enseignements les plus importants de Notre Dame lors de ses apparitions à Fatima. Voici l’échange du 12 août 1946 entre John Haffert, l’un des fondateurs de l’Armée bleue, et Sœur Lucie :

  • « Quelle est la principale demande de Notre-Dame ?
  • Le sacrifice.
  • Et qu’entendez-vous par sacrifice ?
  • Par sacrifice, Notre-Dame a dit qu’elle entendait l’accomplissement loyal du devoir d’état quotidien de chacun.
  • Mais le Rosaire n’est-il pas important ?
  • Si, car nous devons prier afin d’obtenir les forces pour être capables d’accomplir notre devoir quotidien. »

Prenons l’exemple des attaques incessantes pour « libérer » l’homme de sa nature et des institutions qui lui sont conformes comme le mariage. La « libération » sexuelle des années 60 (avec la pilule et mai 68) puis des années 70 (avec la dépénalisation de l’avortement) jusqu’au mariage homosexuel en 2013 et aujourd’hui avec le lobbying pour la PMA et la GPA a conduit la société dans une sensualité débridée (sans même aller jusqu’à évoquer débauche et luxure avec la pornographie qui s’étale au grand jour). Le devoir qui s’oppose directement à cette révolution est celui d’être chaste. Ainsi nous faut-il lutter quotidiennement contre ces tendances néfastes à l’œuvre dans la société en observant la chasteté relative à notre état (qui n’est pas le même que l’on soit célibataire ou marié).

Comme le souligne Louis Jugnet, « l’idée de devoir naît de la nécessité où nous sommes de lutter contre nos tendances mauvaises et de faire des sacrifices en faveur de notre recherche du bien. Il faut faire le bien parce qu’il est désirable, parce qu’il est notre bien et assure notre béatitude sinon sur la terre, où la chose est parfois précaire et traversée de contradictions, du moins dans la vie future.[6] » La fidélité au devoir d’état, en particulier dans les petites choses banales, répétitives, voire usantes qui font notre journée,  est l’unique voie pour parvenir à la sainteté, ainsi que nous l’a enseigné Notre Seigneur Jésus Christ : « Parce que tu as été fidèle dans les petites choses, entre dans la joie de ton Maître. » (Mt XV, 23). Fait par amour de Notre Seigneur, tout travail est méritoire pour le ciel, nous a enseigné Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.

Il est une catégorie de devoirs qui plonge aujourd’hui le catholique qui veut être fidèle à son état dans la confusion : il s’agit de ses devoirs de citoyen. Comment accomplir ses devoirs dans ce domaine pour permettre de restaurer la Cité Catholique, comme nous l’a enjoint Saint Pie X, sans tomber dans l’adhésion à l’organisation politique issue de la Révolution ? Faut-il utiliser systématiquement le « droit » de vote, quels que soient les choix proposés ? Faut-il manifester chaque fois qu’une mauvaise loi est promulguée, usant alors d’un autre droit « démocratique » ? Les échecs répétés depuis deux siècles de ces modes d’action politique sont souvent une source de désespoir et de pessimisme face à la situation présente qui peuvent nous conduire à la passivité et une vie dans l’« entre-soi » catholique des paroisses et des écoles. Une telle attitude n’est pourtant pas conforme à l’accomplissement de notre devoir d’état de citoyen. Si Dieu a fait notre nature humaine « politique », ainsi que l’avaient relevé Aristote et Saint Thomas, nous devons poursuivre le bien commun de la cité politique dans laquelle nous vivons aujourd’hui et maintenant, quand bien même les dirigeants comme les structures de cette cité ne poursuivraient pas cette finalité. Examinons le cas du père de famille à notre époque (l’exemple est proposé par un animateur de cellule de la Cité Catholique). Celui-ci a le devoir relatif à son état d’éduquer ses enfants. Lorsque l’ordre politique existe, comme la famille n’est pas une société parfaite, il est normal de voir le père de famille confier une grande partie de cette éducation à des personnes dont les métiers, complémentaires entre eux, sont précisément l’éducation des enfants. Cette assistance subsidiaire couvre un large domaine de l’éducation mais rien n’empêche l’autorité familiale d’exercer un contrôle rigoureux. En période de désordre, les métiers d’éducation étant peu ou prou exercés (même dans les meilleures écoles), le père doit pallier cette carence et contribuer à son niveau à faire en sorte que ces métiers complémentaires soient à nouveau exercés (il peut le faire en soutenant la fondation d’écoles vraiment catholiques et libres). Il lui faudra aussi assurer lui-même, pour la plus grande part possible, l’éducation des enfants au bien commun de la cité en leur enseignant le rôle de l’État et, par exemple, la raison pour laquelle nous payons des impôts. Ainsi, dans l’état de citoyen qui est le nôtre, les devoirs correspondants à la poursuite du bien commun impliquent :

  • la connaissance de la science et de l’art politique pour ce qu’ils sont (et non pas pour ce que l’on souhaiterait qu’ils soient),
  • une connaissance de la politique aujourd’hui en France, c’est-à-dire une pratique de l’analyse politique à partir de l’observation des phénomènes qui se déroulent sous nos yeux,
  • une approche de l’action politique qui tienne compte de cette analyse aujourd’hui  (par exemple au moyen de groupes de travail).

C’est pourquoi nous proposerons dans le cadre de cette rubrique de formation à la politique des connaissances et des analyses à discuter en famille ou entre amis afin de s’exercer à la pratique de l’art politique chrétien qui demeure non seulement possible mais plus que jamais nécessaire en nos temps troublés.

Louis Lafargue


[1] Éric Zemmour, Destin français, Albin Michel, Paris, 2018. Il est à noter que cet essai comporte de graves lacunes et erreurs historiques car l’auteur n’a pas compris ce qu’était réellement la chrétienté en France. Voir à ce sujet la recension de l’ouvrage sur http://laportelatine.org/publications/presse/2018/fideliter2018/fideliter246_1811_12_zemmour_renaud_de_sainte_marie.php

[2] Marcel De Corte, Essai sur la fin d’une civilisation, Librairie de Médicis, Paris, 1949.

[3] Cette exigence nous est rappelée par les quatre premiers Commandements. Leur hiérarchie nous montre par ailleurs qu’il y un ordre dans la charité dont nous devons faire preuve vis-à-vis de Dieu et des hommes.

[4] Jean Madiran, Itinéraires n°278, p. 10.

[5] Ephésien 5 – 16

[6] Louis Jugnet, Pour connaître la pensée de Saint Thomas d’Aquin, Nouvelles Éditions Latines, Paris, 1999.

Deuxième Mystère Glorieux : L’Ascension de Jésus au ciel.

Fruit de ce mystère : Le désir du Ciel

Une fois encore ils sont tous réunis dans la chambre haute, autour de la table, pour le repas.

Une fois encore, ils le contemplent avec le sentiment poignant qui précède les départs, quand ce bonheur d’être ensemble touche à son terme !

Quarante jours ont passé depuis la semaine bouleversante. Et, en ces quarante jours, que de fois Il est venu à l’improviste, le Maître toujours attendu. Il est venu à l’aube, dans le petit jour de la grisaille d’un matin, au lac de Tibériade, quand les pêcheurs étaient las d’une nuit passée à tirer les filets vides… Il était là sur la grève, attendant les pêcheurs fatigués, ayant préparé des poissons cuits sur le feu…

Maintenant toutes ces choses sont passées. Il n’y a plus qu’à suivre le Maître dans sa dernière course terrestre.

Comme il est simple le récit des Ecritures : « Il leva les mains au ciel pour les bénir, et ils le virent s’élancer dans les airs sans qu’ils puissent expliquer comment, et une nuée le déroba à leurs yeux. »

Et ils restent là, les yeux perdus, avec, en eux, une étrange joie mêlée de douleur. Il y a peu de temps, ils l’ont couché au tombeau dans les larmes et la détresse en croyant son œuvre morte en même temps que Lui. Maintenant, ce départ dans la majesté !… Mais un départ quand même ! Avec tout ce qu’il y a d’émouvant dans les départs dont on ignore la durée.

Mais voici que des nuées d’où il a disparu, voici qu’à ceux qui restent les yeux en l’air, comme aspirés par cet infini qui leur dérobe les secrets divins, apparaissent deux anges aux vêtements éblouissants : « Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous à regarder en haut ? Ce Jésus enlevé au ciel, loin de vous reviendra un jour de la même manière… » Alors, dit l’Ecriture, ils redescendirent.

Fruit du Mystère : Le désir de la vie montante.

Ce n’est pas tout de regarder Jésus monter au ciel, n’est-ce pas Vierge Marie ? L’essentiel, c’est de prendre du courage pour le suivre, d’imiter les apôtres qui revinrent à Jérusalem, non dans la mélancolie si naturelle des séparations humaines mais avec cette joie haute et surnaturelle qui marque le progrès d’une âme. Moi aussi, je dois avoir une vie montante, moi aussi, je dois faire de chacun de mes jours comme une ascension perpétuelle, une marche généreuse à la suite de Jésus-Christ.

Et il faut bien que je le désire fortement pour éviter l’écueil des vies stationnaires, lorsque la jeunesse est passée avec ses bondissements qui font de chaque matin un nouveau départ. Un beau jour, sans s’en apercevoir, on s’installe dans ses meubles et on laisse aux autres le soin de courir les grandes routes et les belles aventures. On confond la paix intérieure –cette fermentation généreuse de la vie- avec un assouplissement progressif du désir et des générosités. On se croit devenu sage parce qu’on a coupé les ailes à ses désirs généreux. On vit de ses vertus acquises, capital qui s’effrite, hélas ! bien vite…

Que je ne me crois jamais « arrivée », Vierge Marie, parce que j’ai certaines habitudes chrétiennes de messe du dimanche, du chapelet dans ma poche, de cette lecture du soir, de ces mots que je prononce –est-ce toujours en y pensant vraiment ?- de certains gestes souvent machinaux… Ne suis-je pas en ce moment, -justement à cause de ces habitudes acquises et qui, sans que je m’en doute, ont doucement tourné à l’inerte routine- en train de m’acheminer vers les pensées du pharisien ? Je sens, je sens profondément quel danger subtil me menace, de me contenter des apparences et de ne plus voir qu’en moi peut-être, le rameau est déjà détaché de la branche… Vierge Marie, que je ne sois pas ce pharisien retors qui se rassure en lui-même à cause de l’observation de la loi !

Ce danger qui me guette, préservez-m ’en, Vierge Marie et si je récite mon Rosaire, ce n’est pas pour me rassurer sur ma vertu, mais pour lever les yeux vers ce monde éternel qui doit devenir ma demeure définitive.

Ce monde d’ici-bas, vous n’avez fait que nous le prêter mon Dieu. Vous ne voulez pas que nous  nous complaisions à dire comme le poète : « C’est ici ma maison, mon champ et mes amours. » Vous ne voulez pas que cet instinct de construire du durable, qui est si fort en nous, se trompe. Le durable, ce n’est pas pour ce monde, c’est pour l’autre. Faites que je ne m’attarde pas dans ce monde comme dans une demeure éternelle. Faites que je ne sacrifie jamais rien des biens spirituels aux biens périssables. Que je ne sois jamais retenue dans mes élans par ces ronces menues et tenaces des choses que je possède. Mon foyer, ma maison, mes amis, mes enfants, ma fortune… Mon Dieu, vous nous avez prêté les choses de la terre. Que je me sente toujours disponible à leur égard pour être seulement toute à vous.

Et parce que nous avons tellement la tentation de nous cramponner à ce que vous nous donnez, il est bon, mon Dieu que, de temps en temps, l’orage secoue notre demeure terrestre pour nous forcer de nouveau à lever les yeux vers le ciel. Il est bon à notre âme que des amis s’en aillent, que des êtres chéris nous précèdent dans l’au-delà, que des mains serrées se dénouent… Déchirement !… Libération !… Que nous serions légers dans notre course vers Vous si nous n’étions pas alourdis par tant de bagages inutiles.

Je ne vous demande pas, mon Dieu, de faire passer sur ma vie les grands orages dévastateurs… Je ne suis qu’une pauvre femme et j’ai besoin des choses que votre bonté m’a données, mais que je sache les oublier pour penser à Vous et aux autres, que je sache mettre mon cœur là où est mon trésor, là où ni la rouille ni les voleurs ne pourront l’atteindre.

Faites-moi passer, mon Dieu, du plan humain au plan surnaturel. « Ne restez pas là les yeux en l’air », dirent les anges aux disciples immobiles, c’est-à-dire comprenez les choses comme Dieu les comprend.

Apprenez-moi à juger les choses de la vie, non par la commune mesure humaine, mais avec les mesures de l’éternel. A voir avec votre regard et non avec le mien. A ne pas m’enliser dans mes propres conceptions, mes propres jugements, que je défends parfois avec une violence agressive. A ne pas arranger ma vie et celles des autres selon mon désir, mais selon le Vôtre. A être tous les jours, non comme la bouée amarrée au port, mais comme le beau voilier aux ailes frémissantes, prêt à prendre le large au moindre souffle du ciel…

Que je sois docile à votre souffle, ô mon Dieu, que je sois transparente à votre lumière pour qu’à travers moi, elle atteigne les autres qui me sont confiés. Que je vous trace en moi-même ce chemin libre par lequel Vous pourrez passer « pour faire en moi votre demeure ! »

Vierge Marie, en ce soir de ma journée humaine où je médite sur le mystère de l’Ascension, obtenez-moi toutes les grâces de perfection pour que ma vie soit une vie montante.

D’après Paula Hoesl

Que vais-je faire pour le dîner?

Toutes les mamans savent bien que la question : « Qu’est-ce que je vais leur préparer pour le dîner ? » revient de façon lancinante à leur esprit de mère de famille. Certes, les livres de recettes et listes en tous genres permettent d’y répondre, et le dîner du dimanche soir a déjà été prévu lors des courses de fin de semaine.

Mais pourquoi ne pas laisser l’initiative à vos enfants en nommant de temps en temps un  ou une responsable du goûter-dînatoire du dimanche ? Certains enfants, et pas seulement les filles, ne demandent pas mieux que de mettre la main à la pâte et sont heureux de faire preuve d’imagination culinaire pour le jury familial souvent bienveillant. Alors la semaine précédente, le menu est établi par le marmiton en herbe afin que Maman puisse approvisionner les denrées nécessaires, et samedi, ou dimanche, il se met à l’œuvre pour confectionner des amuse-gueules à sa façon, en recrutant un frère ou une sœur plus âgés si besoin. Le résultat ne laissera pas d’être surprenant et, si les règles de base de la diététique ne sont pas respectées, ce n’est pas très grave pour un dîner par semaine, ou par mois, qui fera la joie de tous.

Cette expérience aura au moins l’avantage, en vous laissant, vous les Mamans, vous reposer un peu, d’apprendre à vos enfants à se débrouiller et à prendre les choses en main du début du repas jusqu’ à la fin, vaisselle comprise… Alors, laissez l’imagination gustative de vos chérubins s’exercer, vous ne serez pas déçues !

Savoir recevoir

Chers grands parents

Qui sommes-nous ? Pourquoi sommes-nous catholiques ? D’où nous vient ce privilège de pratiquer et professer la vraie foi ?

De l’Eglise évidemment, de nos familles bien souvent, de nos amis parfois. En tous cas certainement pas de la pauvre société dans laquelle nous vivons.

Et quel est notre mérite dans tout ça ? D’avoir dit oui, c’est tout ! C’est-à-dire d’avoir accepté de recevoir.

Dans un exposé sur Jeanne d’Arc, un conférencier avait eu l’idée originale de se poser la question suivante. « Que doit notre sainte nationale à la société ? » La réponse était : tout.

Si Sainte Jeanne d’Arc a été l’immense sainte que nous connaissons, c’est à l’Eglise, à la société chrétienne dans laquelle elle vivait et à de pieux parents qu’elle le devait. Son principal mérite a été d’accepter.

Dans un article précédent, nous parlions de la famille « lieu de transmission ». Certes, les grands-parents doivent prêcher pour transmettre mais aussi former et éduquer pour que parents et enfants reçoivent !

La vraie question est donc de savoir comment on pourra former leur esprit à recevoir.

Nous avons retenu trois axes d’action.

  • L’exemple

Les grands-parents doivent donner l’exemple en acceptant de recevoir eux-mêmes. A l’âge où  l’on croit avoir acquis la sagesse nécessaire pour tout juger, ils doivent réserver leurs critiques au nécessaire. Certes, le sermon du curé n’est pas parfait, tel professeur n’est pas très pédagogue, tel oncle n’est pas très fin… Mais dans tous ces cas, quand la vérité n’est pas en jeu, les grands-parents doivent donner l’exemple de la modération et du soutien à l’autorité. Dans une conférence sur les vocations, un prêtre avait eu l’idée de formuler le sujet de la manière suivante « dix recettes pour ne pas avoir de vocation dans sa famille ». Parmi elles, trônait la critique systématique de ce qui est dispensé par l’autorité. Il est sûr que celui qui ne veut pas se soumettre à l’autorité légitime aura plus de mal à entendre l’appel de Dieu !

  • La fermeté

De plus en plus, nous avons besoin de tout comprendre pour accepter, c’est d’ailleurs ce qui a entraîné les philosophies délirantes de Kant ou Nietzche par exemple. « Crois pour comprendre et comprends pour croire » nous enseigne saint Augustin. Ne pas accepter de comprendre qu’il y a des choses qu’il faut accepter pour les comprendre entraîne l’homme dans des cheminements intellectuels complètement contraires à la foi. S’il est généralement bon et utile d’expliquer pourquoi on fait les choses, il est parfois aussi bon de les faire accepter telles qu’elles sont. Nous effleurions le sujet dans notre article sur les usages, le grand-père doit parfois savoir répondre : Parce que c’est comme ça ! Sous-entendant que, si nos aïeux ont jugé bon de faire ainsi, il y avait sûrement une bonne raison et que les circonstances ne doivent pas nous priver de cette sagesse accumulée.

L’enfant comprendra ainsi qu’il y a des choses que l’on peut expliquer et d’autres qu’il faut accepter. Cela exige bien entendu une fermeté de bon aloi et doit être pratiqué « autant que, pas plus que » !

  • La prédication

Nous en parlerons dans un article prochain. Les grands-parents doivent parler – et parler de choses intéressantes – à leurs petits-enfants. En plus des messages à faire passer, ils les éduqueront à écouter ! Là aussi, ils leur apprendront à recevoir !

Prions sainte Anne de faire de nous des grands-parents qui éduquent à la foi.

Des grands-parents