Croque Cake et Pavlova…

 

Croque cake

Ingrédients pour 8 personnes

* une dizaine de tranches de pain de mie

* 150 g de saumon fumé

* un bocal d’asperges en conserve

* 3 œufs

* 20 cl de crème liquide

* aneth

* sel, poivre

Préparation

Préchauffez le four TH 6 à 180°.

Dans un saladier, battre les œufs avec la crème, l’aneth, le sel et le poivre.

Dans le fond d’un moule à cake, déposez des tranches de pain de mie découpées aux dimensions du moule. Versez la crème ; disposez les tranches de saumon et une rangée d’asperges. Recouvrez de pain de mie et recommencez l’opération jusqu’en haut du moule en terminant avec des tranches de pain de mie arrosées du mélange.

Enfournez 30 à 40 min à 180°. Démoulez une fois refroidi.

Dégustez chaud, tiède ou froid, découpé en tranches, accompagné d’une salade verte par exemple.

Vous pouvez varier à l’infini : saumon, poireaux, fromage de chèvre fondu dans la crème, etc…

.Pavlova aux fruits du jardin

   Proportions pour 10 personnes

– 6 blancs d’œuf

– 340 g de sucre

– 1 cuillère à café de vinaigre

– 1,5 cuillère à café de Maïzena

Crème Chantilly :

50 cl de crème fraîche entière très froide

2 sachets de sucre vanillé

Fruits du jardin : fraises, framboises, kiwis, myrtilles, mûres…

Préchauffer le four à 120°.

Montez votre meringue. Ajouter le sucre en pluie, la maïzena, le vinaigre. Le mélange doit être bien brillant et la consistance en bec d’oiseau.

Sur une feuille de papier sulfurisé, sur laquelle vous aurez tracé au préalable le diamètre maximum de votre plat (-5 cm), étalez votre meringue en forme de nid.

Vous pouvez faire le tour à la poche à douille ou créer des volutes sur les bords.

Enfournez durant 1h – 1h 15 et laissez bien refroidir dans le four.

Montez la crème Chantilly.  Remplissez en le centre de la Pavlova.

Placez harmonieusement les fruits sur le nid !

Régalez-vous avec ce dessert magnifique, peu couteux et extrêmement facile à faire !

Variantes : vous pouvez conjuguer ce dessert à l’infini : en portions individuelles, au café et copeaux de chocolat, à deux étages, garni avec du mascarpone pour un dessert plus léger…

Deux beaux Textes

Deux vérités à rappeler aux mamans:

 1- Tous les vôtres, Mesdames, continuent de vivre de votre vie réelle, pas seulement de ce que vous paraissez être, de ce que vous êtes et de ce que vous ignorez peut-être, de ce que vous êtes devant Dieu. On met les siens à son niveau. Vos défauts font du mal ; vos acquisitions généreuses et courageuses font du bien, tout cela marque les vôtres.

2- La seconde vérité, c’est que, en vous, il y a plus que vous. En vous, il y a Dieu. Votre vie religieuse, ce n’est pas quelque chose qui est plaqué sur votre vie de femme ; ce n’est pas seulement un lieu où vous pouvez vivre solitaire et vous réfugier ; votre vie religieuse est dans votre vie de femme, d’épouse, de maîtresse de maison ; elle représente un niveau auquel vous devez élever toute votre vie ; « Dieu est le centre de nos âmes ». Ne soyez pas femme et chrétienne mais femme chrétienne. Toutes les fois que vous faites un effort sérieux pour que votre âme aille mieux, les autres en bénéficient ; se laisser aller, reculer devant la tâche nécessaire, ce serait les abandonner.

Aux chrétiens de donner le ton, de savoir devant Dieu ce qu’ils doivent faire, de le faire bravement et intelligemment !

Mgr Blanchet. Récollection du 19/05/1952

*************************************************

La joie

Ne sois pas de ceux qui s’imaginent qu’ils ne peuvent jouir de leur bonheur qu’en s’éloignant de Dieu ; pour eux il semblerait que Dieu ne veut que le sacrifice, la privation de toute joie légitime et que, plus ils seront dans la tristesse ici-bas, plus ils mériteront pour là-haut. Erreur grave ! ils oublient que toutes les joies sont un don du Père à ses enfants et que ce ne serait pas honorer le Père que de mépriser ses dons.

Ils oublient aussi que ce n’est pas la peine qui fait le mérite, mais la charité généreuse, l’amour de la volonté divine. La souffrance peut être une occasion de mérites plus grands, parce qu’elle demande pour son acceptation, un amour plus généreux. La joie peut donc être aussi méritoire de grâces, si on sait l’accueillir comme un don de la Miséricorde et de la Bonté du Père. Ne m’éloigne pas de ton bonheur. Je te demande au contraire de m’y associer pour que je puisse t’aider à le sanctifier.

Mgr Guerry – 1946

Petites notions sur les assurances

Dans le numéro précédent de Foyers Ardents, la page juridique portait sur l’achat d’un véhicule d’occasion, voyons ce qu’il en est, cette fois-ci des assurances.

L’assurance d’un véhicule à moteur est obligatoire, et si cela paraît évident pour une voiture, sait-on que cela vaut aussi pour votre vieux tracteur qui peut aller sur la route, ou la tondeuse à gazon autoportée. A propos du vieux tracteur il faut un permis spécial si vous n’êtes pas agriculteur.

Eh oui, si vous devez faire les bordures chez vous le long de la route ou y atteler une petite remorque pour vous déplacer quelque peu, cette tondeuse n’est pas couverte par votre assurance habitation.

Elle nécessite une assurance particulière. Bien sûr vous ne pouvez coller votre vignette assurance sur un pare-brise inexistant, mais en cas de dommage, si cet engin n’est pas assuré spécialement, l’assureur vous enverra paître…

Par contre, il n’y a aucune obligation d’être assuré pour la maison dont on est propriétaire, ce que l’on appelle l’assurance multirisque habitation. C’est bien sûr mieux en cas de problème, mais vous pouvez choisir aussi d’être « votre propre assureur » : c’est vous qui financièrement (à voir comment) mettez de l’argent de côté pour le jour où… En clair vous ne comptez que sur vos propres forces.

Mais si vous êtes locataire, alors cette assurance devient obligatoire car vous devez garantir les risques dont vous avez à répondre comme locataire, vis-à-vis du propriétaire. C’est l’assurance « garantie des risques locatifs ».

Attention, tous les contrats commercialisés sous l’appellation « multirisque habitation » ne comportent pas les mêmes garanties. Faites-vous donc bien expliquer lesquelles, surtout si vous devez comparer les offres de plusieurs assureurs, certains en outre refusant d’assurer certains biens hors normes.

N’hésitez pas à songer à réviser vos contrats automobile ou habitation régulièrement car vous aurez pu bénéficier au départ de prix attractifs type « nouveaux clients », qui le deviendront beaucoup moins avec le temps (vos primes augmentant régulièrement et sensiblement) alors que vous pourriez trouver moins cher ailleurs. Pour cela n’attendez pas la dernière minute car ces contrats se renouvellent par tacite reconduction (c’est à dire tant que l’on ne les dénonce pas), regardez donc leur échéance et anticipez votre étude de marché, pour pouvoir résilier votre contrat devenu inintéressant, dans le temps.

En outre pour pratiquer certaines activités de loisirs, vous devez être assuré et justifier chaque année de l’assurance couvrant cette activité, comme la chasse, la plongée sous-marine, mais pas le ski…

Elisabeth du Sorbier

 

Témoignage: L’expérience d’un médecin urgentiste

Quelques exemples concrets sur les conséquences de la prise de drogue.

L’expérience d’un médecin urgentiste :

 Plutôt que d’expliciter les effets des drogues sur le plan clinique c’est-à-dire montrer les conséquences que la toxicomanie a sur le corps humain, comme les effets stimulants, dépresseurs, le pouvoir intoxicant ou hallucinogène, il m’a paru préférable de parler aujourd’hui dans cette chronique, de cas pratiques, constatés et vécus lors de mon exercice hospitalier aux urgences.

En 2003, une Rave Party a été organisée à l’aérodrome de la Montagne noire, habituellement centre de Vol à Voile, près de Revel. C’était nouveau, elle faisait partie des toutes premières Rave et drainait une partie de la jeunesse, non seulement de la région Midi Pyrénées mais aussi du reste de la France. C’est pourquoi les secours étaient assurés  par les pompiers mais les secours médicaux n’avaient pas été prévus sur place, comme cela fut le cas, les années suivantes.

Etant de garde aux urgences de l’hôpital de Castelnaudary, le plus proche  du lieu de la Rave, l’équipe médicale a vu arriver tout au long de la nuit suivant le début de la manifestation, un défilé de camions de pompiers, nous amenant des jeunes gens présentant tous des troubles du comportement liés soit à une intoxication aigüe par l’alcool, soit à la consommation de drogue, soit  les deux.

La plus utilisée dans cette tranche d’âge est le Cannabis : états confusionnels, lenteur de l’idéation, difficulté à se repérer dans le temps, incapacité à répondre aux questions simples,  avec déambulation  dans les couloirs et la salle d’attente, les pupilles particulièrement dilatées ; pour certains des épisodes d’agitation, pour d’autres d’hyper somnolence : l’un d’eux avait choisi de passer la nuit dans un arbre, sur une branche, dont il est d’ailleurs tombé… Ce sont tous des patients qu’il a fallu garder et surveiller en attendant que les effets des drogues consommées se dissipent  pour qu’ils puissent repartir chez eux.

Quelques années plus tard, en 2010,  un jeune homme d’une trentaine d’années,  se présente aux urgences dans un état d’agitation extrême après avoir absorbé un demi-comprimé d’ecstasy au cours d’une fête entre amis ; il n’en avait pas l’habitude et faisait visiblement un « Bad Trip[1] » avec une sensation de mort imminente. Tous ses propos reflétaient cette angoisse de mort. Il n’y avait pas grand-chose à faire qu’à essayer de le rassurer mais c’était peine perdue. Progressivement les effets se sont estompés (mais il a bien dû patienter deux ou trois heures) et il a pu quitter le service en se jurant qu’il ne renouvellerait pas l’expérience…

Beaucoup plus grave, en 2013 : le Centre 15 nous informe de l’arrivée de deux VSAB[2] nous adressant deux jeunes de 24-25 ans, agités, ayant consommé probablement des substances dont ils taisaient le nom. Je me posais la question de la nécessité de deux camions de pompiers, ce qui veut dire deux équipages de quatre hommes, mais j’ai vite compris : le premier était dans un tel état d’agitation et de délire complet qu’il n’avait pas fallu moins que six hommes pour le maintenir et l’amener aux urgences ; l’autre était plus calme mais dans un état de malaise ; il est entré accompagné mais en marchant. Il y avait donc deux urgences à gérer en même temps, dont l’une particulièrement préoccupante puisqu’il fallait maintenir à plusieurs cet homme agité sur un brancard.

Le premier problème était de savoir quelle drogue avait été ingérée ; celui qui était interrogeable m’a parlé de drogue de l’amour (MDMA [3,4 méthyldioxyméthamphétamine], encore connue sous sa forme d’ecstasy)

Ensuite il fallait gérer la situation pour le premier patient, délirant, avec des hallucinations qui le terrifiaient ; heureusement un de ses camarades était présent et lui parlait, le rassurait : c’était le seul qu’il arrivait à comprendre. Il présentait une tachycardie[3] à 200/minute, une poussée hypertensive dont la systolique[4] approchait de 30, une hypersudation telle qu’il se liquéfiait littéralement sous nos yeux, rendant impossible la pose de voie veineuse périphérique dont le pansement se décollait sans cesse ; il se débattait sur son brancard maintenu par six hommes. Sa température approchait des 42°. Cette hyperthermie maligne était une urgence vitale.

Pendant que je passais un message au Samu pour demander un renfort médical, puisque nous étions en nombre restreint sur Castel, deux personnes se trouvaient dans le couloir et m’ont abordée. Ils voulaient savoir quand ces deux jeunes allaient pouvoir sortir, ils  étaient passibles de sanctions. Je les ai regardés abasourdie parce qu’ils n’avaient pas l’air de réaliser la gravité de la situation et je leur ai répondu que je n’étais pas certaine qu’ils puissent s’en sortir, en tout cas pour le premier. Donc envisager des sanctions était à mon avis hors de propos puisque le pronostic vital de l’un d’eux était en jeu…

Finalement la situation d’urgence a pu être maîtrisée ; le patient qui était en état très grave a été endormi et plongé dans un coma artificiel pour pouvoir être transporté en service de réanimation sur Toulouse. Deux ou trois semaines plus tard, nous apprenions qu’il était en vie et avait pu quitter la réanimation. J’ignore ce que ces deux jeunes sont devenus mais les plus grands doutes demeurent sur leur perspective de carrière.

Dr N. Rémy

[1]  Le bad trip se caractérise par une angoisse intense, des tremblements, des sueurs froides, des difficultés à respirer, des palpitations, des hallucinations, de la confusion, parfois une perte de connaissance.

[2] Véhicules de secours aux asphyxiés et  aux blessés

[3] Le rythme cardiaque normal oscille normalement autour de 60 battements par minute pour un adulte.

[4] La tension artérielle comprend deux chiffres, l’un pour la maxima et l’autre pour la minima : la maxima varie de 11 à 15. Au delà de 15 on parle d hyper tension. C est un signe de gravité car l’hypertension​ peut entraîner une hémorragie cérébrale ou autre effets graves.

La décoration des tables

Avec les beaux jours, les invitations entre amis, les cérémonies familiales profanes ou religieuses, de bons repas viendront fêter l’évènement, où chaque cuisinière aura mis tout son cœur pour régaler petits et grands.

Un bon déjeuner (ou un bon dîner) est comme un joli cadeau, l’emballage compte et fait partie de la joie d’être ensemble. Un très bon déjeuner servi sans un certain décor aura moins de goût. Au contraire quelque chose de simple, parce que l’on n’a pas eu beaucoup de temps ou que nous ne sommes pas très douées pour la cuisine, aura une toute autre saveur avec une table bien mise.

            Souvent, il en faut peu pour que cela dégage un air de fête.

Assortir les couleurs de la nappe et des serviettes en papier (moins de travail pour la maîtresse de maison) que l’on trouve facilement à peu de frais. Elles  peuvent être pliées de façon amusante, les petites filles aiment beaucoup le faire.

Bien sûr, nous pouvons utiliser les nappes anciennes que des grands-mères ont pu broder, ou des chemins de table. C’est l’occasion d’apprendre aux enfants à s’émerveiller devant le travail de broderie et de leur apprendre à marier les couleurs et les formes, du moment que le résultat est harmonieux.

Quelques fleurs du jardin piquées dans des verres avec un peu de mousse naturelle ou de fleuriste dans les mêmes tons, auxquelles on rajoute les feuillages que l’on a sous la main, ou du lierre enroulé autour ou dans ces mêmes verres.

Des verres de couleur dans lesquels on met une bougie chauffe-plat font de jolis photophores, qui peuvent aussi garnir le soir les rebords des fenêtres de la maison. Cela lui donne un air de fête la mettant en valeur d’une lumière très douce.

       Si l’on a de jolis bougeoirs, c’est l’occasion de les sortir mais il est possible aussi d’en fabriquer de très simples avec une planche de bois décorée sur laquelle on aura fixé des clous la pointe en l’air pour y enfiler des grosses bougies espacées ou groupées selon les idées.

     Un petit ruban peut venir embellir de simples verres, et une main enfantine tracer les prénoms des invités sur un papier plié.

      Tous ces petits gestes viennent montrer à ceux que l’on reçoit combien ils sont les bienvenus, et la table ainsi dressée avec amour accueillera avec joie petits et grands pour de bons moments inoubliables.

                                                                                                           Jeanne de Thuringe

Ma Bibliothèque

Vous trouverez ici des titres que nous conseillons sans aucune réserve pour chaque âge de la famille.

En effet ne perdons pas de vue combien la lecture d’un bon livre est un aliment complet ! Elle augmente la puissance de notre cerveau, développe la créativité, participe à notre développement personnel, nous distrait, nous détend et enfin elle enrichit notre vocabulaire.

Il faut, dès l’enfance, habituer vos enfants à aimer les livres ! Mais, quel que soit l’âge, le choix est délicat tant l’on trouve des genres variés… N’oubliez jamais qu’un mauvais livre peut faire autant de mal qu’un mauvais ami !

Pour Tout-petits : Clip Clap d’une saison à l’autre (Hemma)

Dès 6 ans et pour toute la famille : Pour Dieu avec Miguel – Le grand miracle de Calanda (DPF)

10-12 ans : Le petit cœur rouge (V. Duchateau- Artège)

12-15 ans : Vengeance et Pardon – (Sainte Philomène)

15 ans – formation : Un officier français, Gérard de Cathelineau (NEL)

 Adultes (à partir de 16 ans)

– Distraction : Le cor de Monsieur de Boismorand (René Chambe – Montbel éditions)

-Formation : Pie X. (Dal-Gal – Clovis)

-Histoire : Isabelle la Catholique (I. Walsh – Saint Rémi)

-Education (pour les parents) : Série des 6 volumes : « Mamans » Avec le sourire, avec énergie, avec tendresse, avec loyauté, avec moins de fatigue, Mamans…vers le ciel (Le Sel)

-Méditations- Réflexions : Les petites vertus du Foyer (Mgr Chevrot – Le Laurier)

 (Pour compléter cette liste, vous pouvez vous renseigner sur les Cercles de lecture, René Bazin : cercleReneBazin@gmail.com  (à partir de 16 ans- Culture, Formation).

 

Bonne Humeur!

– Quel mot courant a une seule consonne, et cinq voyelles toutes différentes ?

– Quel est le seul mot de la langue française qui n’a pas de rime ?

-Connaissez-vous le « palindrome » – palin drómos, c’est-à-dire « en retour » et « course » ? un palindrome peut aussi bien se lire de gauche à droite que de droite à gauche. Exemple : Oh, cela te perd répéta l’écho ; radar ; été… A vous d’en trouver d’autres…

Réponses des devinettes : (oiseau ; triomphe)

Les bonnes nouvelles !

1917-2017 : Nous fêtons cette année le centenaire des apparitions de Notre-Dame à Fatima.

« Au printemps 1915, à Fatima, l’Ange du Portugal apparaissait pour la première fois à Lucie dos Santos qui était accompagnée de trois amies de son âge : Maria Justina, Teresa et Maria-Rosa Matias. Cette année-là, l’Ange leur apparut trois fois sans rien dire. L’année suivante, il apparut également trois fois à Lucie et à ses deux cousins François et Jacinthe Marto. Enfin, en 1917, de mai à octobre, la Sainte Vierge leur apparut six fois.

La dévotion demandée consiste essentiellement à réparer les outrages commis envers le Cœur Immaculé de Marie et à prier pour la conversion des pécheurs en offrant tous les sacrifices de notre vie quotidienne et en faisant une communion réparatrice à ces deux intentions chaque premier samedi du mois, cinq fois de suite. À ces deux pratiques, s’ajoute la récitation quotidienne du chapelet pour obtenir la paix dans le monde.

Il est important de se rappeler que cette dévotion est une volonté de Dieu Lui-même révélée par Notre-Dame aux petits voyants de Fatima le 13 juillet 1917 : « Pour les sauver [les pécheurs], Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. » Extrait du site : http://www.fatima100.fr/

Le tombeau de Notre-Seigneur Jésus-Christ enfin restauré !

En effet au cœur de la Basilique du Saint Sépulcre à Jérusalem une structure de marbre appelée édicule abrite le tombeau du Christ, lieu de l’ensevelissement et de la Résurrection. Celui-ci était endommagé par le temps, les intempéries, un tremblement de terre en 1927 et l’intense fréquentation (un million de visiteurs par an). C’est l’école Polytechnique d’Athènes qui a entrepris une restauration qui aura duré plus de 10 mois. Le marbre a retrouvé sa couleur rose d’origine et révélé des inscriptions grecques sur ses parois. Une fenêtre a été percée pour permettre aux pèlerins de voir la pierre nue de l’ancien caveau. En octobre la plaque de marbre recouvrant la tombe a été déplacée durant trois jours. La dernière fois que des hommes avaient pu accéder au cœur du lieu le plus saint du christianisme remontait à 1810, lorsque des travaux de restauration avaient été entrepris à la suite d’un incendie.

Aimer

Aimer

 L’autre jour, tu m’as demandé comment aimer.

Comme toutes les jeunes filles, ton cœur a soif d’aimer et d’être aimée, en vérité.

Car c’est le secret de la vie, son moteur, ce qui lui donne sa saveur.

C’est aussi, ce qui porte vie, pas d’amour vrai sans vie et pas de vraie vie sans amour.

L’autre jour, tu m’as demandé comment aimer.

L’amour est l’acte fondateur de la Création, purement gratuit

Portant en lui quelque chose de fou et d’inutile à la fois puisque Dieu se suffit à Lui-même.

Mais pourtant Il se donne et se répand à profusion par pur amour,

Dans les êtres, jusqu’à la fin des temps.

Car tel est Son plaisir, par pure joie de donner.

L’autre jour, tu m’as demandé comment aimer.

Aimer comme Dieu aime, c’est se donner, se renoncer pour l’autre,

Se sacrifier car le sacrifice est la mesure de l’amour.

C’est vibrer à ses peines et ses joies, le laisser prendre place, devinant son besoin

Pour entrer dans une autre pensée, tout en étant soi-même,

Sans l’amoindrir ni s’amoindrir soi-même.

L’autre jour, tu m’as demandé comment aimer.

Aimer est le plus grand élan qui soit, celui qui fait les saints, s’il est pour Dieu

Ou les damnés s’il n’est que pour soi…

Car tu peux croire aimer mais te rechercher toi-même

Te griser de mots ou de sentiments mais sans volonté.

Car aimer… c’est vouloir aimer et savoir pardonner

Dans la joie comme dans la peine, dans les jours sombres ou lumineux

Jusqu’à l’oubli de soi, dans cette lente ascension vers le Bien.

L’autre jour, tu m’as demandé comment aimer.

Aimer c’est aussi l’acceptation toute simple de ses limites

Pour se laisser conduire et corriger, et donc savoir recevoir.

C’est avoir un cœur rayonnant et qui même à deux,

Ne se replie pas sur son bonheur

Mais veut y inclure qui souffre au bord du chemin.

Confie-toi à Notre Dame, elle qui a su si bien mieux aimer et…

 Va, tu sauras aimer.

 Jeanne de Thuringe

 

Vivement les vacances

Assis sur un banc aux premiers jours de printemps, les yeux perdus dans le grand ciel bleu, je laisse les premiers rayons de soleil me chatouiller le visage, mon imagination s’envole et les vacances d’été surgissent dans ma pensée…

Je m’y retrouve, en plein après-midi, sous le grand soleil, en train d’escalader la paroi rocheuse des Drus : tout en bas dans la vallée, Chamonix, et, 20 mètres en dessous, sous le ressaut, Paul mon compagnon de cordée.

La vue est ouverte, le spectacle grandiose mais la course ardue. Paul qui ouvrait la voie jusqu’ici m’a laissé en tête ; cela ne lui ressemble pas, mais la fatigue des dernières semaines, le long hiver dans les bureaux parisiens et le manque d’entraînement ont eu raison de sa ténacité naturelle. C’est donc à moi de prendre la tête. Au-dessus un gros surplomb reste à franchir, les prises sont petites et glissantes mais il faut passer car il n’y a pas de possibilité de faire demi-tour et le jour commence déjà à décliner.

Allez, je me lance, une traction, un coup de rein, je ramène les pieds, une deuxième traction et un dernier rétablissement dans une tension de tout mon être vers l‘objectif et me voilà sur la vire accueillante. Un peu plus et nous étions bloqués. Seul l’exercice journalier et l’endurance m’auront permis de nous sortir de ce mauvais pas.

Il en est de même dans la vie et principalement en ce qui concerne le don et la générosité : on ne devient pas généreux et prêt au sacrifice d’un seul coup ! Seuls l’entraînement, l’habitude et la grâce nous permettrons de l’accepter le jour où le Bon Dieu nous le demandera. Et cet entraînement il faut le pratiquer avant qu’il ne soit trop tard. Scoutisme, MJCF, activités paroissiales, et autres associations sont de bons moyens de nous mettre en condition. Ils nous permettront de savoir nous donner le jour où père de famille ou prêtre il faudra nous oublier complètement pour, d’un ultime coup de rein, atteindre la vire abrupte et ramener à nous toute la cordée en péril !

Alors, maintenant qu’il est encore temps de planifier tes vacances cher ami, n’oublie pas d’y inclure une ou deux semaines de dons ou d’activités pour le bien commun. Parmi les activités qui s’offrent à toi, il y en a une particulière qui permet de recevoir et de se remplir en vue de mieux donner, c’est le : « Camp de cadres ». Il te permettra de t’habituer au dépassement de soi et te donnera des conseils et habitudes très utiles au quotidien dans ta vie de chef et responsable catholique, que ce soit aujourd’hui comme chef scout, chef d’équipe ou autre, ou demain comme chef de famille ou cadre en entreprise. Car « ce n’est que après avoir rempli les lieux les plus cachés et les plus hauts, que la source se répand avec violence sur la terre (…) Dieu remplit d’abord l’intérieur, puis se répandant et débordant ensuite, il a visité la terre par sa bonté infinie ; il l’a enivrée, pour ainsi dire, de ses grâces, et l’a enrichie et rendue féconde en toutes sortes de biens. Vous donc faites aussi de même. Soyez plein avant de vous répandre ! »[i]

Alors, au « Camp de cadres[ii] » ou ailleurs fonce, reçois pour donner, et donne en retour, tu recevras toujours plus !

Un nuage passe et le rêve s’achève, les vacances ne sont pas encore là ! Courage encore quelques mois d’efforts et de dons, la lumière est au bout du chemin !

                                                           Charles

[1] Saint Bernard-SERMON 18. Des deux opérations du Saint-Esprit, dont l’une s’appelle effusion et l’autre infusion.

Prochain Camp de cadres du 15 au 30 juillet 2017.
Renseignements sur : campdecadres.com

Quantité ou Qualité

Chère Bertille,

            N’est-il pas de bon ton de nos jours de se vanter d’avoir, grâce aux fameux Réseaux Sociaux tels Facebook, Instagram, tweeter ou je ne sais quel autre compte, des centaines d’amis ?Pourtant, paradoxalement, nos contemporains avouent qu’ils souffrent de plus en plus de solitude.

L’homme n’est pas cependant un loup solitaire. Il est un animal raisonnable et sociable qui a besoin des autres pour avancer le long de la route dans son pèlerinage qui le conduit aux portes de l’éternité. Ne peut-on pas comparer la vie à une course de montagne ? On s’y élance de bon matin pour en conquérir le sommet en empruntant souvent des chemins pentus.

A l’aube de la vie, le chemin est rendu facile grâce au nid familial. L’enfant est entouré de ses parents qui l’aident à grandir et lui apprennent à marcher. Cet apprentissage essentiel se fait dans une atmosphère de douceur et de paix nécessaire au plein épanouissement de l’âme de l´enfant. Mais plus le temps passe cependant et plus les aléas de la vie rendent le chemin escarpé et rude.

Dans cette période cruciale de la vie, les amis prennent toujours plus d’importance pour nous aider à continuer à monter.

Mais qui est l’ami ?

Est-ce celui que tu ajoutes à une liste virtuelle ou qui, toujours à travers ce monde virtuel, te raconte le petit détail de sa vie quotidienne qui ne présente pas grand intérêt, sinon celui d’entretenir sa pathologie nombrilisme ? Est-ce celui qui t’invite à te retrouver dans une fête mondaine entre mille et un « amis” et d’augmenter ainsi le nombre de tes connaissances car cela pose son monde d’avoir un médecin, un architecte, ou un ingénieur dans son carnet d’adresses ?  Est-ce celui qui se sert de toi pour son seul avantage ?  Est-ce celui surtout qui, lorsque la réalité vient frapper à ta porte, s’évanouit dans la nature et disparaît complètement du paysage ? Tu fais alors l’expérience d’une grande solitude…

Non, l’ami n’est pas ce falot aux multiples visages qui ne sait que se rechercher et ne se tourne vers toi que pour sa propre utilité.

Dans le chemin de la vie, l’ami est celui qui te soutient dans ta marche. C’est le bâton indispensable sur lequel tu te reposes.

tu tombes, il te relève ; si tu te blesses, il t’apporte réconfort et force ; si tu succombes à la tentation de rebrousser chemin, il t’oblige à avancer ; si tu t’égares trompée par les passions, il n’hésite pas à te corriger pour te remettre sur le chemin. Aussi n’hésites-tu jamais à lui demander conseil, il connaît si bien tes qualités et tes défauts qu’il saura te conseiller avec doigté.

Au-delà des vicissitudes du moment, il est celui en effet qui toujours t’indique la route à suivre coûte que coûte. Ainsi lorsque s’élève le chemin et que ton souffle se fait plus court lors d’ascensions soudaines et abruptes, l’ami est là, vigilant et encourageant.

Tu peux te permettre de le déranger à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, comme l’Evangile t’invite à le faire d’ailleurs. Il t’accueillera toujours avec affection et prendra le temps de t’écouter avec soin.

L’ami, c’est celui qui parle à ton âme. Aussi la lui ouvres-tu avec bonheur.

Sais-tu que des latinistes font venir le mot latin amicitia, qui signifie amitié en français, de deux mots latins animus et custos qui signifient, eux, âme et gardien ? Laissons à d’autres plus doués que nous de juger de la justesse du raisonnement de ces philologues, il n’en reste pas moins vrai que l’ami est bien ce gardien de l’âme. L’amitié n’est rien d’autre qu’un échange d’âmes qui doit être reçu et vécu comme une grâce extrêmement rare qui remplit l’âme de reconnaissance, de joie et de sérénité.

Qui dit amitié, dit fidélité, invitation à l’oubli de soi et au don de soi. L’ami est en effet celui qui est capable de donner sa vie pour l’autre.

A ce titre, Notre Seigneur n’est-il pas l’Ami parfait qui donne sa vie pour nous sauver et qui tout, au long de notre vie, se rend présent et frappe à la porte de notre cœur pour nous indiquer la marche à suivre ? La vie de la grâce est-elle autre chose qu’une amitié avec Dieu ?

Dans le monde actuel où le virtuel a remplacé le réel, où la quantité a pris le pas sur la qualité, l’amitié est une perle extrêmement rare.

Tu l’auras saisi : l’amitié est du domaine du sacré. La prolifération commerciale de soi-disantes amitiés utilitaires qui font florès sur les Réseaux Sociaux la ravale et la profane en favorisant des échanges superficiels comme seul peut en produire le virtuel qui injurie le réel.

Existe-t-il encore de vrais amis ? Nous vivons à l’ère des copains, à celle de camarades avec qui on profite de la vie.

Nous sommes passés du temps de l’amitié à celui du profit, de l’époque des nobles échanges d’âmes à la jouissance et au plaisir de posséder. L’avoir a pris le pas sur l’être et seul compte désormais le nombre au mépris de la grandeur et de la beauté de l’union des âmes dans leur recherche commune du Vrai.

Revenons au temps de nos Pères et à leur sagesse, tissons avec soin et délicatesse ces liens humains qui permettent à l’amitié d’éclore dans les âmes avides d’aimer et d’être aimées.

Sois cette amie pour tous, peut-être trouveras-tu un jour l’âme sœur. Du moins au crépuscule de ta vie seras-tu prête à Le rencontrer.

AZILIZ