Connectés !

Dix cadres discutent de l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale dans un « séminaire » d’entreprise :

8 sur 10 consultent et traitent leurs mels professionnels le week-end…malgré une règle contraire promue par l’entreprise !

Eric Branché, chef de projet : « cela me rassure, je me tiens au courant…je gagne du temps… »

Laurent, ingénieur et même Catherine, responsable des ressources humaines : « je déteste avoir des mels non traités le lundi matin ou quand je rentre de vacances ! Cela me stresse ! »

François : « je n’ai jamais fini le vendredi soir… »

Gilles, le directeur est seul à déconnecter: « C’est une règle que je me suis donnée ! Jamais je ne regarde mes mels le week-end. J’ai les mêmes désagréments que vous : désagréable d’avoir des mels non traités, une pile qui attend ou des imprévus, mais ma famille compte davantage ! Ma seule exception, une fois par an, un appel d’offre important si nous sommes en retard ! »

Tous : « Comment fais-tu ? Et ton chef ? »

Gilles: « Et votre famille quand vous faites vos mels le week-end ? Même si vous regardez vos mels sans y  répondre… êtes-vous présents, sans être repris par vos préoccupations de la semaine ? Croyez mon expérience : les chefs et les clients s’adaptent à mon respect du week-end… Ils préviennent ou téléphonent s’il y a une exception vraiment urgente. »

Que vont apprendre et penser les enfants de Laurent, Eric, Catherine,…. ?

Comment vont-ils accepter que leurs parents leur disent : Ne soyez pas accros à internet et au mel ! Le travail et l’effort, c’est important !… (au point d’en faire pâtir la famille ?)

************************************************

Déconnecté !

Autre lieu, autre situation :

Hervé retrouve Philippe Ducalme un ami qu’il n’a pas vu depuis 5 ans….Philippe lui raconte qu’il a changé 3 fois d’entreprise, et connu le  chômage à chaque fois… Malgré ses 5 enfants, son épouse a donc été obligée de reprendre un travail à plein temps, ce qui génère une certaine tension dans le ménage…

  • Tu ne te plaisais pas dans l’entreprise A ?
  • Oh si, mais il fallait travailler un samedi sur deux en été, alors j’en suis parti…
  • Et l’entreprise B ?
  • Mon chef était désagréable et grossier. Le travail n’était pas noble, il fallait un peu tout faire, même le nettoyage. De toute façon les patrons de cette multinationale étaient mondialistes et sûrement francs-maçons…
  • Et maintenant, dans l’entreprise C ?
  • Je ne sais pas si je vais rester…ils ne me demandent pas mon avis sur ce qu’il faut faire…
  • Et toi, écoutes-tu l’avis de ton chef et de tes collègues ?….

Que penseront les enfants de Philippe Ducalme lorsqu’il leur enseignera la nécessité du travail, de l’effort, de l’humilité ?

********************************************

Deux devoirs d’état :

Quels points communs entre ces deux situations ?

La même erreur : oublier que l’activité professionnelle, comme la vie familiale sont toutes deux des devoirs d’état.

 « La pénitence du devoir d’état, accompli parfaitement, voilà ce que Notre-Dame réclame. (…) Lorsque Notre-Dame exige la pénitence, elle parle de l’exact accomplissement du devoir d’état. C’est cela la sainteté ! » (Sœur Lucie de Fatima ; in Une Année avec Fatima, p.186)

L’équilibre entre le devoir d’état professionnel et le devoir d’état familial est toujours délicat…

Certains sont tellement impliqués dans leur métier qu’ils ne réalisent plus la gravité de cet avertissement de Pie XII (Radiomessage de Noël 1953) : Notre époque achèvera « son chef d’œuvre monstrueux, en transformant l’homme en un géant du monde physique aux dépens de son esprit réduit à l’état de pygmée du monde surnaturel et éternel ». La suractivité de ces hommes leur fait oublier leur nature : ils admirent leurs propres œuvres au point d’en faire des idoles : « leurs idoles, or et argent ; une œuvre de main d’homme » (Ps. CXIII, 4).

D’autres oublient le sens du sacrifice et de l’humilité qui est nécessaire dans le travail : « Notre-Seigneur vous a sauvés en souffrant et endurant, et, de même, nous devons faire notre salut en souffrant les injures (NDLR : peu fréquentes dans le travail !), et les contradictions et déplaisirs ; et pourtant, il les faut endurer avec le plus de douceur et de résignation qu’il sera possible, selon la mesure qu’il plaît à Dieu de nous envoyer ».

(St François de Sales).

Un équilibre à travailler

Il s’agit donc d’un équilibre à travailler, ou à corriger si nous penchons d’un côté ou de l’autre…Ecoutons les commentaires souvent discrets, parfois insistants de notre conjoint, de nos bons amis et du prêtre pour détecter le besoin d’ajustement.

Le temps de l’Avent est propice à travailler cet équilibre pour Dieu, pour nous, pour nos enfants et notre famille.

Pour nous y aider, je ne résiste pas à partager avec vous cette prière antique, aperçue au-dessus de l’établi de mon horloger-bijoutier. Elle s’applique à tous : artisans, ingénieurs et ouvriers, administratifs, enseignants, professions de santé, du droit, de la gestion, étudiants…

A lire, méditer et prier !

Hervé Lepère

Prière de l’artisan (XV° siècle et toujours d’actualité)
Apprends-moi, Seigneur, à bien user du temps que tu me donnes pour travailler et à bien l’employer sans rien en perdre. Apprends-moi à tirer profit des erreurs passées sans tomber dans le scrupule qui ronge. Apprends-moi à prévoir le plan sans me tourmenter, à imaginer l’œuvre sans me désoler si elle jaillit autrement. Apprends-moi à unir la hâte et la lenteur, la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix. Aide-moi au départ de l’ouvrage, là où je suis le plus faible. Aide-moi au cœur du labeur à tenir serré le fil de l’attention. Et surtout comble Toi-même les vides de mon œuvre.

Seigneur, dans l’œuvre de mes mains, laisse une grâce de Toi pour parler aux autres et un défaut de moi pour me parler à moi-même. Garde en moi, l’espérance de la perfection, sans quoi je perdrais cœur. Garde moi dans l’impuissance de la perfection, sans quoi je me perdrais d’orgueil. Purifie mon regard : quand je fais mal, il n’est pas sûr que ce soit mal et quand je fais bien, il n’est pas sûr que ce soit bien.

Seigneur, ne me laisse jamais oublier que tout savoir est vain sauf là où il y a travail. Et que tout travail est vide sauf là où il y a amour. Et que tout amour est creux qui ne me lie à moi-même et aux autres et à Toi.

Seigneur, enseigne-moi à prier avec mes mains, mes bras et toutes mes forces. Rappelle moi que l’ouvrage de ma main t’appartient et qu’il m’appartient de te le rendre en le donnant. Que si je fais par goût du profit, comme un fruit oublié je pourrirai à l’automne. Que si je fais pour plaire aux autres, comme la fleur de l’herbe je fanerai au soir. Mais si je fais pour l’amour du bien, je demeurerai dans le bien. Et le temps de faire bien et à ta gloire, c’est tout de suite ! Ainsi-soit-il.