Premier Mystère Douloureux

L’agonie de Jésus au Jardin des Oliviers.

Fruit  de ce Mystère : Le regret de nos péchés.

Là commence le grand drame de la Rédemption. Il fait nuit ; c’est après l’heure bénie où le Sacrement de l’Eucharistie a été institué. Jésus a quitté la chambre haute où pour la dernière fois il a épanché tout l’amour de son cœur dans ce grand message que nous devrions lire sans cesse. Il est parti dans la nuit ; il connaît le chemin. Voici la vallée du Cédron et ce petit bois d’oliviers si paisible. Voici maintenant l’heure où le sacrifice approche. Les disciples, las d’attendre, se sont endormis et Jésus s’est mis en prière sous ces oliviers argentés dans la nuit laiteuse et douce.

Prière de Jésus dans cette nuit, prière qui est en même temps une agonie par toute la souffrance lucide qui étreint son âme. O Vierge Marie, vous la pauvre maman anxieuse, à distance, avec les yeux du cœur, vous regardez votre bien-aimé. Vous êtes de ceux qui ne dorment pas cette nuit là. Vous voudriez tellement être proche à cette heure suprême où commence, dans la solitude qui doit durer jusqu’à la fin, la dernière étape douloureuse de la vie de votre Fils, celle pour laquelle il est venu en ce monde, l’étape dernière en haut de laquelle il n’y a plus que l’arbre de la croix pour s’y suspendre ! Dans la ville aussi, les ennemis ne dorment pas… Il y a Judas, il y a les pharisiens qui conspirent, suant de haine et d’orgueil. Seuls les amis dorment, malgré la plainte douloureuse : « Ne pourriez vous veiller un moment avec moi !… » Ils dorment. Il dort le bouillant, l’impétueux Pierre, il dort le grand jeune homme passionné qui reposait sa tête sur le cœur de son bien-aimé… Qu’elles sont peu de choses les amours humaines pour nous consoler aux heures de détresse ! N’y a-t-il pas des heures où seul peut veiller et souffrir avec nous Celui qui justement n’eut personne pour partager les angoisses de son agonie ?

Lui, il est là, seul. Il faut qu’il porte en ce moment le péché du monde, celui dont il va assumer la charge devant la justice de Dieu pour le racheter jusqu’à la dernière parcelle. Tous ces péchés qui déferlent comme une immense marée, les péchés passés, les péchés présents, les péchés à venir… « Que ce calice s’éloigne de moi ! » Il fallait qu’il fût poussé ce cri pour que nous ne nous découragions pas de pousser le même cri, pourvu que filialement nous ajoutions comme Lui, avec la même certitude d’un secours : « Père, que votre volonté soit faite ! »

C’est vers vous Vierge Marie, la mère qui avez tout connu des souffrances de votre Fils, que je me tourne afin de retirer ce fruit de la contrition sans lequel la rédemption pour moi serait inutile.

Avoir la contrition, c’est penser d’abord au rôle personnel que je joue dans ce grand drame qui commence. De cette « tragédie », je ne suis pas témoin, mais « acteur ». Ce ne sont pas les juifs de l’an 33, qui ont crucifié Jésus-Christ, ce sont les pécheurs de tous les siècles et, au milieu de cet immense cortège, je prends ma place : « je ne suis pas innocent du sang de cet homme ». Si je n’étais pas là, mes péchés y étaient, et chacun d’eux, des plus grands aux plus petits ont dû être expiés par une souffrance de Jésus… Est-ce que je le sais ? Est-ce que je sais avant mes confessions, mettre réellement ma tête entre mes mains pour regarder le Christ dans sa passion et me dire que c’est moi, moi qui suis responsable ! Ce que Jésus voyait à l’heure de l’agonie, ce n’était pas seulement Judas, le reniement de Pierre et la haine des pharisiens… c’était aussi mes péchés, ceux de mon adolescence, ceux de l’an dernier, ceux d’aujourd’hui. Mon orgueil, ma légèreté, mes négligences quotidiennes dans mon devoir, ma dureté de cœur envers mon prochain, mes coupables préférences pour moi-même… tout ce qui fait la trame de mes défaillances journalières, Jésus a dû l’expier dans la souffrance. Vierge Marie donnez-moi de comprendre « la malice du péché ». Aidez-moi, ô cœur de tendresse, qui connaissez seule la profondeur de la passion, à secouer cette apathie, cette froideur dans la contrition qui entrave mes progrès vers le bien. Obtenez-moi Vierge Marie de rompre une bonne fois avec les habitudes de péchés, de vous demander réellement pardon une fois, avec un cœur tout brûlant de ce repentir qui est une des formes de l’amour.

Avoir la contrition, c’est surtout avoir le désir de ne plus retomber dans les fautes dont on vient chercher le pardon. Il y a tant de choses dont je m’accuse -oh comme le mot est peu exact- sans avoir vraiment envie de les faire disparaître de ma vie… comme si j’en prenais mon parti. Tant de choses que j’accepte en moi-même, dans un demi-acquiescement, comme en fermant les yeux pour ne pas en voir la gravité. C’est tellement plus commode : cette petite rancune contre tel ou telle, cette négligence quotidienne d’un de mes devoirs d’état qui m’agace. Je dois à l’avance essayer de faire jaillir de ce cœur trop sec, en face de l’Amour de Dieu toujours prêt à pardonner, le sentiment profond que le pardon appelle la générosité, que chacune de ses absolutions est une grâce infinie et que si ma faiblesse n’est pas capable d’un repentir parfait, mon amour au moins doit s’efforcer de rendre ces fautes moins fréquentes, d’en avoir un regret de plus en plus grand, de marcher de plus en plus dans le chemin du perfectionnement intérieur.

O Vierge Marie, devant Jésus écrasé au jardin des oliviers sous le poids de mes fautes, donnez-moi la contrition profonde qui arrache l’âme à la médiocrité pour la lancer sur le chemin de l’amour.

Avoir la contrition c’est pénétrer aussi dans toutes les délicatesses de l’amour. Qui donc doit le plus aimer, si ce n’est celui qui a été le plus aimé ? Que m’importe au fond l’insolence, ou l’ingratitude d’un étranger ? Je l’oublie vite… Mais comme reste durable la blessure ouverte par l’ingratitude d’un ami ! Quelle stupeur devant son infidélité… A moi qui ai tant reçu en lumières et en grâces, à moi qui, comme saint Jean, ai reposé tant de fois ma tête sur le cœur de Jésus dans la communion, à moi qui comme Pierre ai cheminé tant de fois près de lui…

« Ne pouvez-vous pas veiller et prier un moment avec moi ? » Cette plainte, que Jésus n’ait pas trop souvent à me l’adresser. Que je ne sois pas de ces amis qui dorment dans leur médiocrité, alors qu’Il souffre pour eux, mais de ceux qui veillent avec générosité à ce que le mal trouve de moins en moins de complicité dans leur âme.

Vierge Marie, faites-moi progresser dans la contrition vraie, qui n’est pas une manière de se ratatiner sur soi-même et de stériliser sa vie dans la défiance malsaine de soi mais dans la contrition ardente. Donnez-moi de chercher toujours ce qui plaît à Dieu, de ne pas marchander mon effort dans la lutte contre les plus petites fautes. C’est de vous seule que je peux attendre cette grâce, et je la demande avec confiance en égrenant ces dix Ave….

D’après Paula Hoesl

Visiter une exposition

 « Sachons nous détendre pour éviter le surmenage, mais dans le choix de nos détentes, évitons énergiquement ce qui s’oppose à notre qualité d’enfants de Dieu » Abbé P. Troadec

Une visite d’exposition culturelle ou technique peut être un bon passe-temps familial pour un dimanche après-midi d’hiver ou une journée de vacances.

Si vous choisissez une exposition en vogue, mieux vaut retenir vos places et prendre un billet coupe-file. Renseignez-vous également auparavant pour resituer l’artiste ou les œuvres dans la période de l’Histoire ou la zone géographique concernée, afin que les enfants fassent le lien avec leurs acquis scolaires ou des monuments visités, et que ce qu’ils observeront, vienne en illustration de leurs connaissances. Vous pouvez aussi sélectionner une ou deux œuvres connues et leur montrer la richesse des détails, la finesse de la peinture ou de la sculpture, l’habileté de l’artiste à exprimer tel ou tel sentiment… autant de nouvelles perspectives pour ces petits yeux avides de découvertes.

Si vous choisissez une exposition technique ou « nature », au Palais de la découverte ou à la grande Galerie du Muséum d’Histoire naturelle pour les parisiens par exemple, n’hésitez pas après la visite, à donner des références sur quelques points qui vous sembleraient à clarifier : cela peut ouvrir un débat sur la notion de progrès ou d’évolution, sur les limites de l’intervention légitime de l’homme sur la nature, son accomplissement dans le travail et par l’invention, et surtout sur l’extrême diversité et richesse de la création divine…

Toutes ces notions permettent d’organiser les idées et les expériences dans un cerveau structuré, et d’épanouir les qualités de curiosité, d’émerveillement et de contemplation dans l’âme de nos enfants.

Du grand art de se tenir à table…

« Tiens-toi droit ! »

« Ne mets pas tes coudes sur la table ! »

« Ne fais pas de bruit en mâchant ! »

« Ne commence pas avant la maîtresse de maison ! »

« Laisse les dames se servir en premier ! »

« Propose de l’eau à tes voisins avant de te servir ! » … …

Est-ce que tout cela n’est pas un peu suranné, voire complètement désuet ? Ne sont-ce-pas là d’ailleurs tout simplement des petits actes ordonnés par la charité et la tempérance ?

L’art de vivre à la française, particulièrement dans la tenue à table, s’est élaboré au cours des siècles pour permettre à ce moment passé ensemble -l’un des rares qu’il nous reste – d’être agréable et harmonieux. Ces codes qui peuvent sembler désuets, contraignent les convives à maîtriser leurs appétits gourmands, leur égoïsme, leurs gestes inélégants, et leur tenue toute entière, afin que leurs voisins ne soient pas importunés et puissent passer un moment « convivial ». C’est ainsi que des conversations raffinées peuvent être engagées, sans qu’interfèrent le service des plats ou les autres détails matériels qui s’organisent d’eux-mêmes.

En effet, un repas bien rôdé, est tout à la fois la satisfaction d’une nécessité physique, celle de se nourrir, mais aussi un moment d’harmonie familiale et d’échanges intellectuels, nourritures de notre intelligence et de notre âme.

Conseiller les familles

Chers grands-parents,

Il est fort probable que nos jeunes familles ont plus de difficultés à vivre qu’hier. Les reliefs de la politique familiale d’après-guerre sont de moins en moins efficaces et la politique antichrétienne pratiquée par nos gouvernements finit par obérer de manière significative les conditions de vie de nos ménages… surtout si la maman reste au foyer…

Les besoins de l’éducation chrétienne ajoutent encore aux difficultés des familles. Outre le prix des écoles vraiment catholiques, les conduites multiples pour lesquelles les mamans ont souvent du mal à se faire aider, les cantines, la garde des petits constituent souvent une jungle dans laquelle chaque famille cherche à trouver son équilibre.

Quel peut être le rôle des grands-parents dans ces situations ?

Tout d’abord le conseil. Dans bien des cas, les parents ont du mal à définir les priorités devant présider à leurs choix d’installation, de travail et de trajets. Il paraît important de rappeler, avec la discrétion qui s’impose, quelques critères essentiels, nécessaires à l’équilibre de la jeune famille.

Premièrement, ne pas se tromper de priorité. Le père de famille doit nourrir sa famille, c’est son premier devoir, le ménage doit rester uni, les enfants doivent bénéficier d’écoles réellement catholiques. C’est dans l’ordre et l’équilibre harmonieux de ces priorités que les jeunes familles devront bâtir leur équilibre !

Le lieu du travail du père sera en général le critère qui définira le lieu d’installation de la famille. Le fait qu’il soit seul à effectuer ses trajets chaque jour, lui permet de parcourir des distances relativement importantes mais qui doivent rester raisonnables. Il faut que le papa puisse rentrer chaque jour chez lui, sans fatigue excessive !

Autant que faire se peut, il faut éviter, le « célibat géographique ». Même la loi française précise dans les règles du mariage civil que « les époux s’obligent à vivre ensemble ». L’éducation des enfants nécessite la présence des deux parents et le recours au « célibat géographique » ne doit être accepté qu’en dernière extrémité et pour un temps limité !

Enfin, les enfants doivent bénéficier d’écoles vraiment catholiques ! Cette condition sera souvent réalisée au prix de sacrifices considérables, conduisant des familles modestes à se priver de plus que du superflu… mais quelle récompense à l’arrivée ! Si la pension est la condition nécessaire pour permettre aux enfants d’être dans une école catholique, il faut consentir à ce sacrifice.

Nous avons été de nombreuses fois témoins de l’échec de belles éducations à cause de mauvais choix d’écoles !

Nous pensons que cet ordre des priorités est celui qui s’impose aux familles qui veulent mener une vie de famille authentiquement catholique !

Prions sainte Anne de nous conseiller dans ce délicat travail de grands-parents et de nous aider à orienter nos ménages vers de bonnes décisions.

Des grands-parents

Haut les cœurs!

Foyers Ardents vous aide à « garder le moral au milieu d’un monde morose et à surmonter vos difficultés » ; nous sommes très heureux de vous l’entendre dire si souvent ! Aujourd’hui nous voulons vous aider encore davantage et vous donner quelques conseils pour vous soutenir au milieu des jours… noirs !

En effet, toutes nous ressentons un jour ou l’autre cette humeur maussade qui nous envahit, ce découragement face aux évènements que nous ne maîtrisons pas, cette lassitude en contemplant notre bilan que l’on voudrait plus positif…

Différents éléments peuvent provoquer notre réaction : le temps, les actualités, la rencontre avec quelqu’un qui ne voit que le négatif des choses, la santé, …

Analysons ensemble avec objectivité l’origine du mal et adoptons quelques règles pour nous aider à être vaillante sous les orages.

Cette tristesse peut en effet puiser son origine dans des domaines variés et parfois tout à fait légitimes. Il est bon d’en parler simplement avec son époux car son soutien fait partie du secours mutuel essentiel.

Il faut bien se persuader que cet état, que nous ne maîtrisons souvent aucunement, ne doit pas s’installer : une maman (sauf cas de maladie  avérée) ne peut rester dans un état de désolation permanent car toute la famille en pâtit très vite. Elle doit aussi montrer l’exemple à ses enfants afin qu’eux-mêmes ne prennent pas l’habitude de se laisser abattre.

Cependant pour sortir de cet état, il faut analyser objectivement quelles sont les causes et prendre les moyens adéquats :

  1. a) La perte d’une personne proche, un gros souci avec un enfant, un problème grave…

Ces peines sont réelles. Il faut s’abandonner avec beaucoup de confiance dans les bras de Notre-Dame qui a vécu elle aussi des moments difficiles. Une retraite, un week-end avec son époux peuvent aider à surmonter ces moments ; n’hésitons pas non plus à faire célébrer des Messes à cette intention. « L’excellence d’une Messe est telle que toutes les autres bonnes œuvres et la pratique des meilleures vertus n’ont pas la moindre valeur en comparaison »[1]

  1. b) Une fatigue générale, un problème de santé. Analysons calmement à deux comment faire face.

Nous prenons conscience chaque jour davantage combien l’éducation est un devoir qui prend du temps. Ce rôle nous demande d’être disponibles de cœur, d’esprit et de temps et nous devons régulièrement classer nos priorités par rapport à l’évolution de notre famille sous peine de nous trouver débordées ou de laisser passer des choses essentielles que nous regretterons plus tard. Pour être en forme physiquement et moralement, nous avons besoin d’être sûres que notre devoir d’état est accompli dans l’ordre. Analysons donc nos priorités sereinement.

Si nous passons par une étape de grande fatigue, il faut parfois beaucoup d’humilité pour accepter une aide (qui peut n’être que passagère) mais qui donnera le temps de se reposer ou de se soigner dans de bonnes conditions (cf. FA1 pour les aides à domicile). Il faut dans toute la mesure du possible ne pas laisser traîner un état chronique de fatigue. Ne reculons pas devant les moyens adéquats pour en sortir. Cela fait partie du devoir d’état. (N’oubliez pas Mesdames de faire vérifier régulièrement votre taux de fer et de vitamine D…)

Si la maladie a véritablement frappé à votre porte, revoyez avec votre époux les choix indispensables; l’épanouissement de votre famille est votre priorité malgré l’épreuve qui vous frappe ; il vous faut donc trouver des solutions pour les tâches secondaires que vous ne pouvez plus assurer comme si de rien n’était. Votre devoir étant de préserver l’équilibre familial autant que faire se peut. Laisser votre époux trouver les solutions les meilleures pour tous et priez le Saint Esprit qu’il vous éclaire mais ne retardez pas cette analyse à deux ! Confiez tout cela à Notre-Dame de Compassion et demandez-lui de vous aider à porter la Croix que Dieu vous a préparée.

  1. c) Si c’est la lassitude du combat, le regret du passé, la peur de l’avenir, lisez dans nos « prières des familles » cette belle prière d’une petite sœur du Sacré-Coeur : « Vis le jour d’aujourd’hui » ; n’hésitez pas à l’imprimer et à la relire souvent.

Sans se cacher la tête sous l’aile comme l’autruche dans le désert, réfléchissons avec objectivité pour savoir si cette inquiétude arrangera les choses ? Le pessimisme va-t-il nous aider à porter nos enfants vers le bien et le beau ? Vais-je ainsi les aider à donner le meilleur d’eux-mêmes si je leur dis sans cesse que tout est perdu ?

Ne ferais-je pas le jeu de l’ennemi en inquiétant tout mon entourage et ne deviendront-ils pas comme les oiseaux subjugués par un chien à l’arrêt ?

Aurais-je assez de sérénité pour prier avec la paix dans le cœur ? Notre-Dame au pied de la Croix n’avait-elle pas davantage que nous  des raisons de désespérer?

Sans se voiler la face, implorons à temps et à contretemps Notre-Dame de la Confiance et avec le Père La Colombière redisons ces paroles : « Mon Dieu, je suis si persuadé que Vous veillez sur ceux qui espèrent en Vous (…) que j’ai résolu de vivre à l’avenir sans aucun souci, et de me décharger sur Vous de toutes mes inquiétudes.[2] »

  1. d) Parfois sans en cerner l’origine nous n’avons « pas le moral », efforçons-nous alors de tourner nos regards vers ce qui va bien, contemplons les nombreuses grâces que Dieu nous a envoyées et remercions-Le.

Quelques règles d’or nous aideront à surmonter ces périodes difficiles :

Première règle :

Ne nous laissons pas impressionner. Cela arrive à tout le monde ; même Saint Ignace a prévu ces moments ! Il suffit d’avoir anticipé les bonnes règles à adopter pour les jours gris… et de ne pas laisser cet état s’installer !

Adoptons une règle de vie afin de ne pas chercher la consolation dans une fuite (internet, téléphone, sucreries…) qui nous enfoncera encore plus et qui agira sur notre comportement car notre vigilance fatiguée ne réagira plus. Interdisons-nous d’écouter les informations plus d’une fois par jour, fuyons les oiseaux de mauvais augure qui nous exposent sans cesse que le pire est là… (Rassurons-nous il n’arrive pas toujours…)

Ces idées sont à adapter selon chacune. Les unes écouteront de la musique ou liront quelques pages d’un bon livre, d’autres iront rendre visite à un malade ou à une personne âgée plus à plaindre qu’elles, certaines se précipiteront sur les tâches automatiques qui ne demandent aucune réflexion (repassage, ménage,…), d’autres encore auront réservé pour ce moment une activité qui leur plaît (couture, jardinage, broderie…), mais toutes trouveront une bonne façon de s’occuper !

C’est l’une des ruses du malin, quand il a tout essayé, de vouloir atteindre ceux qui résistent en envoyant le démon du découragement[3]… Ne le laissons pas entrer ! Un homme prévenu en vaut deux ! Soyons vigilantes pour ne pas lui donner prise sur notre âme. « Dieu veut être servi avec joie »[4]

Deuxième règle :

Reportons à plus tard les grandes discussions, les mises au point avec les enfants, les prises de résolution. « Ne rien changer », c’est la règle de Saint Ignace en cas de désolation.

Troisième règle : Recourons à la prière. Bien sûr nous n’aurons rien changé de nos prières formelles (cf. FA 6) mais offrons à Dieu notre faiblesse avec humilité et recourons à ces oraisons jaculatoires[5], toutes simples, qui sont de véritables appels au secours vers le ciel. En effet cet état ne peut pas durer pour le bien commun de toute la famille, il faut donc implorer les secours divins pour qu’ils nous viennent en aide afin de surmonter notre tristesse.Attendons avec patience que notre nature reprenne le dessus.

Pensons à notre époux qui a besoin de trouver la paix et la joie après sa journée fatigante…

Pensons à nos enfants pour lesquels nous devons être la lumière qui brille dans la nuit et ne nous laissons pas enchaîner par nos impressions variables… Ils ont besoin de réponses claires, d’informations réelles et non imaginaires, mais aussi adaptées à ce qu’ils sont capables de comprendre. Apprenons-leur à analyser les faits, à juger les actes et non pas les personnes. Pour cela il nous faut être des lumières qui brillent dans la nuit et qui ne se laissent pas impressionner par les orages. Telle la femme forte de l’Evangile, Notre-Seigneur nous demande de rester fidèles mais confiantes. N’oublions jamais que notre passage sur terre n’est qu’éphémère et que le Bon Dieu ne nous a pas promis le bonheur sur cette terre, Il nous demande seulement de lui rester fidèles et de transmettre à nos enfants notre foi en Celui qui est la Voie, la Résurrection et la Vie. Alors que craignons-nous ?

Que Notre-Dame des Foyers Ardents entende nos prières fidèles et ferventes.

Marie du Tertre

[1]R. P. Antoine Molina in Explication du saint Sacrifice de la Messe R.P. Martin de Cochem

[2] Acte de Confiance en Dieu du Père Claude La Colombière (cf. Les  prières  des Familles catholiques sur le site de FA)

[3] L’acédie, quand le cafard devient péché – coll. d’auteurs (Le Sel)

[4] Ps 99,2

[5] Petites invocations toutes simples qui montent vers Dieu ; par ex : Mon Dieu, aidez-moi ! Notre-Dame protégez-moi !

Les jeux du bain

Une  fidèle lectrice des « Foyers Ardents » nous écrit en m’envoyant quelques -uns de ses « trucs ». Un immense merci, chère Madame, je livre l’une de vos « pépites » :

 Qui de nous n’a pas contemplé, attendrie, l’un de ses bébés, très affairé à

 jouer dans son bain ?

Moment merveilleux, durant lequel une réflexion intense est en cours

 pour notre petit Archimède en herbe. Mais ces jouets de bain, à la

longue, deviennent un peu tristounets … Le savon et le calcaire les

encrassent vilainement.

Voilà ce que fait notre lectrice : elle place les jouets de bain dans

un filet pour linge délicat, et direction le lave-vaisselle.

Résultat garanti, voilà le bébé canard tout pimpant !

Je le redis : que les championnes de l’organisation n’hésitent pas à partager leurs trésors d’organisation en écrivant au journal. Partageons nos talents …

Jeu et jouet dans la vie d’un enfant

Les parents s’intéressent beaucoup à ce qu’on enseigne à leurs enfants. Il paraît étonnant que ceux-là mêmes qui discutent âprement des programmes scolaires semblent se désintéresser des « programmes » fournis à la maison. Quand on y réfléchit, on s’aperçoit que le « programme » à la maison est aussi important que celui de l’école.

Les psychologues et éducateurs arrivent à cette conclusion fondamentale que l’enfant est sans cesse en train d’apprendre quelque chose. Et le moyen privilégié par lequel il apprend, surtout pendant l’âge préscolaire, est le jeu.

« C’est par le jeu qu’il réalise ses progrès, qu’il prend possession de soi et du monde, en exerçant toutes ses facultés, son corps, ses sens, son affectivité, son intelligence, sa volonté. Jouer et vivre, pour lui, c’est tout un. Il joue aussi bien quand il s’applique à un geste utile et ménager, quand il essaie de se servir d’un outil, quand il fait des exercices d’équilibre ou de vocalise, que lorsqu’il s’amuse avec un jouet quelconque. Il joue en faisant sa toilette, il joue à frotter une vitre, il joue à monter l’escalier…Son jeu est essentiellement le déploiement d’une spontanéité. » (Père Jean Rimaud)

Puisque l’enfant ne cesse d’apprendre, ce qu’il apprendra à la maison par le jeu dépendra :

  • de votre aptitude à jouer avec lui, et à lui apprendre à jouer seul. Oui, ceci va sans doute choquer bien des parents : les parents comme les enfants doivent apprendre à jouer ! On croit en général que les enfants savent jouer…Or un enfant de trois ans ne sait pas, d’instinct, faire avec des cubes des constructions complexes et intéressantes, ni construire des villes et des cités en jouant avec un autre enfant. Il doit l’apprendre.

Cela n’est pas toujours facile, pour des parents, d’apprendre à jouer avec le jeune enfant en question ! Pour cela, le père ou la mère doivent quitter leur sphère d’adulte et se mettre au niveau de l’enfant. Nous devons alors apprendre à jouer avec lui, apprendre à trouver des jeux spontanés, apprendre à lire des livres, apprendre même à raconter des histoires sans livres…. Il y a peu d’activités plus plaisantes que d’apprendre l’art du jeu. C’est presque toujours un enseignement à double sens : en jouant avec un enfant, nous apprenons autant que lui. C’est aussi une occasion merveilleuse de mieux le connaître.

  • du matériel que vous mettez à sa disposition: le jeu est un besoin essentiel de l’enfant, car nécessaire à la structuration de sa personnalité. L’enfant est un être imaginatif, il a besoin de rêve. Le jeu va également lui permettre d’imiter les adultes et lui donner l’occasion de former sa sensibilité et son goût ; ainsi le jeu contribue à la formation de l’enfant dans tous les domaines : force et adresse corporelle, mécanismes mentaux, finesse de la sensibilité. C’est par conséquent cette finalité  du jeu qui doit présider au choix des jouets.

Qu’est-ce qu’un bon jouet ?

  1. Il doit être inoffensif: sans bords coupants ou peinture toxique ; il ne comporte pas de petites pièces pour le jeune enfant.
  1. Il doit pouvoir durer longtemps: préférez acheter moins de jouets mais des jouets de qualité comme ceux en bois dur.
  1. Il doit être beau afin d’éduquer le goût et la sensibilité. Eloignez de l’enfant tout ce qui est laid et vulgaire (tout ce qui est monstre, poupées Barbie, etc…qu’on ne voit que trop, hélas !), ceci est également valable pour les illustrations des livres que nous mettons entre leurs mains. De même, évitez les couleurs criardes et excessives…tout ceci est facteur d’excitation et d’énervement…et contraire au calme dont l’enfant a besoin. C’est parfois la décoration même de la chambre qui est faite de couleurs agressives !
  1. Il doit être amusant et rendre l’enfant actif: faites la différence entre un jouet « presse-bouton » téléguidé et un jeu de cubes en bois. Si 90 % du jeu vient de l’enfant, et 10 % du jouet, c’est un bon jouet. Si c’est l’inverse, ce n’est pas un bon jouet ! Une voiture téléguidée sera d’emblée très amusante, mais l’enfant s’en lassera plus vite que d’un jeu de construction ou d’imagination (du type Playmobil ou Legos), moins séduisant au départ, mais qui deviendra de plus en plus amusant au fur et à mesure que l’enfant lui découvrira de nouvelles possibilités. Plus l’enfant doit agir en face du jouet et moins celui-ci travaille pour lui, plus l’enfant développe sa confiance en soi et sa créativité ; et plus il apprendra avec ce jouet. Moins l’enfant travaille et plus le jouet le fait pour lui, moins l’enfant cultive ses qualités et moins il apprend de ce jouet. Regardez comme un simple grand carton peut devenir un jouet merveilleux qui se transforme tour à tour en bateau, en igloo, en avion, en château-fort…Cette simple boîte va stimuler et enrichir le pouvoir d’invention et d’imagination de l’enfant ; et combien d’autre jouets peuvent ainsi être « faits-maison » ?!
  1. Il doit être adapté à l’âge et au développement de l’enfant. Trop souvent, dans l’achat d’un jouet, les adultes « se font plaisir » plus qu’ils ne se préoccupent de l’intérêt réel de l’enfant (…témoignage direct d’une vendeuse de jouets)…ou encore, ils croiront bien faire en choisissant le jouet le plus cher, sans voir qu’il ne convient pas au besoin ou à l’âge de l’enfant.

La vie moderne a « rétréci »le temps et les logements, or trois conditions sont nécessaires au respect du rythme et de la personnalité de nos enfants : le temps, le calme et la liberté !

Laissons beaucoup de temps à nos enfants pour jouer, temps que, hélas, les heures passées devant la « vidéo » lui volent.

Il faut qu’il joue dans le calme, sans un perpétuel fond sonore, musical ou non, qui l’habitue à entendre sans jamais écouter…

Enfin il sera libre de jouer s’il n’a pas trop de jouets. Il faut de l’harmonie en tout : ni trop, ni trop peu… On est parfois effaré, en entrant dans une chambre d’enfant, de découvrir une invraisemblable accumulation d’objets jonchant le sol autour d’un enfant désœuvré…ou au contraire passant d’un jouet à l’autre, mais sans vraiment jouer à rien…il y a comme une saturation de sollicitations qui paralysent l’enfant !

Les jouets sont d’abord et avant tout, pour l’enfant, un moyen de se construire. Ils vont constituer la matière même de « l’enseignement » qu’il reçoit à la maison. Ils auront nécessairement sur lui une influence souvent profonde : à nous de bien les choisir !

Sophie de Lédinghen

Tout nouveau, tout beau!

Le mariage chrétien commence par le consentement mutuel des époux face à Dieu, en présence du prêtre. C’est le début du chemin : tout est joie, optimisme et espérance !

Ils passeront le reste de leur vie à se sanctifier mutuellement en s’efforçant de donner et de recevoir en un effort jamais interrompu ; il y aura des succès et des échecs, des moments de joies immenses et des moments dramatiques. Tout un ensemble de réalités inévitables, mais héroïques et grandes dans la fidélité au quotidien.

N’allons pas croire que l’unité conjugale vient spontanément avec l’engagement matrimonial. Ni qu’une fois réussie, elle peut être conservée par inertie, sans être alimentée, sans lutte ! L’amour n’est pas capable de soutenir ce caractère impérissable que nous voudrions tous trouver en lui. L’amour est comme une plante rare et fragile, exposée au moindre risque, qu’il faut cultiver avec beaucoup de précaution pour qu’elle se développe progressivement jusqu’à atteindre sa pleine maturité et qu’ainsi elle vive vigoureuse. L’amour conjugal doit être soigné avec l’attention d’un bon jardinier qui maintient en parfait état et dans sa splendeur le meilleur de ses rosiers. Il l’engraisse, il le taille, le regarde et se réjouit de la vivacité des couleurs de ses roses ; si elles se fanent trop tôt ou si elles perdent leurs pétales, il en recherche la cause avec inquiétude ; et il travaille pour les conserver vivantes si elles sont malades, car il lui semble qu’avec la mort d’une rose c’est lui-même qui meurt un peu…

Que ne feraient donc pas deux personnes pour maintenir ainsi, frémissant et lumineux, l’amour qui les unit ! C’est une folie de ne pas mettre en œuvre tous les moyens pour garder et augmenter l’amour mutuel, car cela risquerait de les exposer à l’infidélité ou tout au moins à une intolérance sommaire remplie de heurts constants. Le refroidissement de l’amour est un processus subtil, presque insaisissable à ses débuts, qui ne se voit facilement que lorsque la dégradation est importante et semble presque irréparable.

L’amour a ses lois psychologiques qu’on n’oublie pas sans dommage, qu’on ne viole pas sans risque. Citons-en quelques-unes : « Les cadeaux, dit le proverbe, entretiennent l’amour. » Négligence et égoïsme le désagrègent.

Il ne suffit pas d’aimer ses enfants, de se soucier de leur éducation et de leurs études, d’améliorer le standing financier du ménage, d’avoir des ambitions d’avenir semblables en étant plus liés par l’amour commun des enfants que par un attachement mutuel bien vivace et par une exigence actuelle des cœurs…Cela est bien sûr honorable et a une valeur sociale indéniable, mais ce serait ce que nous appellerions des vies « parallèles », non des réussites conjugales. Que de conjoints, sans vivre en guerre l’un avec l’autre, ne connaissent plus les joies d’un amour profond mais les souffrances de la « solitude dans la cohabitation » !

L’amour conjugal, dans tous les foyers, subit plusieurs mues. Après deux ans, après dix ans,… il est différent de celui du temps des fiançailles. Cette transformation est inéluctable et nécessaire. Elle peut représenter un enrichissement qui entraîne un approfondissement de l’amour, ou par manque de vigilance, amorce un désenchantement et un détachement…

Il en est de même dans toute vie : l’entrée dans une nouvelle maison qu’on a fait construire à son goût, un nouveau pays que l’on visite, un nouveau poste que l’on occupe, une nouvelle toilette que l’on étrenne…tout cela présente au cœur humain la joie des printemps. Et pour un temps, mais pour un temps seulement, la possession comble les rêves. Madame est heureuse dans sa nouvelle vie, chez elle, avec son organisation à elle…Monsieur s’épanouit dans son nouveau travail avec de nouvelles responsabilités qui le valorisent…mais peu à peu se perd le charme  des choses neuves et, si l’on n’y a pris garde, s’introduisent sournoisement l’accoutumance, la monotonie, précurseurs de la lassitude, de la satiété et de l’ennui.

Les coloniaux sont unanimes à souligner le caractère pénible des régions équatoriales, non pas seulement à cause de la chaleur, mais surtout de l’immuable régularité de la durée des jours et des nuits. A six heures du soir, tous les jours de l’année, avec à peine quelques minutes d’écart, la nuit tombe ! Cette régularité se fait vite lassante et même énervante au point que ce que l’on pourrait penser n’être qu’un petit détail, devient un élément des plus pénibles de la vie sous l’Equateur.

Nos journées ne se déroulent sans doute pas avec cette régularité  et divers événements (difficultés financières, petits heurts de caractère, naissance d’un enfant…) viennent heureusement mettre leur petit ou leur gros grain de sel dans le menu conjugal !

Ne laissons pas les années endormir notre amour mutuel, réveillons-le notamment par un regain d’attention l’un pour l’autre, n’hésitons pas à « casser » la monotonie du quotidien pour faire une sortie ou une activité à deux, en dehors de notre cadre habituel …Le mariage est une conquête de chaque jour, nous le savons bien ! Ce n’est pas toujours si simple, me direz-vous, entre la fatigue, les soucis… Oui, mais n’oublions pas que nous avons la chance d’être deux pour porter ensemble les choses difficiles autant que les plus agréables, nous avons des grâces pour cela et ne nous lassons jamais de les demander ! Sachons aussi trouver la petite idée qui mettra un peu de nouveauté dans notre existence : une complicité…un bouquet de fleurs… un bon dessert…un petit geste affectueux…et soudain tout va mieux !

Sophie de Ledinghen

L’Espérance

            Si l’acte d’espérance nous parle du bonheur du ciel, il ne nous dit rien de l’existence d’un bonheur dès cette terre. Il nous assure simplement des secours divins qui ne nous manqueront pas pour atteindre notre destinée éternelle. Que signifie ce silence ? L’Eglise le garde-t-elle parce que dans la réalité, Elle ne peut nous garantir aucune perspective de félicité terrestre ? Ce qui expliquerait le mot de Saint Paul aux Romains : « Réjouissez-vous dans l’espérance »[1] parce qu’il n’y aurait finalement d’autres motifs de se réjouir que l’attente de la vision béatifique ?

Non seulement l’Eglise ne mentionne pas l’espoir d’un bonheur pour cette terre mais elle nous dit même que nous devons vivre dans une « vallée de larmes » et Elle ne cesse de placer devant nos yeux, l’exemple de notre Divin Sauveur qui a souffert sa Passion et qui est mort pour nous dans les plus atroces souffrances. Elle nous rappelle qu’Il nous a souvent prévenus : nous aussi nous avons à porter notre croix : « Vous aurez à souffrir dans le monde ; mais ayez confiance, j’ai vaincu le monde »[2]. Les tribulations pèsent même davantage sur ceux qui suivent Notre-Seigneur de plus près car la haine du monde est dirigée contre ceux qui vivent le plus intensément de son esprit.

Et pourtant, l’Eglise Catholique, si Elle se montre toujours maternelle pour consoler les affligés, n’admet nullement que ses enfants soient moroses. Les épreuves qu’ils subissent ne doivent pas faire disparaître toute joie de leur cœur. On doit dire avec les yeux de la Foi que les motifs de se réjouir sont tels que les plus grandes épreuves de la terre demeurent toujours impuissantes à les déraciner. Même lorsque la tristesse est présente, la joie doit toujours l’emporter. Ce qui amène Saint Paul à s’écrier : « Je surabonde de joie au milieu de toutes nos tribulations ! »[3] Ne sous-estimons pas la valeur apologétique de cette joie. Elle est si mystérieuse pour les païens qu’elle constitue pour eux un sujet de bienfaisantes interrogations sur la religion catholique.

Cette joie n’est pas celle du monde. Elle jaillit du cœur qui réalise de mieux en mieux la grandeur et la beauté de la vie chrétienne, des promesses divines, de l’indéfectible bonté de Dieu pour ses enfants. Chaque journée bien comprise offre son cortège de nouvelles raisons de se réjouir, de rendre grâces car « tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu »[4]. Que sont les épreuves de la vie au regard du bonheur de vivre dans l’intimité de Dieu et de nous dépenser pour sa gloire ?

A l’aube de cette nouvelle année, nous espérons que cette revue au service des familles catholiques et de tous ceux qui sont en quête de ces racines qui firent la chrétienté, produise ce regain d’espérance et de joie.

Nous vous souhaitons une sainte année en vous confiant au Cœur Douloureux et Immaculé de Marie.

Père Joseph

[1] Rom.12.12

[2] Jn. 16.33

[3] 2 Cor.7.4

[4] Rom, 8.28

Les trois biens du foyer chrétien

Chers amis,

            A l’aube de cette nouvelle année, nous tenons à partager avec vous quelques extraits d’un des discours du pape Pie XII adressé aux foyers chrétiens[1]. Ce pape, décédé il y a 60 ans, nous a laissé des enseignements très riches et toujours d’actualité. Ici les trois dons des mages sont comparés aux trois biens précieux que tout foyer doit offrir à Dieu : la fidélité conjugale, la grâce sacramentelle et les enfants.

« La fidélité conjugale est votre or, ou plutôt un trésor meilleur que l’or du monde entier. Le sacrement du mariage vous donne les moyens de posséder et d’accroître ce trésor ; offrez-le à Dieu, pour qu’il vous aide à le mieux conserver. (…) Ainsi la fidélité conjugale est la base et la mesure de tout le bonheur du foyer domestique. Pour assurer la solidité et la splendeur de l’union conjugale, la fidélité doit comme la recouvrir et l’envelopper tout entière. L’or, pour conserver sa beauté et sa splendeur, doit être pur. De même la fidélité entre époux doit être entière et sans tache ; si elle commence à s’altérer, c’en est fait de la confiance, de la paix et du bonheur de la famille. Et si la fidélité se corrompt, leur or, dirons-nous avec Ezéchiel[2], se change en ordure ; tout le trésor de leur belle concorde se décompose en un désolant mélange de soupçons, de méfiance et de reproches, qui aboutissent souvent à des maux irréparables. Voilà pourquoi votre première offrande au divin Nouveau-né doit être la résolution d’une constante et vigilante fidélité à vos engagements conjugaux.

Les Mages apportèrent à Jésus l’encens parfumé. (…) Vous aussi, époux chrétiens, vous avez dans le sacrement de mariage à présenter à Dieu une offrande riche d’un suave parfum. Ce parfum, qui répandra dans toute votre vie une délicieuse odeur et qui fera de vos tâches journalières mêmes les plus humbles autant d’actes capables de vous procurer au ciel la vision intuitive de Dieu, cet encens invisible mais réel, c’est la vie surnaturelle de la grâce. (…) Vous devenez par là plus riches encore que les Mages. L’état de grâce est plus qu’un parfum suave, intime et pénétrant, qui donne à votre vie naturelle un arôme céleste ; c’est une véritable élévation de vos âmes à l’ordre surnaturel qui vous rend participants de la nature de Dieu. Avec quels soins ne devez-vous donc pas conserver et accroître pareil trésor ! En l’offrant à Dieu vous ne le perdez pas ; vous le confiez au gardien le plus vigilant.

Les Mages enfin, désireux d’honorer en Jésus non seulement le Roi et le Dieu, mais aussi l’homme lui présentèrent le don de la myrrhe. (…) En vos enfants, vous verrez revivre et agir, souvent avec les mêmes traits du visage et de la physionomie morale, et spécialement avec leurs traditions de foi, d’honneur et de vertu, la double série de vos ancêtres. C’est en ce sens que la myrrhe conserve, perpétue, renouvelle incessamment la vie d’une famille, arbre au tronc robuste et au feuillage luxuriant dont chaque génération forme une branche. (…)

Les indéniables difficultés que procure une belle couronne d’enfants, surtout en nos temps de vie chère et dans les familles peu aisées, exigent du courage, des sacrifices, parfois même de l’héroïsme. Mais, pareille à l’amertume salutaire de la myrrhe, l’amertume temporaire des devoirs conjugaux avant tout préserve les époux d’une source funeste de ruines pour les familles et les nations : elle les préserve de fautes graves. En outre, ces difficultés mêmes, courageusement affrontées, leur assurent la conservation de la grâce sacramentelle et une abondance de secours divins. Elles éloignent enfin du foyer domestique les éléments qui l’empoisonnent et le désagrègent, tels que l’égoïsme, la constante recherche de ses aises, l’éducation fausse et viciée d’une progéniture volontairement restreinte. Que d’exemples autour de vous vous montreront qu’il y a dans les efforts accomplis par les parents pour entretenir une descendance saine et nombreuse, éclose au foyer sous le regard de Dieu, une source même naturelle de joie et de mutuel encouragement.

Voilà les trésors que vous avez reçus de Dieu et qu’en cette semaine de l’Epiphanie vous pouvez vous-mêmes offrir au céleste Enfant de la crèche avec la promesse de remplir courageusement les devoirs du mariage. »

Ce saint temps de l’Epiphanie nous offre une belle occasion de méditer profondément ces paroles !

Que Notre-Dame des Foyers Ardents veille sur vous durant toute cette nouvelle année.

Marie du Tertre

[1] Discours aux foyers chrétiens du 10 janvier 1940

[2] Ez 7, 19