Le Besoin de se donner

Ma chère Bertille,

Merci pour ta lettre avec toutes ces bonnes nouvelles et la description de ta nouvelle vie d’étudiante. C’est un nouveau rythme à prendre, seule dans cette grande ville à devoir régir ta vie, seule catholique dans ton université, seule face à Dieu pour faire sa Volonté. Il te faut prendre des résolutions adéquates pour Le suivre et ne pas perdre tes bonnes habitudes et tout ce que ta famille et les bonnes écoles t’ont transmis jusqu’ici.

Je vois que tu portes intérêt à tes études et je t’encourage à acquérir ce métier que tu devras peut-être exercer. Mais je vais essayer de répondre à tes interrogations : « D’un côté, je suis attirée par le monde, les invitations, la belle vie, mais d’un autre côté je sens en moi le désir de me donner, de consacrer ma vie à un bel idéal… »

– Tu rêves d’idéal : Mariage, vocation religieuse… ? Ces deux voies demandent le don de soi renouvelé chaque jour, chaque minute même parfois, car la vie n’est pas facile tous les jours. Mais ce bel idéal pour le moment n’a pas encore pris forme. La vie d’étudiante est un temps de préparation. Regarde les sportifs qui se préparent à leurs courses, ils se privent de beaucoup de choses, font d’énormes efforts pour y arriver. Ils ne peuvent se présenter sans un minimum d’entraînement. Pour la jeune fille c’est pareil. Elle doit se préparer à sa vocation de femme par un entraînement continuel.

« A quoi bon la vie, sinon pour la donner ? » murmure Violaine avec ferveur dans l’Annonce faite à Marie de Claudel.

La nature de la femme est faite pour le don de soi. La maternité physique en est bien la preuve. Tout le corps de la femme est fait pour donner la vie, et il est normal que ces élans de générosité rejaillissent en toi.

Je t’entends me dire : « mais en attendant  se donner à quoi ? Je n’ai pas de mari, d’enfants ou de couvents ? »

– A ton devoir d’état d’abord ! C’est le plus beau don de soi et le plus facile. Pas besoin d’aller chercher loin. Il se répète chaque jour. Bien étudier tes cours, prier chaque jour, faire les tâches de la vie courante. Crois-moi c’est la plus belle préparation que tu puisses faire pour te préparer à ta vie future. Et en même temps c’est la plus difficile car c’est toujours la même chose qui se répète, la routine s’installe. La vie de la Sainte Vierge n’avait rien d’extraordinaire à Nazareth. Elle s’est occupée de sa maison, de sa cuisine, de son ménage et de son repassage. Et pourtant ses actions avaient une valeur infinie car  elle s’est donnée totalement : donnée corps et âme. Rien de grand ne se fait sans effort persévérant.

A côté du devoir d’état, tu as besoin de te donner plus particulièrement aux autres. Et là le monde nous propose diverses occupations qui épanouissent la jeune fille parce qu’elle s’oublie pour faire du bien aux autres : mouvement de jeunesse, apostolat (MJCF, Milice de Marie), s’occuper des enfants malades dans les hôpitaux, gardes d’enfants, faire du soutien scolaire… bref les occupations peuvent être variées selon tes préférences. Et toutes ces petites actions te prépareront à donner de ton temps, à te pencher vers la misère humaine, à écouter, à éduquer et c’est dans ces moments que tu trouveras la joie et la paix.

C’est toujours le premier pas qui coûte mais ensuite la saine joie nous envahit car il y a la satisfaction d’avoir fait un peu de bien, d’avoir donné son temps pour les autres.

Combien de jeunes filles se lancent avec frénésie dans la vie mondaine. Elles ne pensent qu’à leur plaisir et satisfaction personnelle, et le jour où elles sont mariées l’atterrissage est difficile.  Elles ne sont pas habituées à la solitude, à l’abnégation, elles trouvent la routine bien difficile et cherchent des compensations multiples pour y échapper. Mais  elles manquent terriblement à leur devoir d’état.

Alors ma chère Bertille tu sais ce qu’il te reste à faire. Fuis toute cette vie mondaine, et donne-toi avec générosité. La récompense sera à la hauteur de ton don. Le bon Dieu voit toutes tes bonnes œuvres et surtout tes intentions.

Je te souhaite une bonne continuation et t’embrasse bien affectueusement.

 Maïwenn

La Bonne Action de la fin de l’année.

Le mois de novembre est toujours triste à passer pour les personnes âgées : c’est le début de la mauvaise saison, le mois où les souvenirs de tous leurs parents et amis disparus affluent, où la solitude leur pèse davantage. Un peu de jeunesse, de frimousses souriantes, de moments passés auprès d’une famille accueillante, peut ensoleiller leur semaine.

Vous avez sans doute repéré la vieille dame de votre immeuble, ou le vieux monsieur que l’on croise tous les jours à la boulangerie ? Pourquoi ne pas les inviter un dimanche après-midi à partager le goûter familial ? Ce serait une joie pour eux et une bonne façon d’exercer le bon cœur des enfants.

A la Toussaint, à Noël, on peut leur proposer de les conduire à la messe. On pourra aussi les inviter à déjeuner pendant les vacances de fin d’année… C’est l’occasion de faire comprendre aux enfants la joie que l’on gagne à faire plaisir et à rendre heureux.

Donner c’est aimer

Il est étonnant de voir comme certaines personnes passent leur vie à rendre service, à droite, à gauche, avec discrétion, sans jamais sembler se lasser et gardant le sourire… Mais comment font-elles ? Qu’est ce qui les motive ainsi ?

Cela ne leur tombe pas dessus, un beau jour où elles décident de sortir de leurs petites préoccupations personnelles… Non, je dirais que c’est un état d’esprit qui s’acquiert peu à peu, et avant tout par une éducation qui imprègne l’âme de l’enfant, lui donnant la volonté de se tourner vers son prochain afin de lui ouvrir son cœur en lui donnant un peu de lui-même par un service rendu, un mot aimable , tout simplement un sourire, ou encore tant d’autres choses… car donner, c’est aimer !

Notre-Seigneur Jésus Lui-même ne nous a-t-Il pas aimés au point de donner Sa vie pour nous, jusqu’à la mort, pour nous sauver ? Y a-t-il plus grand amour que de donner sa vie ?

Ainsi, les époux se donnent-ils l’un à l’autre pour la vie, parce qu’ils s’aiment. Ils aimeront les enfants auxquels ils auront donné la vie…

Mais il ne suffit pas de donner pour aimer… il faut se donner le mal de bien donner, y prendre de la peine…car donner c’est aussi souffrir!

De retour à la maison après sa journée de travail, cet époux ne prend aucune peine auprès de son épouse pour l’aider à coucher les enfants ou débarrasser la table du dîner…c’est qu’il a eu une rude journée, et le soir, comme le dimanche d’ailleurs, sont pour lui des temps de repos ! Son épouse ne viendra s’asseoir auprès de lui que bien plus tard…elle qui n’a pas eu un instant pour se détendre un peu depuis son lever matinal ! Il l’accueille aimablement et reprend sa lecture, estimant aimer convenablement celle qui aurait bien souhaité avoir quelque soutien pour coucher les petits et ranger la cuisine après une si longue journée… Allons monsieur, il faut vous donner un peu de mal pour montrer à votre épouse que vous l’aimez ! Vous auriez dû lui accorder un peu de votre temps, un peu de votre énergie aussi car les enfants ne se sont pas laissés coucher facilement ce soir… un peu d’attention en l’aidant dans la cuisine tout en prenant des nouvelles de sa journée… vous auriez eu une petite joie au cœur en vous asseyant enfin tous les deux pour partager ce moment de repos ! Est-ce aimer que de n’avoir pas su bien donner tout cela ?

Oui, cela coûte de bien se donner entre époux: ne pas se faire de réflexions désagréables, faire preuve de patience, céder au désir de l’autre, ne pas envenimer la conversation… Comme cela demande d’efforts ! Peu importe quand il s’agit de choses secondaires… Aimer pour le bien de notre conjoint est plus fort que tout ! Cela demande aussi beaucoup d’abnégation de faire le choix généreux d’une nombreuse famille, ou, si cela ne nous est pas possible, d’exercer notre générosité en donnant de notre temps auprès d’autres personnes ! Cela coûte encore de restreindre une vie mondaine qui se fait au détriment de la cellule familiale, de faire le choix d’écoles onéreuses car non subventionnées et libres pour un enseignement en adéquation avec nos convictions morales et religieuses…

Oui cela est contraignant encore d’avoir à être exigeant avec ses enfants, de ne pas céder à leurs caprices, de savoir donner tout de suite la fessée méritée alors qu’on était à tout autre chose et qu’on n’avait nulle envie de sévir ! Seulement voilà, nous avons fait le choix d’un bien supérieur pour eux et il faut le leur donner, c’est notre devoir de parents aimants et responsables !

C’est pour cela, chers parents que nous devons transmettre très tôt à nos enfants le sens de donner, de bien donner ! Il me semble qu’il y a deux choses à travailler en parallèle pour cette éducation : faire plaisir à ceux que l’on aime, et  l’esprit de sacrifice.

Un enfant aime ses parents, et il comprend très vite qu’il doit aussi aimer le bon Dieu si bon pour lui. Il n’est pas difficile de lui apprendre à faire plaisir à sa maman ou son papa en obéissant, rangeant sa chambre ou en rendant service… De la même manière fera-t-il plaisir à Jésus en lui donnant un baiser, lui faisant une prière ou lui offrant un sacrifice. Ainsi fera-t-il très vite le lien entre aimer-donner-souffrir, car parce qu’il aime il est capable de donner au prix même d’un effort, jusqu’à ce que cela lui coûte.

Il faut alors être attentif à ce que ce don soit gratuit, sans esprit de retour… Au départ les parents remercient leur enfant et le félicitent. Attention que le don n’attende pas de félicitations systématiques ou de récompense quand l’enfant grandit (on voit souvent cela quand un enfant observe si on l’a bien vu faire sa bonne action…). Il faut savoir remercier, c’est certain, mais il peut arriver qu’il n’y ait aucune félicitation après un service rendu…la vie le prouvera souvent et il ne faut pas se sentir frustré et tomber dans l’orgueil pour autant… c’est justement l’esprit de sacrifice qui communiquera aux âmes la force dans les difficultés de la vie, et dans les épreuves qui ne manqueront pas. Le service est gratuit ! Il est un don du cœur, un acte de générosité pure, il n’y a aucun intérêt personnel à en attendre ! On travaillera ainsi la générosité des enfants en leur demandant des services à la maison, ou les uns pour les autres, avec gentillesse et spontanéité. A ce propos, il est préférable d’éviter les fameuses listes de services avec des tours…qui entraînent des « ce n’est pas à moi de le faire, ce n’est pas mon tour ! » et tuent l’esprit de générosité, et l’initiative d’un service non demandé. Mieux vaut ne pas faire de listes pour éveiller l’attention personnelle aux autres et le service discret, ou, si vous y tenez, une liste de services à rendre (dans la maison ou le jardin…) sur laquelle chacun inscrira son nom en face du service choisi. La maman veillera à ce que les choix tournent en fonction des difficultés et des âges… Par ailleurs elle s’adressera à l’un ou à l’autre pour demander une aide particulière… et parfois même à tout le monde à la fois : vous verrez alors comme le service peut se faire dans une bonne ambiance familiale !

Cet esprit de générosité s’ouvrira peu à peu vers l’extérieur du foyer familial en donnant une pièce et une médaille miraculeuse au pauvre sur le trottoir, un  jouet ou des vêtements aux familles en difficulté, un peu de soutien pour garder les enfants de la voisine ou une visite à une personne seule ou âgée…

A la paroisse les enfants suivront naturellement l’exemple de leurs parents en proposant leur aide au service de messe, ménage de l’église ou participation à la chorale…la famille sera capable de renoncer à un bon week-end bien confortable en petit comité, pour renforcer les rangs d’un pèlerinage et s’époumoner au grand air en lançant prières et cantiques !  Peu à peu ils s’engageront plus intensément en se dévouant dans des mouvements de jeunesse tels que le scoutisme, le MJCF ou d’autres associations où ils pratiqueront pleinement le don d’eux-mêmes.

C’est là une grande responsabilité des parents de transmettre l’esprit du don de soi-même à leurs enfants qui rayonneront autour d’eux en livrant leur cœur au service de leur entourage, dans un esprit de sacrifice pour l’amour du prochain dans lequel ils sauront voir Dieu! Nous ne serons pas surpris alors de voir fleurir autour de nous des familles nombreuses et généreuses….ainsi que de belles vocations religieuses d’âmes prêtes à donner leurs vies pour le service d’autres âmes !

Sophie de Lédinghen

La famille, lieu d’action

Chers grands parents,

Dans les précédents articles, nous avons traité essentiellement du rôle des grands parents dans la construction, voire la survie de leur propre famille. Il nous paraît utile de parler du rayonnement qu’elle doit avoir sur la société.

Il serait tentant de croire que, dans ce monde « anti-Christ » où « tout est mauvais », le rôle de la famille catholique se résume à exister, éduquer les siens, considérant qu’à l’extérieur il n’y a plus rien à faire. Un saint prêtre[1] de la fin du 19ème siècle exposait au contraire le rôle essentiel que devaient avoir les familles dans cette situation d’effondrement.

La situation de nos contemporains peut s’assimiler à celle d’une population d’affamés. Dans ce cas, le devoir du catholique est de se priver même du nécessaire pour lui venir en aide. Notre société est dans une situation plus grave que celle de la peste ou de la guerre… « La plupart des âmes vont en enfer parce que personne ne prie pour elles » disait la sainte Vierge à Fatima. Il nous faut prier et agir.

La famille ne peut donc se placer en simple spectatrice lucide de la situation, abonnée aux bons journaux, mettant ses enfants dans des écoles réellement catholiques, critiquant avec sévérité la perversion de ses contemporains.

Tout chrétien doit être apôtre et les grands-parents doivent prêcher ce principe dans leur famille.

Cette apostolat nécessite de s’unir : « Là où deux ou trois sont unis en Mon nom, Je suis au milieu d’eux » et « qu’ils soient un comme Mon père céleste et Moi-même sommes un ». Seul, l’individu est impuissant. A cet égard, on ne peut qu’admirer l’unité dont ont su faire preuve nos adversaires pour instiller puis imposer tous les principes destructeurs de la société chrétienne, avançant pas à pas pour rendre évidement nécessaires toutes les perversités de notre société laïque. L’avortement considéré comme une abomination par la plupart de nos concitoyens dans les années 60 est considéré comme un droit absolu par les mêmes qui le condamnaient !

Engageons donc nos familles et engageons-nous nous-mêmes dans les mouvements existants pour défendre la chrétienté que ce soit par le scoutisme, les mouvements catholiques de familles, les chapelets des mamans, les pèlerinages ou autres. Avant de créer du nouveau, soutenons ce qui existe. Cela n’est pas facultatif !

Les responsables de mouvements connaissent les habituelles objections2…

  • « Je ne suis pas compétent, ça n’est pas le moment, j’ai déjà donné… » Les mouvements catholiques ne sont pas des groupements de saints experts mais d’hommes et de femmes dont le principal mérite est d’être là, prêts à servir avec leurs qualités et leurs défauts.
  • « Mon devoir d’état est ailleurs, je dois d’abord être à ma femme et mes enfants ! » Certes mais, comme nous le disions plus haut en période de nécessité, le catholique doit donner plus que son superflu ! De plus, l’exemple que nous donnerons sera un modèle à suivre pour nos enfants et petits-enfants.
  • « Ces œuvres sont inutiles, elles ne touchent qu’un milieu restreint, leur bilan est négligeable ». C’est évidemment faux… certains mouvements ont pour cible les milieux déchristianisés et même dans les milieux catholiques, le besoin de conversion est nécessaire.

Nos familles ne doivent pas rester fermées sur elles-mêmes mais rayonner par l’action. Elles doivent être présentes partout où il y a des combats à mener. Chacun doit s’engager là où il se sent le plus de capacités. La prudence nécessaire à tout engagement devra être compensée par une grande générosité. Comme le disait René Bazin dans le précédent numéro, « n’ayons pas peur » ou plutôt, ayons peur de n’en faire pas assez. Prenons conseil mais sachons prendre des risques !

La position de grands-parents coïncide souvent avec le départ à la retraite ! C’est bien le moment de donner l’exemple3 et de faire profiter d’autres de notre expérience en nous engageant !

Prions sainte Anne de nous encourager aux engagements nécessaires de nos familles car les conversions ne s’obtiennent qu’à la suite de longs et pénibles efforts dont la victoire n’est qu’un fruit éloigné. « Autres sont ceux qui sèment, autres sont ceux qui récoltent ». Il faut agir pour le Christ. Les domaines d’action sont divers mais, finalement, le salut de la société se fera par le catholicisme4.

Des grands-parents

1 « Le devoir des catholiques » 1875 Abbé Le Conte, disponible sur Gallica

2 Ces objections sont citées dans le fascicule de l’abbé Le Conte… comme quoi, rien n’est nouveau !

3 D’autant plus que l’expérience montre que, dans la plupart des cas, quand les parents s’engagent, les enfants le font aussi !

4 Loin de nous l’idée de critiquer l’action politique qui, menée avec prudence contribuera, parfois indirectement, à la restauration de la société chrétienne.

Rangements d’armoire …

Le temps de la rentrée passé, voilà venu le temps propice à une certaine réorganisation de la maison. Les enfants sont en classe, et vous avez plus de disponibilité pour optimiser votre intérieur.

Pourquoi ne pas commencer par votre armoire à linge ?

Cette astuce s'applique aussi bien pour le rangement des draps classiques que pour les housses de couette.

Chacun en a fait l'expérience : les deux portes de l'armoire à linge sont ouvertes : vous avez sous un bras une housse de couette, sous l'autre bras, le drap housse, et vous êtes en train de «  farfouiller » dans la pile de vos taies d'oreiller afin de recomposer l'ensemble …

Servez-vous de cette fameuse taie d'oreiller comme d'une housse de rangement ! Vous glisserez dedans, pliés et repassés, la couette et le drap housse. Vous gagnerez un temps précieux,  vos enfants n'auront plus aucune excuse pour ne pas aller chercher eux-mêmes l'ensemble, et cesseront de vous appeler d'un ton désespéré parce qu'ils ne s'y retrouvent pas …

Il peut être utile aussi d'afficher sur la porte intérieure de votre armoire ou de votre placard votre logique de rangement (ex. : étagère supérieure, « couette une personne », étagère milieu : « serviette de toilette », etc...)

Vous appréciez cette rubrique ? Vous trouvez ces astuces intéressantes ou vous en connaissez de bien meilleures ? Alors … partageons nos talents ! N'hésitez pas à écrire au journal.

Donner ?… Encore ?…

– Paul, nous avons besoin d’aide samedi pour repeindre une classe à l’école !… Ce serait bien que tu viennes aussi à la manif contre la PMA et la GPA dans un mois !

– Ah, tu sais, j’ai un boulot prenant… Le week-end, je n’ai pas le temps, j’ai plein de choses à faire à la maison… Les manifs; ça ne sert à rien, d’autres iront pour moi !…

Une heure après, Paul a du temps….

  • Allo Régis, ici Paul…tu viens voir le match Toulouse-Clermont ? As-tu vu les débats sur Twitter ?

N’avez-vous jamais remarqué autour de vous ces personnes qui donnent rarement de leur temps ? Et celles qui en font trop au détriment de leur vie de famille ?

L’équilibre est délicat mais repose sur quelques principes simples.

La nécessité de donner

Donner avec générosité, est un acte de charité, la plus haute des vertus.

Donner, c’est faire bon usage des talents, des biens et du temps que Dieu nous a donnés. Les biens matériels ne sont qu’un usufruit que la Providence a confié aux riches  pour en faire ses ministres et dispensateurs.

Donner, c’est se faire des amis dans le ciel avec les biens de la terre !

La générosité est indispensable pour lutter contre l’égoïsme, l’attachement aux biens de ce monde, à son confort personnel, aux vanités et futilités et développer l’oubli de soi pour remplir son cœur de l’amour de Dieu et du prochain.

Le père de famille apprend à se donner par amour pour son épouse, dans les affections nobles comme dans les petites choses de la maison, pour sa famille, pour le prochain, pour la société afin de contribuer à laisser un monde meilleur à ses enfants.

Le père a un devoir d’exemplarité essentiel pour apprendre la générosité à ses enfants en les y associant dès le plus jeune âge : services rendus à la maison, aux grands-parents, aux amis mais aussi à la communauté paroissiale, à l’école et à la société. Le père emmènera ses enfants dès 6 ans, et continuera régulièrement à l’âge de l’adolescence et au-delà. Les familles généreuses et unies transmettent avec cohérence les valeurs morales qu’elles prêchent. Aussi ne faut-il pas s’étonner que les vocations, le sommet du don à Dieu, y éclosent plus facilement qu’ailleurs. Le don doit être gratuit, non rémunéré sinon il tournera vite à l’égoïsme intéressé : « je lave la voiture, ou je tonds la pelouse si tu me donnes 5 € ! »

Donner : l’argent, le temps, du cœur.

Plus on a d’argent, plus on aimerait le faire fructifier, plus on s’en inquiète…

Moins on a d’argent, plus on en parle, plus on s’y attache aussi…

Luttez contre ces risques en donnant de vos biens matériels superflus !

votre don :100 €
Déduction fiscale :66 €
coût réel du don : 34 €

Le fait de payer des impôts sur le revenu est un signe que vous pouvez aussi donner financièrement ! Pour de nombreuses causes (culte, école, association), vous ne ferez en fait qu’un effort de 1/3 de la somme donnée, le reste étant une affectation de vos impôts à la cause que vous soutenez.

Que vous soyez financièrement à l’aise ou pas, donnez un peu de temps et d’attention aux autres ! Le bon fonctionnement des sociétés familiales, religieuses et civiles dépend de ces échanges gratuits !

Qui dira le bienfait d’une oreille attentive, d’un moment donné, d’une parole aimable et d’un service rendu ?

 Veiller à la pureté du don !

Combien de dons de soi sont habités par un désir secret de reconnaissance ! Cette attente de retour est souvent inconsciente et involontaire. Sans rêver à accéder immédiatement à un don parfait, sachez interpréter les signes que tel don que vous avez fait était impur :

  • L’amertume, le murmure, la colère envers la personne ou l’instance accusée de manquer de reconnaissance…
  • Les calculs d’apothicaire, l’attente douloureuse de retour…Vous vous surprenez à compter ou comparer le temps, l’argent ou l’énergie…

« Le Burn-Out, une maladie du don »

Cet ouvrage de Pascal Ide rappelle qu’un excès de don de soi sans respecter des règles de prudence et d’équilibre peut conduire à des conséquences graves. Médecins et personnels soignants, « aidants », éducateurs, prêtres en sont les premières victimes. Leur action est tellement utile aux autres, qu’ils peuvent en oublier le besoin de recevoir avant de donner; de respecter le rythme de la nature humaine que Dieu nous a donnée (sommeil, repos hebdomadaire, vraies vacances,…). Leur solitude peut leur peser ; ils oublient de prendre conseil (directeur spirituel, vrais amis).

Ce n’est pas nécessairement l’excès de don, mais la manière de donner qui est en cause ! Si vous vous reconnaissez dans cette tentation, vous devez abaisser votre niveau de perfectionnisme, consentir aux limitations du réel, faire preuve de discernement. Gardez votre idéal, mais donnez-vous avec une confiance accrue que la Providence de Dieu pourvoira au-delà de vos limites voulues par Lui.

Apprendre à donner…et à recevoir !

St Bernard rappelle les conditions du don méritoire : « Un canal reçoit l’eau et la répand tout de suite. Une vasque attend d’être remplie et communique ainsi sa surabondance sans se faire de tort. La charité veut cette abondance pour soi-même, afin de pouvoir partager avec tous ; elle en garde pour soi une mesure suffisante ».

Notre vasque se remplit par la prière et les sacrements, l’étude, les vraies amitiés, l’équilibre de notre vie.

Pour bien donner, il faut se connaître : involontairement contaminés par l’individualisme contemporain, beaucoup ont besoin de s’entraîner à davantage de générosité (l’eau d’une vasque qui ne se donne jamais va croupir), mais certains ont besoin de se freiner et de consentir à leurs limites !

Ceux qui sont dans le besoin, doivent apprendre à demander avec simplicité…sans oublier de remercier ou de rendre service ultérieurement.

Ceux qui donnent doivent accepter les remerciements éventuels avec simplicité, sans les rechercher : « ne rien demander, ne rien refuser » (St François de Sales). Ces marques de reconnaissance nous encouragent à continuer !

Soyons donc généreux, sans compter, mais dans la Volonté de Dieu en gardant ce conseil à l’esprit :

« Si tu as beaucoup, donne beaucoup ; si tu as peu, donne peu ; mais donne de bon cœur ! » (Tobie.C.IV)

Hervé Lepère

Premier Mystère Glorieux : La Résurrection de Notre-Seigneur

Fruit de ce mystère : La joie chrétienne

 « Dis-nous Marie, qu’as-tu vu en chemin ?

-J’ai vu le tombeau du Christ vivant et la gloire du Christ ressuscité !…

Joie et allégresse de ce matin de Pâques où, dans la pure fraîcheur de l’aube les saintes femmes courent vers le tombeau, portant les aromates et les parfums pour ensevelir le Maître que, dans la hâte d’une veille de sabbat, on n’a pu que rouler dans son linceul. Leur cœur les tire, vite, si vite ! Mais « qui déplacera pour nous la pierre du tombeau » ?…

Et voici le jardin, le tombeau ouvert que les gardes, dans leur terreur ont abandonné, cette lumière mystérieuse qui s’en échappe, le linceul soigneusement plié, le vide solennel et silencieux d’un tombeau d’où la mort est maintenant absente, et l’ange aux vêtements éblouissants : « Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui est parmi les vivants ?… »

Et voici Marie-Madeleine avec son cœur éperdu qui se prosterne aux pieds du Maître, pleuré et retrouvé : « Marie !… : la voix qui appelle, qui entre dans l’âme apportant certitudes et espérance : dialogue qui commence entre le Christ et les âmes fidèles et ne prendra jamais fin !…

Et les apôtres, à leur tour, qui courent vers le tombeau, mais qui ne verront rien, eux, que les bandelettes gisantes et le linceul, bien plié dans un coin ; mais ce témoignage leur suffit : « Ils ont cru », dit solennellement l’Evangile.

On ne sait comment les recueillir toutes ces images de joie, ces souvenirs pleins d’allégresse de ce matin unique entre tous, plus beau que le premier matin qui se leva sur le monde au paradis terrestre.

Oh ! matin de Pâques qu’on imagine si lumineux sous le ciel palestinien !… Matin qui pour toujours, tant qu’il y aura des cœurs chrétiens, déversera la joie des Alléluia pleins de cloches !…

La joie chrétienne

Vierge Marie, qu’on ne nous dise plus que la croix du Christ assombrit l’horizon du monde, alors qu’elle n’est que le porche de la joie durable !… Est-ce le christianisme qui a inventé la mort ? le mal ? la souffrance ?… et ceux qui ont ôté la croix de leur vie en ont-ils en même temps ôté toutes les souffrances ? N’ont-ils jamais rencontré l’échec, la maladie, les déceptions, les rêves commencés et avortés ? La vie ne leur a-t-elle jamais semblé, « une chose dure qui serre de trop près et perpétuellement nous fait mal à l’âme[1]»… N’est-ce pas pour eux, alors que sera vrai le mot de Saint Paul : « Si le Christ n’est pas ressuscité, nous sommes les plus malheureux des hommes » ?

Mais le Christ est ressuscité ! Alléluia ! Les anges l’ont dit, les saintes femmes l’ont vu et des milliers et des milliers ont rendu témoignage tandis que Thomas, pour rassurer notre incrédulité, a mis ses doigts dans les trous béants des plaies saintes. Le Christ est ressuscité ! Alléluia ! Si nous ne pouvons pas le chanter tous les jours comme nous le chantons en chaque matin de Pâques, il faut que sans cesse, la récitation de notre rosaire, en nous ramenant devant le tombeau vide, nous rappelle que nous sommes les enfants de la joie !…

C’est grâce à ce matin de Pâques où le Christ est sorti vivant du tombeau que nous pouvons porter des fleurs dans les cimetières et regarder sans désespoir cette terre qui recouvre ceux qui nous ont quittés. Vierge Marie, c’est pour nous aussi que l’ange assis sur la pierre du tombeau lève le doigt vers le ciel : « ne cherchez plus parmi les morts celui qui est parmi les vivants ! » « Ils sont vivants, éternellement vivants, nos bien-aimés ; ils ont passé la porte obscure qui provisoirement les sépare de nous, mais c’est pour commencer la vie définitive dont la nôtre n’est qu’un prélude plus ou moins bref ; ils sont des invisibles, ils ne sont pas des absents ; ils cheminent près de nous, jusqu’à l’heure de la réunion définitive[2] »

Le Christ a vaincu la mort ; Il a vaincu pour nous la solitude humaine. Je suis seule peut-être dans ma maison et dans ma vie, je suis celle qui pleure et qui ne reconnaît pas sous les traits du jardinier Celui qu’elle pleure, jusqu’à ce que la voix connue appelle « Marie » !

Mon Dieu ! Ce matin de Pâques, c’est votre voix qui nous appelle chacun par notre nom pour mettre la joie jusqu’au plus intime définitivement et n’est-ce pas une joie infinie d’entendre Celui qui dit : « Ne pleure pas ! » ?

Je saurai maintenant vous reconnaître derrière tout ce qui vous cache… Vous êtes dans ma maison, vous êtes dans ma vie, vous êtes là pour m’appeler par mon nom et pour qu’au lieu de rester amère dans ma solitude, je courre moi aussi pour annoncer cette bonne nouvelle que je porte en moi comme une espérance invincible… Le Christ est ressuscité ! Il a remporté toutes les batailles ; Il est le Vainqueur ; que craindrais-je ? De quoi aurais-je peur ?

Et joie aussi que cette certitude du mal définitivement vaincu ! C’est dur, Vierge Marie de voir tout ce mal qui s’étale impudemment, torturant les corps, les cœurs et les âmes. Je suis là bien tranquille chez moi, et le mal du monde vient me souffleter brutalement : les vengeances, les atrocités, les colères, les haines, les injustices, les profits… Mon Dieu ! Tout en moi proteste ! Il faut que le mal soit vaincu pour que j’aie le courage d’élever mes enfants, de faire ma tâche de chaque jour, de résister à la pente glissante de cette immoralité qui emporte tout, de ces moqueries et injustices qui m’entourent… Vierge Marie, tout à l’heure, avant de prendre mon Rosaire, un poids d’amertume m’oppressait. Maintenant j’ai compris : le mal n’a qu’un triomphe passager… Celui qui va du Vendredi Saint au matin de Pâques. Je laisserai dire ceux qui se moquent de ma vie, ceux qui ricanent… Je sens en moi les paroles qui faisaient brûler d’amour le cœur des disciples d’Emmaüs. Ne faut-il pas que, comme le Christ a souffert, nous réalisions nous-mêmes la vérité des Béatitudes, cette joie au-delà des larmes, des injustices, des persécutions, de la pauvreté ?… Bienheureux ! Bienheureux ! Oh ! oui, bienheureux sommes-nous mon Dieu  puisque nous avons la certitude de vos promesses qui, au-delà de la nuit des temps, percent l’horizon comme l’aube du matin de Pâques.

Vierge Marie ! Faites qu’à force de réciter cette première dizaine, je sente grandir en moi la pure joie chrétienne qui est l’authentique témoignage des disciples de votre Fils !

D’après Paula Hoesl

[1] Marcel Proust

[2] Paul Claudel

La grandeur du veuvage

On ne parle pas assez de la situation du veuvage qui, logiquement, touche quasiment la moitié des gens mariés. Le mot même de « veuf » ou « veuve » est synonyme de tristesse, que l’on a tendance à fuir au point que les personnes concernées par cet état se refusent à le porter et s’efforcent par tous les moyens de faire oublier leur condition, sous prétexte qu’elle les humilie, les met dans un état d’infériorité auquel elles veulent échapper. Réaction « normale » aux yeux de beaucoup aujourd’hui…mais, disons-le, réaction peu chrétienne qui trahit l’ignorance des réalités profondes.

Quand la mort frappe l’un des deux époux, que ce soit de façon brutale, accidentelle, ou après une longue et éprouvante maladie, elle plante une croix de douleur très lourde et ineffaçable au cœur de l’époux restant. Celui-ci a alors le cruel sentiment qu’on lui a arraché la meilleure part de lui-même, la personne aimée qui fut le centre de son affection, la force calme et douce sur laquelle il faisait si bon s’appuyer….Le voici soudain affreusement seul, délaissé, plié sous le poids du chagrin et des responsabilités à affronter : comment assurer sa subsistance, peut-être même celle de ses enfants ? Faudra-t-il quitter la maison ? Changer de région ? On comprend alors comment l’âme de la veuve ou du veuf peut être accablée et parfois révoltée devant l’immensité de son angoisse. Aussi certains perdent le goût de vivre, refusent de sortir de leur souffrance, tandis que d’autres tâchent d’oublier en fuyant leurs responsabilités…

Aux premiers siècles de l’Eglise, les communautés chrétiennes assignaient aux veuves un rôle particulier de charité. Le Christ durant sa vie mortelle leur témoignait une bienveillance spéciale, et les Apôtres après Lui les recommandaient à l’affection des chrétiens et les encourageaient à la perfection.

L’Eglise ne condamne pas les secondes noces, surtout s’il y a de jeunes orphelins, mais elle marque sa prédilection pour les âmes qui veulent rester fidèles à leur époux et cultivent les richesses spirituelles propre à cet état avec la conviction vécue que « loin de détruire les liens d’amour humain et surnaturel contractés par le mariage, la mort peut les perfectionner et les renforcer[1] ». Certes, sur le plan humain le mariage n’existe plus, mais « ce qui en constituait l’âme, ce qui lui donnait vigueur et beauté, l’amour conjugal avec toute sa splendeur et ses vœux d’éternité, subsiste, comme subsistent les êtres spirituels et libres qui se sont voués l’un à l’autre[2]. » Quand le veuf ou la veuve entre dans l’intimité divine, « Dieu le délivre de toute faiblesse et de toutes les scories de l’égoïsme », Il l’invite à une disposition d’âme plus pure et plus spirituelle. Ainsi l’époux resté seul à son pèlerinage terrestre accepte de se détacher de la terre, de renoncer aux joies et à l’affection de son époux défunt pour conquérir une autre présence, plus intime, plus profonde et forte. Une prière humble, dans l’acceptation courageuse des volontés du Seigneur, obtiendra cette compréhension.

Dans son foyer, le veuf (ou la veuve) apporte à ses enfants l’affection de celle (ou celui) qui leur manque et essaie, avec tact, de la remplacer en lui  restant uni par la pensée. Le parent disparu  lui suggérera alors en Dieu les attitudes à prendre et lui donnera autorité et clairvoyance. Il faut que le souvenir de l’absent inspire force et courage. La veuve surtout, continue à se donner, avec discrétion et humilité. Elle s’habille très modestement (à moins qu’elle souhaite se remarier) mais, comme dit sagement St François de Sales : rien ne sert de mettre  « l’enseigne au magasin » si l’on ne recherche pas de mari ! L’humilité et la charité sont des vertus propres à la veuve qui ne recherche ni les honneurs ni les titres. « La vraie veuve est en l’Eglise une petite violette de mars qui répand une suavité nonpareille par l’odeur de sa dévotion, et se tient presque toujours cachée sous les larges feuilles de son abjection (humilité) » dit encore le saint évêque.

Pour soulager un tant soit peu l’épreuve de leur séparation à venir, les époux peuvent déjà, de leur vivant, se parler de ce qui se passera à la mort du premier d’entre eux et prévoir leurs obsèques, le lieu où ils veulent être enterrés, mettre un peu d’argent de côté pour faire dire un trentain de messes …parler et organiser tout cela, se tenir au courant de leur situation financière, administrative, se dire où est rangée telle ou telle chose utile pour l’autre, c’est vraiment se rendre service ! On ne dira jamais assez aux parents d’expliquer à leurs enfants les formalités administratives de la tenue d’un ménage (banque, assurances, impôts…), mais aussi les bases d’une tenue de maison, les rudiments d’une cuisine familiale, les programmes d’un lave-linge… oui Mesdames, assurez-vous que votre propre mari soit à même de se débrouiller seul en cas de besoin, et réciproquement !

Quand viendra le deuil, celui des deux époux resté seul, sera heureux d’être soulagé de toutes ces préoccupations matérielles, et pourra se réfugier plus sereinement dans la prière, confiant son chagrin à la Vierge Marie, veuve elle aussi, qui, après le départ de son Fils, mena une vie de prière et de dévouement caché. Oui, le veuvage est grand lorsqu’il est vécu comme le prolongement des grâces du mariage et la préparation de leur épanouissement dans la lumière de Dieu.

Sophie de Lédinghen

[1], 3, Pape Pie XII

Merci!

Si dans Foyers ardents N° 5 (n’hésitez pas à le relire…), nous avons voulu remercier nos maris et pères de nos enfants, il est juste qu’en ce numéro consacré au don, nous offrions notre reconnaissance à celles qui ne sont que don.

Merci à celles qui dès leur plus tendre enfance ont cultivé les qualités de générosité en apprenant à donner le meilleur d’elles-mêmes.

Merci aux jeunes filles qui ont su préserver leur pureté, la clarté de leur regard et ont su adopter et conserver le comportement approprié afin de ne pas devenir femme-objet pour demeurer fidèle à leur vocation.

Merci à celles qui ont su, non par mièvrerie ou soumission, mais généreusement, garder une tenue féminine au milieu d’un monde difficile.

Merci à celles qui savent que Dieu nous a créés homme et femme, différents mais complémentaires et qui conservent la place que Dieu leur a préparée depuis toute éternité, à l’image de Marie, leur Mère.

Merci à celles qui ont offert leur vie dans le silence du cloître pour enfanter par leurs prières et leur rayonnement spirituel toute une génération d’enfants, pieux et généreux.

Merci à celles qui n’ont pas eu la joie d’enfanter dans leur corps mais à qui nos familles doivent tant de sacrifices et de prières offertes pour elles.

Merci à celles qui, à compter de leur mariage se sont offertes entièrement, conscientes de leur renoncement mais heureuses de participer ainsi à l’œuvre de Dieu.

Merci à celles qui dans leur foyer savent trouver la place qui est la leur en lui apportant féminité, sérénité, ordre et paix.

Merci à celles qui se donnent à leur époux et à leur foyer pour la vie, sans égoïsme, sans garder leur « jardin secret », chaste, soumise, fidèle, avec une générosité totale et un don complet « pour le meilleur et pour le pire » !

Merci à celles qui ont su choisir de devenir la reine de leur foyer, plutôt que de poursuivre un avenir professionnel, et qui s’engagent avec enthousiasme, toutes données au bien commun.

Merci à celles qui savent être le cœur qui réchauffe, l’âme du foyer, la conseillère fidèle de leur époux, l’aidant et le soutenant dans les épreuves de la vie.

Merci à celles qui veillent à progresser, à maîtriser leur caractère, à former leur intelligence, leur cœur, à fortifier leur vie de prière pour pouvoir mieux donner car « on ne donne que ce qu’on a ».

Merci à celles qui ont compris que l’avenir du monde est entre leurs mains : c’est sur leurs genoux que naissent les vocations, que les défauts sont maîtrisés et les caractères formés.

Merci à celles qui ne comptent pas leur temps et qui donnent sans compter, « chantant Matines » avec leurs tout- petits et « Complies » avec les plus grands…

Merci aux mamans des petits et aux mamans des grands ; donnant soins, amour et charité aux uns, disponibilité, discussions et prières silencieuses à tous.

Merci à celles qui prient et font célébrer des messes pour leur foyer, pour leurs enfants, menant ainsi vers le haut toute la maisonnée.

Merci à celles qui aux yeux du monde, ayant terminé leur mission,- les petits ayant quitté le nid- demeurent dans le silence et la prière, gardiennes du foyer, disponibles à tous, aux siens comme aux autres, toujours généreuses, toutes à tous…

Merci d’être celles qui écoutent et savent se taire, conseillent avec doigté, aident avec délicatesse, veillent dans la nuit, se sacrifient et toujours prient.

Merci enfin à celles dont les cheveux parsemés de fils blancs rayonnent par leur sérénité, par leur présence rassurante, leur fidélité quotidienne au devoir d’état, leur exemple et leur foi. Elles offrent leur famille par un Rosaire continu dans un appel plein d’espérance.

Que Notre-Dame des Foyers Ardents veille sur toutes ces femmes afin que d’elles jaillissent comme un soleil levant, des familles rayonnantes, montant vers le ciel.

Marguerite-Marie

 

ACTUALITÉS CULTURELLES

Paris

« Caravage à Rome, amis et ennemis » au Musée Jacquemart-André, Paris 8e jusqu’au 28 janvier 2019. Œuvres, d’un peintre du XVIIe siècle qu’on ne présente plus, provenant des plus grands musées italiens et dont plusieurs n’ont jamais été exposées.

« Un voyage des impressionnistes aux fauves » jusqu’au 10 février 2019 au Musée Marmottan Monet, Paris 16e. Collections privées.

« Naissance de la sculpture gothique à Saint Denis, Paris et Chartres » au Musée de Cluny, Paris 5e, jusqu’au 31 décembre.

« Les marchands merciers parisiens au XVIIIe siècle » jusqu’au 27 janvier 2019, au Musée Cognacq-Jay, 8 rue Elzévir Paris 3e. Première exposition consacrée à ce corps de métier parisien qui importait des objets, symboles du luxe parisien le plus raffiné, pour parer aux besoins de la cour et des nouvelles classes aisées avides de beauté et de luxe.

« Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle » au Grand Palais jusqu’au 21 janvier. Une visite particulièrement recommandée !

  • Meudon (92)  « Le château de Meudon au siècle de Louis XIV, Servien, Louvois et le Grand Dauphin (1654-1711) » jusqu’au 21 décembre 2018 au Musée d’Art et d’Histoire de Meudon.
  • Metz (57) « Splendeur du christianisme » au Musée de la Cour d’Or, jusqu’au 27 janvier 2019Art et dévotions de Liège à Turin du Xe au XVIIIe siècle.
  • Thonon-les-Bains (74) « D’une rive à l’autre » jusqu’au 10 novembre au Musée du Chablais (2 rue Michaud).Exposition conçue comme une promenade sur les bords du Lac Léman, à travers des gravures des XVIIIe et XIXe siècles.
  • Conches-en-Ouche (27) « Loetz 1900-Verre de Bohème » au Musée du verre jusqu’au 25 novembre.
  • Dreux (28) « Trésors cachés » jusqu’au 21 décembre au Musée d’Art et d’Histoire de Dreux (5 place du Musée). Dessins, peintures, sculptures…de vrais bijoux exhumés des réserves de plusieurs musées.
  • Orléans (45)«  De Vouet à Boucher, au cœur de la collection Motais de Narbonne » au Musée des Beaux-Arts jusqu’au 13 janvier. Collection de peintures des XVIIe et XVIIIe siècles (présentée en 2010 au Musée du Louvre). Lac Léman.